Archives quotidiennes :

L’envolée sauvage

L’envolée sauvage, BD publié par Bamboo éditions, collection Grand Angle en 2006 (T1) et 2007 (T2)

Scénario : Laurent Galandon

Dessin et couleurs : Arno Monin

l-envolee-sauvage-T1.jpg
T1 : La Dame Blanche
l-envolee-sauvage-t2.jpg
T2 : Les Autours des palombes

Résumé :

Simon est orphelin et juifs. Passionné par les oiseaux, il vit avec d’autres enfants chez un prêtre dans la campagne française. Mais nous somme en 1941 et l’antisémitisme fait rage, venant s’immiscer jusque dans son quotidien. Menacé il devra quitter la campagne pour Paris, où il se cachera quelques temps. Quand les rafles commencent, il décide de quitter Paris avec un groupe d’enfants juifs. Mais c’est seul qu’il trouvera refuge chez une femme aveugle qui vit seule avec son fils handicapé, dans la montagne. Découvert par la milice, il devra encore fuir. Cette fois il décide de rejoindre la résistance, mais se fera arrêter après avoir tué plusieurs miliciens. Déporté, il rencontrera la jeune Ada, dans le train qui les mène au camp de concentration.

Mon avis :

C’est par hasard, en flânant au rayon BD de l’espace jeunesse de notre médiathèque municipale que je suis tombée sur le tome 1. J’ai été attirée par la couverture et le dessin de Monin. J’ai feuilleté quelques page et l’histoire m’a paru intéressante, alors j’ai décidé de l’emprunter. Je n’ai pas été déçue !

Le premier tome tiens ses promesses. Le dessin est intéressant et agréable, le scénario captivant. Simon, le personnage principal, est très attachant. Il ne sera pas épargné par son époque, victime de l’antisémitisme il rencontrera pourtant des personnes de bon cœur qui l’aideront et le soutiendrons. L’histoire de Simon permet au jeunes lecteurs (et aux moins jeunes aussi) d’en apprendre plus sur cette époque sombre de l’histoire de France et de ce qui ça impliquait pour une partie de la population. Ce n’est pas tellement qu’on apprends des choses. Les auteurs ne donnent pas beaucoup de données historiques, mais on vit la vie du petit Simon et on se rends compte de ce qu’on du vivre bon nombre de juifs français pendant cette période.

En dehors du sort des juifs on voit aussi une France divisée. Il y a ceux qui haïssent les juifs et collaborent avec les allemands et ceux qui résiste, de façon plus ou moins forte contre ce mouvement. Sans entrer dans le récit historique, l’envolée sauvage nous donne matière à réflexion.

Le deuxième tome m’a paru un peu bâclé par rapport au premier. Peut-être l’histoire aurais mérité d’être un peu plus travaillé. Peut-être que le public visé étant jeune, les auteurs n’ont pas voulu trop en faire sur les camps de concentration. Je ne serais dire, mais personnellement j’ai trouvé ce deuxième tome un peu moins intéressant et la fin un peu énigmatique. Mais il garde les qualités du premier tome, autant du point de vue du dessin, que de celui de faire réfléchir sur l’histoire, ici sur les camps de concentration et leur atrocité.

J’ai beaucoup apprécié l’univers de ces deux auteurs. Une BD qui vaut le détour.


Edit :  j’ai écrit cette chronique en 2012, à l’époque je pensait que la série ne compté que deux tomes d’où ma perpléxité concernant la fin. Normal, la série fait 4 tomes ! Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire la suite mais je vais m’y intéresser bientôt


pictosingelionpetit
BD Boum – Prix du Conseil Général (2007) Mention spéciale du Jury Œcuménique de la BD (2014)
Share