Archives quotidiennes :

Brève cohabitation

Brève cohabitation est l’un des dernier manhwa  que j’ai lu et il ne m’a pas laissé indifférente. Au premier abord la couverture m’a intrigué mais aussi un peu repoussé.

C’est pas très engageant cet énorme cafard ! Et pourtant…

Le graphisme de Jang Kyung-sup n’a rien de particulièrement remarquable, le dessin est assez simple, stylise et très réaliste mais il n’est pas désagréable à regarder. J’ai très vite plongé dans l’histoire et le dessin colle parfaitement à l’ambiance générale du récit.

Mais que nous raconte Jang Kyung-sup ? Une étrange histoire dont bien des facettes ont dû m’échapper. Il y est question d’un homme, de solitude, d’insectes… Un récit surréaliste où un jeune homme incapable de supporter une trop grande solitude décide de vivre avec un cafard. Sans doute Jang Kyung-sup utilise cette drôle d’histoire pour critiquer une société en perte de repères où un grand nombre de jeune se retrouve seul dans des grandes villes déshumanisées et qui, comme notre héros, cherchent à se raccrocher à n’importe quoi pourvu de ne pas sombrer. A moins que ce ne soit pas tout simplement un fou ? Où alors c’est l’histoire d’un insecte qui cherche par tout les moyens à échapper à sa condition d’insecte pour devenir humain. Et qui dans sa quête d’humanité devient de plus en plus inhumain.

Mais que représentent au juste les insectes ? Je suis pas sure d’avoir vraiment tout compris à cette histoire, au message qu’elle cache. Mais j’ai été comme happé par le récit qui finalement est très humain. J’ai grimacé de dégoût, j’ai souris, j’ai réfléchi et finalement j’ai le sentiment d’en être ressortie nourrie, enrichie. L’histoire est très étrange et en rebutera plus d’un. Moi j’ai été conquise et j’en suis la première surprise. Ce manhwa m’a beaucoup parlé, je trouve sa réflexion très intéressante et il y a de très bon passages. J’ai beaucoup aimé certains dialogues. Sa forte connotation symbolique et métaphorique le rend parfois très énigmatique mais je me dis que c’est pas grave de ne pas avoir tout compris dès la première lecture, ça me permettra d’en découvrir de nouvelles facette à la relecture.

Un titre que je conseille, mais pas à tout le monde : ça passe ou ça casse.

Share