Archives mensuelles : mars 2017

#CoulissesDuBlog 13 – la perfection n’est pas de ce monde

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

Cette semaine le thème donné par Mia est : le blogueur parfait. Alors comment est le blogueur parfait ? Ben… pas comme moi !

Le blogueur parfait aurai posté en heure et en temps les #CoulissesDuBlog de la semaine dernière par exemple. Moi ? Ben moi j’ai toujours pas rédigez une seule ligne pour répondre à la question qui nous était posé concernant la promotion du blog.


Mon adage à moi c’est il n’est jamais trop tard pour bien faire du coup voici la version express de ce que j’aurais du publié la semaine dernière :

La Promo du blog :

Facebook et autres réseaux sociaux

PS: si quelqu’un veut bien m’expliquer comment paramétrer pour que les liens soient publié automatiquement…

Les challenges (et leur groupes facebook)
Les rendez-vous blogueurs
  • C’est lundi
  • Top ten Tuesday
  • Coulisses du blog
  • projet 52-2017

Si c’est rendez-vous ont un but précis, il permettent au passage de faire connaître le blog et de partager quelques liens vers d’autres chroniques

Voilà pour ce qui est du thème de la semaine dernière 🙂


Donc pour moi le blogueur parfait c’est celui qui est à l’heur, qui poste au bon moment et avec le plus de régularité possible ses articles rentrant dans un rendez-vous commun comme ici les #CoulissesDuBlog pour lequel nous devons écrire un article par semaine. L’idéal étant de le publier toutes les semaine le même jour… Autrement dit pas comme moi !

Il y a aussi les rendez-vous avec soi-même et ses lecteurs. J’avais promis de publier chaque dernier jeudi du mois (si ma mémoire est bonne) ma sélection des nouveauté manga. Je crois bien que j’ai oublié de faire ma sélection en février … ‘^^

J’avais aussi prévu, parmi les bonne résolution 2017, de parler de cinéma…. Nous somme fin mars et pas un seul article à l’horizon…

Mais un blogueur parfait n’est pas seulement à l’heur. Il est aussi rapide et efficace. Nous avons tous des vies bien chargé, le blogueur parfait c’est… Jérôme qui en 45 minutes arrive à écrire un article et a bien l’écrire en plus !! (je suis dégoûtée rien que d’y penser ! 45 minutes ! C’est le temps qu’il me faut pour allumer l’ordinateur ! XD)

Le blogueur parfait existe-t-il vraiment ? Surement mais il n’est pas de mon monde. Chez moi c’est le bazar, plein de bonne volonté, quelques bonnes idées, beaucoup de passion mais peu de temps, une lenteur à s’en arracher les cheveux et une bonne dose de procrastination, mais ça me convient très bien comme ça. Ce blog me ressemble. Il est beaucoup de chose mais parfait surement pas 🙂


« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog13

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : https://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 »

Share

Auteur à l’honneur #1 – Conceição Evaristo

Pour ce premier rendez-vous mensuel initié par Nina, je profite que l’on soit encore au mois de mars pour vous présenter une auteure brésilienne que j’ai découvert l’année dernière : Conceição Evaristo.

Conceicao Evaristo (Conceição Evaristo) - Ecrivain Brésilien - 24 Mars 2015 - Paris

J’ai eu un véritable coup de cœur pour son Banzo, mémoires de favelas, publié en 2016 par les éditions Anacaona. Le roman avait été publié au Brésil en 2006. Un seul autre des ses roman est disponible en français, toujours aux éditions Anacaona, L’histoire de Poncia écrit en 2003 et publié en France en 2015. J’aurais aimé avoir le temps de le lire aussi avant de faire cette article mais je suis prise de court. Étrange, me direz-vous, de mettre à l’honneur un auteur dont on n’a lu qu’un seul livre. Oui, peut-être. Mais ce livre m’a tellement marqué que je soute sur cette opportunité pour en parler et la faire connaitre autour de moi.

Minas Gerais in Brazil.svg

Conceição est née en 1946 dans une favelas de Belle Horizonte dans le Minas Gerais au sud du Brésil. (Je vous ai brièvement parlé du Minas Gerais avec la légende de Chico Rei la semaine dernière).

Elle est la deuxième d’une fratrie de 9 enfants. Dès son jeune âge elle travaille comme domestique pour aider sa famille. Malgré la situation difficile de la famille Conceição, comme ses frères et sœurs, fréquente l’école publique où elle apprend à lire et se découvre très tôt des prédisposition pour l’écriture. Dans sa famille il n’y a pas de livre mais on est conteur, ces aux milieux des histoires contées par les anciens qu’elle  grandi en gardant un goût pour la mémoire et l’héritage, thème que l’on retrouve dans son oeuvre.

En 1973 elle réussi le concours d’enseignant et part s’installer à Rio de Janeiro où elle travaille comme institutrice dans des écoles publiques avant de reprendre ses études de lettre a 40 ans.. En 2011 elle obtient son doctorat en littérature comparée.

Ses premiers écrits sont publié dans les années 1990 dans Cadernos negros, revue brésilienne spécialisée dans la culture afro-brésilienne.

Conceição Evaristo n’est pas seulement écrivaine, elle s’engage également pour lutter contre le racisme et l’exclusion sociale des afro-brésilien. La discrimination raciale et l’histoire des esclaves noirs au brésil sont au cœur de son oeuvre.

Son style très particulier mélange souvenir personnel et mémoire collective faisant ce qu’elle appelle l’écrit-vie.

Conseição Evaristo sur le site de son éditeur français

Pour les lusophone j’ai trouvé cette émission très intéressante :

Ah ! J’adore cette langue !!! Que ça me manque.


Retrouvez tous les auteurs à l’honneur du mois de Mars : Le Rest’o littéraire


Share

L’élu de Shiva

L’élu de Shiva, conte indien repris par Philippe Barbeau (texte) et Isabelle Manoukian (illustrations), est un très joli conte indien publié aux éditions du Jasmin que je découvre grâce à la masse critique Babelio.

Mani est très pieux. chaque jour il prie avec ferveur. Avec tant de ferveur qui mérite bien une visite de Shiva, le dieu de la destruction et de la création du monde. Le dieu lui parait en rêve et lui annonce sa venue le lendemain. Très excité Mani prépare le meilleur des accueil pour Shiva. Mais alors qu’il l’attend, c’est un jeune garçon qui veut une des gâteau, un mendiant qui lui demande quelques chose à manger et un pèlerin qui veut un bout de banc pour se reposer qui viennent l’importuner. Mani entre dans une grande colère, comment osent-il prétendre à ce qu’il a préparé pour le grand Shiva. Plus il attends, plus il s’agite, la colère et la frustration l’habitent. Le dieu ne vient pas. On peut donc faire confiance à personne ? Pas même au dieu ?

Après une nuit de cauchemars, Mani découvre à son réveil une vache sacrée qui l’amène après de Shiva. Celui-ci lui demande « pourquoi ne m’a-tu pas reçu ? » Stupéfait Mani ne comprends pas. Shiva lui explique, « je suis venu par trois fois et par trois fois tu m’a chassé ». Honteux Mani abandonne tous ses biens pour se faire sadhû, mendiant qui parcourt le pays en quête de spiritualité.

Ce conte, très classique, et très bien mené. La tension monte et les détails du dessins viennent appuyer le texte. Au fur à mesure que la colère monte chez Mani, le dessin qui décore son entrée se déforme et s’enlaidi. Mimiko, qui au départ boudait car elle avait envie de lire autre chose, s’est très vite laissé prendre au jeu et observait attentivement les modifications du dessin. Et bien qu’elle ne l’ai avoué qu’a demi mots je pense qu’elle a apprécié cette histoire. Quand à moi j’ai beaucoup apprécié la morale : rester humble et ouvert aux autres, un trésor peut se cacher en chacun d’eux.

Pour tous les amateurs de contes


 

Share

C’est lundi que lisez- vous ? #69

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures deBidib

J’ai lu

J’ai n’ai pas beaucoup de nouvelles lectures cette semaine

Couverture L'enfant et le maudit, tome 1

Pas beaucoup, mais de qualité ! J’ai bien aimé ce premier tome tout en tendresse et plutôt contemplatif de L’enfant et le Maudit.

Je lis :

Et vous, que lisez-vous ?

Share

Daytripper, au jour le jour ~ by Yomu-chan

Bonjour !

Aujourd’hui je vous écrit un petit billet à l’occasion du mois Brazil du challenge Amérique Latine. Je vais vous parler de Daytripper, une Bande-dessinée que j’ai trouver un peu par hasard en demandant conseil à ma libraire pour le thème du carnaval le mois dernier, en pensant au Brésil elle m’a proposé cette BD dans la quelle il n’est pas du tout question du fameux carnaval mais qui a bien été écrite par deux brésilien et qui se joue dans leur pays 🙂

Il s’agit donc d’une oeuvre des frères Fabio Moon et Gabriel Ba ! Je l’ai donc dit deux auteurs brésiliens. Ils mettent ici en scène Bràs un journaliste des rubriques mortuaires à Sao Paulo. On suit les pas de cet homme, l’accompagnant dans diverses tranches de vie, et… il meurt. Ce n’est pas un spoil ne me frappez pas ! Car c’est la particularité même de cette bande-dessinée, à chaque chapitre on retrouve Bràs à un âge différent et à chaque fin de chapitre il meurt d’une manière différente.

Cela peut apparaître un peu troublant mais je trouve que ça relève d’un grand travail narratif. Malgré son âge changeant, et son parcours de vie différent à chaque fois (puisqu’il meurt le bougre) on reconnaît notre héro. On retrouve plusieurs personnages qui font le lien entre les chapitres, les auteurs ont placé quelques phrases, quelques pensées qui reviennent et nous rappellent l’aspect un peu surnaturel d’une vie qui perdure même quand elle n’est plus là ou pas encore là. Tout ça pour dire que le choix narratif n’impose pas un recueil déstructurer, il y a un vrai fil conducteur qui relie toutes ces nouvelles.

Mais on apprécie tout de même ce découpage puisque le recueil est assez conséquent, environ 245 pages, et 10 chapitres, et on peut ainsi les lires séparément, s’arrêter et reprendre au chapitre suivant.  En plus chaque début de chapitre et accompagné d’une illustration sur une page entière qui résume un peu la nouvelle et son ambiance, se sont de très beaux dessins !

Parlons justement des illustrations, puisqu’il s’agit d’une bande-dessinée et que c’est important ! J’ai globalement beaucoup aimé le style. N’étant pas trop adepte de la couleur, j’ai pourtant apprécié la douceur de celles proposées par Gabriel Ba. Les pages sont toutes en couleurs (sauf quelques croquis à la fin du livre)  mais se ne sont pas des couleurs vives qui agressent les yeux, au contraire elles servent à élaborer cette ambiance si particulière qui règne dans la bande-dessinée. Une sensation de calme, un peu nostalgique, dans des tons un peu pastels.  Pour ce qui est du dessin en lui même: Gabriel Ba  a un trait de crayon assez réaliste, avec des visages assez détaillés, assez marqué. Mais les dessins ne sont pas trop chargés et restes très expressifs.

En clair c’est une très chouette découverte et je vous conseil vivement la lecture de Daytripper ! L’histoire soulève la question de la vie et de la mort qui peut arriver n’importe où, n’importe quand. Le seul petit bémol que je pourrais apporté à ma critique c’est que les auteurs ont parfois trop cherché à dramatiser la mort. Autant dans certaines nouvelles elle intervient de façon inattendue et « réelle », mais des fois c’est un peu trop « gros ». Mais je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir par vous même et me dire ce que vous en avez pensé.

Share

Projet 52-2017 #semaine12 – Printanier

Me revoilà pour la douzième semaine du projet 52-2017. Cette semaine le thème est de saison 🙂

Printanier, printanier… J’aurais pu vous présenter quelques fleurs, mais mon instagram en est tellement plein que je vais me contentes ici de partager quelques unes des photos que j’y ai posté récemment 🙂

Pissenlit #monjardin #urbangarden #printemps

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

#bourdon #fleurs #printemps #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

#fleurs #printemps #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Il y en a plein d’autres à découvrir sur instagram. J’adore prendre en photo les fleurs !

Découvrez toutes les participations chez Ma

Share

La légende de Chico Rei ~ album-cd

Aujourd’hui je vous présente un album franco-brésilien que j’ai découvert à la médiathèque et que j’aime beaucoup.

L’album nous raconte la légende de Chico Rei, un roi africain fait esclave avec tout son peuple et vendu pour travailler dans les mines du Minas Gerais, à Vila Rica, devenue depuis Ouro Preto (or noir).

Ce roi entreprends de regagner la liberté de son peuple non par les armes mais par le travaille, l’entraide et la solidarité. Tous vont travailler et mettre de côté l’argent permettant de racheter tous les membres du clan.

C’est une belle légende pour un héros mythique de l’histoire du Brésil. Mais cet album ne fait pas que nous raconter sa légende. Il nous emmène dans un véritable voyage.

L’album et le cd proposent à la fois le texte en français et en brésilien.

Dans un premier temps on découvre la légende de Chico Rei puis l’auteur nous parle du samba, des écoles de Samba et de leur importance dans la vie de ses membres (Ecole de samba. Une école de la vie), enfin nous découvrons un Petit cahier de souvenir de l’auteur illustré par des croquis réalisé en 1950.

Un ouvrage complet qui nous fait découvrir un pan de la culture populaire brésilienne. Et quel plaisir d’écouter le disque nous raconter cette histoire d’abord en français puis en portugais.

Retrouvez l’album sur le site de l’éditeur


Béatrice Tanaka

D’origine roumaine, Béatrice Tanaka, quitte son pays en 1944 pour fuir la guerre et gagne le Brésil en 1947. Elle se partagera entre Brésil et France (pays où elle fait ses études). Dans ses livres elle partage son amour pour le Brésil et sa culture populaire. La première version de son adaptation de la légende de Chico Rei est publié en 1973 dans recueil de contes brésiliens. La version de cet album-cd reprends les illustration qu’elle créa pour l’édition de 1989 (livre-k7).

Ouro Preto


 

 

laboxdepandore_partenaire_2.1

Share

Top Ten Tuesday #18

Photo

Rendez-vous hebdomadaire créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine un top ten sur un thème imposé.


Les 10 livres avec une réelle leçon de vie derrière

Je ne sais pas si je vais réussi a en trouver 10 !

1 – Par chemin de terre

accueil.jpg

Ce livre autobiographique m’a vraiment mis une claque. L’auteur y raconte sa propre expérience et ne veut pas se faire donneur de leçon, mais lire son voyage autour du monde m’a vraiment fait réfléchir sur mon propre chemin.

2 – Au cochon porte-bonheur

cochon porte bonheur

Dans un tout autre registre, ce roman jeunesse, sorte de compte philosophique m’a aussi beaucoup marqué. Il donne une bonne leçon quand au dérives de la culture de consommation à outrance. A mettre entre toutes les mains.

3 – Le petit Prince

Comment parler de conte philosophique sans mentionner Le petit Prince. Un livre qui m’a beaucoup marqué leur de ma première lecture. Et grâce (ou à cause, cela dépend du point de vue) je n’ai finalement jamais grandi complètement.

4 – Je ne suis pas mort

je-ne-suis-pas-mort.jpg

Que nous apprends ce manga, à survivre dans la montagne ? Mmmh… pas vraiment, si ce manga nous donne une leçon c’est surtout en critiquant notre société qui donne beaucoup d’importance aux choses qui finalement n’en ont pas et que cela fini par écraser des personnalité qui finalement sont bien plus fortes qu’on ne l’aurait imaginé.

5 – Colorful

Ce light-novel, écrit avec beaucoup d’humour, traite d’un sujet très dur : le suicide (oups, spoiler !). Il donne une leçon pleine de sagesse en nous montrant que les problèmes qui nous paraissent parfois insurmontables ne sont en fin de comptes pas si insurmontable que cela selon la façon de les aborder.

6 – La bicyclette rouge

La-Bicyclette-Rouge-1.jpg

Ce manhwa ne donne pas vraiment de leçon de vie, mais… C’est une ode à la contemplation et à la simplicité. Et apprendre à contempler la nature et profiter de ces petits plaisir que nous offre la vie c’est finalement une très belle philosophie de vie.

7 – En un instant une vie

numerisation0032.jpg

Je ne serait trop dire en quoi ce recueil de nouvelles serait une leçon de vie, mais disons que sa lecture m’a beaucoup fait réfléchir sur le destin et la vie, sur l’acceptation, la reconstruction… Bref un livre intelligent qui en dit bien plus que ce qui est écrit.

8 – Totto-chan

totto-chan.jpg

Ce livre a été pour moi une véritable déception. Je m’attendais à autre chose. Mais il reste néanmoins intéressant parce qu’il montre qu’un enfant qui ne réussi pas dans le système scolaire traditionnel n’est pas un enfant à problème. C’est l’école qui ne sais pas répondre à ces besoins. D’autres chemins sont possibles.

9 – Le maître des livres

J’ai beaucoup hésité pour le choix des deux dernières places. Moi qui avait peur de ne pas trouver 10 livres, j’en ai finalement trouvé beaucoup plus. Si j’ai fini par jeter mon dévolu sur Le maître des livres c’est qu’il redonne ses lettres de noblesse à la littérature jeunesse et Dieu sais combien j’aime cela. Ce livre m’a réconforte dans mon choix de lire du roman jeunesse malgré mon âge avancé (et ce malgré les reproches qu’on a pu me faire).

10 –  Les pommes miracles

Mon hésitation pour la dernière place se jouet entre 3 manga. J’ai finalement choisi les pommes miracles pour ramener un peu d’écologie dans cette liste, et faire ainsi écho au premier titre présenté. J’ai été un peu déçue par Les pommes miracles que je trouve trop superficiel, mais il a le mérite de vulgariser la démarche d’un agriculteur bio et montrer le cheminement pas toujours facile (pour ne pas dire jamais) des précurseurs en la matières. Un titre qui mérite d’être cité.

Share