Archives quotidiennes :

Pérégrination vers l’est, sur les terres de Bouddha

Aujourd’hui je ne vous parlerais ni de roman, ni de manga mais bien d’un livre de photo que j’ai découvert grâce aux éditions Asiatika.

Résultat de recherche d'images pour "Pérégrination vers l'est, sur les terres de Bouddha"

Dans Pérégrination vers l’est, sur les terres de Bouddha, Stéphane Castagné, photographe amateur, nous invite dans un magnifique voyage dans l’est de l’Asie.

Les photos y sont regroupées en quatre chapitres : Peuples d’Asie, Lieux de prières, Monuments et Paysages. Photos couleurs et noirs et blanc, toutes sont d’une très grande poésie.

J’ai beaucoup aimé la première partie où des portrait cohabitent avec des instants furtifs de vie, des jeunes moines qui jouent, des femmes qui discutent assises à l’ombre… Il y a beaucoup de beauté et d’humanité dans tous ces clichés.

Photo serpent artbook - Editions Asiatika

Dans la partie lieux de prière et monuments on découvre des monuments connus mais il y a d’autres clichés, particulièrement intéressant qui saisissent des détails. Ce sont sans doute mes photos préférées. Les monuments sont joliment mis en valeur, mais ces détails dégagent une poésie et un quelques chose de nostalgique très touchant.

C’est un peu frustrant de ne pas avoir les mots pour vous parler des photographie de Stéphane Castagné à leur juste valeur. J’ai trouvé cet album très beau. Si les paysages qu’il nous montre ne m’étaient pas inconnu, le regard qu’il pose sur les paysages et les gens est particulièrement touchant et nous invite au voyage, à la rencontre. On referme le livre en ayant l’impression d’avoir entre nos mains un bout de son voyage, un peu de ses émotions, de ses rencontres. Un livre que je conseille aux amoureux de l’Asie et des belles photos.

Merci aux éditions Asiatika pour cette découverte

Retrouvez le livre sur le site de l’éditeur

Urashima

Alors que le mois au Japon était déjà commencé je suis tombée par hasard sur ce petit album pour trois fois rien, j’ai pas réfléchi longtemps avant de l’embarquer. Justement je manquais de titre jeunesse à présenter !

Avec Mimiko nous connaissions déjà l’histoire d’Urashima pour en avoir lu la version de Tomonori Taniguchi dans l’album bilingue 7 contes japonais (super album, je vous le conseille). La version que nous offrent Margaret Mayo et Jane Ray est un peu différente, mais c’était amusant de retrouver la même histoire et de voir Mimiko faire le lien entre les deux version.

Les illustration sont très jolie et le texte est agréable à lire. Nous avons partagé un beau moment de lecture partagé.

Urashima, un jeune pécheur, trouve un jour une tortue sur le dos abandonnée sur la place. Tout de suite il s’empresse de sauver l’animal et le remet à la mer. Le lendemain, alors qu’il part avec son bateau pécher, une voix l’appelle. C’est la tortue qui est venu le chercher. Pour le remercier elle veut l’amener dans le palais de son père, le dragon de sous la mer. Là la tortue se transforme en magnifique princesse et les deux jeunes gens se marient. Après 3 jours, Urashima a la nostalgie de chez lui, il veut revoir ses parents, les rassurer pour qu’il ne pense pas qu’il s’est noyait en mer. Mais voilà 3 jours au pays de l’éternelle jeunesse et déjà 300 ans ont filé au pays des hommes ! Le choc est trop grand pour Urashima qui, sous le coup de l’émotion, trahi la promesse faite à sa femme. Les amoureux seront séparé à jamais.

Un beau conte avec un fin triste.