Archives quotidiennes :

SAO – Alicization beginning (tome 5)

Me revoilà avec du light-novel ! J’espérais avoir le temps de présenter ce roman pour le mois japonais mais j’ai une petite semaine de retard ^^’ moi et ma lenteur de lecture T_T Allez, c’est pas grave, comme on dit : « mieux vaut tard que jamais 😉

Aujourd’hui je vous présente un nouveau tome de la séries Sword Art Online, publié chez Ofelbe. Une de leur première licences, publié en gros volumes regroupant chacun 2 tomes japonais. Nous vous avons déjà présenté le premier tome 1 ici et ici.

Résultat de recherche d'images pour "sword art online roman"Pour ceux qui auraient la flemme de lire ces 2 article je plate vite fait le décor de la série : dans le premier tome de nombreux joueurs se retrouvent pris au piège dans un jeu vidéo, une nouvelle technologie de réalité virtuelle étonnamment réaliste où le joueur est littéralement plongé, laissant son corps inerte dans son lit. Alors que de nombreux joueur se jettent sur cette nouveauté, un cauchemar les attend ! Le créateur du jeu vient de le piéger. Il ne pourront se déconnecter qu’une fois la partie terminée. Il y a alors ceux qui paniquent, ceux qui s’organisent, ceux qui perdent toute notion de réalité n’hésitant pas à tuer leur camarades pour qui la mort virtuelle signifie aussi mort réelle. Au milieu de tout cela, Kirito, l’épéiste noir, beau et ténébreux, quoi que plutôt gringalet, solitaire et joueur vétéran particulièrement doué, qui a tout du stéréotype du personnage shonen. Mais l’écriture de Reki Kawahara est plaisante et dynamique, on lui pardonne très vite l’excès de stéréotype dans la construction de ses personnages.

J’avais trouvé la lecture de la première partie du tome 1 très agréable et pas prise de tête. En revanche, une fois l’aventure conclue je n’éprouvais aucun besoin de prolonger la lecture, ni de retrouver l’univers et les personnages de SAO. La deuxième partie du premier tome comporte d’ailleurs des incohérences avec la première et je m’en lassais assez vite.

Intrigée par cette inégalité entre la première et la seconde partie du premier volumes, j’ai voulu retenter l’expérience avec le tome 5 qui débute un nouvel arc (comprendre une nouvelle aventure avec un nouvel univers pour le même héro).

Mais alors qu’en est-il des tomes 2 à 4 ? Ben… je ne les ai pas lu ^^’

Résultat de recherche d'images pour "sword art online roman tome 5"

L’avantage avec ce genre de roman, c’est que les light-novel sont pré-publié sous forme de feuilleton dans des magazine (voir sur des site internet) ce qui fait que les auteurs écrivent de façon a rester compréhensibles par celui qui découvre la série déjà en cour de publication. Si la lecture de toute la série ouvre des portes de compréhension supplémentaires (on connait bien tout les personnages et les clins d’œils aux épisodes précédents sont nombreux) le fait d’avoir loupé un pan de la vie de Kirito ne nous empêche pas de suivre cette nouvelle aventure.

L’auteur nous fait même des petits rappel pour que l’on puisse si retrouver, quand les personnages apparaissent, une breve présentation permet de les resituer ou de comprendre dans quel contexte le héro les a rencontré. J’ai donc compris qu’après avoir réussi à sortir du premier piège, Kirito a continué à explorer d’autres univers visuels dans lesquels ils a encore vécu de dangereuses aventure, déjoué de machiavéliques machinations et rencontré d’autres joueurs. Cela suffit pour commencer ce nouvel arc.

Avec Alicization Beginning, la réalité virtuelle va encore plus loin et devient plus vraie que réalité. Ce n’est plus un univers numérique dans lequel la conscience du joueur est projeté, mais une véritable réalité alternative dans laquelle l’âme du joueur évolue. L’âme ? Oui, une très complexe explication pseudo-scientifique nous est donné pour nous expliquer comment l’âme d’une personne peut être envoyé dans cet univers. Je ne suis pas sûre d’avoir bien suivi toutes les explications mais j’ai trouvé ça très intéressant comme passage car il pousse à se poser des questions sur ce qu’est la réalité. Ne vous êtes-vous jamais demandé si votre vie n’était en fait que le rêve de quelqu’un d’autre ? Gamine je m’imaginais souvent n’être que la fiction crée par un autre. J’aimais m’effrayent en me disant que tout ce qui pour moi était réel n’était finalement qu’une illusion. Avec Alicization beginning on est en plein dans ce délire.

Kirito se retrouve piégé (encore une fois, il a vraiment pas de bol) dans l’Underworld, mais il est le seul a être conscient qu’il s’agit d’une réalité virtuelle crée par une obscure entreprise de la réalité. Pour les gens qu’il y croise, l’Underworld est la réalité. Une situation finalement très différence de celle du premier tome où tous les joueurs savent qu’ils sont dans un univers virtuel et où les pnj (personnages non joueur) sont limité et se distinguent des vrais humains.

Dans l’Underworld tous semblent posséder une âme humaine. En cela je trouve que ce nouvel univers de SAO se rapproche d’avantage de l’univers de Log Horizon.

Résultat de recherche d'images pour "sword art online alicization beginning"
illustration de Abec

Mais revenons un peu sur ce cinquième tome. Ce que j’ai particulièrement aimé c’est changement de points de vue qui s’alternent d’un chapitre à l’autre. Deux univers évoluent parallèlement : la réalité et l’Underworld. Mais aussi le focus du narrateur, parfois Kirito s’exprime à la première personne, parfois c’est un narrateur extérieur mais qui se place du point de vue de tel ou tel autre personnages, nous faisant découvrir les choses tel qu’il les voie, nous faisant entendre leur voix intérieur. Ce va-et-vient d’un univers à l’autres, d’un point de vue à un autre offre une bonne dynamique, un rythme de lecture particulier et plaisant. Ce qui est assez extraordinaire c’est que les ambiances entre réalité et monde virtuelles sont vraiment différente, dans le premier cas on est dans un univers proche du notre mais futuriste, dans le deuxième c’est plutôt une ambiance héroïc-fantasy aux costumes moyenâgeux. Et les deux fonctionnent bien. Passer de l’un à l’autre donne aussi un peu de fraîcheur. Quand le décor moyenâgeux commence à vous ennuyer vous êtes propulsé en 2026. Et dès que les explications pseudo-scientifiques commencent à vous ennuyer vous voilà de retour au pays des dragons, trolls et autres féeries. On oscille vraiment entre sf et héroïc-fantasy.

Résultat de recherche d'images pour "sword art online alicization beginning"
illustration de abec

Les personnages restent assez stéréotypé mais ont peut-être gagné en maturité par rapport au premier tome, cela se ressent moins. Sauf peut-être dans leur sexualisation. J’entend par là la façon dont sont traité les personnages féminins et masculins, répondant à des critères plutôt archaïques. Des petites phrases tel que « Tizée et Léonie laissèrent échapper des petits cris d’excitation, typiques chez les adolescentes de leur âge » se glissent ici et là, hérissant tous mes poils. Je les entends pousser des « kyaa! » typiques certes, mais non des adolescentes de cet âge, mais plutôt de l’image que les manga/anime japonais donnent des adolescentes de cet âge. J’ai jamais poussé des petit cris typiques pour une tartelette, perso. L’ensemble est vraiment très type anime, même sans l’aide des illustrations qui accompagnent le texte il serait impossible d’imaginer les personnages du roman comme de vraies personnes, on les visualise tel que des héros de dessin animé. Ce qui doit d’ailleurs faciliter l’adaptation en manga et en amine de la série.

manga, publié chez Ototo

Dans l’ensemble j’ai apprécié cette lecture, il y a plein de rebondissements, de nombreux personnages. Comme j’ai dis plus haut, j’ai apprécié le changement de décor et de point de vue permanent. C’est agréable et léger, avec une pointe de réflexion non désagréable (même si le chapitre avec les explications mériterais peut-être d’être un peu raccourcis). Une bonne lecture détente qui m’implique pas forcement d’avoir lu le reste de la série, tout en apportant aux fans de l’univers de nombreux clins d’œils.

Si cette redondance due la à la sérialisation permet de raccrocher au récit en cours de route, il a tout de même un désavantage au cours de la lecture d’un seul et même tome. Par exemple, ici, on nous explique l’origine de l’épée de Kirito à chaque fois qu’elle apparaît dans le récit, or nous avons lu le chapitre où il se procure cette épée puisque elle est dans ce même tome, inutile de nous le rappeler toutes les 50 pages. Une redondance qui en font un gros volume dont je pense une bonne centaines de pages pourrait être supprimé afin d’alléger l’ensemble. Ceci dit, l’écritures  de Reki Kawahara est suffisamment dynamique pour que cela ne soit pas trop encombrant comme répétitions.

Envie d’embarque dans ce nouvel univers virtuel ?

Sword Art Onlin – Alicization beginning

tome 5

auteur : Reki Kawhara

illustrations : abec

Ofelbe

fiche sur le site de l’éditeur

lire un extrait


Merci aux éditions Ofelbe pour cette lecture


Pour finir je partage ce fan-art que je trouve trop mignon

くすぐり攻撃/トフ
SAO fan-art de トフ
Share

L’édition généraliste au XX° siècle : Robert Denoël, le challenger ~ by Yomu-chan

Bonjour !

Nouvel article pour continuer ma série sur l’édition française au XX° siècle. Aujourd’hui on va parler de Robert Denoël.


A- Les débuts

1.  Brève Biographie

Robert Denoël est né en 1902, il est belge. Il arrive à Paris dans les années 20 avec l’idée de réussir dans le domaine littéraire. Il se lie vite avec beaucoup d’artiste surréaliste durant cette période d’explosion artistique. Il travaillera même dans une galerie d’art. Là il rencontrera  Eugène Dabit, un de ses ami peintre qui souhaiterait passer du pinceau à la plume.

2. Sa double boutique et la vie de salon

En 1927 il ouvre une double boutique : à la fois librairie et galerie. Celle-ci se trouve dans un quartier chic où se passe la vie artistique et festive du Paris d’entre deux guerres. La vie du livre est rythmée par celles des salons. Il se lance dans l’édition de livres d’art assez cher destinés à un public de bibliophiles, il travaille notamment avec des artiste tel que Antonin Artaud.

Robert Denoël

3. Eugène Dabit & Louis-Ferdinand Céline

Robert Denoël publie l’ouvrage de Eugène Dabit son ami peintre : Hôtel du Nord, une littérature prolétarienne qui est le vrai premier succès de la maison d’édition, il décroche d’ailleurs le prix de  littérature populiste.  Le succès oblige même une réimpression du livre.

Entre temps il s’associe avec Bernard  Steel, un riche américain qui fournit les fonds pour l’entreprise. Il s’agit donc d’une double marque durant les années 30 : Denoël et Steel.

Un jour il reçoit un manuscrit sans nom qui lui semble être une promesse de succès. Effectivement il décide de publier au nez et à la barbe de Gallimard,  Voyage au bout de la nuit de Céline. C’est un début de rivalité entre les deux maisons. Le livre est un succès si bien qu’il est pressenti pour le prix Goncourt mais dans la nuit avant la remise du prix Gallimard aurait intrigué pour que se soit son livre qui gagne.

B- Dans les années 30

La maison connait le succès dans cette décennie. Même si Bernard Steel la quitte à la fin des années 30  pour fuir la France (en effet ce dernier était juif). Finalement en 1936 la maison s’appellera seulement Editions Denoël. La maison d’édition décroche de nombreux prix, c’est une maison « challengeuse« , elle attaque Gallimard sur tout les plans. D’ailleurs elle publiera Aragon avant que celui-ci aille chez Gallimard.

C- 2° Guerre Mondiale & ses publication

1.  Ses publications

Après la défaite de 1940, il poursuit sur sa lancée et s’associe avec un éditeur allemand pour de l’argent. Il est plutôt en accord avec les idées prônées par le régime de Vichy.  Même s’il a des relations compliqué avec Céline il lui reste fidèle et va même publier ses pamphlets antisémites. Il lance une nouvelle collection : les Nouvelles Editions Française (NEF) dans laquelle on trouve des ouvrages dirigés par Montandon, du genre Comment reconnaître un juif ? 

Robert Denoël est un homme qui aime l’argent, un opportuniste décomplexé. Il vend tout ce qui se vend et ce qui plaît à l’occupant. Il publie un best-seller de l’occupation : Les décombres, de Louis Rebatet en 1942 (se sont les mémoires d’un fasciste). En clair Denoël publie une littérature de la défaite et de la collaboration.

2. Répercutions

Durant l’été 1944 Denoël prépare sa défense car il sait qu’il va devoir rendre des comptes sur ses activités et ses publications durant l’occupation. Finalement il est innocenté de façon personnelle mais sa maison d’édition reste poursuivie. 

D- Fin de la maison d’édition

Il rencontre Jeanne Loviton, qui sera sa maîtresse, il la croit son alliée pour le sortir de ses affaires de justice puisqu’elle est avocate. Elle l’aide à préparer sa défense. Mais un soir alors qu’il se rendait au théâtre avec cette dernière, Robert Denoël est assassiné d’une balle dans le dos. Un pneu de leur voiture aurait crevé et alors qu’elle se rendait seule au spectacle tandis que lui essayait de réparer la roue il se serait fait tirer dessus. Mais il y a des choses un peu obscure dans ce meurtre qui n’a jamais été élucidé. 

Jeanne Loviton en profite pour sortir un document de cession des parts de l’entreprise pour elle-même, la maison passe donc entre ses mains. Malgré une tentative de défense de la part de la femme et de l’enfant de Denoël elle reste détentrice de l’entreprise qu’elle s’empresse d’aller revendre à Gallimard.

Share