FIBD 2018 – C’est quoi le programme ?

Le Festival d’Angoulême est si riche, entre les stand des exposants et les séances dédicaces, les nombreuses expos et les diverses rencontres organisées tout au long du festival, c’est impossible de tout faire, tout voir. Chaque année j’aime préparer un peu le terrain, voire quelles expos je ne veux pas louper, à quelle conférence assister… Et puis, chaque année j’improvise, au jour le jour, selon l’envie ou la compagnie du moment.

Pour cette nouvelle année je ne vais pas déroger à la règle 😛

Je vous parle ici de ce qui m’inspire en regardant le programme, puis on verra ce que je ferais sur place. Un, voir plusieurs compte rendu vous revolerons dans les jours à suivre ce que j’ai vraiment fait et vu sur le Festival.

Alors, c’est quoi le programme ?!

Les expos

⇒ toutes les information sur les expos 2018

Parmi les 12 expos officielles celle qui à priori me fait le plus envie c’est celle dédié à L’art de Naoki Urasawa. J’aime beaucoup ce mangaka. Pas vraiment pour son dessin, auquel je n’ai rein à reprocher, mais pour sa façon de raconter les histoires. J’aime beaucoup la narration de ces manga, je suis curieuse de voir ce que cette expo nous réserve.

Cette exposition rétrospective propose de nombreux originaux, et revient sur les motifs de l’œuvre : l’obsession d’un mal sans visage et sans nom, l’art comme forme supérieure d’aspiration humaine, le dialogue entre l’Orient et l’Occident, ou encore la crainte de la résurgence de dictatures sanguinaires.

Je ne peux pas rater l’expo dédié au père du manga moderne : Osamu Tezuka.

Osamu Tezuka n’a jamais fait l’objet d’une véritable rétrospective en France. L’exposition présentée par le Festival retracera le cheminement de son œuvre protéiforme avec une sélection exceptionnelle de 200 originaux. Il s’agira enfin de rendre hommage à un auteur venu au Festival en 1982 dans un relatif anonymat, quelques années avant que la bande dessinée japonaise s’exporte massivement à travers le monde.

Je suis curieuse de voir l’expo dédié à Emmanuel Guibert, qui a reçu le prix des scénaristes.

Enfin je souhaite découvrir le travail Sonny Liew le prodigue de Singapour

Les Rencontres

J’aurais adoré assister à la rencontre avec Urosawa mais je crois que ce ne sera pas accessible à tout le monde. Je me consolerais en allant voir Shinzo Keigo (auteur de Tokyo Alien Bros), Sonny Liew et Gipi (un compatriote, je peux pas passer à côté).

L’incontournable tour du côté de l’espace SNCF et les rencontres avec les auteurs du palmarès polar.

Et je ne marquerais pas d’aller voir quelques performances graphiques dans le pavillon manga.

Et puis, bien sûr, il y aura les rencontres du hasard, dans le monde des bulles et du Nouveau monde. Je n’ai pas épluché les programme des éditeurs, je préfère la surprise (bon ok, j’ai juste la flemme !)

Serez-vous des nôtres au Festival ?

Share