Archives mensuelles : mars 2018

Le mois des contes et légendes c’est fini

Pour cette première cession du mois des contes & légendes nous étions 8 blogueuses et nous avons proposé 73 articles en tout. Une vraie réussite pour une première 🙂 Je suis très contente du succès de ce mois des contes et légendes et j’ai hâte de recommencer. Mais avant de parler de la prochaine session place au bilan !

Voici tous les liens par catégorie :

Le jeu en 10 pistes :

1 – contes détournés

2 – contes dont le héro est une femme

3 – contes d’Europe

4 – contes d’ailleurs

5 – souvenirs d’enfance

6 – une légende de votre région

7 – soirée cinéma

8 – dites-le avec des bulles

9 – on est des bêtes

10 – d’un contes 3 coups

Hors piste 

Le défi gourmand :

Des contes en cuisine était en partenariat avec les Gourmandises de Syl. Pour prolonger le plaisir Des contes en cuisine continue en Avril !

Aucun texte alternatif disponible.

Le palmarès

Conteur à avoir complété leur jeu en 10 pistes : Bidib 

La piste ayant remporté le plus de succès : contés détournés avec pas mois de 23 articles proposé. La plupart proposé par Kiona, grâce à elle, le petit Chaperon Rouge n’aura plus de secret pour nous 😀

La conteuse mars 2018 est : Kiona  avec 26 articles.

La Gourmande mars 2018 est : Isabelle avec 5 recettes.


C’est fini pour ce mois-ci, j’espère que ça vous a plu et que vous serez nombreux à vouloir renouveler le rendez-vous.

Comme je l’ai déjà précisé dans le billet de présentation du premier mars, les dates du rendez-vous changent parce qu’en mars je participe déjà aux British Mysteries et que les deux au même temps c’est un peu beaucoup pour moi 🙂 Après un petit sondage, deux date se sont distinguée : juin et septembre. Ce sera septembre, parce qu’en juin je risque de ne pas être dispo.

Je vous propose donc de remettre ça des septembre prochain, pourquoi attendre 2019 quand septembre 2018 nous tends les bras 😀

En attendant retrouvons nous sur le  groupe facebook !

Et pour vous faire patienter d’ici là, je vais vous proposer des petits récap par pistes de jeu dans les prochaines semaines.

Sans oublier les Contes en Cuisine qui continuent encore pendant un mois 😉

Share

Auteurs à l’honneur #3 Les frères Grimm

Auteur

Bienvenu pour un nouvel épisode d’auteur à l’honneur, rendez-vous mensuel lancé par Nina.

Me revoici avec (enfin !!) un nouvel épisode. J’aime beaucoup ce rendez-vous mais entre le temps qui file trop vite, le manque d’inspiration et la vie qui passe, je fini toujours pas zapper. Avec la nouvelle année j’avais envie de faire revivre ce rendez-vous avec plus d’assiduité qu’en 2017 mais… il m’aura fallu trois moi pour m’y mettre. Je voulais un auteur qui soit dans la thématique du mois : les contes et légendes, alors j’ai eu envie de parler des frères Grimm.

Pas vraiment besoin de les présenter. Tout le monde connais plus au moins, mais comment ne pas parler d’eux alors que leur nom revient régulièrement tout au long de ce mois.

Je ne ferais pas leur bibliographie (les livres publié de leur vivant ne doivent plus être facile à trouver) mais je vais me permettre une présentation toute décalé, avec plus d’adaptation que d’originaux.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLes frères Grimm sont né à Hanau, ville allemande, à la fin du XVIII siècle. Jacob en 1785, suivi l’année suivante par son frère Wilhelm. Ils mourrons à Berlin en 1863 et 1859.

Il étaient linguistes et philologues mais ce qui les a rendu très célèbre c’est leur recueil Contes de l’enfance et du foyer où ils ont recensé 201 histoires issue du folklore allemand. Il ont publié plusieurs version de ce recueil, en le peaufinant à chaque nouvelle édition. Ces contes, devenus très populaires sont encore très souvent raconté, adapté et revisité.

Image illustrative de l'article Le Petit Chaperon rougeLes frères Grimm ont prétendu avoir collecté ces contes auprès de paysans mais en réalité leur source principale était une conteuse très cultivée ainsi que familles françaises. Ils s’inspirerons aussi de Perrault. C’est pourquoi on retrouve dans les travaux des Frères Grimm et chez Perrault des contes similaires. Perrault lui-même avait mélangé les sources en proposant à la fois des contes qu’il avait collecté dans la tradition orale et d’autres qu’il puisa dans des recueil d’autre collecteurs, notamment des collecteurs italiens. Bref vous l’aurais compris, les contes ont voyagé d’un pays à l’autres par la tradition orale peut-être mais aussi parce que les collecteur puisent les uns dans les livres des autres.

Si la méthode de collecte des frères Grimm a depuis était effectivement critiquée, il n’en reste pas moins que leur recueil recense un grand nombre de contes et que il s ne sont pas pour rien dans la popularité de certains.

Afin de contrer les critiques faites aux premières éditions des Contes de l’enfance et du foyer les frères Grimm vont modifier certains aspect des contes pour plaire au public de l’époque. Les méchantes mères deviennent des marâtres, tandis que les châtiment que l’ont réserve aux méchant deviennent de plus en plus cruels (je me souvient avoir lu une version de Blanche Neige ou l’on fait danser la reine avec des souliers ardant jusqu’à ce que mort s’en suive).

retrouvez ici la liste complète des Contes de l’enfance et du foyer (toutes éditions confondues)

Parmi leur contes les plus célèbre on retrouve Blanche Neige, Cendrions, Le Petit chaperon rouge (qu’ils ont piqué à Perrault), Hansel et Gretel, La belle au bois dormant, Raiponce, les musiciens de Brême, le joueur de flute

Je soupçonne un certain Disney avoir joyeusement pioché dans leur Contes de l’enfance et du foyer 😀

Résultat de recherche d'images pour "blanche neige"

Un biographie très fidèle ? Que diriez-vous de film Les frères Grimm ? XD

Livres dont j’ai déjà parlé adaptant les contes des frères Grimm (plus ou moins librement) :

Couverture Blanche neige (Rossi)

Je vous ai parlé il y a quelques jours de l’albums Blanche Neige de Francesca Rossi, elle propose une version on ne peut plus classique du conte. Parmi ses albums de contes on retrouve d’autres histoires des Frères Grimm comme Raiponse, Cendrion, la belle au bois dormant

Blanche Neige toujours avec cette bande dessiné de la série à l’origine des contes pas vraiment fidèle à la version des frères Grimm.

Avec Grimms manga de Kei Ishiyama on a une adaptation beaucoup plus libre. L’hommage est très clairement énoncé dès le titre mais les contes prennent une allure typique du manga. Les personnages sont plus penser au shojo/shonen habituels qu’à des personnages de contes classiques.

Les contes des frères Grimm sont aussi au centre des intrigues de Ludwig revolution de Kaori Yuki pour une adaptation encore plus libre et un penchant franchement glauque.

Les cent nuits de Héro

Adaptation libre aussi pour Les Cent nuit de Héro bande dessinée de Isabel Greenberg qui, parmi toute les références, pioche aussi dans les contes des frères Grimm avec le bal des douze princesses.


Share

Nouveautés manga & BD #22 – Mars 2018

Voici quelques uns des titres sorti en Mars 2018 et qui ont attiré mon attention.

Artiste, un chef d’exception de Tarô Samoedo, publié chez Glénat

résumé : Plongeur dans un grand restaurant parisien, Gilbert est quelqu’un de timide et réservé. S’il fait tout pour éviter de se faire remarquer, il semble cependant posséder un goût et un odorat particulièrement développés et des connaissances poussées en cuisine… Ces talents parviendront-ils à faire de lui un maître des saveurs ? (source : Manga Sanctuary)

Pourquoi ? J’aime beaucoup les manga gastronomique, j’aime toutes les lectures qui donnent faim. Et je suis toujours à l’affût d’une nouveauté, pourvu que la série ne soit pas trop longue. Parce que je n’aime pas m’éterniser sur une seule série. Je préfère varier les plaisir.


La magie du rangement de Marie Kondo, illustré par Yuko Uramoto, publié par Kurokawa

résumé : Une adaptation graphique de la célèbre méthode de Marie Kondo pour ceux qui veulent en finir avec la pagaille mais aussi changer leur vie. (source : Manga Sanctuary)

pourquoi ? Bon aà vrais dire je ne vais pas l’acheter, mais je trouve ça amusant et je voulais au moins le citer. J’ai déjà lu le bouquin de Marie Kondo, la version illustré ne me serait d’aucune utilité. Et si j’ai bien aimé le livre, ma maison est… toujours en pagaille ! Un cas incurable, des génération et des génération d’endoctrinement, ça ne se soigne pas si facilement !


Trait de famille, le bestiaire fantastique d’un père et de ses fils de Thomas Romain, publié par Kurokawa

résumé : Designer français installé au Japon, Thomas ROMAIN est mondialement connu et reconnu pour son travail. Ce volume exceptionnel compile de nombreux personnages imaginés par ses fils et qu’il a ensuite adaptés.
Un must have pour tous les amateurs de graphisme, de charadesign, d’imaginaire et de pop-culture japonaises ! (surce : Manga Sanctuary)

pourquoi ? un « must have » qu’il disent, alors faut que je l’ai. Non, plus sérieusement je trouve que c’est une très jolie idée pour un dessinateur que de donner vie aux dessin de ses enfants, cela doit être un beau moment de partage et j’ai envie de découvrir ça.


Manga - Manhwa - On The FrontierOn the Frontier de Tôru Izu, publié par Kana.

résumé : Avec ses histoires « tranches de vie », qui vous feront voyager de la douce innocence de l’enfance aux désillusions de la vieillesse avec des personnages hauts en couleur, ce titre émouvant se doit de finir entre vos mains. (surce : Manga News)

pourquoi ? Un couverture intrigante. Un synopsis qui laisse espérer un traitement adulte. En plus c’est un one-shot et je préfère toujours les one-shot et courtes séries aux interminables saga. Que dire de plus, rien puisque c’est la curiosité pure et dur qui m’a attiré dans le cas précis. A si, j’aime les tranche de vie.


Manga - Manhwa - Cook KoreanCook Korean !  de Robin Ha, publié par Glénat.

Résumé : Reconnue pour sa variété et sa qualité, la cuisine coréenne fait désormais un carton hors de son pays d’origine, et particulièrement en hexagone. Kimchi, bulgogi, gimbap, bibimbap… vous raffolez de ces spécialités exotiques, mais elles vous semblent impossibles à réaliser ? Alors Cook Korean est fait pour vous ! Aussi agréable à feuilleter que facile à utiliser, cet hybride unique entre livre de recettes et roman graphique est une introduction idéale pour se mettre à la cuisine coréenne. Finies les fiches de cuisine de mamie aux listes insipides et aux photos plus ou moins appétissantes : régalez-vous avec les recettes dessinées de Robin Ha !
Entre anecdotes en BD et pas-à-pas illustrés, l’autrice nous décrit de façon détaillée les étapes et ingrédients à respecter pour pas moins de 60 recettes. Simple, ludique, savoureux et précis, Cook Korean se révèle idéal aussi bien pour les débutants que pour les cuisiniers plus aguerris qui souhaitent élargir leurs horizons culinaires ! (sources : Manag News)

pourquoi ? Parce que j’adore les manuels de cuisine en bande-dessinée.


Vatican Miracle examiner de Anju Hino et Rin Fujiki, publié par Komikku.

résumé : Les pères Hiraga et Nicholas font partie du Siège des Saints, une institution spéciale du Vatican chargée d’authentifier les miracles. Ensemble, ils enquêtent pour distinguer le vrai du faux grâce à leurs capacités d’analyse exceptionnelles. Leur prochaine mission va les entraîner en Amérique où ils vont se retrouver au cœur d’un complot diabolique ! (source : Manga Sanctuary)

pourquoi ? ça sent le fan service à plein né, vu la couverture, mais j’aime bien aussi de temps en temps. Et si je m’attends pas à une surprise je suis suffisamment intrigué pour avoir envie de le lire.


After Death de Jeff Lemire et Scott Snider publié par Urban Comics.

résumé :  Et s’il existait désormais un remède contre la mort ? Des années après avoir découvert un traitement génétique capable d’offrir l’immortalité à une poignée d’élus, un homme commence à remettre en question la nouvelle société qui a émergé de la destruction totale il y a plusieurs cycle de cela. Une quête existentielle qui l’amènera à questionner notre rapport à la mort mais également à ce qui constitue l’identité propre à chaque individu. (source : Comics Sanctuary)

Pourquoi ? L’immortalité fascine l’humanité depuis toujours mais est-elle vraiment souhaitable ? Voici une interrogation qui m’intéresse vraiment.


Beauté noire, de Balez et Simsolo, publié par Glénat.

résumé : Fin du XIXe siècle. Alors que Paris a encore du mal à cicatriser des plaies de la Commune, un attentat se prépare contre l’écrivain Émile Zola. Son crime ? Avoir osé défendre le capitaine Alfred Dreyfus dans son célèbre texte « J’accuse ». Heureusement pour lui, dans cette Europe secouée par le fascisme, l’antisémitisme et les débuts de l’anarchisme, un groupe secret de marginaux lutte pour défendre les victimes des persécuteurs. Elle est noire, ils sont juifs, métèques ou saltimbanques. Et pour punir les ennemis de la liberté, ils n’ont pas peur de se montrer aussi cruels qu’eux. Ensemble, ils ne font qu’un. Ils sont le groupe Prospero. (source BD Sanctuary)

pourquoi ? le pitch, l’ambiance… ça promet d’être intéressant.


Le mystère de la chambre jaune, de Slavkovic, Gaudin et Odone, d’après l’oeuvre originale de Jean-Charles Gaudin.

résumé : Le professeur Stangerson et sa fille Mathilde vivent au château du Glandier où ils poursuivent des recherches scientifiques. Une nuit, Mathilde échappe de justesse à une tentative d’assassinat dans sa chambre jaune, pourtant fermée de l’intérieur. Rouletabille et son ami Sainclair se rendent sur les lieux, ils vont, au terme d’une enquête périlleuse, élucider « Le mystère de la chambre jaune »

pourquoi ? la couverture me plait beaucoup et j’aime bien les polar. Je n’ai pas l’habitude d’en lire en BD


Le cœur des amazones, de Rossi et Bindi, publié chez Casterman.

résumé : Plus jamais depuis la rébellion sanglante qui avait fait d’elles des femmes libres, plus jamais les amazones ne se soumettraient, elles l’avaient juré. Mais quand leur jeune reine, Penthésilée, défie le demi-dieu Achille, leur rencontre remet en cause ce qui ne l’avait jamais été : la haine des hommes, héritée de leurs aînées… (source : BD Sanctuary)

pourquoi ? avec ce genre de titre c’est quitte ou double. Il y a autant de chance que j’aime  ou que je déteste. Mais je suis très curieuse.


Et vous, par quelles nouveautés avez vous été attiré ce mois-ci ?

Share

La fée Mélusine

Habitant dans le Poitou, je ne pouvais pas ne pas parler de Mélusine la fée bâtisseuse. Je ne compte plus le nombre d’églises et de château qu’on lui doit dans le coin. Mais savez-vous qui est Mélusine.

Il existe de nombreuses ouvrages sur Mélusine, au rayon jeunesse de la bibliothèque j’ai emprunté un album de Michel Cordeboeuf et Hervé Le Gall, publié au éditions du Bastberg.

Je l’ai choisit parce que le texte y était assez court et facile à lire. Nous l’avons aussitôt lu et j’ai trouvé la lecture agréable. On y retrouve la légende de Mélusine tel que nous la raconte Elodie Fondacci, à quelques détails prés.

Le texte est très agréable, en revanche je n’ai pas vraiment accroché au dessin, les visages ne sont pas très beaux, ce n’ai pas très armonieux.

sur le site de l’éditeur

⇒ sur Amazon

Melusine 12430 m 2 vol 7
Jean d’Arras (Paris, 1859)

La bibliothèque possède d’autres versions de ce conte, j’y jetterais un œil à l’occasion mais je n’aurais pas le temps de le faire avant la fin du mois. Pour cette session je me contenterais de terminer en musique. J’aime beaucoup cette chanson interprété par de Marie Milliflore, Les derniers Trouvères.


 

Share

Le diable aux trois cheveux d’or (en trois services)

D’un conte trois coup ! Je vous propose 3 versions du conte des frères Grimm : le Diables aux trois cheveux d’or.

Dans un village, dans une famille très pauvre, né un petit garçon coiffé, un garçon de la chance. Une sorcière qui passe par la prédit qu’à 14 ans il épousera la fille du roi. Mais le roi ne l’entends pas de cette oreille là et décide de se débarrasser du bébé en le jetant dans la rivière. Mais le bébé est trouvé et élevé par le meunier et son épouse.

L’année de ses 14 ans, le roi passe par hasard chez le meunier et découvre que le garçon est toujours en vie, il imagine alors un stratagème pour tuer le garçon. Son plan échoue encore et quand il rentre au château il découvre que le jeune homme a épousé sa fille. Furieux il envoie le garçon chercher les 3 cheveux d’or du diable, sûr que celui-ci ne réussira jamais à revenir de l’enfer. Mais le garçon de la chance à plus d’un tour dans son sac et il reviendra avec mes 3 cheveux d’or et bien plus encore.

une bande dessinée

Commençons avec une version en bande dessinée de Cécile Chiacault publié par Delcourt.

Image associée

Cécile Chicault propose le conte dans sa forme classique. Le dessin, de 1999, date un peu mais ça reste agréable à lire. Cela m’a justement fait penser à certaines bd jeunesse que je lisais gamine par l’ambiance et le graphisme.

La série compte 6 contes des frères Grimm. Je n’ai lu que celui-ci, étant tombée par hasard sur le tome d’occasion.

Une lecture que j’ai trouvé sympathique parce que je ne connaissais pas ce conte mais qui ne me marquera pas dans le temps.

sur le site des éditions Delcourt

Cécile Chicault

une version audio :

Si vous ne connaissez pas encore se compte vous pouvez rapidement le découvrir grâce à cette version audio lue par Nathalie Mussard, une voix agréable et une lecture sans chichi.

J’en avait trouvé une autre version avec plusieurs voix et pour le coup plein de chichi (bruitages divers et variés), je trouvais cette version marrante mais Mimiko ne l’a pas aimé. Elle a préféré la versions ci-dessus. Elle n’a pas du tout aimé les effets sonores de cette deuxième version audio

J’ai trouvé ces version en cherchant la version originale du conte puisque je l’ai découvert avec la bande dessinée. En là je suis aussi tombé sur un dessins animé.

un dessin animée :

Simsala Grimm est une série animée allemande qui reprend les contes des frères Grimm en 52 épisodes de 25 minutes. Je connaissais cette série par l’un de ses épisodes que ma fille avait en dvd. Je ne suis pas franchement fan, le graphisme est assez banal et l’animation grossière. Sans parler du fait que les contes sont assez librement adapté. Dans les 3 cheveux d’or du diable on passe sur tous le préliminaire, la naissance de l’enfant et la raison pour lequel le rois veux s’en débarrasser. Du coup on comprends pas bien pourvoir il voudrait le faire exécuter.

La série a néanmoins le mérite de faire découvrir des contes traditionnels.

Résultat de recherche d'images pour "Dessin animé des contes de Grimm"


  chut les enfants lisent

 

Share

Top Ten Tuesday #31 Les 10 livres que vous recommanderiez

Photo

Rendez-vous hebdomadaire créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine un top ten sur un thème imposé.


Les 10 livres que vous recommanderiez

1

Couverture Le gardien de l'esprit sacré

Je n’arrête pas de recommander Le gardiens de l’esprit sacré de Nahoko Uehashi, un roman jeunesse que j’ai beaucoup aimé. Ce que j’y ai apprécié plus particulièrement c’est la façon dont l’auteur crée son univers fantastique : histoire, géographie, mythologie… c’est très détaillé sans être ennuyeux ou trop long.

Je le conseille, je le conseille… mais personne ne le lit T_T

2

Couverture 1984

J’ai aussi beaucoup conseillé 1984 qui m’avait beaucoup marqué à l’époque (il y a des années !). Du coup maintenant je me dis qu’il faudrait que je le relise moi aussi.

3

Un roman qui m’a beaucoup maqué. A relire aussi.

4

Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver

un peu plus de légèreté et de Fantasy avec La passe miroir. J’ai beaucoup aimé le premier tome. Dépaysement garanti.

5

Couverture Bonne continuation

Envie de rire ? Je conseille Bonne Continuation 🙂

6

Couverture Le feuilleton de Thésée

J’ai découvert ce livre avec Mimiko (grâce à son maître d’école) et à la maison on a tous beaucoup aimé. A conseiller à tous les enfants férus de mythologie grecque (et pas que les enfants)

7

Couverture Beignets de tomates vertes

un roman pour se détendre, riche en personnages aux histoires croisée. Pour se distraire rien de mieux que de bons beignets de tomates vertes.

8

Couverture Le mari de mon frère, tome 1

pour aborder avec humour et douceur l’homosexualité et le mariage pour tous. Le mari de mon frère est à mettre entre toutes les mains

9

Couverture Banzo

Banzo est un roman qui m’a étonné et que je conseille souvent aux amoureux de littérature.

10

Couverture Le petit prince

C’est le roman qui m’a fait aimer la lecture, je ne pouvais pas ne pas conseiller le Petit Prince.

Share

Ces jours qui disparaissent

Lubin est un jeune homme plein de vie, acrobate et caissier dans une supérette pour arrondir les fins de mois, beau et jovial, il est entouré d’une belle bande d’amis avec qui il partage sa passion du cirque. Mais un jour, en se rendant au travail, il se rends compte qu’il a zappé une journée toute entière. Il met cela sur le compte d’une mauvaise chute, sans doute a-t-il dormi plus de 24 heures. Mais le surlendemain l’incident se reproduit. Très vite Lubin se rend compte qu’une autre personnalité prend possession de son corps un jour sur deux.

Au début les deux personnalités cherchent à coexister, se laissent des messages vidéos, mais leurs personnalités sont si différentes que le clash fini par arriver et la communication est interrompue. L’une des personnalités prend le pas sur l’autre. Mais qui parasite qui ?

Comment ne pas aimer le Lubin que l’on rencontre au début de l’album, n’est-il pas magnifique sur scène, et ce sourire chaleureux, cette vitalité… On ne peut que se prendre d’affection pour lui et pour ses amis. On peut qu’éprouver de la tristesse et de la colère de le voir peu à peu disparaître. La première moitié de l’album m’a beaucoup touchée. Puis au fur et à mesure que la première personnalité s’éface, que ses apparitions se font de plus en plus rares, mon empathie à son égard se faisait aussi moins forte. Étais-je en colère de le voir se laisser dominer par l’autre ? Lui en voulais-je de ne pas se battre d’avantage ? Connaissant mon caractère cela serait tout à fait possible.

Mais en vérité j’ai trouvé dommage de n’avoir qu’un son de cloche. Le Lubin qu’on nous présente, on ne peut que l’aimer, mais qu’en est-il de l’autre. Ses amis le décrivent comme un con, mais l’est-il vraiment ? Pourquoi son existence serait-elle moins légitime ? Le fait de nous présenter qu’une seule personnalité rend les choses trop faciles, c’est lui qu’on aime, c’est lui que l’on veut voir rempoter le combat, c’est pour lui qu’on pleure. Mais j’aurais trouvé cela beaucoup plus intéressant de nous faire aimer les deux Lubin et de rendre le choix impossible au lecteur.

Ceci dit, comme me l’a justement fait remarquer Yomu-chan, ce qui rend le récit particulièrement poignant c’est qu’on vit l’histoire à travers le regard du personnage, on n’a pas de regard omniscient sur l’histoire. On ne voit ce qu’il voit lui-même. Si dans un premiers temps j’ai parlé d’empathie, comme elle me l’a fait remarquer ce mécanisme narratif permet aussi de créer une plus grande tension dans le récit et de mieux nous faire vivre l’angoisse ressentie par le personnage qui voit sa vie défiler sans avoir aucune prise sur elle.

Finalement j’ai beaucoup aimé cette bande dessinée, surtout des deux premiers tiers. Les personnages sont riches et touchant, c’est vivant, rythmé. On a envie de savoir. Si j’ai moins accroché à la dernière partie, que j’ai moins été touchée ou convaincue par celle-ci c’est peut-être aussi du au fait que j’ai fait une pause avant de lire la fin. J’ai ainsi eu le temps de fantasmer une suite et d’être déçue par celle qui nous est proposée.

Côté dessin  j’ai également été séduite, le trait est fin, les visages sont expressifs, les couleurs sont douces

Je remercie PriceMinister-Rakuten pour m’avoir fait découvrir cette bande-dessinée dans le cadre de leur opération la bd fait son festival. 

Et puisqu’on me demandait d’attribuer une note, je donnerais un 16/20 (ce qui de ma part est une très bonne note)

Ces jours qui disparaissent sur PriceMinister

sur le site de l’éditeur

Timothé Le Boucher sur le site de Glénat, sur facebook

Lecture commune partagée avec Enna

⇒ à lire aussi les avis de Mo’, Moka, Jérôme, Yvan, le petit carré jaune, noukette


 challenge petit bac

 

Share

C’est lundi que lisez-vous ? #93

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

dès lundi dernier j’ai fini Le célèbre catalogue Walker & Dawn, j’ai beaucoup aimé. Je vous en dis plus très vite.

Couverture Ces jours qui disparaissent

Ces jours qui disparaissent : une très belle bande dessinée mais qui me laisse un peu sur ma faim. Rendez-vous le 26 pour le compte rendu de cette lecture que je partage avec Enna.

Résultat de recherche d'images pour "contes en fôret elene usdin"

Comme lecture du soir nous avons lu un recueil de contes : Contes en forêt de Elene Usdin et Claude Helft

Je lis

Couverture La longue marche des dindes Couverture Introduction à la littérature de jeunesse 

Je lirais

Couverture Contes de la forêt vierge

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu 

Je lis

Je lirais

Les lectures de Mimiko

J’ai lu 

Je lis

Nouvelle lecture de Mimiko #leslecturesdemimiko #bdjeunesse @ruedesevresbd

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le


C’est lundi on fait le point

la semaine dernière sur le blog

Share

L’Histoire des douze signes

Comme légende venue d’ailleurs, j’ai choisi la version coréenne de l’origine des 12 signes du zodiaque. Un album de 2007 de Jeong Ha-seop et illustré par Lee Chun-gil, éditions Quiquandquoi.

Après avoir créé le monde le Dieu Céleste veut se reposer mais les hommes ne savant pas comment vivre, alors il décide d’envoyer sur terre douze dieux pour qu’il apprennent aux hommes comment vivre.

Le dieu rat se présente le premier. Il est envoyé sur terre pour apprendre aux hommes les vertus du travail. Puis vient le dieu bœuf qui veut leur apprendre la force. Il est a sont tour envoyé sur terre.

Arrive le dieu tigre qui veut leur inculquer le courage, il est envoyé sur terre. Le suit le dieu lapin qui est envoyé sur terre pour apprendre aux homme a distinguer le vrai du faux.

Le dieu dragon qui règne sur l’eau part aussi sur terre pour apprendre aux homme à utiliser l’eau. Il est suivi du dieu serpent qui veut apprendre aux hommes la patience et la persévérance.

Vient ensuite le dieu cheval qui veaut apprendre aux homme « combient le monde est vaste ». Le dieu chèvre arrive à son tour et est envoyé sur terre pour apprendre aux hommes à partager.

Le dieu singe arrive et propose de leur enseigner l’ingéniosité, il est aussi envoyé sur terre suivi du dieu coq qui veut donner un rythme à leur vie.

Le dieu chien arrive et propose de leur enseigner la confiance. Il est envoyé sur terre suivi du dieu cochon qui veut apprendre aux homme à savoir prendre son temps.

Enfin arrive le chat qui est en retard, ayant passé trop de temps à dormir. Il propose au Dieu Céleste d’aller sur terre pour apprendre aux homme l’indépendance. Mais il était trop tard. Les douze dieu sont déjà au travail et la paix règne sur terre. Le Dieu Céleste congédie le chat.

Mais quelques temps plus tard un grand bruit monte au ciel, les douze dieux se disputent chacun voulant régner sur les autres. Le Dieu Céleste furieux leur ordonne de revenir au Ciel. Afin d’éviter tout conflit il leur propose de descendre sur terre à tour de rôle un an chacun. Et si par leur faute le chaos devait revenir, ce sera le dieu chat qui prendrait leur place.

Depuis lors les douze dieux descendent sur terre chacun leur tour pour y rester un an. C’est ainsi que les douze signes du zodiaque ont vu le jour. Le dieu chat attend toujours son heure.

J’aime beaucoup cet album, non seulement il nous fait découvrir un mythe fondateur que partagent de nombreux pays d’extrême-Orient, mais est aussi très agréable à lire et à regarder. J’apprécie tout particulièrement les illustrations qui tout en s’inspirant des peintures traditionnelles ont un côté enfantin, notamment dans les mimiques des animaux. Le livre est très élégant, et propose une version contée dans les réglé des l’art. Nous avons même les bruitages traditionnels, que je suis bien incapable de prononcer, n’ayant absolument aucune notion de coréen, mais qui apportent une petite note exotique au texte et renforcent la structure classique du conte, avec ses répétitions.

Un bel album que je conseille aux féru des contes et légendes et aux amoureux d’Asie ou tout simplement de beaux album jeunesse. Moi étant les trois à la fois je suis très contente d’être tombé sur ce livre complètement par hasard.

L’Histoire des douze signes sur Decitre et Amazon


 

Share