Archives mensuelles : avril 2018

Le Mois des contes 2018 #3 contes d’Europe

Il y a eu les contes détournés, les contes dont le héros est une femme, la troisième piste de jeu pour cette première session du mois des contes et légendes 2018 était les contes d’Europe.

Voici tous ceux qui ont été présentes :

Couverture Blanche neige (Rossi)Blanche Neige de Francesca Rossi, d’après les frères Grimm, editions Piccolia.

album présenté par moi-même

présentation de l’éditeur : Un grand conte classique rempli d’aventures extraordinaires à partager en famille, pour le bonheur des petits et des grands.

Bidib :  » Un joli album, un conte classique et pas de coup de cœur au rendez-vous pour nous »

♥♥

Roule galette

Un Film des Enfants du CLAS de la MJC Fernand Léger de Corbeil-Essonnes (Ecole Galignani)

court-métrage présenté par moi-même

Bidib : « J’adore »

♥♥

Ivan-dourak et Ivan-tsarevitch

Pourple Velvet nous fait découvrir plusieurs contes russes dont le héros porte le nom de Ivan

Purple Velvet : « Toujours dans ma logique Hiver Russe, que je fais durer tant que possible et puisque c’est le mois des contes, je vous présente 2 héros très connus, qui partagent le même prénom.« 

♥♥

Yarilo, dieu  du printemps de la mythologie slave

Purple Velvet nous raconte une légende slave

Purple Velvet : « Dieu du printemps, donc, logiquement, de la végétation, du bétail, de la fertilité, du renouveau,du soleil…mais aussi des galipettes dans la verdure si vous voyez ce que je veux dire. Dieu des forces vitales et de la nature, c’était inévitable.
Mais on ne cocufie pas impunément la déesse de la mort.« 

♥♥

Résultat de recherche d'images pour "Géraldine McCaughrean, illustré par Kristina Swarner"Casse-Noisette adaptation de Géraldine McCaughrean, illustré par Kristina Swarner

quatrième de couvertureEn ce soir de Noël, Marie reçoit en cadeau un casse-noisette que son frère s’empresse de casser. L’histoire aurait pu s’arrêter là sans… la magie de Noël. C’est alors le début d’une merveilleuse aventure….

Isabelle : « J’ai bien aimé cette histoire, mais aussi le fait que ce soit un livre animé, à chaque page tournée , un système de tirette fait bouger les personnages, les dessins, les couleurs sont très belles et donnent de la féerie à l’ensemble.« 

♥♥♥♥

On se retrouve la semaine prochaine pour la quatrième piste du jeu.

Share

Pastel, la branche bruxelloise de l’école des Loisirs fête ses 30 ans

À l’occasion des 30 ans de Pastel, la branche éditoriale belge de la maison d’édition spécialisée en littérature jeunesse l’école des loisirs, j’ai reçu un joli dossier de presse. L’occasion pour moi de mieux connaitre ces éditions et leur collection.

Une jolie exposition (en basse définition ici) est à disposition des enseignants et des libraires qui souhaiteraient mettre en avant la collection Pastel.

⇒ les 30 ans de Pastel

la collection Pastel

Dans la collection Pastel, nous venons de découvrir Le Secret du Rocher Noir, sorti en mars dernier. Une petite perle qui nous a beaucoup plu. J’avais également beaucoup aimé La volière dorée.

Couverture Le secret du rocher noir Résultat de recherche d'images pour "la volière dorée"

Dans la bibliothèque de Mimiko on trouve quelques autres albums issus de la collection Pastel : Mon ami Jim, Grand Calao et Petit Homme, Le Capitaine, et La Maison dans les boisde chouettes albums que je n’ai pas encore pris le temps de présenter ici, mais que nous avons lus avec beaucoup de plaisir.

Nous avions également lu La Terrible question et Les petits chevaux du vent, emprunté à la bibliothèque.

 

En prenant le temps de redécouvrir le catalogue de cette collection j’ai également repéré un bon nombre d’albums qui me font envie, avec en tête : Trop tôt, Pfff…, Le rois et le premier venu, La fée sorcière, Gilou Troubadour, Mère Méduse, Matachamoua, Au monde et bien d’autres. Vous pensez bien qu’en 30 ans le catalogue s’est bien rempli !

   

   

Cette collection offre des albums très divers pour les tout petits ou les un peu plus grands, dans des styles très divers, je passerais des heures à feuilleter leur catalogue.

Si vous aimez les albums jeunesse, je vous invite donc à l’occasion de cet anniversaire à faire un tour sur le site et à redécouvrir leur collection.

Avez-vous lu des albums issus de cette collection ? Lesquels avez-vous préférés ? Lequel auriez-vous envie de découvrir ? Laissez-nous vos avis et impression.


Share

2 aventures à travers les Etats Unis [roman jeunesse]

Aujourd’hui, je vous amène en voyage. Nous partons aux États-Unis avec non une, mais deux traversées extraordinaires du pays. D’Est en Ouest, du Sud au Nord. De la fin XIX au début XX, ces deux romans jeunesse nous font voyager.

Le Célèbre Catalogue Walker & Dawn – Davide Morosinotto

Du bayou de la Louisiane aux immeubles de Chicago, dans ce roman nous suivons les incroyables aventures d’une bande de 4 enfants.

Tout commence dans le Sud, dans une petite ville dans le bayou en Louisiane. Nous sommes au début des années 1900 et là-bas on parle encore le français. 4 enfants aussi différents qu’inséparables profitent du bayou pour jouer et échapper à la vigilance de leurs parents. Il y a P’tit Trois, le troisième d’une famille de garçons élevés par une mère seule qui rêve d’aventure. Eddie, le fils du docteur, le plus grand, mais aussi le plus anxieux qui s’en remet volontiers à l’autorité de son camarade.  Puis il y a Joju, la belle Julie et son petit frère Min. Elle est blanche, il est noir. Leur mère vit dans une extrême pauvreté et Julie ne rêve que de partir et laisser derrière elle cette vie dure et d’amener son petit frère loin d’ici. Min est le petit dernier, plus jeune que les autres, il suit sa sœur partout. Il est étrange, différent. Il ne parle jamais, ce n’est pas parce qu’il ne sait pas parler, mais il n’éprouve pas le besoin de parler. Ce qu’il aime, c’est compter. Et rester près de sa sœur qui est toujours là pour le protéger et prendre soin de lui.

Un jour, alors qu’ils pêchent dans les marais, les enfants tombent sur trois pièces. Plus d’argent qu’ils n’auraient pu en rêver. Après de longues négociations, ils décident enfin de commander un objet dans le célèbre catalogue Walker & Dawn. Et c’est là que leur vie va prendre une toute nouvelle direction. En recevant le mauvais colis, ils décident de partir au siège du célèbre catalogue pour empocher une petite somme d’argent. En partant sur leur pirogue, ils sont loin de se douter ce que leur réservera cette longue traversée des États-Unis. Partis un peu comme ça sur un coup de tête, plus effrayé par ce qui les attend à la maison que par l’aventure. Ils découvriront les grandes villes, les bateaux à vapeur, tomberont sur des voyous, seront aidés par des vagabonds, des journalistes, croiseront des gens bien, des gens peu recommandables, de vils tortionnaires, mais jamais ils ne baisseront les bras. Ils se feront avoir, ils se feront aider. Leur amitié deviendra de plus en plus forte.

Voilà un roman comme je les aime ! De l’aventure, du voyage, des personnages savoureux et attachants, un texte simple, mais pas simpliste, de la vie, beaucoup de vie. Davide Morosinotto s’amuse à faire vivre ses personnages, ce n’est pas un roman prise de tête, il n’a rien à nous apprendre, on est là pour s’évader, pour prendre du plaisir à lire, à rêver et c’est réussi. Franchement réussi. C’est très agréable à lire, les pages s’enchaînent sans qu’on s’en aperçoive, on est pris dans l’histoire, on veut savoir ce qui va se passer, comment nos héros se sortiront de telle ou telle situation…

Ce que j’ai beaucoup aimé, outre le côté aventure très ludique du livre, c’est sa mise en page, il y a beaucoup d’illustrations dans style gravure d’époque rappelant les vieux romans d’aventure, mais aussi des fausses coupures de presse , des pages du fameux catalogue qui donne un aspect vraisemblable et réaliste à l’histoire. On plonge dans ce livre comme dans un film et on voit les images défiler devant nos yeux. Le style est aussi très vivant, rythmé, agréable et pas prise de tête. Avec une particularité qui m’a beaucoup plus. Le livre est divisé en plusieurs parties, différentes étapes du voyage, et chaque étape est racontée à la première personne par l’un des héros qui nous donne sa vision subjective de ce qu’il observe, de la façon dont lui vit cette aventure. J’ai trouvé ce jeu de narration très sympa, il contribue à rendre les personnages encore plus attachants, car on les découvre tour à tour à travers leur propre regard, mais aussi celui de leurs camarades.

C’est vraiment une très belle lecture, un coup de cœur

On est dans la lecture ludique et ça fait du bien. On s’amuse, c’est bien fait, c’est bien écrit, c’est superbement mis en page. Une belle aventure. Pour un premier roman, c’est très prometteur.

⇒ à lire aussi l’ avis de Mo’

sur le site l’école des loisirs

⇒ sur Decitre, Amazon

 


Couverture La longue marche des dindesAvec La longue marche des dindes de Kathleen Kaar, on est vraiment dans l’Amérique, non seulement dans le décor, le sujet et l’écriture ont quelque chose de typiquement américain. Je ne serais pas trop expliquer pourquoi, mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti dans cette lecture. Simon est un jeune homme de 15 ans un peu lent. Il est gentil et honnête, mais l’école ce n’est pas son fort. Sa maîtresse finit par lui donner son diplôme, non pas parce qu’il le mérite, mais parce qu’à 15 ans on ne peut plus rester à l’école primaire.

Lent peut-être, mais courageux, volontaire et imaginatif. Simon décide de prendre son envol et de créer son entreprise : acheter mille dindes et les amener à Denver où elles se vendront bien plus cher que dans son Missouri natal. Pour cela, il embauchera un muletier alcoolique, puis chemin faisant il trouvera de nouveaux associés.

Le cœur bon triomphe toujours de la méchanceté et malgré sa « cervelle de paon », Simon saura mener à bien son entreprise et se faire des amis, des vrais.

C’est sans doute en cela que j’ai trouvé ce roman profondément américain. Cet éloge de la bonté plus que de l’intelligence est une thématique que j’ai souvent retrouvée dans les romans et les films américains. Chez nous, dans le vieux continent, on accorde peut-être plus d’importance à l’intelligence qu’à la bonté. C’est d’ailleurs assez frappant en lisant ces deux romans d’aventures au contexte similaire (Les États-Unis de la fin XIX début XX) l’un après l’autre. Dans le premier roman que j’ai présenté, écrit par un Italien, les héros sont espiègles et pas toujours très honnêtes et c’est aussi grâce à leur malice qu’ils s’en sortent. Alors qu’avec La Longue marche des dindes, écrit par une Américaine, c’est la gentillesse et la bonté du héros, on ne peut plus honnête, qui lui permettent de triompher. Deux aventures, deux épopées à travers l’Amérique, mais pas vraiment la même morale.

Si j’ai plutôt un penchant pour l’espièglerie des 4 enfants du Célèbre Catalogue Walker & Dawn, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire La longue marche des dindes. Un roman plus classique, mais bien écrit. C’est vivant, c’est rythmé, les personnages sont attachants. Et si le roman manque d’originalité dans sa substance ou dans sa morale, il n’en reste pas moins plaisant. Quand à l’aventure que vivent les personnages, elle, elle n’est pas ordinaire !

sur le site de l’école des loisirs

⇒ acheter sur Decitre, Amazon


Le mot de la fin : deux bons romans pour s’évader sans prise de tête.

Dépaysement garanti.


chut les enfants lisent

 

Share

Le Mois des contes 2018 #2 contes dont le héro est une femme

La semaine dernière je vous proposais un récap de tous les contes détournés présentés pendant le mois des contes et légendes.

Aujourd’hui on revient sur les contes qui ont été proposé pour la deuxième piste du jeu : les contes dont le héros est une femme (sous-entendu c’est elle qui est au centre de l’histoire, pas juste le faire-valoir d’un valeureux prince).

Les cent nuits de HéroLes Cent nuits de Héro de Isabel Greenberg, éditions Casterman.

bande-dessinée proposée par moi-même.

présentation de l’éditeur :  Après les mythes universels, Isabel Greenberg revisite le grand récit fondateur : Les mille et une nuits. Après l’Encyclopédie des Débuts de la Terre, Isabel Greenberg revient avec une nouvelle épopée emplie de bravoure et d’exploits. Préparez-vous à être une fois de plus éblouis par la puissance phénoménale des contes et à assister au triomphe de l’amour sur la plus terrible des adversités ! Vous découvrirez la trahison, la loyauté, la folie, de mauvais maris, des amants fidèles et infidèles, de sages veilles biques, des lunes qui descendent du ciel, des instruments de musique au franc-parler, des amis, des frères, des pères, des mères et par-dessus tout, beaucoup, beaucoup de sœurs.

Bidib : « J’ai beaucoup aimé cet album, tout d’abord pour son graphisme riche et original qui ne laisse pas indifférent. Puis, pour l’imbrication des histoires les unes dans les autres.« 

♠♠

The two Sisters/The Cruel Sister, ballade anglaise du XVII siècle.

chansons proposées par moi-même

Histoire à l’issue tragique de deux sœurs qui se font séduire par le même homme qui a inspiré l’un des chapitres de la bd Les cent nuits de Héro.

Bidib : « J’avais aimé le conte, j’adore cette chanson, ces chansons !« 

♠♠

La (véritable) légende de Dame Carcas, de Jean-Pierre KERLOC’H, illustré par Sophie MIÑANA, éditions Cabardès.

cet album nous a été présenté par Blandine

présentation de l’éditeurCette légende raconte comment l’impétueuse sarrazine contraignit Charlemagne à lever le siège de la Cité. Elle aurait, dit-on, donné son nom à la ville de Carcassonne.

Blandine : « cette histoire est pleine de vitalité, et même d’humour !« 

♠♠♠

Seulement trois histoires mettant les femmes à l’honneur. On aurait pu mieux faire ! 😉

On se retrouve la semaine prochaine pour découvrir quels ont été les contes européens proposés pour la piste numéro trois.

Share

C’est lundi, que lisez-vous ? #95

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

  

Couverture Golden Kamui, tome 2

Je lis

J’ai tout un tas de lectures en attente

Je lirais

je ne sais pas encre

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu

Je lis

Je lirais

Les lectures de Mimiko

Je lis

Résultat de recherche d'images pour "téa stilton tome1"


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

Top ten des articles les plus vus

  1. SAO – Alicization beginning (tome 5)
  2. Des yôkai et des manga
  3. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  4. Des yôkai et des anime
  5. C’est lundi que lisez vous ? #94
  6. Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga
  7. L’enfant et le Maudit vs The Ancient Magus bride
  8. D’un t-shirt je fais un tapis
  9. La Reine des Neiges
  10. Light-novel ~ les éditions françaises

Les années passées nous parlions de

2017

  Photo

Résultat de recherche d'images pour "Voyageur malgré lui" Résultat de recherche d'images pour "Plus forte que le sabre"  trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

O’hanami 2017

2016

2015

  

2014

 la guerre des mots 

2013

DSC09502.JPG mon-lion-detail.jpg pandora-hearts-1-square.jpg

Share

Read-a-thon Un mois au Japon 2018

logo RAT mois japon.jpg

C’était ce week-end… J’avais préparé ma pal et puis j’ai complètement oublié ! Réunion de famille, visite en urgence chez le véto et autres complication ont fait que ça m’es complètement sorti de la tête. Je n’ai pas ouvert mon ordi depuis jeudi soir et ce n’est qu’en faisant un petit tous sur facebook ce matin que j’ai vu les billet de mes camarades rathonienne.

Comme dit l’adage : mieux vaut tard que jamais. Alors je rejoins mes camarades pour une dernière journée de lecture.

Héraclès (mon chat) n’a finalement rien de grave, les réunions familiales sont finies, la petite est en vacance  chez sa grand-mère et moi j’ai le reste de la journée pour lire les livres que j’avais prévu pour le week-end 🙂

Au menu : Le tombeau des lucioles et Éclats d’Âme.

Mais d’abord un  petit tours chez les rathonniens :

Après un petit tour chez mes camarades, il était temps de manger et nous somme sorti manger dehors. Retour à la casa, quelques plantes à rempoter (je profite d’un rayon de soleil) et enfin je me pose avec un bouquin.

J’ai lu le premier tome d’éclat(s) d’âme de Yuhki Kamatani et je l’ai trouvé pas mal du tout. J’ai très envie de découvrir la suite.

Couverture Eclat(s) d'âme, tome 1

Faudrait maintenant que j’enchaîne sur le Tombeau des lucioles mais… impossible de mettre la main dessus !!

Je prends ça comme un message subliminal envoyé par les piles de bouquins qui attendent que je leur fabrique une bibliothèque.

Après avoir scié et poncé plusieurs planches de bois, me revoici sur mon canapé. Je n’ai pas retrouvé le Tombeau des lucioles, je crois bien que pour le rendez-vous de demain c’est encore raté T_T.

De toute façon j’ai pas trop la tête à lire un truc aussi déprimant. Du coup j’ai opté pour une lecture plus ludique. J’ai piqué un manga dans la bibliothèque de Yomu-chan : le tome 2 de Golden Kamui.

Mais avant de me remettre à la lecture je vais faire un tour chez mes camarades.

J’ai fini mon mini marathon avec un second ce manga. 9a aurait été un tout petit marathon pour moi, mais deux jolies lectures. Avec ce second tome j’apprécie de plus en plus la série Golden Kamui, non pas pour son histoire mais pour tout ce qu’on y apprends sur la culture Aïnu. Très intéressant.

Golden Kamui 2 (Golden Kamui, #2)

Même si je suis arrivée un peu tard et que je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à ce read-a-thon (même ces lignes je les écris avec 1 jours de retard) c’était encore une fois un plaisir de partager ces moment de lecture avec les read-a-tnonies 🙂

J’espère trouver le temps dans les jours qui viennent pour vous parler de ces deux petites lectures.


Share

une cramique pour le goûter

Dimanche dernier je me suis réveillée avec une envie de brioche. J’avais en tête ma dernière (et première) brioche tressée qui je m’étais jurée de perfectionner. Mais, puisque Avril c’est aussi le mois belge, je me suis dit que c’était l’occasion de tester la cramique.

Je me suis inspirée de cette recette en y apportant mes petites modification dont une de taille : pas de raisin sec. Pour un pain au raison c’est une grosse contrainte mais j’ai pas le choix. Tout d’abord parce que je n’ai pas de raisin sec dans mon placard, et surtout parce que Chéri déteste le raisin sec et a réussi à convaincre sa fille que c’était un ingrédient à bannir (sig). Du coup si je veux pas préparer une cramique pour moi toute seule faut bien que je m’adapte. Je vais donc garder la même pâte et changer les raisin sec par des pépites de chocolat, comme d’habitude.

La recette donne les dose pour 2 cramiques, pour commencer, je n’en ai préparé qu’une. J’ai donc divisé les doses par deux.

ingrédients : 

  • 500 g de farine
  • 1 sachet de levure boulangère déshydratée (équivalent d’environ 20 g de levure fraîche)
  • 100 g de beurre
  • 1/4 l de lait tiède
  • 2 œufs
  • 100 g de pépites de chocolat
  • 1 càs de sucre de canne
  • 1/2 càc de sel

Dans un saladier j’ai versé la farine et j’ai fait un puits en son centre. J’y ai versé la levure déshydraté que j’ai délayé avec quelques cuillerées de lait tiède et mélangé du bout des doigts avec un peu de farine pour obtenir une pâte molle. J’ai recouvert celle-ci avec la farine sèche, mis un torchon propre sur le saladier et l’ai réservé 30 minutes dans le four (légèrement chauffé). Cette opération à pour but de réveiller la levure.

La levure se réveille

Après ce temps de pause, j’ai versé le contenu de mon saladier sur le plan de travaille et l’ai travaillé la pâte en incorporant les œufs battus (après en avoir réservé un peu pour dorer la brioche), le reste du lait, le se, le sucre. Puis j’ai ajouté le beurre ramolli, et enfin les pépites de chocolat.

J’ai beurré mon gros moule à cake et y ai déposé le pâton. A l’aide d’un pinceau j’ai aspergée le pâton avec le reste d’œuf et un peu de lait. J’ai couvert avec le torchon et mis à lever dans le four, le temps qu’il faut pour que la pâte double de volume.

pâton avant et après levage

J’ai choisi de travailler ma pâte à la main et je l’ai bien regretté. Il m’a fallu pétrir une bonne demi heure. J’en avais mal au bras. En plus j’ai galéré avec l’incorporation du lait. J’ai voulu l’ajouter petite à petit, or je pense que j’aurais obtenu un meilleur résultat en faisant un puits et en y versant le lait dès le début et le mélanger petit à petit avec la farine autour du trous. Puis j’i galéré pour l’incorporation du beurre. La encore j’a ajouté petit dès par petit des, j’ai cru que je n’en viendrais jamais au bout T_T.

Pour ce qui est du levage, je travaille toujours avec une famine semi-complète et de la levure déshydraté, généralement ça met plus de temps à lever. Au bout d’une demi heure (temps donné par la recette originale) ma pâte était toujours raplapla. J’ai donc éteint le four (que j’avais mis en température de levage) et j’y ai oublié la pâte toute l’après-midi.

La recette conseillait de préchauffer le four à 250°C. Cuire 15 minutes, puis baisser le four à 200°C et cuire encore 45 minutes. Bon là encore j’ai pas du faire ce qu’il fallait, après seulement 7 minutes à 250°C sa commençait à dorer dangereusement. Je suis tout de suite passée à 200°C. Mais la encore une légère odeur de cramé a commencé à chatouiller mes narines bien avant les 45 minutes. Je n’ai du la cuire moins de 30 minutes. et j’ai été obligé de la sortir, c’était en train de brûler. La croûte est dure et l’intérieur ne ressemble pas vraiment à une brioche mais plutôt à un gâteau.

Je suis un peu déçu. C’est beaucoup de travail pour une brioche ratée. Mais le goût est bon, pour le goûter ça ira quand même 🙂


 

Share

FIBD 2018 – Mes pérégrinations, épisode 3

Après les expo officielles du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (épisode 1 et épisode 2), voici venu le temps des expo non officielles. Il y en a beaucoup, un peu partout dans la ville. Nous en avons remarqué 3. Celle de La boite à Bulle qui se tenais dans la maison des peuples et de la paix, un lieu très agréable, où nous sommes passé aussi pur la pause café. Celle organisé par Eidola et que nous avons longuement cherché (au fait on était pas loin mais on a tourné en rond un moment…) et enfin une sur laquelle on est tombé par hasard.

(cliquez sur l’image pour accéder à la présentation sur le site de la maison des peuples et de la paix)

Dans la première salle on pouvait voir le travail de David Cenou (que j’avais déjà rencontré au FIBD 2017) et José Pablo Garcia que j’ai découvert à cette occasion.

A l’étage supérieur on découvrait le travail de Geneviève Marot dans la première pièce.

Puis celui de Clément Baloup et Gaëtan Nocq dans la deuxième salle. J’ai découvert le travail de ces trois auteurs à l’occasion de cette expo et j’ai particulièrement aimé les planches de Nocq sur Capitaine Tikhomiroff. D’ailleurs nous nous somme offert le livre avec Yomu-chan et avons même demandé une dédicace (que je ne peux pas vous montrer, Yomu-chan garde le livre en otage chez elle).

 

Une chouette expo au tour du témoignage qui m’a donné envie d’aller voir de plus près le catalogue de la Boite à Bulles.

Une autre maison d’éditions profitais du festival pour exposer les planches originales de leurs auteurs présents sur le festival. C’est Yomu-chan qui avait craqué sur le stand d’Eidola pour Polyphonte de Cécile Vallade et Julie Nakache qui nous a entraîné dans les ruelles d’Angoulême à la recherche de la Galerie Art Image où se tenait l’expo. On a cherché longtemps, on a cru trouver souvent… et finalement on y est arrivées ! Les planches valaient le détour et si le livre ne m’a pas personnellement attiré, j’étais assez impressionnée par les planches originales.

 

Enfin nous sommes tombé par hasard sur une expo où nous avons découvert la bande dessinée Cinq branches de coton noir. Les planches nous ont donné envie de découvrir cette bd (qui aurait été une très belle lecture pour le African american Month Challenge) mais je ne l’ai pas acheté, ce n’est que partie remise.

Et cette fois j’ai bel et bien fait le tour de toutes les photos que j’ai prise au Festival (sauf celle ou on nous vois boire, mais ça c’est privé ! ;P ).

Si j’ai le courage (enfin surtout le temps) je ferait un quatrième épisode pour reparler plus en détails des livres que nous avons ramené dans nos valises. Vous pouvez déjà en avoir un aperçu dans l’épisode 1.

 

Share

Le SECRET du ROCHER NOIR – Joe Todd-Stanton

Couverture Le secret du rocher noir

C’est un très bel album que nous proposent les éditions l’école des loisir avec Le Secret du Rocher Noir de Joe Todd-Stanton, traduit de l’anglais par Isabelle Reinharez.

Erine Pike vit à côté d’un port de pêche où sa mère travaille comme pêcheuse. Erine aimerait bien découvrir la mer, mais c’est trop dangereux. Les pêcheurs racontent de terribles histoires sur un rocher noir qui surgit de nul part et détruit les bateaux. La petite fille tente de se cacher sur le bateau de sa mère pour enfin apercevoir ce fameux rocher, mais le chien la retrouve toujours. Un jour Erine se cache dans les filet de pêche pour qu’on ne la retrouve pas. Mais le brouillard s’abat sur le bateau et tandis que la mère manœuvre pour ne pas heurter l’immense rocher qui est apparu, Erine tombe à l’insu de sa mère qui ignore tout de sa présence sur le bateau de pêche.

Elle coule, coule jusqu’à réveiller le rocher noir qui, en fait, n’a rien d’un monstre ! Et l’aide à remonter à la surface. Erine est émerveillé par la beauté du spectacle. Des milliers de poissons colorés vivent autour du rocher.

Elle veux partager cette merveilleuse nouvelle avec tout les monde, mais les adultes ne l’écoutent pas. Ils en sont persuadés, c’est un monstre et il faut le détruire. Erine arrivera-t-elle à sauver le rocher noir ? Les adultes vont-il ouvrir les yeux ?

Joe Todd-Stanton nous offre ici une très jolie fable écologique. Erine est une enfant curieuse et ouverte au monde qui n’a pas peur et veux découvrir le monde par elle-même. Elle ne se contente pas d’écouter ce que les gens disent. Cela aurait pu être très dangereux mais finalement sa témérité est récompensée car c’est un merveilleux spectacle qu’elle découvre et décide de tout faire pour le protéger. Son courage et sa ténacité auront raison de l’obstination et l’aveuglement des adultes.

Ce rocher noir m’a fait un peu penser au requin. Combien de fois entendons-nous qu’une chasse va être pratiquée sur telle ou telle côte parce qu’un baigneur irresponsable c’est fait attaquer ? Le requin est pourtant un animal merveilleux dont dépend l’équilibre des océans. Si les gens pouvaient ouvrir les yeux sur sa beauté et son utilité à l’écosystème peut-être envisagerait-ils d’autres solutions que sa destruction.

Au delà du beau conte et de son message écologique, Joe Todd-Stanton nous offre de très beaux dessins. C’est doux, c’est mignon, attendrissant, plein de couleurs sans être mièvre. Les vues sous-marines sont de toute beauté.

Le travail d’édition est aussi excellent, la couverture avec son jeu de textures et reliefs est sublime. J’ai également apprécié le choix du papier mat, épais et texturé (je ne sais pas comment on appel ce type de papier), qui donne à l’album un côté un peu désuet renforçant l’aspect légendaire du récit. Cette texture s’accommode très bien avec le style graphique et les couleurs des illustrations. Bref, non seulement c’est une belle histoire, mais c’est aussi un très beau livre, de ceux qu’on que l’on aime caresser.

Le Secret du Rocher Noir sur le site de l’école des loisirs

fiche pédagogique proposé par l’école des loisirs

le site de Joe Todd-Stanton, sur instagram, sur twitter

⇒ Acheter le livre sur Decitre ou Amazon

Et maintenant je cède la place à Yomu-chan pour qu’elle vous livre son avis.


Le Secret du Rocher Noir ~ by Yomu-chan

Cet album est un véritable coup de cœur !!

En plus d’être splendido-magnifico-trop-beau, il est d’une sensibilité charmante et l’univers développé a tout pour plaire.  Les dessins très doux avec de magnifiques paysages et le côté fable écologique m’ont fait penser à l’univers de Miyazaki.

Le propos de l’album me touche beaucoup : dépasser les préjugés et partir à l’aventure pour découvrir soi-même, sauver un écosystème et construire plutôt que de détruire, etc. L’auteur a su, dans un album assez court, nous faire passer tous ces messages avec subtilité et poésie.

Il y a un point qui m’a particulièrement fait plaisir, ça n’a pas grande importance dans l’histoire mais Erine vit seule avec sa maman (déjà on notera la famille mono-parentale) et cette dernière est pêcheuse, elle a son propre bateau et fait son travaille toute seule.  Ça n’a pas grande importance mais justement. J’ai apprécié trouver une représentation de ce modèle familiale dans un album pour enfant, et sans que cela soit le sujet principale. Non une mère célibataire qui travaille ça n’est pas un cas bizarre et oui on peut vivre des aventures rigolotes même quand on vit seule avec sa maman. Je ne sais pas trop comment l’exprimer sans paraître pour une activiste acharnée, mais ça m’a fait plaisir d’apercevoir cela en second plan d’un récit déjà très chouette.

Je ne peux pas parler du Secret du Rocher Noir sans m’attarder un peu sur la beauté des dessins. Ils sont vraiment merveilleux. Ils dégagent une immense douceur et en même temps une certaine puissance, je pense notamment aux scènes sous l’eau qui sont particulièrement époustouflantes. Je pourrais encadrer cet album pour décorer ma chambre, c’est vraiment beau.

Bref c’est un vrai coup de cœur, de beaux dessins, une histoire trop mignonne et des messages finalement assez profond ! Je ne peux que conseiller ce livre !!


 chut les enfants lisent

Share

Le mois des contes 2018 #1 – Les contes détournées

Pour cette première session du Mois des Contes & Légendes, j’avais proposé un jeu en 10 pistes. Vous retrouverez tous les liens et les différentes participations sur le billet de récap déjà publié.

Afin de mieux découvrir les contes et les livres partagées je vous propose 10 billets reprenant les titres partager dans chaque piste.

Piste 1 : Les contes détournées.

Les codes du contes détourné

Couverture L'ogresse poilueL’ogresse poilue de Fabienne Morel et Debora di Gilio, illustré par Nathalie Choux, éditions Syros

Cet album nous a été présenté par Isabelle.

Présentation de l’éditeur : Une version italienne, pittoresque et truculente, du conte le plus connu et le plus aimé des enfants : Le Petit Chaperon rouge !

Isabelle : «  à chaque fois qu’on a lu et écouté ce livre, on a rit, le seul problème c’est que la chanson est entêtante et on la garde toute la journée avec nous »

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Couverture Charles, amoureux d'une princesseCharles amoureux d’une princesse de Alex Cousseau et illustré par Philippe-Henri Turin, éditions Seuil Jeunesse.

c’est moi-même qui est proposé cet album

Présentation de l’éditeur : À quoi ressemble une princesse ? Charles ne sait pas trop bien, l’épouvantable dragonne Cornélia non plus. Mais Charles s’est mis en tête de tomber amoureux d’une princesse, alors ils cherchent tous les deux à travers le royaume dévasté de Cornélia. Ils écument les ruines d’un château, farfouillent dans les carrosses…finalement, peut-être que l’amour n’est pas si loin, mais juste là, sous leur nez et leurs ailes… La plume poétique d’Alex Cousseau et les illustrations magistrales de Philippe-Henri Turin nous entraînent dans cette nouvelle aventure qui s’enrichit petit à petit d’émotions et de couleurs.

Bidib : « un très bon moment de  partagé« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Prince en pince de Benoît Perroud, édition La Martinière jeunesse.

C’est moi-même qui ai proposé cet album

présentation de l’éditeur :  Bon chasseur et coureur de jupons, le prince Guillaume de Malotruy en pince pour les jeunes filles jolies et minces. Mais un jour, la sorcière Scaramouche lui jette un horrible sort. Dès lors, chaque fois qu’il épouse une belle, elle se transforme en créature atroce…

Bidib : « J’ai trouvé cet album très amusant« 

⇒ sur  Amazon

♣♣

Philippe Corentin - Mademoiselle Sauve-qui-peut.Mademoiselle Sauve-qui-peut de Philippe Corentin, éditions l’école des loisirs.

Cet album a été présenté par Kiona

présentation de l’éditeur : C’est l’histoire d’une petite fille qui ne songeait qu’à jouer de mauvais tours à tout le monde. Des tours qui ne faisaient plus rire qu’elle. D’ailleurs, on l’appelait Mademoiselle Sauve-qui-peut. Un jour, sa mère, excédée, lui dit : « Tiens va plutôt chez ta grand-mère. Porte-lui cette galette et ce petit pot de beurre. »

Kiona : « Un album hilarant !« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣♣♣

Clin d’œils aux classiques

John Chatterton – ses célèbres enquêtes de Yvan Pommaux, éditions l’école des loisirs.

C’est moi-même qui ai proposé cet album

présentation de l’éditeur : Avant Avant la télé, avant Nous, notre histoire, avant sa magistrale série sur les héros de la mythologie, Yvan Pommaux était déjà un original, narquois, idéaliste et précis et il mettait son indiscipline méticuleuse au service du polar pour enfants tout en bousculant les codes de la BD. Résultat ? John Chatterton, un chat noir détective en imper mastic, un Humphrey Bogart tonique défenseur de la veuve, de l’orphelin, de l’opprimé, du kidnappé, et de la vérité !

Bidib : « Mimiko a vraiment accroché, c’est elle qui l’a lu la première, seule. Et à peine fini le livre elle me l’a vivement conseillé […] elle ne s’était pas trompé, j’ai beaucoup aimé (aussi)« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Ceux qui restent Ceux qui restent de Josep Busquet et Alex Xaöul, éditions Delcourt.

Cette bande dessinée nous a été présenté par Kiba-chan.

présentation de l’éditeur :  Un soir, le jeune Ben part sauver un royaume magique d’un terrible danger, de la même manière que Wendy et ses frères suivirent Peter Pan. Mais ce qui ressemble à un rêve d’enfant se transforme en cauchemar pour ses parents.

Ben a disparu. Ses parents préviennent la police mais personne ne peut imaginer la réalité : leur enfant affronte mille dangers dans son royaume imaginaire. Mais un jour, il revient. Parents, police et psys pensent que Ben nie la réalité de ce qu’il a vécu. Avant de disparaître à nouveau. Seule une association regroupant des parents qui vivent les mêmes turpitudes pourra sans doute leur venir en aide…

Kiba-chan  : « Gros coup de cœur !« 

⇒ sur BDfugue

♣♣♣♣

Le Petit Chaperon rouge

Tous les autres billets présenté dans piste de jeu nous ont été proposé par Kiona qui nous a fait un mois spécial Petit Chaperon Rouge. Voici toutes les variantes qu’elle nous a présenté :

Résultat de recherche d'images pour "le petit chaperon bouge"Le petit chaperon bouge de Jean-Loup Craipeau, illustré par Clément Oubrerie, éditions Hachette jeunesse.

C’est album nous a été présenté par Kiona.

Présentation de l’éditeur : Un conte peut en masquer un autre… En jouant avec ce livre de 24 pages, découvrez 121 variations sur le Petit Chaperon Rouge qui bouge. Faites-vous peur, faites-vous rire ! Combinez comme il vous plaira tous les hauts avec tous les bas. Laissez-vous surprendre, choisissez la version qui vous va, car à chaque fois, vous ferez le bon choix !

Kiona : « Un bel exercice de style !« 

♣♣

Résultat de recherche d'images pour "la véritable histoire du petit chaperon rouge et de son chat marcel"La Véritable histoire du petit chaperon rouge et de son chat Marcel de Benjamin Perrier, éditions Gautier Languereau.

présentation de Kiona

Présentation de l’éditeur : Qui ne connaît pas l’histoire du Petit Chaperon rouge ? 
Mais qui sait en revanche que cette petite fille rigolote et espiègle a un chat qui s’appelle Marcel et qui passe son temps à ne rien faire ! Alors lorsqu’il s’agit d’aller rendre visite à Grand-mère qui est souffrante, Marcel se sent déjà très fatigué… Sera-t-il d’une aide efficace lorsque le loup leur fera face dans la forêt ? Humour et originalité au rendez vous !

Kiona : « J’avoue avoir un petit coup de cœur pour cet album ! Amusant, surprenant, ce chat Marcel a réussi à prendre toute sa place dans cette version du conte.« 

♣♣

Résultat de recherche d'images pour "L’étrange Monsieur Garou"L’étrange monsieur Garou de Ann Rocard, illustré par Bruno Gibert, publié par Flammarion/ père Castor.

présentation de Kiona

présentation de l’éditeur : Le monsieur qui vient d’emménager à côté de chez moi a une allure vraiment bizarre. J’ai vu son nom sur sa boîte aux lettres : il s’appelle Jean-Loup Garou. Un nom à vous donner des frissons !

Kiona : « On entre dans le récit avec beaucoup de facilité« 

⇒ sur Amzon

♣♣

Michèle Cornec-Utudji - Lili et le loup.Lili et le loup de  Michèle Cornec-Utudji , illustré par Peggy Nille, éditions Nathan Poche.

présentation de Kiona

présentation de l’éditeur : Lili est une petite fille qui pose beaucoup de questions. Ses parents n’y répondent pas toujours. Elle part seule découvrir la forêt… et y rencontre le loup. Mangera-t-il Lili ? Il hésite, partagé entre la faim et l’amitié… Lili vit dans sa maison avec ses parents et son chat Pompon, qui la maintiennent à l’abri des tumultes du monde. En faisant de la balançoire, elle aperçoit une forêt derrière le mur du jardin et commence à poser des questions sur le monde extérieur. Ses parents y répondent en lui apprenant à lire. Mais Lili veut en savoir plus que ce que disent les livres. Un jour, bravant l’interdit, elle s’échappe pour gagner les sous-bois. Elle y rencontre un loup, qui aimerait bien la croquer ! Contre la promesse d’une boîte de pâté, le loup accepte cependant de jouer avec Lili . Tant et si bien qu’il devient son ami et qu’elle lui apprend à lire. Mais sera-t-il assez fort pour résister à son envie de la dévorer ?

Kiona : « Une belle histoire touchante !« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Jean-Pierre Kerloc'h et Isabelle Chatellard - Le Grand Lougoudou et le Petit Chapeau rond rouge.Le Grand Lougoudou et le petit Chapeau rond rouge de Jean-Pierre Kerloc’h et Isabelle Chatellard, éditions Vilo Jeunesse.

présentation de Kiona

présentation de l’éditeur : Une adaptation truculente du célèbre conte de Perrault : le Petit Chaperon rouge. Une réécriture foisonnante de jeux de mots, contrepèteries, clins d’œil, rythmée par des dialogues hauts en couleur qui charmeront petits et grands.

Kiona : « Un vrai plaisir de lire le texte à haute voix« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Rébecca Dautremer et Arthur Leboeuf - Le loup de la 135e.Le loup de la 135e de Rébecca Dautremer et illustré par Arthur Leboeuf, éditions Seuil.

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeurUn gamin tout de rouge vêtu traverse la forêt pour retrouver son grand-père. En chemin, il rencontre le loup… de la 135e ! Car c’est une forêt de briques et de ferraille, dans les rues de New York, que ce petit va parcourir : de son quartier de Harlem droit vers le sud de Manhattan, et jusqu’au pont de Brooklyn. Mais laissons-le raconter lui-même ce souvenir d’enfance.

Kiona : « Un bel exercice de style réussi avec brio! »

⇒ sur Decitre et sur Amazon

♣♣

Claude-K Dubois et Rascal - Petit Lapin Rouge.Petit Lapin Rouge de Rascal et illustré par Claude-K Dubois, éditions l’école des loisirs.

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeurComment le petit Lapin Rouge et le petit Chaperon Rouge se rencontrèrent et firent un pacte pour se protéger des loups et des chasseurs.

Kiona : « Un conte détourné charmant« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Geoffroy de Pennart - Le loup sentimental.Le loup sentimental de Geoffroy de Pennart, édition l’école des loisirs.

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeurLucas le loup a décidé qu’il était temps de quitter la maison familiale et d’aller vivre sa vie. Grand-mère, grand-père, mère, père et frères sont tristes – mais résignés – de le voir partir. Sur le pas de la porte, le père de Lucas (voir Le loup est revenu) lui donne une liste de bonnes choses à manger. Hélas pour son ventre, Lucas est bien trop sentimental, et laisse passer une succulente chèvre et ses sept chevreaux, un Petit Chaperon rouge dodu, trois petits cochons grassouillets, et même l’affreux Pierre… Comment faire pour calmer cette faim ???

Kiona : « Les illustrations sont très colorées.  Les personnages très expressifs et en mouvements. Un plaisir pour les yeux !« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Grégoire Solotareff et Nadja - Le Petit Chaperon Vert.Le Petit Chaperon Vert de Gregoire Solotareff et illustré par Nadja, éditions l’école des loisirs.

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeurConnaissez-vous le petit chaperon vert?
Non? C’est normal, elle n’invente pas suffisamment de balivernes pour devenir une héroïne de livres pour enfants.
Excédée par les histoires à dormir debout du petit chaperon rouge, le « petit chaperon vert » décide donc de lever le voile sur ce qui s’est vraiment passé ce jour fameux où son ennemie et elles sont allées rendre visite à leurs grand-mères respectives…
Un livre signé Grégoire Solotareff .

Kiona : « Un album aussi bien pour les plus petits que les plus grands, empli d’humour !« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Christian Bruel et Nicole Claveloux - Petits chaperons loups.Petits Chaperons loups de Christian Bruel et Nicole Claveloux, éditionsÊtre.

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeurDeux livres en forment un seul ! Leurs doubles pages associées au gré de chacun génèrent de multiples lectures. Petits chaperons loups. Rouges et futées d’un côté, noirs de poil de l’autre… A vous d’organiser toutes les rencontres possibles !

Sur les pages du cahier de gauche, apparaissent successivement des Petits Chaperons rouges, plus futées les unes que les autres ; toutes regardent vers la droite. Sur chaque page du cahier de droite, figure un loup nouveau regardant vers la gauche. Reste à les associer deux à deux, à son gré. Et à jubiler. Et, les plus jeunes découvrent que le contexte influe sur la lecture d’une image : ainsi le même petit loup qui se roule sur le dos en braillant pourra être perçu comme étant terrorisé par le Chaperon-infirmière et sa seringue…

Kiona : « Le principe du livre est très intéressant puisqu’il permet d’inventer avec l’enfant des histoires en fonction des illustrations choisies. Le livre devient support pédagogique.« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Jean-Louis Le Craver et Martine Bourre - Din'Roa la Vaillante.Din’Roa la Vaillante de Jean-Louis Le Craver et illustré par Martine Bourre.

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeurLe temps d’une nuit, une mère doit laisser seuls ses deux enfants. Mais voilà qu’un ours se fait passer pour leur grand-mère et vient leur rendre visite avec une seule envie : les dévorer ! Din’Roa se méfie de cette grand-mère à la grosse voix et aux dents pointues. Et elle ne s’en laissera pas conter !

Kiona : « Une très belle version chinoise du Petit Chaperon Rouge.« 

⇒  sur Decitre et Amazon

♣♣

Brigitte Saussard - Le Petit Chaperon rouge mimé.Le Petit Chaperon rouge mime de Brigitte Saussard, édition Retz .

Présentation de Kiona

présentation de l’éditeur : Trois versions, mimées, du conte du Petit Chaperon rouge.

– La première est conforme au conte original.

– La deuxième est une variante : le petit pot de beurre est remplacé par une bouteille de vin, avec les conséquences que l’on peut prévoir.

– La troisième a lieu de nos jours, entraînant aussi des modifications dans le scénario.

Ce titre est aussi publié dans Sketches et contes à mimer, Retz, 2002.

Kiona : « Un très bon support pour une représentation théâtrale du conte.« 

⇒ sur Decitre et Amazon

♣♣

Joël Pommerat - Le petit Chaperon rouge.Le petit Chaperon Rouge de Joël Pommerat et illustré par Marjolaine Leray, éditions Acte Sud-Papiers.

présentation de Kiona

présentation de l’éditeur : Dans le célèbre conte populaire, il n y a pas de père. Ce n est pas un oubli. Il y a une petite fille, une mère, une grand-mère et le loup, bien sûr. Joël Pommerat laisse aux lecteurs la liberté d extrapoler, de dessiner dans les marges de cette histoire : celle d une petite fille qui devient grande.

Kiona : « Un excellent livre pour une interprétation théâtrale en petit groupe, à l’école, en centre culturel ou même en famille !« 

⇒ sur Decitre

♣♣

une version orale du Petite Chaperon rouge, racontée par Kiona d’après les conte recensé par Achille Millien en 1870.

Ce billet aurait eu plus sa place dans les contes européen tout comme la version de Perrault et celles des Frères Grimm qui vont suivre mais bon, Kiona les a proposé pour la première piste du jeu, je vous les propose donc ici avec les autres petit chaperon rouge de sa série.

♣♣

Charles Perrault et Christian Roux - Le petit chaperon rouge.Le Petit Chapern Rouge de Charles Perrault et François Roux, éditions Seuil jeunesse.

présentation de l’éditeur : Notre Petit Chaperon rouge croise le loup et ne s’en sort pas. Aucun bûcheron ne vient la sauver ni ouvrir le ventre du loup pour ramener la grand-mère à la vie. En guise de fin, une moralité : jeune-fille, prenez garde au loup, et s’il a l’air doucereux, surtout méfiez-vous plus encore ! Des illustrations épurées et très fortes, pour un univers d’artiste singulier. Le lointain village et l’immense forêt sont à couper le souffle.
Le Petit Chaperon rouge, naïf, est très stylisé et franchement craquant… et le loup vraiment effrayant ! Pas de naïveté, ni d’édulcoration pour cette version du célèbre conte, dont le but était bien de faire frissonner.

⇒ sur Decitre

Kiona nous raconte le Petit Chaperon Rouge de Perrault suivi d’une conférence.

♣♣

Kiona nous raconte le Petit Chaperon Rouge, dans la version proposé par les frères Grimm, suivi d’une conférence.

♣♣

Kiona nous propose une liste d’autres version du conte en tapuscrit

♣♣

Et pour finir la série, Kiona nous propose une synthèse

♣♣♣♣

Et voilà c’est fini ! On se retrouve la semaine prochaine pour la deuxième piste du jeu : contes dont le héros est une femme.

 

Share