image pour le plaisir des yeux #24 – Bake Bake Gakko

Bake Bake Gakko.jpg

Pour le rendez-vous yôkai du challenge Un mois au Japon j’ai choisi de vous montrer une estampe ukiyo-e de Kawanabe Kyōsai : Bake-bake gakkô (école pour fantôme). Une estampe mettant en scène des démons et kappa qui étudient avec des maîtres habillée à l’occidentale, parodie du système éducatif mis en place par le gouvernement de Meiji.

Share

Premières lignes #4 – Ecrire une chronique de Christine Berrou

Chaque semaine, Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures. Aujourd’hui ce ne sera pas les premières lignes d’un roman, mais d’un manuel pratique que je suis en train de lire : écrire une chronique presse, radio, télé web de Christine Berrou publié par Eyrolles dans la collection  Les Atelier d’Ecriture.

Couverture Ecrire une chronique presse, radio, télé, webCher lectueur, chère lectrice, je vous remercie de ce que vous venez de faire, à savoir ouvrir mon livre et en lire les premières lignes. C’est un geste qui se perd, et rien que pour ça, veuillez trouver ci-joint un bisous en onomatopée, le voici : smack.

J’ai trouvé cette façon de commencer plutôt amusante. Ce n’est pas tout les jours qu’on commence un livre avec un bisous en pièce jointe. 😀

La suite du livre est plaisante aussi, mais j’attends de l’avoir fini pour vous en parler d’avantage.

Share

Chère Ijeawele, ou le manifeste pour une éducation féministe

Je flânais au rayon socio de la bibliothèque, quand je suis tombée sur ce tout petit livre : Chère Ijeawere ou un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie, publié chez Galimard. J’avoue ne pas connaitre l’auteur, mais le sujet du féminisme m’intéresse et le rayon ne contenait, sur le sujet, que peu de livres avenants. J’ai donc décidé de l’emprunter, histoire de.

Couverture Chère Ijeawele, : Un manifeste pour une éducation féministe

Je l’avais presque oublié quand ce matin en préparant ma prochaine visite à la bibliothèque je l’ai vu et ai commencé à lire la première page. Je ne l’ai quitté qu’en refermant la dernière page (ce qui, vu la taille du livre, ne m’a pas pris trop longtemps).

Ce que nous dit Chimamanda Ngozi Adichie ici, est une évidence, mais des ces évidences qu’on a besoin d’entendre tout haut. Chiamamanda Ngozi Adichie est nigériane et s’adresse, dans ce manifeste, à l’une de ses amies nigériane, qui vient de mettre au monde une petite fille. Bien qu’attaché à sa culture et à son contexte, ce texte n’en reste pas moins très universel.

J’ai trouvé ce court manifeste très intéressant et facile à lire. J’ai tout particulièrement été sensible à la question des projections que la société fait en fonction du genre de l’enfant et que nous faisons tous, plus ou moins, malgré tout parce que nous avons été éduqués comme ça et que c’est devenu presque un réflexe. Sortir de ces projections demande un vrai travail actif sur ces réflexes. Adichie met aussi l’accent sur l’importance des mots. Il faut faire attention aux mots qu’on utilise, car, au-delà du sens propre, ils sont chargés de connotations culturelles, comme le sentiment de honte qui, par exemple, accompagne presque immanquablement le sujet de la sexualité féminine. Pourquoi parle-t-on toujours à voix basse des menstruations ?

Un texte court et salutaire que je conseille à tous les parents soucieux de donner une éducation féministe à leur enfant (mais aussi aux enseignants et à tous les autres, qu’il soit éducateur ou non). Et par féministe j’entends ce que le mot veut dire et non pas toutes les connotations négatives qui l’accompagnent (malheureusement encore aujourd’hui).

Féminisme nom masculin (du latin femina → femme ; mot créé par Fourier)
■ Doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme, et l’extension du rôle de la femme dans la société.
(source : Le Robert illustré)

Chiamamanda Ngozi Adichie est une écrivaine nigériane, née en 1977. Un nom que je vais tâcher de retenir !

bibliographie de Chiamamanda Ngozi Adichie chez Galimard

Pour terminer, je vous propose une petite vidéo :

Share

Semaine shôjo 2018 – Le shôjo qui m’a le plus émue

Comme chaque année au mois d’avril, le club shôjo organise la semaine shôjo. Comme chaque année la semaine shôjo est accompagnée d’un événement interblog. Cette année, nous sommes invités à répondre à la question suivante : quel est le shôjo qui nous a le plus émus.

⇒ Sur Club Shôjo

Par shôjo il faut ici entendre manga pour femmes au sens large : shôjo, josei, shonen-ai et yaoi.

J’avoue que la question n’était pas évidente. À premier abord, je n’ai eu aucune réponse qui me soit venue à l’esprit. Je suis donc allée fouiller ma bibliothèque, j’ai passé en revue les shôjo et les josei que j’ai lus, il y en a qui m’ont particulièrement marqué, certaines m’ont fait verser une petite larme (voir plusieurs), mais lequel m’a le plus ému ? J’ai pensé à L’infirmerie après les cours, mais « ému » n’est pas le terme qui me convient le mieux pour parler de ce titre. Et puis, tout à coup, LE titre que je cherchais c’est présenté à moi comme une évidence : Tango, un yaoi d’Est Em.

Manga - Tango

Tango regroupe de nombreuses nouvelles, plus ou moins courtes. Si j’ai aimé la totalité du manga, il y aune nouvelle qui m’a tout particulièrement émue : Des cigales le long d’une route d’été.

Un vieil homme revient à Kyoto 42 ans après avoir quitté la ville pour le festival d’été où il avait l’habitude de jouer de la flûte avec son ami étant jeune. Il s’attend à le revoir, mais c’est un tout jeune Sakaki qu’il y rencontre, le petit-fils de son ami.

La musique et la ville font resurgir en lui les souvenirs de leur dernier défilé. Mais Keiji est revenu trop tard. Son ami, celui qu’il avait quitté, car il n’était pas possible de vivre les sentiments qui l’animaient à l’époque, n’est plus de ce monde. Rien que de le raconter l’histoire, j’en suis toute émue. Je la trouve tellement triste. Ce qui me touche tout particulièrement ce n’est pas tant le fait que les deux jeunes se soient séparés, mais le fait que Keiji revienne trop tard pour revoir son ami. Chacun semble avoir fait sa vie, une vie heureuse, mais dans une petite place au fond du cœur est resté le souvenir de ce chaud après-midi d’été. Le fait que l’un des deux meure avant d’avoir pu se revoir me rend tellement triste, c’est comme si cette histoire ne pouvait jamais trouver de conclusion.

En seulement quelques pages, Est Em a su m’émouvoir dans cette nouvelle, encore plus que dans les autres. Elle arrive à capter l’émotion d’un instant. Une lèvre posée sur la flûte, un regard qui porte au loin… et mon cœur chavire.

Au-delà de l’histoire, de cette histoire, j’aime beaucoup le dessin d’Est Em. Je le trouve très beau, sensuel et poétique. Je suis toujours touché par ses dessins, même sur une seule planche.

Résultat de recherche d'images pour "Tango ~ est em"

Tango ~ est em
Lever de Rideau, dans Tango – Est Em
retrouvez la semaine shôjo sur les blog partenaire

Share

Ultraviolette se rebiffe

Hier je vous parlait de Tine & Junior, une bande dessinée jeunesse des éditions Frimoüsse. Aujourd’hui je vous en présente une autre mais, malheureusement, Ultraviolette n’a pas fait mouche chez nous.

Couverture 2018

Violette vit sur une péniche avec son père. Un jour, elle reçoit un cadeau tout pourri avec un petit mot très méchant. Cela semble venir de son meilleur ami, ni une ni deux, elle file chez lui pour une petite discussion, mais ce n’est pas lui. Qui peut donc avoir envoyé ce mot ? Et pourquoi la mairie voudrait-elle que la péniche déguerpisse ? Coïncidence ? Ultraviolette mène l’enquête.

Je n’ai pas vraiment accroché avec cette bd jeunesse. Que ce soit le dessin ou l’histoire, cela m’a laissée assez indifférente. Je n’ai pas trouvé les personnages attachants et l’intrigue du récit ne tient pas vraiment en haleine. Quant au dessin, il est très particulier et si je ne l’ai pas trouvé désagréable, la magie n’a pas opéré.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?


chut les enfants lisent

Share

Tine & Junior – Les géants de pierre

J’ai eu la chance de lire plusieurs albums jeunesse des éditions frimoüsse et je n’ai jamais été déçue. J’étais très curieuse de découvrir leur collection BD Mousse. Je vais vous parler de Tine & Junior, Les géants de pierre, le premier titre de leur collection bd que je vous présente, avec Ingrid Chabbert au scénario et Brice Follet au dessin.

Résultat de recherche d'images pour "Tine & Junior - Les géants de pierre"

Tine et Junion partent à la montagne avec leur cousin chez le grand-père. C’est en traîneaux qu’ils rejoignent le chalet où les attend une bonne fondue. Mais ce qui devait être de belles vacances risque de virer au drame. Après le dîner, le grand-père fait un malaise et ne se réveille plus.  Les enfants n’ont pas le choix, faut trouver un médecin. Ils attellent le traîneau et partent dans la nuit. Une rencontre magique les attend.

Résultat de recherche d'images pour "Tine & Junior - Les géants de pierre"

Les personnages sont assez stéréotypés : l’intello a des lunettes, la gentille c’est une fille et le chamailleur fait une tête de plus que l’intello. Pas très original comme trio. Mais ils sont sympathiques. Toujours promptes à se chamailler, mais ils n’hésitent pas à se serrer les coudes et à se protéger les uns les autres.

C’est un peu court pour bien faire monter la tension, mais c’est une jolie histoire, on apprend quelques petits trucs sur le Tibet et, en refermant ce tome, l’envie de découvrir les autres aventures de Tine & Junior est là.

⇒ acheter sur Decitre 

Brice Follet (sur facebook)

Ingrid Chabbert (sur facebook et twitter)

⇒ les éditions frimoüsse

 

Share

C’est lundi, que lisez-vous ? #96

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

Petite semaine de lecture. Seulement 2 bande dessinées finies.

Résultat de recherche d'images pour "ultraviolette se rebiffe frimousse" 

Ultraviolette se rebiffe, la première BD des éditions Frimoüsse que nous découvrons et The End, le dernier one-shot de Zep, sorti chez Rue de Sèvre.

Je lis

Picco per capre

Picco per capre se donne comme mission de faire comprendre à tout le monde la crise que nous vivions actuellement,pas une crise de plus, la chute de notre civilisation. Une lecture qui fait réfléchir.

Je lirais

Je n’ai pas encore décidé.

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu

Je lis

Je lirais

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Couverture Crapule

trop trop bien ! très rigolo mais pas beaucoup de texte


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

Les années passées nous parlions de

2017

Eclat 

Kyoto vu par Takashi Yasui

Résultat de recherche d'images pour "jiro taniguchi"

2016

C’est lundi que lisez-vous ? #32

Gisèle, « le combat c’est vivre ! » ~by Yomu-Chan

Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga

2015

Nouveautés manga #4 – sorties d’avril 2015

semaine shôjo : Le meilleur personnage feminin

2014

Wisteria Maiden

L’homme qui marche

Shôjo : la meilleure mangaka

2013

Salon du livre Paris – Rencontre avec les auteurs de Cesare

Du shôjo, mais oui, pourquoi pas !

2012

No.6

Onmipotent Youth Society

Chihayafuru

Share

Gâteau sans oeufs

J’étais partie pour préparer un gâteau au yaourt tout ce qu’il y a de plus classique quand je me suis rendue compte que je n’avais plu d’œufs et, évidemment, il pleuvait des cordes. J’avais pas du tout envie de sortir. J’ai bien pensé y envoyer Mimiko mais bon, je trouvais ça un peu vache 😀 Je me suis dit qu’il existait sans doute des recette pour faire des gâteaux sans œufs. Et je suis tombé sur une recette de gâteau au yaourt sans œufs. C’est très simple, on remplace l’œuf par un deuxième yaourt.

 ingrédients :

  • 2 pts de yourt
  • 3 pots de farine
  • 1 pot de sucre de canne
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • extrait de vanille
  • 1/2 pot d’huile de pépins de raisin

Comme pour le gâteau au yaourt classique, j’ai mis tous les ingrédients dans le saladier et mélangé jusqu’à obtenions une pâte lisse et homogène.

Malheureusement mes mésaventures ne s’arrêtèrent pas là, puisque une fois la pâte dans son moule beurré, le four a décidé de mourir. Comme ça, sans crier gare. Je me suis retrouvée sans four ! Nous n’avons pas eu de gâteau au goûter mais cela m’a permis de faire une expérience intéressante. Ne voulant pas perdre ma préparation, je l’ai congelé telle quelle, directement dans le plat à gâteau, et une fois le nouveau four en place je l’ai ressorti du congélo, j’ai laissé une petite heure à l’air libre pour qu’il décongelé et cuit au four 180°C pendant 30 minutes. C’était très bon.

à tester aussi :

gâteau au yaourt aux deux chocolats

gâteau au yaourt rapadura et patate douce


Share

Le Mois des contes 2018 #3 contes d’Europe

Il y a eu les contes détournés, les contes dont le héros est une femme, la troisième piste de jeu pour cette première session du mois des contes et légendes 2018 était les contes d’Europe.

Voici tous ceux qui ont été présentes :

Couverture Blanche neige (Rossi)Blanche Neige de Francesca Rossi, d’après les frères Grimm, editions Piccolia.

album présenté par moi-même

présentation de l’éditeur : Un grand conte classique rempli d’aventures extraordinaires à partager en famille, pour le bonheur des petits et des grands.

Bidib :  » Un joli album, un conte classique et pas de coup de cœur au rendez-vous pour nous »

♥♥

Roule galette

Un Film des Enfants du CLAS de la MJC Fernand Léger de Corbeil-Essonnes (Ecole Galignani)

court-métrage présenté par moi-même

Bidib : « J’adore »

♥♥

Ivan-dourak et Ivan-tsarevitch

Pourple Velvet nous fait découvrir plusieurs contes russes dont le héros porte le nom de Ivan

Purple Velvet : « Toujours dans ma logique Hiver Russe, que je fais durer tant que possible et puisque c’est le mois des contes, je vous présente 2 héros très connus, qui partagent le même prénom.« 

♥♥

Yarilo, dieu  du printemps de la mythologie slave

Purple Velvet nous raconte une légende slave

Purple Velvet : « Dieu du printemps, donc, logiquement, de la végétation, du bétail, de la fertilité, du renouveau,du soleil…mais aussi des galipettes dans la verdure si vous voyez ce que je veux dire. Dieu des forces vitales et de la nature, c’était inévitable.
Mais on ne cocufie pas impunément la déesse de la mort.« 

♥♥

Résultat de recherche d'images pour "Géraldine McCaughrean, illustré par Kristina Swarner"Casse-Noisette adaptation de Géraldine McCaughrean, illustré par Kristina Swarner

quatrième de couvertureEn ce soir de Noël, Marie reçoit en cadeau un casse-noisette que son frère s’empresse de casser. L’histoire aurait pu s’arrêter là sans… la magie de Noël. C’est alors le début d’une merveilleuse aventure….

Isabelle : « J’ai bien aimé cette histoire, mais aussi le fait que ce soit un livre animé, à chaque page tournée , un système de tirette fait bouger les personnages, les dessins, les couleurs sont très belles et donnent de la féerie à l’ensemble.« 

♥♥♥♥

On se retrouve la semaine prochaine pour la quatrième piste du jeu.

Share

Pastel, la branche bruxelloise de l’école des Loisirs fête ses 30 ans

À l’occasion des 30 ans de Pastel, la branche éditoriale belge de la maison d’édition spécialisée en littérature jeunesse l’école des loisirs, j’ai reçu un joli dossier de presse. L’occasion pour moi de mieux connaitre ces éditions et leur collection.

Une jolie exposition (en basse définition ici) est à disposition des enseignants et des libraires qui souhaiteraient mettre en avant la collection Pastel.

⇒ les 30 ans de Pastel

la collection Pastel

Dans la collection Pastel, nous venons de découvrir Le Secret du Rocher Noir, sorti en mars dernier. Une petite perle qui nous a beaucoup plu. J’avais également beaucoup aimé La volière dorée.

Couverture Le secret du rocher noir Résultat de recherche d'images pour "la volière dorée"

Edit : je me suis trompée, Le secret du rocher noir ne fait pas partie de la collection Pastel, mais il est super quand même 😉

Dans la bibliothèque de Mimiko on trouve quelques autres albums issus de la collection Pastel : Mon ami Jim, Grand Calao et Petit Homme, Le Capitaine, et La Maison dans les boisde chouettes albums que je n’ai pas encore pris le temps de présenter ici, mais que nous avons lus avec beaucoup de plaisir.

Nous avions également lu La Terrible question et Les petits chevaux du vent, emprunté à la bibliothèque.

 

En prenant le temps de redécouvrir le catalogue de cette collection j’ai également repéré un bon nombre d’albums qui me font envie, avec en tête : Trop tôt, Pfff…, Le rois et le premier venu, La fée sorcière, Gilou Troubadour, Mère Méduse, Matachamoua, Au monde et bien d’autres. Vous pensez bien qu’en 30 ans le catalogue s’est bien rempli !

   

   

Cette collection offre des albums très divers pour les tout petits ou les un peu plus grands, dans des styles très divers, je passerais des heures à feuilleter leur catalogue.

Si vous aimez les albums jeunesse, je vous invite donc à l’occasion de cet anniversaire à faire un tour sur le site et à redécouvrir leur collection.

Avez-vous lu des albums issus de cette collection ? Lesquels avez-vous préférés ? Lequel auriez-vous envie de découvrir ? Laissez-nous vos avis et impression.


Share