Archives de catégorie : album jeunesse

Conte de la nuit noire

Chaque année nous revenons du festival d’Angoulême avec l’un des albums de la petite maison d’édition angoumoisine Comme une Orange. J’aime beaucoup leur travail et cette année nous n’avons pas dérogé à la règle. C’est sur le magnifique Conte de la nuit noire écrit par Eric Wantiez et illustré par Geoffrey Grimal que nous avons jeté notre dévolu.

Résultat de recherche d'images pour "Conte de la nuit noire"

Les illustrations de Geoffre Griman sont magnifiques. Des grandes étendues impressionnantes pour un si petit format (format à l’italienne 15×21 cm). Les couleurs sont très vives et très belles.

Résultat de recherche d'images pour "Conte de la nuit noire"

Le texte d’Eric Wantiez est également très beau, simple, mais percutant, comme toujours. J’aime beaucoup son travail parce qu’il utilise des mots très simples et à la portée des enfants pour nous raconter des choses très vraies et parfois très dures. Ici, il est question d’un chasseur des steppes terrorisé par la nuit, et qui, n’écoutant que son désire égoïste, veut empêcher le soleil de se recoucher. Mais empêcher la nuit de venir aura de très lourdes conséquences sur la vie des animaux. Cela pourrait tout détruire. Et pourtant le chasseur s’entête. Il n’est pas encore trop tard pour réparer. Sera-t-il écouter ce que tentent de lui faire comprendre les animaux ? Sera-t-il surmonter ses peurs et prendre les bonnes décisions ?

Et nous, le saurons-nous ? Allons-nous continuer à tout détruire? Allons-nous enfin ouvrir les yeux et surmonter nos peurs ? Cela sera bien que l’humanité tout entière ait le courage de ce chasseur. Mais j’ai bien peur que cela n’arrive pas.

Eric Wantiez et Geoffrey Grimal nous offrent un conte écologique et poétique très touchant. Et un très beau livre à regarder, encore et encore.

Comme une orange

Eric Wntiez

Geoffrey Grimal (et son facebook)

⇒ sur Amazon et Decitre


 challenge petit BAC 2018

Share

Deux livres pour découvrir la légende du roi Thésée

Le mois des contes et légendes et l’occasion pour moi de vous parler de deux livres dont je voulais parler depuis un moment et qui ont un point commun : Thésée en est le héros.

Pour les plus pressés commençons par un petit livre d’une soixantaine de pages richement illustré : Thésée, comment naissent les légendes de Yvan Pommaux, aux éditions l’école des loisirs (2 formats disponibles : album ou poche, j’ai pour ma part lu la version poche à la couverture souple).

Thésée, comment naissent les légendes

L’histoire commence avec des plongeurs qui en 1966 découvrent dans une épave une céramique où l’on voit Thésée aux prises avec le Minautore. Sur le bateau, le vieux professeur va raconter aux deux jeunes plongeurs l’histoire, la légende qui se cache derrière cette image. Nous voici projetés dans la Grèce antique, du temps où les dieux règnent sur l’Olympe. Aïthra, la fille du gouverneur de Trézène, est aimé par Poséidon et par Égée le roi d’Athènes en si peut de temps qu’elle ne peut savoir lequel des deux est le père de l’enfant qu’elle met au monde. Elle décide qu’il sera le fils des deux. Thésée est né. Il grandit et devient très fort. Sa mère lui révèle alors qu’il est le fils d’Égée le roi d’Athènes et que ce dernier laissé une épée pour lui.

Armé de cette épée le jeune Thésée décide de se rendre à Athènes en empruntant le chemin le plus long et le plus difficile. Son périple lui prend plusieurs années. En chemin, il se bat contre de nombreux bandits et monstres, ce qui lui vaut une solide réputation de héros. Quand il arrive à Athènes, sa réputation le précède. Médée, épouse d’Égée, voit en lui une menace et influence le roi pour qu’il empoisonne le jeune homme.

Mais avant que Thésée n’ait eu le temps de boire la coupe empoisonnée, Égée reconnaît son épée et son fils. Médée disparait et Thésée est acclamé. Mais la joie est de courte durée. À cause d’une mauvaise ruse du roi d’Athènes, le fils du roi Minos s’est fait tuer. Fou de rave, le roi Minos réclame chaque année 7 jeunes hommes et 7 jeunes femmes de 20 ans qu’il envoie dans le labyrinthe où ils se font dévorer par le Minotaure. Malgré l’opposition du roi, Thésée insiste pour participer au voyage et promet de revenir vainqueur.

Une fois à Crète, Thésée fait la connaissance du roi Minos et de ses filles. L’ainée, Ariane, tombe immédiatement amoureuse de lui et décide de l’aider à sortir du labyrinthe, à condition qu’une fois sorti il accepte de l’épouser. C’est ainsi qu’Ariane donne au jeune prince le fameux fil d’Ariane.

Dans le labyrinthe Thésée vainc le Minotaure et, grâce au fil, il retrouve la sortie avec tous ses compagnons. Ils embarquent en amenant Ariane, mais Thésée n’est pas amoureux et revenant sur sa parole il abandonne Ariane sur une île (ou elle sera consolée par Dionysos).

Il revient à Athènes comme promis, mais oublie de changer les voiles du navire comme convenu, noir pour le deuil, blanches s’il revint en vie, le roi Égée se suicide de désespoir. Thésée devient roi.

Plus tard il épousera la soeur d’Ariane qui tombera amoureuse du fils que Thésée a eu avec la reine des amazones et c’est une tragique histoire qui ne nous sera pas contée ici.

Ce petit album résume les grandes lignes de la légende de Thésée ainsi que des éléments qui l’entourent : le Minotaure, la mort Androgée, fils de Minos. Mais l’album est court et on passe assez vite sur les différents événements marquants de la jeunesse de Thésée. Quant à Thésée le roi, cela est à peine suggéré. Difficile d’en faire plus en si peu pages. Mais l’essentiel est là et c’est une bonne entrée en matière. Très richement illustré, l’album permet de se familiariser avec le personnage, et connaitre les grandes lignes de son histoire. Une petite annexe revient avec quelques explications sur les noms cités dans l’album, histoire d’aller un peu plus loin.

J’ai beau connaitre les légendes de la Grèce antique, en lisant cet album j’ai tout de même été frappé par la violence de celles-ci. Une violence que l’on retrouve même dans cet album, bien qu’on ne s’attarde pas sur cet aspect.

sur le site de l’école des loisirs

le dossier pédagogique

⇒ sur Amazone ou Decitre 

Dans la même série, on trouve également les légendes d’Orphée, de la guerre de Troie et Ulysse.

(merci aux éditions l’école des loisir de nous avoir proposé cette lecture)

Θησεύς  Θησεύς

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, lire plus longtemps et suivre Thésée dans toutes ses aventures, je vous propose un deuxième livre : Le Feuilleton de de Thésée de Murielle Szac illustré par Rémi Saillard publié par Bayard jeunesse.

Couverture Le feuilleton de Thésée

En cent épisodes on découvre la palpitante vie de Thésée et d’autres éminents personnages de la mythologie grecque qui croisent son chemin : Héraclès, Œdipe, la reine des Amazones et bien sûr le Minotaure, Ariane, Dédale Minos…

Avant d’en arriver à la fameuse histoire du Minotaure, Thésée va suivre son cousin Héraclès dans quelques aventures. Puis, après son retour victorieux de Crète (et sans Ariane qu’il abandonne lâchement sur une plage), on découvre Thésée devenu le roi d’Athènes. Il accueille dans sa cité Œdipe et sa fille  Antigone. On prend le temps de découvrir leur histoire. Il est également question des mariages de Thésée, de son fil Hippolyte (une histoire bien triste). Dans ce livre, on suit Thésée jusqu’à la fin de sa vie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

La fin du feuilleton de Thésée est pour ce soir ! #lecturedusoir #leslecturesdemimiko

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Nous avons tous beaucoup aimé ce livre à la maison. C’est très bien écrit. C’est intéressant et palpitant. On a envie de découvrir la suite des aventures du héros. Chaque épisode fait deux trois pages et est accompagné d’une illustration, ce qui en fait une très bonne lecture du soir (les chapitres ont la bonne longueur pour cet exercice à haute voix). Ce livre nous aura tenu compagnie un moment, avec un épisode avant le coucher. J’ai sauté quelques chapitres puisque nous nous sommes alternée à la lecture avec Chéri qui (pour une fois) à aimé faire la lecture du soir. Mimiko avait découvert ce livre en classe. Le maître leur lisait un chapitre chaque jour et elle a tant aimé qu’elle a voulu partager cette lecture avec nous et j’ai fini par lui acheter (moi refuser des livres, jamais !). Nouvelle lecture à la maison, Mimiko toujours aussi attentive. Depuis elle s’intéresse à la mythologie grecque et a ajouté quelques livres à sa bibliothèque. Mais le feuilleton de Thésée occupe une place privilégie dans notre collection mythologie grecque puis que c’est celui qui nous a donné envie, à elle de découvrir, à moi de me replonger dans se sujet qui me passionnait quand j’étais au collège. Et puis c’est après avoir lu ce livre que nous avons baptisé notre chat Héraclès. 😺

les premières lignes

sur le site de bayard jeunesse

la mythologie grecque en cent épisodes (et sa page facebook)

Rémi Saillard

⇒ sur Amazon ou Decitre

Dans la même collection sont disponibles deux autres feuilletons : Le feuilleton d’Ulysse et Le feuilleton d’Hermès. Nous sommes en pleine lecture de ce dernier. Un épisode chaque soir. Ces livres portent bien leur nom. 😉

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#lecturedusoir #mythologie #litteraturejeunesse #bookgram

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Μινώταυρος  Μινώταυρος

Et puisqu’il est question de Thésée et du Minotaure, j’en profite pour vous reparler d’un jeu de société que nous avons testé et aimé : le labyrinthe du Minotaure également sortit aux éditions l’école des loisirs

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Découverte à venir @ecoledesloisirs

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

La première partie du labyrinthe du Minotaure est lancée ! @ecoledesloisirs

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le


 chut les enfants lisent 

Share

Minusculette en automne

Minusculette est une petite fée des jardins. En cette froide journée d’automne, elle rencontre une étrange souris. C’est Maurice le muscardin. Il s’est perdu et ne retrouve plus ses frères et sœurs. Minusculette décide de l’aider à retrouver sa famille avec l’aide de Gustave l’écureuil.

Couverture Minusculette en automne

Un petit album tout mignon, avec une histoire simple, écrit par Chhristine Davenier et illustré par Kimiko, sorti la semaine dernière aux éditions l’école des loisirs.

J’ai beaucoup aimé les illustrations tendres aux chaudes de l’automne. L’album, au format carré, a un autre avantage : la qualité du papier qui est très épais et résistera aux assauts répétés des petites mains.

À la maison il n’y a plus d’enfants en âge de lire et relire ce type d’album, mais ça ne nous a pas empêchés de profiter de ce joli livre. Les belles illustrations font toujours plaisir, même si on a passé l’âge. 🙂

Une lecture de saison qui fleure bon les feuilles mortes, les noisettes et les bons sentiments.

À la fin de cet album, l’auteur fait un petit clin d’œil à une autre aventure vécue par la petite fée en hiver. De quoi donner envie aux enfants de retrouver la petite fée et ses amis du jardin. Et ça tombe bien, trois autres albums sont disponibles dans la série :

Minusculette, la fée du jardinMinusculette en hiverMinusculette en été

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou Decitre 

Christine Davenier

Kimiko


 chut les enfants lisentchallenge petit BAC 2018 Challenge 1% Rentrée Littéraire 2018

Share

Elio – Virginie Bégaudeau et Claire Bohn

Mignonne petite histoire avec Elio, un petit hérisson qui a perdu sa maman et qui veut lui rendre hommage à l’occasion de la fête du village en confectionnant un chapeau en ballons. Mais les hérisson et les ballons ça ne fait pas bon ménage.

Elio est sorti aux éditions Plumes Solidaires en juin dernier. J’ai surtout apprécié les illustrations qui sont très tendres.

⇒ Elio sur amazon

les éditions Plumes Solidaires


 chut les enfants lisent

Share

Le fromage

Tout est bon dans le fromage !

Éléonore Thuillier et Clotilde Goubely nous offrent une histoire à la fois drôle et riche en références.

Maître Corbeau sur un arbre perché tient dans son bec un fromage.

Maître Renard, par l’odeur alléchée, lui dit à peu près ceci :

-Et dis donc, il sent bien bon ton fromage. Tu m’en donnes un peu ? S’il te plaît…

Tout commence avec le corbeau et le renard de La Fontaine qui se disputent le fameux fromage. Mais l’ours arrive et confisque le précieux goûter. Mais avant qu’il ai eu le temps de filer la souris, arrive… Le fromage passe ainsi de main en main dans une sorte de répétition, grand classique dans l’histoire pour enfants.

J’aime beaucoup les dessins, je les trouve très originaux avec ce mélange de réalisme dans les textures et les « visages » comiques des animaux. Quant aux textes, bien que très court nous a fait bien rire avec ses nombreux clins d’œil aux  fables, contes et comptines. C’est un peu comme un jeu de piste, à chaque page on se demande à quoi ça nous fait penser. J’ai adoré la page où l’on découvre la réserve du blaireau.

⇒ sur Amazon et Decitre

Frimoüsse

Éléonore Thuillier (facebook)

Clotilde Goubely (site)


Share

Les bijoux du Maharadjah

Comme son père avant lui et le père de son père, et le père du père de son père avant lui, le héros est Mharadjah. Mais ce n’est pas drôle de siéger sur le trône quand on n’a que 8 ans ! Alors que les ministres s’inquiètent des disparitions de jeunes filles, le jeune maharadjah ne songe qu’à rendre visite à une panthère énigmatique  qui depuis des jour se faufile dans ses appartements. Et ce soir elle lui vole tous ses bijoux.

En cherchant la panthère, c’est sont les jeunes disparu que le maharadjah va retrouver.

Bijoux du Maharadjah (Les)

Une petite histoire mignonne avec un trop jeune maharadjah qui, bien malgré lui, va sauver les jeunes filles des griffes des pirates.

L’histoire est mignonne, les dessins sont agréables, mais je n’ai pas été particulièrement emballé par cet album. Une jolie lecture qui ne me marquera pas dans le temps.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Decitre et Amazon


 challenge petit BAC 2018

Share

Riquette à la coque

Il était une fois une princesse moche, mais intelligente et un prince aussi beau que stupide. La bonne fée leur prédit un beau mariage, et chacun donnera son don à l’autre. Tout est prévu, mais… sans compter sur la princesse et le prince qui n’en feront qu’à leur tête.

Riquette à la coque

Je n’ai pas tout de suite fait le rapprochement avec le conte Riquet à la houppette, faut dire que la dernière fois que j’ai entendu ce conte, je ne devais pas avoir 10 ans ! Mais il y a une scène qui m’a de suite ramené au conte classique. Quand la terre s’ouvre pour montrer un magnifique banquet.

Ici, Daniel Hénon s’amuse à détourner le conte de Charles Perrault avec simplicité et beaucoup d’humour. Les dessins sont pétillants et pleins de vie.

Riquette n’est pas moche, dès le début elle nous parait comme une gamine pas jolie, mais pas laide non plus. Une jeune fille ordinaire, pleine d’esprit et de vie. Mimiko ne la trouvait pas moche du tout. « Mais pourquoi ils disent tous qu’elle est moche ? » N’arrêtait-elle pas de me demander. C’est vrai que le gros plan de la princesse devenue ado n’est vraiment pas flatteur, mais ce gros plan est le seul moment où on la trouve laide (il n’y a qu’à regarder la couverture, franchement elle n’est pas mignonne cette petite gamine ?). Quant au prince, est-il si stupide qu’il en a l’air ? Il ne dit jamais rien, difficile de savoir.

La morale de l’histoire c’est que vous n’êtes pas ce que les gens disent de vous, vous êtes vous-même et si vous acceptez cela alors vous pouvez être heureux.

Un très joli album, qu’on a pris plaisir à lire ensemble. Un conte moderne, plein de vie et d’humour. Avec un dessin agréable dont j’ai tout particulièrement aimé les couleurs.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Decitre ou Amazon


 challenge petit BAC 2018 chut les enfants lisent

Share

Le Chapitaine

Le capitaine est fou de chats. Sur son bateau il y en a plein. Tout le monde se moque de lui, mais cela lui est égal. Il adore ses petits matous et il est prêt à échanger de beaux trésors contre un vilain matou. Tout le monde se moque encore de lui quand il prend une nouvelle route maritime, mais là encore le capitaine n’en fait qu’à sa tête et il découvre une île où le capitaine, son équipage et tous les chats seront très bien accueillis.

Chapitaine (Le)

C’est une très jolie histoire. La fin m’a beaucoup amusé et m’a fait penser aux morales des contes traditionnels.

Album de la collection Pastel de l’école des loisirs, nous avons l’édition souple animax, que Mimiko a hérité de ses cousins. Un livre qui a fait le tour de la famille. Des albums sur lesquels ont revient régulièrement, et que nous apprécions, avec Mimiko, tout particulièrement pour les lectures du soir. Le texte est court et facile à lire ce qui convient bien à cet exercice de fin de journée. Un moment d’intimité et de partage que je maintiens avec mes filles jusqu’à ce qu’elles n’en veillent plus. Mimiko du haut de ses 10 ans, tiens beaucoup à ce petit rendez-vous journalier et aime alterner les livres de découverte (Bonjour les Terriens, Les merveilles de la nature…) avec des petites histoires. Et j’apprécie les albums courts parce que la lecture à voix haute n’est pas un exercice facile pour moi. Même s’il arrive qu’on lise des romans, les albums c’est plus facile.

Le chapitaine est une lecture du soir très agréable. L’histoire est rigolote, joliment illustrée. Nous devons cet album à Inga Moore, une auteur-illustratrice anglaise dont plusieurs titres sont proposés par l’école des loisirs.

Résultat de recherche d'images pour "Captain Cat inga moore"

Le chapitaine sur le site de l’école des loisirs

le dossier pédagogique animax

⇒ sur Amazon ou Decitre


 

Share

Grand méchant loup cherche remplaçant

Ingrid Chabbert et Sylvain Diez - Grand méchant loup cherche remplaçant.

Ingrid Chabbert et Sylvain Diez nous racontent le recrutement du nouveau grand méchant loup. Car oui, le grand méchant loup est fatigué, il veut partir à la retraite, mais il lui faut trouver un remplaçant. Il poste alors une petite annonce. Les candidats se succèdent, mais qui est trop lion, qui trop mouton, qui trop petit… le grand méchant loup écarte tous les candidats un à un. Mais il y en a bien un qui ne va pas s’avouer vaincu aussi facilement !

Un joli album, avec une histoire très simple et un texte très court, mais rigolo. Les dessins, comme le texte est minimaliste avec des formes très géométriques . J’ai aimé le contraste entre le réalisme des bâtiments et les animaux très stylisés. Même si je trouve ces derniers un peu trop stylisés.

À noter la qualité de l’album, avec une belle couverture rigide d’un beau bleu et un papier très épais.

Un album qui devrait plaire aux plus petits et qui va vite se lire et se relire.

⇒Paru chez Frimoüsse.

⇒ achetez sur Decitre ou Amazon

Ingrid Chabbert sur facebook

Sylvain Diez


challenge petit BAC 2018 challenge albums 2018

Share

Swing Café

Swing Café

conte musical de Carl Norac, illustré par Rébecca Dautremer et raconté par Jeanne Balibar, publié par Didier jeunesse en 2009.

Ce que nous en dit l’éditeur :

Zazou, petite cigale du Brésil, rêve d’Amérique… Un beau jour, elle embarque et découvre le New York des années 30 : la foule, les gratte-ciel et la solitude, mais aussi, guidée par son ami Buster… le be-bop et… le Swing Café ! Un voyage aux origines du jazz
dans un fabuleux décor imaginé par Rébecca Dautremer. La voix envoûtante de Jeanne Balibar alterne avec les plus grands standards : Duke Ellington, Cab Calloway, Fats Waller, Ella Fitzgerald…

J’aime le jazz et j’ai emprunté ce livre-cd à la bibliothèque dans l’espoir de faire aimer cette musique à Mimiko qui, pour le moment, n’aime pas vraiment. Et… j’ai raté mon coup. Loin de lui avoir donné goût au jazz ce livre ne lui a vraiment pas plu. Peut-être trop imagé pour elle. Mimiko aime les choses logiques, claires. Ici tout est flou, incohérent, étrange. Le texte n’a pas toujours de queue et de tête, les personnages sont sensé être des insectes mais les images montrent des personnes et ça, ça l’a vraiment perturbé.

Je dois dire que je n’ai pas été très sensible au texte moi non plus. Je l’ai trouvé trop confus et s’il se veut poétique, je ne l’ai pas toujours trouvé agréable à l’oriel. D’ailleurs je n’ai pas aimé la façon dont Jeanne Balibar raconte cette histoire. Je n’ai pas aimé l’intonation ni l’accent bizarre qu’elle prends pour raconter cette histoire, ça ne fait pas naturel du tout.

En revanche j’ai beaucoup aimé les illustrations de Rébecca Dautremer.

sur le site de l’éditeur

⇒ à lire aussi l’avis de Nathalie


Share