Archives de catégorie : album jeunesse

Maman, lis moi âne Trotro !

l'âne tretro

Mais pourquoi les enfants l’aiment tant ?!!

J’ai beau tenter par tous les moyens de le cacher, ma fille n’en démord pas ! Elle ne quittera pas la bibliothèque sans un des nombreux albums d’âne Trotro. Et si on les a déjà tous lus ? Qu’à cela ne tienne, on recommencera !

Et âne Trotro a mangé trop de gâteau…

Et âne Trotro est un petit cochon…

Et âne Trotro…

STOP !! Pitié !! Va lire avec ton père ! Je dois faire le ménage. Oui ! Je préfère encore nettoyer les toilettes que de lire encore une fois l’âne Trotro !

J’ai beau désespérer, lui proposer d’autres histoires… elle ADORE ce petit âne indiscipliné trop mal dessiné. Non seulement le dessin me rebute, la simplicité des histoires m’ennuie, mais j’y voix, avec mes méchants yeux d’adulte, des accents d’intolérance. Pauvres cochons qui se voient exclus à cause de leur « mauvaise odeur » alors que, soit dit en passant, le cochon est un des animaux de la ferme les plus propres.

     numérisation0035

Merci à Yomu-chan pour ce joli dessin (^.^)

 Oui, je milite pour rétablir la réputation du cochon !! En s’attaquant aux cochons, l’auteur de Trotro a dépassé les bornes, et moi mon self-control ! Maintenant je suis prise de frénésie ménagère dès que ma fille attaque un de ses albums.

Mais que faire ? Les enfants en bas âge l’adorent.

Parent, vous, qui comme moi, ne portez pas dans votre cœur l’âne Trotro, Petit Ours brun et autres Tchupi, prenez votre mal en patience. Tant qu’ils sont occupés à lire l’âne Trotro, ils vous épargnent Dora l’exploratrice.

Share

Il faudra

il faudra

Texte : Thierry Lenain

Illustrations : Olivier Tallec

 Editions Sarbacane, 2004

Perché sur son île, un enfant regarde le monde et se dit : « il faudra… »

 

C’est de loin que j’ai repéré la couverture, dissimulée parmi d’autres livres dans les bacs de la médiathèque. Je discutais avec une autre maman, tandis que nos enfants jouaient. Et là, mon oeil     a été attiré par un beau rouge. Tout à ma conversation, j’ai tenté d’ignorer l’appel du livre. Mais rien à faire. Les couleurs vives de la couverture me lançaient un terrible appel à la lecture. J’y tenais plus ! Sous le regard interloqué de ma compagne, je me lève et plonge dans les bacs pour en extraire ce livre.

Mon instinct ne ma pas trompé. La couverture est magnifique. Un enfant, simplement crayonné, à peine colorié de quelques taches de rouge, jette un petit regard au lecteur, assis sur ce que, j’apprendrais plus tard , est son île.

Le motif de la couverture me rappel les tissus d’Europe de l’est, ces châles rouges à fleures que j’ai tant vu sur les épaules de ma mère…

Sans hésiter un instant, j’ajoute ce livre à la pile de bouquins à ramener à la maison.

Les illustrations sont toutes très belles. J’ai beaucoup aimé l’effet de mélange : peinture et crayons, couleurs et noir & blanc…

     doubleilfaudra1

Le texte je l’ai trouvé un peu mièvre, à vrai dire. Cependant j’ai vraiment apprécié la chute. Alors que le texte ne me paraissais pas très original, la chute ma surpris et fait changé d’avis sur l’ensemble qui, du coup, prend une autre valeur.

Un très beau livre. Mais qui, je dois l’avouer, a eu bien plus de succès avec moi qu’avec ma fille.

Sur le site des éditions Sarbacane : link

Share

Les douze manteaux de maman

  douze-manteaux.jpg

Magnifique album de Marie Sellier, illustré par Nathalie Novi, aux Éditions Le baron perché.

Ce livre nous ressemble, à nous les mamans. Personnellement, je me suis reconnue dans nombreux des manteaux décrit par les petits textes poétiques et amusants. Les illustration sont très belle et nous entraîne dans la rêverie.

Un des douze manteaux de maman : 

Son manteau d’ombre

a un grand col de brume.

Quand elle le porte, tout s’assombrit.

Les oiseaux ne chantent plus,

le ciel devient gris.

Il n’y a rien d’autre à faire

qu’attendre que ça passe.

Lien vers les éditions le baron perché : link

Nathalie Novi, site officiel : link

Share

C’est un livre

J’ai complètement craqué pour ce superbe album jeunesse : C’est un livre de Lane Smith, aux éditions Gallimard Jeunesse.

Un âne et un singe assis face à face. Qu’est-ce donc cet étrange objet que tient le singe entre les mains? C’est un livre! Intrigué l’âne se demande si ça marche avec le wi-fi, s’il faut un code d’accès, si on peut chatter… Mais non!

« C’est un livre espèce d’âne ».

Les dessins sont à craquer, l’expression du singe me fait trop rire. Et l’histoire est tout à fait adapté pour les enfants modernes qui apprennent à faire fonctionner le lecteur DVD avant même de savoir parler correctement.

C’est drôle, court et efficace. J’ADORE

c-est-un-livre.jpg

Share

Sagesses et malices de Confucius

Dans la catégorie livres jeunesse, j’ai eu un coup de cœur pour ce petit livre en format poche à la couverture cartonnée publié chez Albin Michel.

Les textes de Maxence Fermine mettent en scène des dialogues imaginaire entre le vénérable Confucius et ses sept disciples.

confucius.jpg

Les illustrations d’Olivier Besson : une touche de poésie supplémentaire.

Si la morale de petites histoires (il y en a 43 en tout) n’est pas toujours évidentes pour les enfants qui écoutent, moi j’ai pris un réel plaisir à leur lire.

Extrait:

Le Chemin de la vie

Un disciple demande un jour à Confucius :

– Où est le chemin de la vie?

Le maître ne répondit pas. Il réfléchit six jours et six nuits et le septième jour, il dit :

– Ce livre que je tiens dans la main indique le chemin de la vie.

Il posa le livre devant lui et s’en alla.

Aussitôt le disciple se précipita sur l’objet. Il ouvrit le livre, fébrile, et ne trouva qu’une successions de pages blanches.

Share