Archives de catégorie : littérature jeunesse

Les enfants parallèles [album jeunesse]

Je vous avais parlé, il y a un moment déjà, d’un très bel album que j’avais découvert à la bibliothèque : Sous la grande vague aux éditions Léon art & stories. J’avais aimé le principe de l’album qui mélange oeuvre de maître, illustrations et fiction. Aujourd’hui c’est un autre artiste d’origine japonaise que je redécouvre grâce aux éditions Léon art & stories.

Pour ce nouveau voyage artistique, Hélène Kérillis s’associe avec Xavière Devos. Ensemble, elles nous racontent une très belle histoire fantastique où Foujita se voit attribuer un merveilleux pouvoir magique, celui de reconnecter ses amis à leur enfant intérieur.

Tout commence avec la petite Mimi que personne ne peut voir. Rejointe bientôt par d’autres enfants parallèles, Mimi cherche le Grand Raccommodeur. Embêtés par de drôle de chiens, aidé par un chat effrayant, les enfants arriveront à bon port.

Une très jolie histoire, touchante et poétique. Les illustrations de Xavière Devos se marient très bien aux peintures de Foujita qui n’en sont que d’avantage mis en valeur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Les enfants parallèles #leonartandstories #leonardfujita #litteraturejeunesse #albumjeunesse

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Si je connaissais Foujita de nom (et de tête puisque j’ai déjà vu ses autoportraits), j’avoue que je n’avais encore jamais pris le temps de me pencher sur sa peinture. Et comme le hasard fait bien les choses, alors que je me disais qu’il serait temps de m’y intéresser, voilà qu’on me propose ce bel album. Non seulement je l’ai beaucoup aimé, mais il m’a également donné envie d’aller plus loin et de redécouvrir la peinture de Foujita à laquelle je n’avais encore jeté que des regards distraits.

Sur le site de l’éditeur

Hélène Kérillis (et son profil facebook)

Xavière Devos (et son profil facebook)

→ à lire aussi les avis de Blandine et Lylou

→ sur Amazon ou dans votre librairie préférée


Le coin des curieux

à lire : Léonard Foujita en deux minutes [Beaux Arts]

Foujita. Peindre dans les Années folles


chut les enfants lisent 

Share

L’histoire du loup et du petit chaperon rouge aussi ! [album jeunesse]

 

Encore un chaperon rouge détourné ! Oui, encore un. Le Petit Chaperon rouge doit sans doute être le conte le plus détourné de la terre.

Encore un, mais un qui vaut le détour !

J’ai beaucoup aimé le dessin de cet album, entre ombre chinoise et cartoon. Le texte est très simple, très court, avec un loup qui a bien du mal à être féroce.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

L’histoire du loup et du petit chaperon rouge aussi ! @alicejeunesse #albumjeunesse #challengecontesetlegendes #contesetlegendes

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

sur le site de l’éditeur 

Seblight

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


  chut les enfants lisent

Share

Les Liszt [Album jeunesse]

Résultat de recherche d'images pour "Les Liszt"

Les Liszt dressaient des listes.

Grifgrif, grafgraf.

Des listes parfaitement ordinaires

Et des listes tout à fait insolites.

Mais quand un visiteur arrive, personne n’y prête attention. Il n’est pas sur la liste, alors on regrette…

Personne sauf le petit dernier qui, sur sa liste, n’a que des questions.

J’ai beaucoup aimé cet album. Son texte est drôle et surréaliste avec cette étrange famille de listeurs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Les Liszt #albumjeunesse @editionspasteque

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai aussi beaucoup aimé le dessin qui fourmille de détails et de clin d’œil. Le décor a une allure vintage et gothique, avec leurs listes bizarres et leurs mines trop sérieuses les Lizst feraient presque peur.

C’est un très chouette album que nous proposent là les éditions de la Pastèque, avec au dessin Jùlia Sardà et au texte Kyo Maclear.

sur le site de l’éditeur

Julia Sardà, sa page facebook et son tumblr

Kyo Maclear, sa page facebook et son instagram

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

Share

Ameline joueuse de flûte [album jeunesse]

Ameline

Popi raconte toujours la même histoire à sa petite fille Ameline, celle du joueur de flûte de Hamelin. Comment il avait débarrassé de la ville des rats et comment il avait amené les enfants quand le maire avait refusé de le payer, les noyant à leurs tours dans la rivière.

Mais le jour des 10 ans d’Ameline, Popi ne se réveille pas. La jeune fille part dans un petit village ou son grand-père sera enterré. Des enfants sont la pour l’accueillir. Mais quand elle parle de ses nouveaux amis aux parents qui viennent de l’adopter, ceux-ci répètent qu’il n’y a pas beaucoup d’enfants ici. Mais qui sont donc les enfants aux habits vieillots et aux souliers mouillés ?

Les auteurs ont ici imaginé une suite au conte du joueur de flûte, une fuite sous forme d’héritage qui amènera une fin plus heureuse.

L’album est très agréable à lire. J’ai beaucoup aimé les illustrations où s’opposent deux ambiances colorées, une vive, l’autre morne et grise. La couleur nous raconte l’histoire avec un temps d’avance sur le texte.

Un bel album, pour les enfants pas trop petits.

sur le site de l’éditeur

Clémentine Beauvais

Antoine Deprez


 

Share

Cyrano de Bergerac [classique abrégé]

Je me souviens d’avoir lu Cyrano de Bergerac, sans doute à l’école, peut-être en seconde, peut-être avant, je ne sais plus. Mais ce dont je suis sûre, c’est que j’avais beaucoup aimé, ce qui pour une lecture obligatoire était généralement très rare.

Depuis j’ai vu le film avec Depardieu dans le rôle de Cyrano il y a très longtemps, mais je n’ai jamais relu la pièce de théâtre. Je ne l’ai d’ailleurs jamais vue jouée.

Quand les éditions de l’école des loisirs ont sorti une nouvelle édition dans leur collection classiques abrégés, je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de le relire et de le faire connaître à la petite dernière. Avant j’vais beaucoup d’à priori sur les versions abrégées, je n’en comprenais pas vraiment l’intérêt, mais… c’était bien bête de ma part, combien de classique j’ai essayé de lire et laissé tomber avant la fin. Les versions abrégées ce n’est finalement pas si mal, cela permet de découvrir les classiques sans s’attaquer à de trop gros pavé au style souvent lourd pour un jeune lecteur de notre époque.

Le Cyrano de Bergerac des éditions de l’école des loisirs est une version abrégée au sens propre du temps. Le texte n’a pas été réécrit, mais les scènes ont été choisies et les passages absents sont simplement résumés en quelques lignes.

Nous l’avons lu à voix haute, Mimiko et moi-même, en nous partageant les rôles. Moi je fais un bien piètre Cyrano, l’éloquence et moi, on est pas très copines. Mais c’était plutôt amusant de le lire en se donnant la réplique.

Mimiko a bien aimé aussi, elle a trouvé cette pièce bien drôle même si elle ne comprenait pas toujours le sens des tournures de phrases (surtout lu par moi…) quelques pauses pour reformuler ce que l’on venait de lire ont été nécessaire, mais le plus important c’est que maintenant elle sait qui est Cyrano et que ce nom est associé à un bon souvenir de lecture. Elle pourra toujours le relire, plus tard, toute seule.

En tout cas, moi ça bien donné envie de revoir le film !

Et aussi le film qui vient tout juste de sortir sur la création de cette pièce par Edmond Rostand

  

Share

Le taureau bleu [album jeunesse]

J’ai emprunté cet album à la bibliothèque. La couverture a tout de suite attiré mon attention et comme j’étais au rayon contes et légendes, je n’ai pas hésité une seconde. Le dessin me laissait penser qu’il s’agissait d’un conte venu d’orient. Il y a quelque chose d’oriental dans la composition du dessin.

Le taureau bleu

Et bien je me trompais lourdement ! Je n’étais pas partie dans la bonne direction. Le taureau bleu, illustré par Martine Bourre et raconté par Coline Promeyrat, est un conte breton.

Une petite fille orpheline de mère et maltraitée par sa belle-mère (encore une ! décidément, les belles-mères n’ont pas la côte dans les contes de fées) trouve du réconfort auprès d’un taureau bleu aux étranges pouvoir.

Ensemble enfant et taureau s’enfuient et traversent 3 forêts, une aux feuilles de cuivre, une aux feuilles d’argent et enfin une aux feuilles d’or.

C’est la première fois que je découvre ce conte, dont le thème, semble-t-il, est pourtant assez récurrent dans les contes de l’Europe de l’Ouest et du Nord. Aviez-vous déjà rencontré une version de ce conte ?

Que vous le connaissiez déjà où non, je vous conseille vraiment cet album. Le texte est court et très agréable à lire, même à voix haute, s’est écrit en grand caractère et s’adaptera très bien à la lecture pour dyslexique. On joue d’ailleurs avec différentes tailles de lettre pour dynamiser encore plus le texte. Et que dire des illustrations ! Elles sont vraiment jolies, surtout quand le taureau et la fillette pénètrent dans les forêts.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le taureau bleu #challengecontesetlegendes #contesetlegendes #albumjeunesse @didierjeunesse

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Une très belle découverte.

sur le site Didier jeunesse

Coline Promeyrat

Martine Bourre

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


 

Share

Raiponce [album jeunesse]

C’est la couverture qui m’a attiré mon attention, et l’intuition était bonne. Si Paul O. Zelinsky nous offre le conte de Raiponce dans sa forme la plus classique, les illustrations, qui me font penser à la peinture de Raphaël, donnent une allure très élégante à cet album.

Une belle version pour redécouvrir le conte de Raiponce.

Ce conte, publié par Le Genevrier fait partie de la collection Caldecott qui regroupe une sélection d’albums ayant reçu le prix Caldecott qui récompense chaque année des albums jeunesse aux États Unis. Cette collection respecte le format d’origine.

sur le site de l’éditeur

⇒ Paul O. Zelinsky

Ce conte allemand très connu, que l’on retrouve dans les contes des frères Grimm, me fait penser à un conte italien qui commence de la même façon : une femme enceinte et un potager de sorcière à piller. Je vous en ai parlé, vous vous en souvenez ? Je parle bien sûr de Prezzemolina.

Le coin des curieux

Paul O. Zelinsky vs Raphaël

Image associée Image associée

Résultat de recherche d'images pour "raphaël peinture"

Raiponce

Si dans le conte italien la mère a une envie de persil, c’est de raiponce qu’il est question ici. Mais je n’ai jamais vu de raiponce dans un potager, alors j’ai voulu en savoir plus sur cette plante, que de toute évidence on trouve dans les potagers allemands.

Les raiponces sont des campanules comestibles. On mange toutes les parties : feuilles, fleurs et racines, en salade.

Il semblerait que sa culture soit facile et qu’elle se resème facilement toute seule. J’ai très envie de tester. Pas vous ? Juste à côté du persil pour un potager de conte de fées.

plants de raiponce de la Ferme de Sainte Marthe


 

Share

les chroniques de Mimiko #1 – romans minecraft

Ce livre parle d’un villageois minecraftien  qui rêve d’être guerrier.

Image associée

C’est trop bien !!!! C’est rigolo ! j’adore la voix du monsieur sur audible.

Et j’ai un autre livre du même auteur: un chaton qui s’est  perdu dans le Nether. Ça parle d’un chaton qui jouer avec s’est amis, mais il s’est perdu il a sauté dans le portail du Nether, il a eu des amis dans le Nether. Et maintenant il doit sauver le monde !!

Image associée

Mais je préfère le village. Ça parle de villageois qui font des grandes aventures. 3 aventures : sauver son ami, retrouver sa petite amie et battre un monstre. C’est trop bien !!!

Résultat de recherche d'images pour "le village audible minecraft"


chut les enfants lisent

Share

Contes d’un autre genre – Gaël Aymon

Voilà un très bel album de contes. En reprenant les codes et les formes des contres de fées traditionnels, Gaël Aymon nous propose 3 jolies histoires qui brisent les stéréotypes de genre. Les princesses n’ont pas toujours besoin d’être sauvées, alors que certains princes en rêvent.

Des contes à la fois classiques et très modernes. Il y a des rois et des reines, des princes et des princesses, des ogresses et des châteaux enchantés, mais les héros et héroïnes n’ont pas l’intention de se laisser dicter leur conduite et jouer le rôle qu’on attend d’eux.

Contes d'un autre genre

Le premier conte, La Belle éveillée, est, vous l’aurez compris, une réécriture de La Belle au dois dormant où la princesse se libère toute seule et gagne sa propre main.

Ce conte est illustré par François Bourgeon. (couverture)

Rouge-crinière fait penser à Barbe bleue avec une femme en position de force, mais la fin est bien plus jolie et poétique.

Ce conte est illustré par Sylvie Serprix.

Enfin Perce-Neiges et les trois ogresses, rappelle l’histoire de Blanche Neige, mais c’est le prince, beau et délicat, qui s’endort pour être réveillé par une princesse qui parcourt le monde déguisé en homme.

Ce conte est illustré par Peggy Nille.

J’ai beaucoup aimé cet album où l’on retrouve vraiment l’ambiance des contes, mais offre une perspective bien plus moderne sur la place des hommes et des femmes dans la société.

J’ai aimé l’écriture, très agréable. J’ai aussi aimé découvrir un nouvel illustrateur à chaque histoire. Les trois styles graphiques sont très différents les uns des autres, je les ai tous trouvé agréables. Finalement je n’ai qu’un seul regrat : qu’il n’y ait que 3 histoires !

sur le site de Talents hauts (ce n’est pas la même édition, la troisième histoire est différente)

⇒ sur Amazon

Dans le même genre je vous conseille aussi Drôle de Princesse.


 

Share

La trêve de Noël – Michael Morpurgo et Michael Foreman [album jeunesse]

Un très joli album sur un événement particulièrement émouvant : la trêve de Noël de 1914.

Un homme achète un vieux bureau et la veille de Noël décide de se lancer dans sa restauration. Il y découvre un tiroir secret avec à l’intérieur une lettre datée du 26 décembre 1914.

Jim, un officier de l’armée anglaise écrit à son épouse depuis les tranchées pour lui raconter l’extraordinaire événement de la veille : le matin de Noël depuis leur position, les soldats anglais voient les Allemands agiter des drapeaux blancs.

Un premier soldat allemand sort de la tranchée, désarmé, une bouteille de schnaps à la main, suivi bientôt par d’autres. Les Anglais sortent à leur tour et, l’espace d’une journée, aucun coup de feu n’est tiré. Allemands et Anglais parlent et rient ensemble, partagent un repas et une partie de football avant de regagner chacun sa tranchée. Chacun espérant en finir vite avec cette guerre.

Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que Jim n’est probablement jamais revenu de la guerre. Ce que nous savons, mais que Jim ignore lorsqu’il écrit sa lettre c’est que la guerre durera encore longtemps après cette trêve.

Le texte est simple et les illustrations douces, je n’ai pourtant pas pu retenir mes larmes. Un très joli album.

sur le site de Gallimard Jeunesse

⇒ sur Amazon


 challenge WWI

  

Share