Archives par mot-clé : chut les enfants lisent

Pieds sur terre et tête en l’air [audiolivre]

Pieds sur terre tête en l’air de Sarah Degraeve est un livre de méditation qui s’adresse aux enfants, publié par Audible.

Mimiko et moi-même l’avons testé pour vous.

Chaque chapitre dure quelques minutes  et propose un voyage méditatif autour d’une partie du corps.

Sarah Degraeve est à la fois l’auteur et la lectrice, sa voix est douce et très agréable. Le ton est joyeux et calme.

Je l’ai écouté le soir, au moment du coucher avec Mimiko qui a déjà 11 ans (le livre est conseillé pour les 3-10 ans). Le ton est un peu trop enfantin pour elle, elle se sentait un peu gênée par celui-ci. L’auteur s’adresse clairement à un public très jeune tant par le choix des mots que par le ton de sa voix. En même temps, les premières minutes de gène passées, Mimiko s’est prêtée au jeu et je l’ai vu se détendre au rythme des paroles de Sarah Degraeve.

Ce que nous propose Sarah Degraeve, c’est une méditation active. Il ne s’agit pas ici de s’allonger et rester immobile, mais de ressentir chaque partie du corps en les faisant bouger lentement. C’est dynamique et ça permet de capter l’attention de l’enfant tout en l’invitant à la concentration et à la détente.

Nous avons pratiqué cette méditation au moment du coucher, un moment privilégié pour ce genre d’activité en famille. La méditation peux s’ajouter très facilement au rituel du soir. Mais cette méditation me semble aussi parfaitement adaptable pour une utilisation avec un groupe d’enfant, à l’école ou dans un centre de loisirs, pour recentrer l’attention des enfants après la récréation ou la pause de midi. Étant une méditation active, les enfants ne vont pas s’endormir, mais bien se détendre et se concentrer afin d’aborder la suite des cours plus sereinement.

Je me souviens qu’une des maîtresses de Mimiko avait pris l’habitude de leur faire des exercices de méditation après la pause de midi, avant de reprendre les cours de l’après-midi. Mimiko avait beaucoup apprécié ces moments de calme. Je trouve que c’est une très bonne idée.

L’audiolivre compte 30 chapitres pour trois heures et quart de lecture au total.

⇒ sur audible


chut les enfants lisent

Share

Akim court, un enfant dans la guerre [album]

Dans ce très bel album de Claude K. Dubois publié dans la collection « les lutins » de l’école des loisirs, en collaboration avec Amnesty International, on suit Akim, un petit garçon qui mène une vie paisible dans son village jusqu’à ce que la guerre vienne bouleverser sa vie.

Akim court

Les bombardements, les morts, les blessées, les soldats, la capture, l’esclavage, puis la fuite, des mains d’adultes solidaires tendues, sa famille perdue, l’aide humanitaire et enfin le camp de réfugiés. L’histoire d’Akim n’est pas une belle histoire. C’est une histoire terrible, d’autant plus terrible que c’est l’histoire de milliers d’enfants, d’hommes et de femmes obligées de fuir la guerre.

Une note positive vient conclure cette lecture avec les retrouvailles d’Akim et de sa mère, le dessin, tout en croquis noir, blancs et sépia, vient aussi adoucir la dureté du récit. Il n’en reste pas moins que cette lecture mérite d’être accompagnée.

Un très bel album pour rappeler à tous, grands ou petits lecteurs, l’importance du droit d’asile.

Au-delà du sujet fort qui est traité ici, j’ai beaucoup aimé le dessin de l’auteur que je découvre avec cet album.

sur le site de l’école des loisirs

dossier pédagogique proposé par l’écoles des loisirs


chut les enfants lisent

Share

Les trois vie de petite perle

S’inspirant du folklore taïwanais, Carl Norac et Anne-Catherine De Boel nous livrent un très joli conte. Une histoire d’amitié qui fait pousser des ailes, littéralement.

Trois vies de Petite Perle (Les)

Jason rencontre Petite Perle, une jeune fille Truku que tout le monde rejette par peur. Le peuple Truku a mauvaise réputation. Mais Jason n’a pas peur d’elle. Très vite ils deviennent amis, mais au bout d’une semaine Petite Perle doit s’absenter sans donner d’explication. Face à la déception de son ami, elle décide de finalement lui révéler son secret. Elle est fille une semaine, oiseau la semaine suivante et fleur la troisième semaine. Jason décide de la retrouver et la protéger sous toutes ses formes. Quand enfin il la retrouve, il décide de ne plus la quitter même si cela veut dire devenir à son tour oiseau.

Résultat de recherche d'images pour "TROIS VIES DE PETITE PERLE"

Un très bel album. J’adore les illustrations. C’est très beau et bien mis en valeur par un grand format. L’histoire est aussi très jolie et bien développée. On prends le temps de suivre nos héros à travers la ville de Taipei sans pour autant avoir un texte trop long.

Une belle histoire, du dépaysement et de la découverte, de jolies illustrations, que demander de plus ?

sur le site de l’école des loisirs

feuilleter l’album


chut les enfants lisent

Share

Des albums de l’école des loisirs adapté en langue des signes

Un petit billet  pour saluer la collaboration des éditions l’école des loisirs et des éditions Inclood qui proposent des livres lus en langue des signes.

Deux titres des éditions l’école des loisirs sont déjà disponibles : Non, non et non de Mireille d’Allancé et C’est moi le plus fort de Mario Ramos. Trois autres albums sont déjà prévus.

Inclood

Je trouve cette initiative très intéressant et j’ai eu envie de tester pour mieux vous en parler, même si je ne connais pas la langue des signes. Je l’ai étudiée pendant un an, mais j’ai tout oublié !

Alors, comment ça se passe ? Voici une petite démo en vidéo, avant de passer à ma lecture :

La première étape est de se procurer le livre papier. En ce qui me concerne, j’ai choisi Non, non et non !

Non, non et non !

Puis on télécharge l’appli inclood sur son téléphone ou tablette (disponible sur Google Play et Apple Store). On se crée un compte et on achète la version filmée du livre qui nous intéresse en allant chercher dans le catalogue, directement via l’appli (3.49€ pour cet album).

Le catalogue compte pour le moment 4 titres : les deux albums de l’école des loisirs et deux livres édités par Inclood.

Ensuite c’est très simple, dans une main on tient le livre, dans l’autre le téléphone. Sur la fiche du livre de l’appli, on clique sur ouvrir. La caméra s’ouvre et on scanne simplement les pages du livre avec. L’un de personnage de l’image s’anime sur l’écran, on clique dessus et une petite vidéo s’ouvre avec un lecteur qui interprète le texte avec en fond d’écran l’image de la page qu’on a scanné.

deux enfants en pleine lecture de Viggo, un titre original des éditions Inclood

La lecture de Non, non et non ! se fait à deux voix : tandis qu’une femme la raconte en langue des signes, un narrateur la lis à haute voix. J’ai aimé cette double lecture simultanée, car ainsi la vidéo parle à tous, ceux qui regardent et ceux qui écoutent. Par exemple, une fratrie dont tous ne sont pas mal entendant et qui veulent lire le livre ensemble pourront ainsi profiter de cette double lecture.

En regardant la vidéo, j’ai aussi pensé que cette double lecture pouvait être très intéressante pour ceux qui désirent apprendre la langue des signes sans être mal entendant. On assiste à la traduction simultanée de ce qu’on entend et ça peut être un très bon entrainement.

Comme je ne parle pas la langue des signes et que je n’ai pas d’enfants mal entendant autour de moi, difficile de vous donner un avis vraiment construit. Néanmoins j’ai trouvé l’idée très intéressante. Les vidéos qui accompagnent cet album sont très sympas. La lectrice transpire la bienveillance, est très expressive et on a envie de se faire raconter encore plein d’histoire par elle. La voix (masculine) est aussi très agréable à écouter. Et l’album est très mignon.

Non, non et non s’adresse à un public très jeune. Octave, un ourson va aller à l’école pour la première fois et il n’a vraiment pas envie. Il ne sait dire que non. Mais à la fin de la journée, il ne veut plus rentrer. Une histoire classique pour rassurer les enfants sur leur entrée en maternelle. Classique, mais efficace, c’est mignon, c’est drôle et c’est joliment dessiné.

l’album sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préférée


challenge album 2019 chut les enfants lisent

Share

Requins [album jeunesse]

Je vous ai déjà parlé de Requin de Sarah Sheppard, sortit aux éditions l’école des loisirs sur instagram. Mais je n’avais pas encore pris le temps de lui dédier un petit billet sur le blog. Il était temps de s’y mettre. D’autant plus que j’adore ce type d’album documentaire.

Requins

Les illustrations sont simples, avec une petite touche d’humour, mais très ressemblante aux requins qu’elles représentent. Avec Mimiko nous nous sommes amusées, tout le long de la lecture à aller voir à quoi ressemblent en vrai les requins que nous découvrions pour la première fois dans cet album. Parce que si on retrouve les plus connus, Sarah Sheppard prend aussi le temps de nous présenter les espèces dont on entend rarement parler.

Avec cette lecture j’ai appris plein de petites anecdotes amusantes sur les requins, mais aussi l’existence d’espèces que je ne connaissais pas comme le requin-lutin capable de projeter ses dents en avant.

Le côté humoristique du dessin avec des grands yeux ronds rend les requins plus mignons qu’effrayants et donne une image très positive de l’animal. Malgré quelques anecdotes à faire froid dans le dos, on ressort de cette lecture avec l’envie de protéger ce bel animal.

Nous l’avons lu à 2 voix avec Mimiko, quelques pages par soir et nous avons toutes deux aimée. Il arrive encore souvent à Mimiko de le citer.

Un bel album qui vient compléter notre collection d’albums documentaire, un genre que Mimiko apprécie particulièrement.

Un livre que je conseillerais à tous les petits curieux de la nature, à toutes les bibliothèques et aussi à ceux qui font l’école à la maison. C’est un joli matériel pédagogique, car très riche en information, mais facile et ludique à lire, avec des textes courts, des encadrés, des bulles… cela amène un bon rythme, ce n’est jamais ennuyeux. Avec Mimiko nous nous étions partagé les tâches, moi je lisais le texte et elle toutes les infos complémentaires qu’on trouve sur les planches du dessin.

sur le site de l’école des loisirs

Sarah Sheppard

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


chut les enfants lisent

Share

Poils de loup [album jeunesse]

Il était une fois… un loup.
Un P’tit Loup…
Un drôle de P’tit Loup qui n’aimait personne.
Non !
Lui, ce qu’il aimait, sa passion, c’était les mutons !
Il adorait les moutons ! (Normal pour un p’tit loup…)
Mais vous ne devinerez jamais pourquoi !

Un album tout mignon avec un P’tit loup tricoteur. À la maison on a passé l’âge, mais peu importe ! Moi, j’ai adoré ce petit album. Je trouve les dessins adorables, l’histoire est drôle et le texte de la bonne longueur, ni trop ni trop peu. Un bon album pour le coucher.

Jean-Marc Derouen

Maurèen Poignonec (instagram, facebook)

éditions Frimoüsse

→ chez votre libraire préféré ou sur Amazon


chut les enfants lisent

Share

A moi, à toi [album jeunesse]

Ce sont Marsha Diane Arnold et Qin Leng qui ont concocté ce joli album pour les plus petits, tout juste sorti aux éditions La Pastèque.

Un tout petit Panda se promène dans une forêt. Il découvre une grotte, y entre et réveille le gros panda qui vit là.

« À nous » s’écrie le petit panda. « À moi » retoque le gros panda, un peu fâché. Mais le petit panda ne veut rien savoir, alors pour se débarrasser de cet invité encombrant, le gros panda offre un cerf-volant. Petit panda est ravi, mais… pas très doué, et il ne cesse de faire tomber le cerf-volant sur les jeux d’autre animaux qui se fâchent.

 » A moi », « A toi », le petit panda se fait houspiller de tout côté jusqu’à ce qu’il ne s’envole avec le cerf-volant. Tous les animaux qu’il a croisés cherchent à le rattraper et enfin ils vont apprendre une nouvelle expression : « A nous ».

Une jolie histoire, pratiquement muette, qui demande à interpréter les images pour être raconté. Images que je trouve absolument adorables, c’est très mignon. Le trait est très fin, les animaux sont stylisés, mais parfaitement reconnaissables, les couleurs sont douces.

Une chouette histoire pour apprendre le partage qui plaira au tout petit, mais aussi aux amoureux des belles illustrations.

Le petit plus qui fait la différence : à la dernière page un « post sciptum » nous précise que tous les animaux qui figurent dans l’histoire sont originaires d’Asie et on nous donne leurs noms. J’aime cette cohérence dans l’histoire et cette précision qui permet de développer l’envie de savoir de l’enfant en allant chercher à quoi ressemblent ces animaux en vraie. Une invitation à la curiosité.

Vous aimez les pandas et les histoires mignonnes avec de jolies valeurs à partager ? Cet album est pour vous !

sur le site des éditions La Pastèque

Qin Leng (tumblr, instagram, twitter)

Marsha Diane Arnold

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


chut les enfants lisent

Share

La Légende de Zal [album jeunesse]

Avec ses dorures et ses couleurs vives, difficile de passer à côté de la couverture de « La Légende de Zal« , un album publié en 2016 aux éditions Amaterra, illustré par Rafik Bougueroua et écrit par Yann Damezin.

Ceux qui me connaissent savent que, de toute façon, je ne résiste jamais à un nouveau conte. Et là c’est une légende qui m’était complètement inconnue.

Un vénérable chevalier d’Iran tombe amoureux et avec sa nouvelle épouse donne naissance à un enfant, mais l’enfant né avec des cheveux aussi blancs que la neige. Le prenant pour un signe du démon, le chevalier décide d’abandonner son fils aux pieds d’une montagne. Entendant ses cris , Simourgh, le roi des oiseaux, décide de l’accueillir dans son nid tout en haut de la montagne. Les années passent et un jour, après un rêve Sam apprend que son fils est toujours en vie. Plein de remords il part à sa recherche. L’émouvante histoire de leurs retrouvailles lui portera chance, le roi lui cède de nouvelles terres et se sera à son fils, Zal, de s’en occuper en son absence. Alors qu’il parcourt ses terres, Zal tombe éperdument amoureux  de la fille du roi Mihrab. Mais les deux jeunes gens ne sont pas de la même religion et leur union est un sacrilège. Il leur faudra convaincre les puissants. Grâce au courage de la mère de la princesse et à la poésie de Zal, le roi du monde cède et accepte ce mariage dont naître un futur héros. Mais ça, c’est une autre histoire.

Les dessins sont magnifiques, foisonnant de détails. Je regrette cependant le choix des couleurs trop vives qui éclipse jusqu’à l’or qui pourtant se retrouve sur toutes les planches. Et comme une cerise sur le gâteau, un magnifique kirigami nous gâte au beau milieu de cet album.

L’histoire est très belle et est joliment contée. Le texte est agréable et fluide.

Si ce n’est pour ses couleurs, je trouve que ce livre est un très bel objet. À conseiller à tous les amoureux de contes et légendes et de beaux albums illustrés.

J’ai aussi apprécié d’y découvrir un univers qui m’est inconnu, celui de la mythologie iranienne. La fin me donne très envie d’aller plus loin. Quelle est l’histoire de Rostam, fils de Zal ?

sur le site de l’éditeur

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


Le coin des curieux :

Ce conte est tiré du Livre des rois (Shāhnāmah), poème épique retraçant l’histoire d’Iran de sa création à l’arrivée de l’Islam. Il a été écrit par  Ferdowsî vers l’an 1000.

Dans ce livre on retrouve l’histoire de Zal mais aussi celle de son fils Rostam, et bien d’autres récits mythiques.


chut les enfants lisent 

Share

La malédiction de l’anneau d’or [album jeunesse]

Les noms de Fred Bernard et François Roca sont la garantie de très beaux albums. Ici les illustrations sont magnifiques et valent à elle seules le détour, mais en revanche l’histoire qui nous est racontée n’a pas trouvé grâce à mes yeux.

Deux orphelines  se jurent une amitié éternelle, mais, arrivées à l’adolescence, leur belle amitié sera détruite par un bel homme qui vient semer la zizanie. Un homme d’une rare beauté qui sous ses airs charmeurs cache une très odieuse nature.

Une histoire pas très originale qui a déjà été servie de nombreuses fois. Et cette énième version n’y apporte pas grand-chose, si ce n’est un dénuement heureux. Les héroïnes m’ont laissé de marbre, je ne les ai pas trouvé particulièrement touchantes, et cette histoire d’amitié brisée par l’amour est tellement banale que ça m’a fait plus sourire qu’autre chose. L’enrobage magique et mystique qu’on y ajoute n’a rien changé. Au contraire, cela rend le tout encore plus banal et ça lui donne une touche de passivisme qui m’irrite au plus haut point.

Je m’explique : l’homme séduit les jeunes filles par son charme, mais il en ensorcelle une pour qu’elle le suive. Quand l’homme révèle son odieuse nature, loin de se rebeller, la jeune fille devient sa complice, devant elle-même une terrible magicienne. Oh ! Elle finit bien par le quitter un jour, mais cela suffit-il à pardonner ce qu’elle a fait lorsqu’elle était sa compagne ?

Ce qui m’a dérangé c’est justement qu’on lui pardonne tout parce qu’au fond elle n’est responsable de rien, la pauvre était envoûtée. La pauvre, c’est qu’une fille, aurais-je envie d’ajouter. J’exagère bien sûr, mais c’est ce que j’ai ressenti en lisant cette histoire, et toutes les histoires où les jeunes filles se font envoûter par de beaux et ténébreux mages cruels. Ce n’est jamais leur faute à elle. Et ça, ça me dérange beaucoup. C’est priver l’héroïne de sa part de responsabilité, la rendre passive et soumise.

Heureusement que ce n’est pas un prince qui la sauve, mais son amie d’enfance. Au moins, les femmes ne servent pas complètement à rien, même si on ne peut pas leur demander de résister aux charmes des hommes ténébreux.

Je provoque, ce n’est pas aussi caricatural que ça dans l’album. On tente de nous y décrire des filles aux caractères bien trompés, mais n’empêche, il ne lui faut vraiment pas beaucoup d’effort au magicien pour les manipuler.

Bref une histoire que je n’aime pas, mais de sublimes illustrations.

sur le site de l’éditeur

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


  chut les enfants lisent

Share

Horton entend un chou – Dr Seuss [album jeunesse]

Pour Noël j’avais présenté l’album comment le Grinch a volé Noël du Dr Seuss, un auteur jeunesse américain. J’y avais reconnu les chous du dessin animé Horton et ce n’est qu’à la fin de cet album que je découvrais qu’Horton, avant d’avoir été un film était justement un autre album du Dr. Seuss.

C’est toujours aux éditons le nouvel attila que je l’ai découvert à son tour.

Si je n’avais pas aimé la couverture du Grinch (trop rouge) que dire de celle de Horton rose Barbie ! Décidément le choix des couvertures ne me plait pas, mais l’intérieur en revanche est un régal. Si le choix de couleur n’est pas à mon goût, j’ai été séduite par l’ambiance du livre et la morale de l’histoire.

Ce que j’adore chez le Dr Seuss, c’est la façon de jouer avec les mots.

Ici nous rencontrons Horton, un grand éléphant gentil et généreux qui par hasard entend crier au secours un petit chou sur une poussière. Il décide de lui venir en aide, mais ce ne sera pas si simple. Des idiots il n’en manque jamais, et puis qu’eux n’arrivent pas à entendre la petite voix sur le grain de poussière c’est qu’elle n’existe pas. Et comme Horton insiste, ils en font un point d’honneur. Cette poussière doit être détruite. Mais Horton n’est pas du genre à baisser les bras, il se bat et il y arrive.

Un très joli album à lire à voix haute.

sur le site de l’éditeur

→ sur Amazon ou dans votre librairie préférée


chut les enfants lisent 

Share