Archives du mot-clé des livres en cuisine

Beignets de tomates vertes – Fannie Flagg

La première fois que j’ai entendu parler de ce roman c’était… dans un roman 🙂 Dans bibliothèque des cœurs cabossé plus précisément. ça m’avais donné envie et puis je suis tombée dessus par hasard et voilà un roman tout désigné pour des livres en cuisine, avec un titre pareil je pouvais pas manquer ça.

Et tant mieux ! Parce que j’ai adoré ce bouquin. Il se lit tout seul.

Afficher l'image d'origine

Avec des sauts dans les époques et les points de vue, Fannie Flagg nous fait vivre l’histoire d’un petit village paumé dans l’Alabama : Whisle Stop, construit sur le bort du chemin de fer. On y découvre une famille haute en couleur, aimé de tous, avec de nombreux enfants. Dans le café ouvert par la cadette de la famille tous les habitants du village se retrouvent pour un déjeuner où simplement échanger.

C’est à travers les souvenirs de Ninny, une vielle dame rencontrée dans le salon de la maison de retraite où elle doit chaque dimanche rendre visita à sa belle-mère acariâtre, qu’Evelyn, une femme au foyer un peu forte en pleine crise existentielle, découvre l’histoire de ce bled paumé. Au fil de ses rencontres avec Ninny, elle commence à s’attacher aux habitants du village. Leur histoire à travers les années 20, 30 et 40 lui donne du courage pour affronter sa vie de femme des année 80. Les souvenirs de Ninny ne suivent pas toujours un ordre chronologique, elle raconte au fur et à mesure que les souvenirs remontent. Avec elle on découvre cette Amérique profonde dépeinte avec beaucoup de tendresse où l’on est raciste plus par tradition que par conviction et où la force d’une femme pas comme les autres fait bouger doucement les choses par son caractère en acier trempé mais surtout par son infinie générosité. On s’attache aux personnages, même ceux qui ne sont pas vraiment recommandables, parce qu’en chacun se cache une part de générosité.

En parallèle on découvre aussi la vie déprimante de Evelyn qui a grandi et vieilli dans des certitudes qui s’ébranlent les une après les autres. C’est grâce à la bienveillance d’une vielle femme inconnue et à ces souvenir qu’Evelyn trouve le courage de se chercher vraiment. Evelyn est très touchante car toute sa vie durant elle a essayé de correspondre à cette image de l’épouse parfaite qu’on lui a inculqué et maintenant que la ménopause lui ouvre les bras elle se rend compte à combien de lieu de ses convictions profondes elle avait tâché de vivre.

Il se dégage de ce livre des tonnes de bienveillance et d’amour mais c’est toujours dosé comme il faut pour ne jamais tomber dans la mièvrerie. Il y a aussi beaucoup d’humour et une certaine nostalgie pour le temps qui passe et une époque où il était peut-être plus facile de communiquer, où la solidarité unissait la communauté.

J’ai pris énormément de plaisir à déguster ces pages.

Vous vous demandez peut-être si en dehors du titre il peut y avoir un lien entre le roman et le challenge des livres en cuisine ? Et bien il y en a un. Une grande partie du récit se déroule dans le café de Whistle Stop connu pour son barbecue et sa cuisine pas chère et généreuse. Cuisine dont on nous parle beaucoup. Voici un aperçu de ce qu’on y mange : « du poulet frit, des haricots noirs, des petits navets, des beignets de tomates vertes, du pain à la farine de maïs et du thé glacé ». J’avais envie de préparer ce menu pour le challenge mais… c’est pas vraiment la saison des tomates ! Faudra attendre l’été prochain pour que je tente l’expérience. Je n’aurais même pas besoin d’improviser comme je le pensais puisque à la fin du livre on retrouve quelques recettes du Whistle Stop Café.

#deslivresencuisine

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Mais la relation entre la cuisine et ce roman ne s’arrête pas là. Le personnage d’Evelyn est particulièrement attaché à la nourriture. A chaque fois qu’on la voit elle est en train de manger. Elle se goinfre par gourmandise mais aussi pour calmer son stress. Sa relation à la nourriture n’est pas sans complexes puisqu’elle se trouve toujours trop grosse, mais il lui est impossible de résister.

Bref dans ce roman la nourriture est omniprésente ajoutant à la bienveillance générale, le fumet d’un bon plat ne met-il pas tout le monde de bonne humeur ?

Si vous n’avez pas encore lu ce roman, je vous le conseille vivement. Il se lit très vite et ça détend. De quoi oublier le stress de la journée et retrouver le sourire. Un lecture parfaite pour moi qui lis dans le train pour le trajet maison-travail tous les jours.

Le roman a été adapté en film par Jon Avnet en 1991. Je vous laisse découvrir la bande-annonce. Moi je m’en vais le réserver à la médiathèque 😉


Beignets de tomates vertes
Beignets de tomates vertes Bande-annonce VO


Des livres en cuisine

Share

petit panier gourmand de manga

J’avais prévu de présenter tout un tas de manga culinaire pour le mois Des livres en cuisine mais… j’ai choisi le pire des mois ! Je n’ai vraiment pas eu le temps de m’occuper du blog du coup je vais faire une version accélérée de ce que j’avais prévu.

Couverture Mitsuko attitude, tome 1Mitsuko Attitude – tome 1 et 2

résumé :  Après la mort de son père, Mitsuko s’installe chez son oncle. Elle découvre alors une famille surprenante qui, obsédée par sa santé, adopte des pratiques qu’elle juge extrêmes. D’abord réticente, Mitsuko apprendra à leurs côtés qu’une bonne hygiène de vie est essentielle pour vivre plus heureux avec soi-même mais aussi avec les autres. Et il n’est pas trop tard pour changer ses habitudes ! (source : MangaSanctuary)

mon avis : J’ai été surprise par ce manga assez étonnant. Étonnant par l’approche santé qu’il propose car en dehors des habitudes de vie de la famille qui accueil la jeune femme, ce manga est très classique. La famille surprend par sa manie de la bonne santé qui passe avant tout par l’assiette : ils mangent très peu de viande, beaucoup de fruits et de légumes, veillent toujours à assembler les aliments de façon à faciliter leur digestion… la digestion semble être au centre de leur obsession, encore plus que la santé au sens général. Il mangent hyper équilibré mais ça ne leur suffit pas ! Faut encore qu’il fassent des lavement quotidiens ! Soyons honnêtes, ils sont fous. S’il y a de très bon conseils à tirer de se manga, la famille est dans l’extrême. Ce qui crée des situations très cocasses et embarrassantes pour notre jeune héroïne. C’est assez drôle. Dommage que le reste soit trop classique. L’héroïne pour commencer qui sort tout droit du moule à héroïne shôjo parfaite, le cousin qui joue le rôle du beau ténébreux incontournable, la petite cousine pour la touche kawaï, et avec le deuxième tome (à ma grande déception) on ajoute à l’intrigue encore plus de classicisme avec l’arrivée du beau gosse rebelle et pourtant si doué à l’école, adulé de toutes mais qui n’a d’yeux que pour notre héroïne. J’aurais aimé une héroïne un peu plus loufoque pour accompagner la trame « santé et digestion » du manga mais j’ai quand même pris du plaisir à lire ces 2 premiers tome. Je pense continuer la série

Heartbroken chocolatier – tome 1 :

résumé : Souta, qui suit des études dans une école de confiseries, sort avec Saeko, une fille qui a un an de plus que lui. Il est tombé amoureux au premier regard, il y a quatre ans et a finalement réussit à sortir avec elle, l’année dernière, juste avant Noël. Parce que sa petite amie aime vraiment le chocolat, chaque jour, Souta confectionne des confiseries en faisant du chocolat, dans le but de la garder et de lui faire plaisir. En effet, la belle est distante, et lui donne l’amère impression de ne pas s’intéresser à lui… Malgré ses efforts, Souta arrivera t il a vivre une passion dévorante avec Saeko ? (sources : MangaSanctuary)

mon avis : si je trouve que Mitsuko Attitude est un peu trop classique dans ses personnages et leurs interactions que dire de ce manga à l’eau de rose chocolaté. J’ai trouvé le personnage principal assez pathétique et vraiment pas attachant, la fille pour qui il en pince stupide et… les autres personnage assez insignifiants. Quand à l’intrigue, je vois pas trop ce que je pourrait attendre du manga. Franchement je n’ai pas été convaincue par ce premier tome, mais j’ai bien envie de lire un tome de plus pour me faire une meilleure idée de la série.

Geonbae -tome 1

résumé : Moi qui aime tant le makgeolli (alcool de riz), j’ai sauté de joie quand on m’a confié le scénario de Geonbae. Je continue à boire deux à trois fois par semaine mais plus ça va, plus je me découvre des goûts de luxe. Heureusement qu’il y a le makgeolli, doux au palais et pour le porte-monnaie. J’espère que Geonbae vous emmènera dans un voyage dans le temps pour redécouvrir nos alcools traditionnels comme le soju (spiritueux) à l’ancienne et tant d’autres boissons fermentées. (source : MangaSanctuary)

mon avis : après avoir lu et relu A vos papilles, j’ai eu envie de découvrir la série qui en est à l’origine : Geonbae. Ayant aimé le spin off, je n’ai pas été déçue par ce manhwa. J’y ai retrouvé la même ambiance emprunte à la fois de gourmandise et de réalisme gustatif, les même personnages attachant et sympa. Geonbae est peut-être moins accessible que A vos papille car le sujet n’est plus la cuisine coréenne dans son ensemble mais les alcools coréens or en France ce n’est pas une chose qu’on a l’habitude de boire, personnellement je n’en ai même jamais vu, du coup suivre toutes les discussions sur le goût et la fabrication de tel ou tel breuvage reste très théorique. Je n’arrivais pas à mettre un goût sur les mots, plus encore qu’avec A vos papille où la présentation de certains plats était très exotique. Néanmoins cela reste intéressant dans la mesure où ça nous fait découvrir un aspect de la culture coréenne, de son industrie agroalimentaire et des ses traditions. C’est avec plaisir que je lirais la suite.


Et parce qu’il y a pas que les manga dans la vie, je vous propose aussi une BD 🙂

Couverture Mamette, tome 1 : Anges et pigeonsMamette – tome 1

résumé :Toute en rondeurs et le chignon vissé sur la tête, voilà une adorable grand-mère qui a oublié de grandir Loin d’être une mamie nostalgie, Mamette est une gourmande de la vie qui tente de rester connectée au monde moderne. Pas toujours facile de comprendre le langage SMS des bambins du quartier, mais elle a plus d’un tour dans son cabas pour leur enseigner les bonnes manières. Et sur le banc du square où Mamette, la revêche Mam’zelle Pinsec et les autres refont le monde, les discussions vont bon train et sont rarement tristes. Dans leur paradis envahi de pigeons, elles posent un regard décalé et comique sur notre quotidien. À la fois, douce et sucrée, Mamette va vous faire fondre à coup sûr ! (source : BDSActuary)

mon avis :  L’année dernière j’avais profité des livres en cuisine pour vous parler de La cuisine de Mamette, un livre de recette en bd qui avait eu un grand succès à la maison. Son dessin tout en douceur et ses jolie couleur avaient ravi Mimiko qui a passé des heures à le feuilleter (et me passer commande au passage). Pour retrouver ce plaisir, cette année je lu la série qui en est à l’origina : Mamette, enfin le premier tome. Une jolie bd qui met en scène une mamie toute dodue qui adore la bonne bouffe et qui ne peut résister à une sucrerie. Mamette, veuve depuis des année, occupe ses journée en compagnie des vieux du club, tous franchement drôles, des enfants du voisinage ou encore en cuisine et à table. C’est que Mamette est drôlement gourmande ! Et les recommandations du médecin ne feront pas grand poids face à son amour des bon petits plats. Une adorable bd pour sourire et se détendre, même si on a plus l’âge du rayon jeunesse (qui a dit qu’il y avait un âge pour lire de la littérature jeunesse XD moi j’adore ça que ce soit du côté de la bd ou des romans, une âme d’enfant sans doute…) Envie d’une pause grand-mère câline ? Je vous conseille la lecture de Mamette 😉


Des livres en cuisine bis challenge coréen

Share

Des biscuits d’hiver

La semaine dernière avec Mimiko nous avons testé une recette de spéculoos maison glané sur le net et nous attendions d’avoir savouré pour partager notre trouvaille avec vous. Et voilà que je me rends compte que j’ai complément zappé de m’inscrire au challenge Christmas Time de Mya. Dès que je m’en suis rendue compte j’ai filé fissa chez elle pour m’inscrire. Et surprise ! Aujourd’hui c’est cuisine. L’occasion pour Mimiko et moi même de vous présenter nos petits spéculoos et quelques autres gourmandises.

Les spéculoos :

Mimiko adore les spéculoos et cela faisait un moment qu’elle me demandait de lui en faire des maison, j’ai donc feuilleté le web à la recherche d’une recette facile et je suis tombé sur celle-ci.

Nous en avons préparé une fournée à notre façon et voici le résultat :

Nos #speculoos sorti du four #biscuit #cuisine #famillezerodechet

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients :

  • 350g de farine de blé blanche
  • 250g de rapadura
  • 250 g de beurre doux
  • 1 œuf
  • 3g de cannelle en poudre
  • 3g de mélange 4 épices
  • 5g de sel
  • 5g de levure chimique

Nous avons mélangé le sucre, les épices et le beurre ramolli. Puis incorporé l’œuf. Puis nous avons ajouté petit à petit le mélange de farine+sel+levure. Nous avons obtenu une boule de pâte bien collante que nous avons laissé reposer 24h au frigo.

Le lendemain nous avons étalé la pâte en saupoudrant de farine pour éviter que ça colle et on a découpé à l’emporte pièce : étoiles, sapins, cœurs et lune parce que « c’est bientôt noël » à précisé Mimiko. 10 minutes à un four à 190°C.

Un régal ! Un peu trop sucré à mon goût mes croquant et épicé comme il faut. A retenter avec un peu moins de sucre et une farine T80.

Je n’ai cuit que la moitié de la pâte, l’autre moitié à été découpé et congelé pour être cuite un mercredi de grande flemme 😉

Pour plus de gourmandise

j’ai demandé à Mimiko de fouiller ses livres de cuisine et faire une petite sélection de recettes pour Noël.

20161127_122906

J’aime beaucoup feuilleter des livres de recette même si au final je ne m’en sert que rarement. Du coup j’ai acheté plein de livre de recette pour enfants. Mes fille ne sont pas vraiment passionnées de cuisine mais elle aiment bien manger et regarder ces livres pour… passer commande 🙂

De ces trois livres, Mes petits biscuits est sans doute mon préféré. Il était livré avec un petit tampon et des emporte pièces. Nous avons déjà testé plusieurs recettes et les ustensiles nous servent à chaque fois qu’on fait des biscuits. Les recettes sont assez simples et parfois redondantes (beaucoup de sablé) mais elles ont le mérite de montrer qu’à partir une recette de base et un peu d’imagination on peut se faire plaisir.

Pour sa sélection Noël Mimiko a choisi les vanillen kipferln (petits croissants à la vanille), pour ma part je testerais bien les sablé à l’orange confite.

Autour de Noël de la série Gaspard et Léonie les petits gourmands en cuisine est très bien. J’ai trois albums de cette série et les trois fonctionnent très bien. On trouve dans ce livre des recette pour tout le repas de fête, nous avons concentré notre attention sur les dessert et les gourmandises. Mimiko a choisit les fruits déguisé : dates et autres fruits sec farci à la pâte d’amande, très simple à faire et bon à déguster. Le livre propose aussi l’incontournable bûche de Noël.

La bûche est justement la recette que nous avons choisi dans Le Larousse junior de la pâtisserie. Nous n’avons pas encore testé beaucoup de recette de ce livre. Je l’ai choisit pour son aspect ludique mais finalement il ne nous inspire pas des masses.

20161127_124522

Les biscuits du jour :

Mais aujourd’hui ce n’est pas noël qui sera à la fête en cuisine puisque nous avons choisi de teste une recette rien que pour Chéri : les petits beurre maison ! Car Monsieur mangeait ça petit et qu’il ne veut rien savoir de nos biscuits zéro déchet. Nous avons décidé de relever le défi et de tenter de lui faire plaisir en mode zéro déchet (ou presque). Nous allons tester la recette de Piroulie. On vous en dira plus après avoir goûté 🙂


Des livres en cuisine 

Share

A vos papilles ! Du manhwa en cuisine

Pour honorer le partenariat entre Des livres en cuisine et le challenge coréen de PatiVore, j’ai ressorti de mes étagères le manhwa A vos papilles ! Voyage culinaire en Corée que Yomu-chan m’avait offert il y a 2 ans.

 

Dans ce manhwa scénarisé par Kim Young-bin et dessiné par Hong Dong-kee on découvre la cuisine coréenne ordinaire, celle que l’on mange tous les jours, son titre original est d’aillaurs Everyday foodies. On y découvre les plats familiaux traditionnels, les cérémonies autours de la table mais aussi les friandises populaires, la junk food... bref la vie quoi.

J’ai beaucoup aimé cette très courte série (2 tomes seulement) qui est en fait le spin off de Geonbae , également sorti chez Clair de lune, une série sur l’alcool coréen que je ne connais pas encore mais ça ne serait tarder.

Si la nourriture est abordé de façon simple (comment agrémenter des nouilles instantanées) et que les personnages salivent facilement devant ce qu’il mangent, je trouve que contrairement à d’autres séries du genre japonaise (je pense notamment à Mes petits plats faciles by Hana) les personnages ne sont pas dans l’excès constant et l’extase gustative pour un rien. Ils sont heureux de manger et le montrent mais ils n’en font pas de tonnes non plus. Il sont réaliste aussi, on les voit par exemple critique la médiocrité de plat à importer ou apprécier un resto pour la fraîcheur et la simplicité de ses plats tout en étant franc sur la qualité du menu peu raffiné.

Ce qui est intéressant aussi dans ce manhwa c’est la relation qui est faite entre la cuisine, les saveurs et les souvenirs. On voit souvent les personnages se remémorer leur jeunesse au détour d’une dégustation.

Autres aspect de la nourriture beaucoup mis en avant dans la série : l’importance du visuel, les couleurs, disposition du plats… on ne mange pas qu’avec la bouche mais aussi avec les yeux.

Si tous les mets présenté sont loin de me faire envie (je crois que la cuisine coréenne n’est pas faite pour moi), c’est une façon très plaisante de découvri cet aspect de la culture coréenne.

pour plus d’info retrouvez A vos pailles sur Manga Sanctuary et Manga News

A lire aussi les avis de  sweetmadonna et Lili


manhwa
manhwa
manhwa
manhwa
Share

Le riz, ce grain si petit qui nourrit le monde

J’ai emprunté ce petit livre de 36 pages à la bibliothèque. Je cherchais des albums jeunesse à présenter dans le cadre Des Livres en Cuisine et comme à la maison on adore le riz (sauf Chéri, le pauvre qui n’en peu plus de manger tant de riz) j’ai trouvé ça sympa d’en apprendre plus sur le délicieux petit grain.

Cinquième volume de la collection Découverte Benjamin des éditions Gallimard Jeunesse, écrit par Raphaëlle Brice et Illustré par Aline Riquier, le livre date de 2004.

Dans ce petit livre richement illustré on y apprend que le riz est une céréale, qu’on le mange sucré et salé, qu’il est cultivé depuis 7000 ans. O découvre comment le riz est arrivé en France puis plus tard en Amérique. Comment on le cultive, les rizière traditionnelles d’Asie mais aussi les champs de culture intensive américains. Et tout que l’on peut faire avec le riz, pas seulement son petit grain utilisé en cuisine mais aussi sa paille. On y découvre également des fêtes lié au riz et il y a même une recette : l’incontournable riz cantonais.

Personnellement j’ai trouvé ce livre bien fait. C’est écrit gros et richement illustré mais il donne un aperçu assez large de la culture du riz. On y apprends des tas de petites anecdotes et il y a même un poème (nul) à la fin. Quand à Mimiko, inconditionnel du riz simplement assaisonné d’un filet de sauce soja et saupoudré de nori, n’a pas daigné jeter un seul regard à ce livre. Je ne l’y oblige pas.

Un bon outil à utiliser en en classe ou à l’école à la maison.


album jeunesse
album jeunesse
lecture 18 sur 20
lecture 18 sur 20
Share

Des livres en cuisine revient !

Des livres en cuisine, événement interblog créé l’année dernière, revient en 2016 pour toujours plus de partage. Pendant tout le mois de novembre je vous propose d’inviter vos livres préférés en cuisine et de partager lectures et recettes avec nous.

Le principe est très simple, il s’agit de lire et chroniquer sur vos blog des livres en rapport avec la cuisine, que celle-ci soit le sujet principal du livre ou qu’elle y joue un rôle important. Tous les genres sont autorisés : livres de recettes, bd, manga, roman, pièces de théâtre, poésie… faites vous plaisir et étonnez-nous.

Les chroniques doivent paraître sur votre blog du 1er au 31 décembre . Laissez les liens de vos articles en commentaire ici pour que votre collaboration soit prise en compte. Chacun participe selon son envie, vous pouvez présenter un seul livre ou 30 à vous de voir. Pensez à inclure dans vos article le logo et le lien vers cette présentation 😉

Vous n’avez pas de blog mais vous souhaitez participer ? Ma petite Médiathèque peut vous héberger le temps de quelques chroniques gourmandes.

Les chroniques vidéo sont également autorisée 🙂

Des livres en cuisine
version couleur ou noir et blanc à vous de choisir

Challenges glouton

Pour pimenter un peu vos lectures culinaires je vous propose également 2 challenges :

le gastronome bédéphile et un roman en cuisine

Pour ces deux challenges va falloir vous mettre aux fourneaux : choisissez une bd ou un roman dans lequel vous puiserez une idée de plat à réaliser, pas de livres de recette pour ces challenges ! Le plat peut y être expliqué mais si c’est sous forme de liste d’ingrédients précise plus mode opératoire ça ne compte pas. Faut improviser, tester, se laisser inspirer sans suivre une recette à la lettre. Laissez place à la créativité !

Partenariats gourmands :

Afin de découvrir plus de livres et de saveurs cette années Des livres en cuisine s’associe avec 3 challenges qui font voyager

Challenge coréen :

Le challenge coréen de PatiVore nous invite à découvrir la culture coréenne sous toutes ses formes jusqu’en décembre 2016. Pour ce mois de novembre PatiVore et moi-même vous invitons à découvrir la cuisine coréenne à travers les livres : romans, manhwa, livres de recettes… tout est permis.

Inscrivez-vous ici à des livres en cuisine et chez PatiVore au challenge coréen pour un cocktail double saveur 😉

il viaggio

Il viaggio D’Eimelle nous invite à découvrir l’Italie, sa littérature mais aussi son art, ses beautés, ses saveur… Eimelle et moi-même nous nous associons en ce mois de novembre pour découvrir les saveurs italienne à travers sa littérature (ou tout autre livre).

Inscrivez-vous ici à des livres en cuisine et chez Eimelle au challenge Italie pour une pizza 4 saisons 😉

Je lis aussi des albums:

C’est au pays imaginaire des albums illustrés que le challenge de Sophie Herisson nous amène en voyage. Nous nous associons pour mettre à l’honneur des albums qui se plaisent en cuisine, pour le plaisir des grands et des petits.

Inscrivez-vous ici pour des livres en cuisine et chez Sophie Herrisson pour je lis aussi des albums pour un milk-shake multivitaminé 🙂

Et pour les plus joueurs, je vous mets au défi de participer aux 4 événements simultanément ! Dénichez-nous un album italien qui nous parle de cuisine coréenne ou un album coréen qui fait découvrir la cuisine italienne ! Quelqu’un saura-t-il relever le défi ?


Envie d’embarquer dans l’aventure ? Inscrivez-vous en commentaire


Les participants

Share

Le défi gastronome bédéphile

Pour pimenter le mois Des livres en cuisine j’avais proposé 2 défis cuisine : le gastronome bédéphile et un roman en cuisine. Dans un cas comme dans l’autre il s’agit de cuisiner un livre à la main mais attention, pas un livre de récette ! L’inspiration doit venir d’une bd ou d’un roman.

Pour le défi du gastronome bédéphile nous avons choisi un manga (très étonnant de la part de Yomu-chan et moi-même, n’est-ce pas?). Nous vous avons préparé du tonkatsu à partir du manga Goggle de Tetsuya Toyoda.

Goggle - Toyoda

L’inspiration nous est venue de la dernière nouvelle du recueil intitulé justement Tonkatsu. Dans cette nouvelle, une jeune femme doit aider un vieil homme à retrouver le tonkatsu qu’il avait l’habitude de manger dans un petit restaurant de quartier désormais fermé. Les voici parti arpenter les restaurants familiaux de la ville à la recherche du tonkatsu perdu. Une histoire simple et touchante.

Le tonkatsu :

Qu’est-ce au juste le tonkatsu ? Et bien je dirais qu’il s’agit de l’adaptation japonaise de l’escalope milanaise ^^ soit une escalope de porc panné. C’est délicieux, j’adore.

2015-01-08 08.15.56

Dans la nouvelle, le tonkatsu tant recherché est encore plus proche de l’escalope milanaise que ces frères. Le restaurateur utilise une escalope fine et ajoute du persil aux œufs battu. Nous avons à notre tour réinterprété cette recette.

Voici notre version du tonkatsu :

2015-11-14 12.02.01

J’ai choisi des côtes de port dans l’échine qui sont moins sèches et remplacé le persil par du cerfeuil.

2015-11-14 12.12.38

étape numéro 1 : fariner les côtes de porc. Facile ! on met un peu de farine dans un sachet de congélation, on y glisse une côte de porc et on secoue bien. La côte est parfaitement fariné. Répéter l’opération pour chaque morceau de viande.

2015-11-14 12.14.49

étape numéro 2 : passer la côte de porc fariné dans l’œuf battu (auquel on a ajouté sel, poivre et cerfeuil cisaillé).

2015-11-14 12.18.54

étape numéro 3 : on roule dans la panure et hop ! dans la poêle. On fait frire dans une bonne quantité d’huile à feu moyen.

2015-11-14 12.46.47

C’est prêt ! Servi avec une petite salade de chou (celui-ci était un peu trop parfumé à mon goût, un simple chou vert cela aurait été un meilleur choix). On arrose la viande avec un filet de citron.

A vous d’essayer ! 🙂

Des livres en cuisine

Share

La cuisine de Mamette

Il y en a qui parlent d’albums qui fleurent bon la nostalgie et la cuisine de mamie (non, non, Laurette je ne pense pas du tout à toi… :p) et bien, l’album que je m’apprête à vous présenter et tout calibré pour ceux-là ! La cuisine de Mamette c’est un carnet de cuisine sous forme de bd où Mamette, une jolie mamie toute ronde, nous révèle quelques uns de ses secrets de cuisine tout en ce remémorant des souvenir passés : son enfance et autres anecdotes.

Mamette est déjà le personnage principal de deux séries : Mamette et Les souvenir de Mamette.

  

Je ne connais ni l’une ni l’autres. Au fait je ne connaissez pas du tout cette bd, ni son auteur, Nob. Je les ai découvert par hasard, en remportant cet album lors du dernier loto chez Loula. Une très jolie surprise. Cette bd, dont le style et le format en font une oeuvre jeunesse, est aussi un régal pour les grand. Les recettes font saliver (sauf la carbonara avec de la crème fraîche !) et Mamette avec son air jovial est toujours rigolote. Dès réception, la bd a été adopté par Mimiko qui la feuillette volontiers le soir en attendant que le dîner se prépare. Et souvent elle me demande de préparer une des recettes de Mamette. Chose que je n’ai pas encore faite, pas parce que ça ne me tente pas mais parce que l’occasion ne s’est pas encore présentée.

S’il est rigolo et appétissant pour les enfants, c’est aussi un véritable livre de recette avec tout bien expliqué comme il faut pur reproduire la recette chez soit très utile pour les grands aussi. Idéal pour un moment de partage parent/enfant autour de la cuisine ou pour les grand enfants qui veulent se mettre à la cuisine tous seuls (tout en s’amusant).

En tout cas il a trouvé une place privilégié dans notre bibliothèque livre de cuisine.

la première recette que je vais essayer

Un petit aperçu par ICI

Des livres en cuisine bis

Share

l’Italie en cuisine

Le mois italien se terminait il y a une semaine, celui des livres en cuisine a débuté ! Et pour commencer en beauté j’ai décidé de faire un petit tours en Italie grâce aux quelques livres de cuisine italienne que ma mère m’a légué.

Il manuale della pasta :

il manuale della pasta

Celui-ci, je l’adore. C’est l’un des premiers que j’ai eu quand j’ai eu ma propre maison. Faire des pâtes c’est pourtant pas bien compliqué… mais faire des bonnes pâtes,  là c’est différent !

Avec ce livre j’ai révisé les bases avant de plonger dans tout un tas de recettes succulentes. Bien sûr j’ai presque jamais suivi une des recettes à la lettre, mais j’ai trouvé dans ce livre beaucoup d’inspiration. D’ailleurs il est temps que j’y replonge car ces dernier temps mes pâtes commencent à avoir un goût. .. français ;p

Un incontournable de ma cuisine.

Une recette : j’en ai choisie une très simple. Un grand classique, les pâtes à la carbonara.  Et que ce soit bien clair : il NE faut PAS de crème fraîche !

Bucatini alla carbonara (pour 4) :

  • 300 gr de bucatini
  • 100 gr de pancetta  (poitrine de porc séché)
  • 4 œufs entiers
  • Une cuillerée d’huile d’olive
  • Une gousse d’ail
  • 2 cuillères de pecorino  (fromage de brebis) et 2 de parmesan râpé
  • Sel, poivre

Cuire les pâtes dans une grande quantité d’eau bouillante.

Dans un saladier mettre les œufs entiers, les fromages râpés, sel et poivre. Bien mélanger.

Dans une poile faire revenir le lard avec de l’ail et un peu d’huile. Quand les pâtes son cuites (al dente !), retirer l’ail et faire revenir les pâtes dans la poile avant de les verser dans le saladier. Bien mélanger. La chaleur des pâtes va cuire l’œuf qui se transforme en une crème onctueuse.

C’est prêt !

Pour les végétariens ça marche aussi sans le lard et avec beaucoup de fromage pour le goût 🙂

Si vous vous demandez ce que c’est les bucatini, ce sont des sortes de spaghetti troué. On peut très bien les remplacer par les spaghetti classique (n°5) ou par des n°7 un peu plus épais.

La cuisine régionale :

Parmi les ouvrages offert par ma mère il y a deux livres de cuisine régionale :

2015-11-08 09.49.22

Il libro della vera cucina fiorentina :

La cuisine traditionnelle de Florence, un livre qu’à une époque ma mère à du bien potasser puisque j’y ai retrouvé pas mal de ses recette (oui, c’est surement pas ma grand-mère qui lui a appris, elle cuisinait vraiment très mal XD ).

Tout comme le livre précédent je l’ai régulièrement potassé pour y trouver de l’inspiration. Surtout dans mes jeunes années de maîtresse de maison. Maintenant… je ressemble un peu à ma grand-mère XD Je cuisine de moins en moins bien et pour préparer cet article j’ai sorti des livres qui prenaient la poussière depuis un moment . Faut vraiment que je révise mes fondamentaux et je je me remette aux fourneaux sans quoi il n’y aura qu’une de mes filles qui saura que maman sait bien cuisiner 😀

J’aimais bien celui-ci car j’y retrouvais les saveurs de ma région natale. Cela fait bien longtemps que je ne l’ai pas ouvert… Je retiens surtout les recettes de crostini di fegatini (une recette pour préparer des petits toast au pâté de foi, un incontournable du repas de fête de maman), les polpettine della nonna (que je pourrais rebaptiser les polpettine della mamma, de boulettes de viande frittes qu’on prépare généralement avec les restes de lesso, sorte de pot au feu) ou encore la pasta e fagioli, des pâtes aux haricots, si si aux haricots ! Après ça on a plus faim, spécial j’ai un ado à table. Mais l’incontournable reste le coniglio alla cacciatora que je dois d’ailleurs préparer pour ma sœur, je lui ai promis :

Coniglio alla cacciatora :

  • 1 lapin
  • 400 gr de tomates pelée
  • 200 gr d’olives noires
  • 2 branches de céleri
  • 1 oignon
  • 1 carotte
  • 1 bouquet de persil
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 verre de vin blanc
  • farine
  • huile d’olive
  • sel et poivre

Couper le lapin en 12 morceaux, saler poivrer et passer dans la farine. Puis les faire revenir dans de l’huile d’olive. Préparer le hachis de carotte, céleri, oignon et persil. Faite le revenir dans 6 cuillères d’huiles avec les gousses d’ail. Quand l’oignon commence à prendre une belle couleur ajouter le lapin (avec son foi haché), faire revenir quelques minutes puis arroser de vin blanc. Quand le vin blanc est complètement évaporé ajouter les tomates en morceaux, les olives, une cuillère de farine en pluie, sel et poivre puis mettre au four (180°C) pour une heure. Arroser au besoin avec un peu de bouillon.

Servir avec de la polenta.

Bon, la variante végétarienne là c’est difficile le tofu alla cacciatora je suis pas sure… mais on peut tout de même faire une bonne sauce tomate aux olives avec de la polenta c’est délicieux !

Il libro della vera cucina Emiliana

Alors là c’est the région pour la charcuterie ! Et moi j’adore la charcuterie italienne, mais il parait que c’est pas bon pour la santé… T_T On se console avec le parmesan 🙂

Dans ce livre on trouve également tout un tas de recette pour préparer des pâtes maison, des pâtes jaunes, rouges, vertes, même des gnocchi…. La dernière fois que j’ai préparé des pâtes maison j’étais encore qu’une gamine. Je préfère les acheter toutes faites c’est vachement plus pratique !

Ce livre je ne l’ai pas encore exploré. Je retiens pour l’article la recette de risotto al parmigiano, très simple et à la portée de tous :

Risotto al parmigiano (pour 4) :

  • riz italien (350gr)
  • beurre
  • 1 oignon
  • environ un litre de bouillon
  • parmesan râpé

Couper l’oignon et faire suer dans 40 gr de beurre. Avant qu’il ne prenne de la couleur. Retirer l’oignon ajouter le riz et le faire revenir à sec quelques minutes. Puis ajouter du bouillon et laisser cuire le risotto en ajoutant du bouillon à chaque fois que le riz à tout adsorbé. Quand le riz et bien cuit, moelleux, ajouter le reste du beurre et une bonne dose de parmesan. Mélanger et servir.

Le cadeau du grand-père :

2015-11-08 09.47.30

Alors là, avec ça je devrait tout savoir de la cuisine de Toscane depuis les étrusques jusqu’au XX° siècle. Mais… j’ai pas encore commencé à potasser.

Pour les cuistots en culotte courte :

Des livres de cuisine j’en ai toute une collection, ceux pour enfant ne manquent pas ! J’en ai même un spécial cuisine italienne (normal).

Gaspard et Léonie les petits gourmands en cuisine – cuisine italienne

2015-11-08 10.59.01

On y trouve des recettes faciles avec un parfum d’Italie. Malheureusement ce livre n’a pas beaucoup servi, de mes fille l’une n’aime pas cuisiner, l’autre ne prépare que des pâtisseries (ou presque).

Bonus manga :

Je ne pouvais pas faire un spécial cuisine italienne sans vous parler de l’un des personnages de Food Wars : Tukumi Aldini qui apparaît au tome 3. Originaire d’Italie il est tout comme Soma apprenti dans son restaurant familial et souhaite reprendre le flambeau une fois son diplôme en poche. Un personnage super stéréotypé et caricatural comme tous les personnages de la série, mais c’est pas grave, je l’aime quand même ^^ surtout que sa spécialité c’est la cuisine italienne qu’il revisite à la sauce nippone.

Mezzaluna #deslivresencuisine #foodwars #shunsaeki #yutotsukuda #tonkam

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Dans le tome 3 justement il relève le défi lancé par l’un des professeurs en proposant une variante de la fameuse salsa verde préparé exclusivement avec des ingrédients typiquement japonais.

Canard aigamo rôti servi avec sa salsa verde aux épices #deslivresencuisine #foodwars #shunsaeki #yutotsukuda Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

L’apparition de ce personnage m’a fait bien plaisir, et j’ai trouvé ça amusant de voir les recette de mon enfance (j’ai appris à préparer la salsa verde un peu près au même âge que Takumi) revisité par des japonais. Sans parler de la mezzaluna qui ne me quitte pas depuis mon enfance (quand j’ai quitté le nid familial j’ai amené la mezzaluna avec moi) et que je présente régulièrement autour de moi surprise de voir que beaucoup de gens ne connaissent pas cet outil pourtant super pratique !

Je vais vous donne ma recette de salsa verde, celle que je tiens de ma mère :

salsa verde:

  • 1 bouquet de persil
  • 2 gousses d’ail (plus ou moins en fonction des goûts)
  • 2-3 filets d’anchois mariné à l’huile ou au sel
  • 1 cuillère de câpres
  • 1 œufs durs
  • huile l’olive

Avec la mezzaluna haché finement tous les ingrédients (vous pouvez aussi faire ça avec un petit robot). Mettre dans un grand bol et ajouter de l’huile en mélangeant vigoureusement jusqu’à obtenir une texture onctueuse et crémeuse.

On utilise cette sauce pour accompagner de la viande comme par exemple un pot au feu, mais aussi simplement tartinée sur des toast à l’apéro. La dernière fois j’ai proposé des petits toast sympa fait avec des feuilles d’endive sur lesquelles j’ai déposé une cuillère à café de salsa verde et une pincée de graines germées. Croquant et frais.

Vous pouvez conserver la sauce au frigo quelques jours.

Des livres en cuisine bis rp_challenge-italie.jpg

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. J’espère que ce petit voyage en cuisine vous aura plu. A bientôt pour d’autres aventures culinaires.

Share

Des livres en cuisine

J’adore les livres, j’en dévorerais ! Pour moi livres et nourriture sont tellement liés que je collectionne les livres de recettes non pour cuisiner mais pour les lire et je cuisine en m’inspirant des histoires lu ici et là que ce soit dans les manga culinaire ou dans les romans.

Parmi les blogueurs que je fréquente je ne suis pas là seule à aimer lire et manger  L’idée m’est venue de partager cet amour du bon livre et de la bonne bouffe en proposant un événement interblog. Parler de ce qu’on aime c’est bien, le faire à plusieurs c’est mieux 😊

C’est ainsi qu’est né le mois Des livres en cuisine dont la première session se tiendra en novembre. Et qui sais, peut-être que d’autres sessions auront lieu plus tard, espérons que le succès soit au rendez-vous.

L’événement interblog :

Les dates : du 1er au 30 novembre
Le titre : Des livres en cuisine
La thématique : ben… les livres en cuisine ! Sont accepté tous les sortes de livres, du livre de recettes au roman en passant par les albums jeunesse, la poésie, les BD… et pourquoi pas le livre numérique, qu’il s’agisse d’un livre dédié entièrement à la cuisine (Bento, déjeuné à la japonaise) ou un livre où la cuisine joue un rôle essentiel (Les épices de la passion).
Que faut-il faire ? C’est très simple, il suffit de publier sur votre blog un ou plusieurs articles entrant dans la thématique. Pour cette première édition je vous laisse le chant libre, vous pouvez écrire ce que vous voulez : une simple critique d’un livre en particulier, dresser un petit panorama, partager vos livres de cuisine préférés, nous parler des livres les plus gourmands que vous ayez lu… Laisser parler votre imagination et votre gourmandise !!
Votre article doit être publié sur votre blog entre le 1er et le 30 novembre. Le slogan Des livres en cuisine doit y figurer avec un petit lien vers cet article et éventuellement le logo. Après quoi il faut m’envoyer les liens des vos articles par mail/mp (ou les laisser en commentaire sur Ma petite Médiathèque) Vous pouvez faire un petit article de présentation, c’est sympa, mais pas obligatoire. Vous pouvez également partager les liens des autres participants sur votre blog. Et voilà !
Logos :
Des livres en cuisine bis
Des livres en cuisine
Les challenges ! Pour pimenter le tout on va se lancer quelques challenge. Vous pouvez participer à l’événement interblog sans pour autant relever les challenges. C’est un petit plus pour ceux qui sont vraiment très gourmands. A réaliser au même dates avec toujours le petit logo/lien qui va avec 😉
  • le gastronome bédéphiles : exit les livres de recette, aujourd’hui on cuisine une bd à la main. Choisissez votre titre, piochez-y une recette et essayez de la réaliser. Malheureusement nous ne pourrons pas goûter, nous nous contenterons de juger votre résultat sur photo
  • un roman en cuisine : même challenge culinaire que le précédent, mais cette fois votre recette devra venir d’un roman
Le prix : Le plus productif d’entre vous recevra le titre honorifique de Grand Gourmet et tous nos applaudissements (et oui, il y a rien à gagner, mes chers. On travaille pour la gloire !)
Les participants (à ce jour) :

 Vous voulez nous rejoindre ? Rien de plus simple : laissez ici un commentaire avec le lien de votre Blog ou envoyez moi un mail/mp sur facebook

Préparez vous livres et vos plats ! Ça va chauffer (du four)

Share