Archives par mot-clé : film

Espen le gardien de la prophétie

Parfois le hasard fait bien les choses. Enfin… façon de parler.

Nous cherchions un film à regarder en famille et Mimiko a choisi Espen le gardien de la prophétie, un film fantasy venu de Norvège.

Franchement, je ne suis pas fan des films fantasy, ils sont rarement réussis à mon avis. Et celui-ci ne déroge pas vraiment à la règle. Mais Mimiko était ravie et moi j’avais là l’occasion de parler d’un film qui cadre parfaitement au thème du mois.

Il était une fois une princesse rebelle qui ne croyait pas ou ne voulait pas croire à la légende qui disait que si la princesse n’était pas mariée le jour de ses 18 ans elle serait enlevée par un troll des montagnes. Il y avait le prince charmant, insupportable et imbu de lui-même. Il y avait le fils cadet d’un paysan, rêveur et outrageusement maladroit. Je vous laisse imaginer la suite de l’histoire. Oui, vous avez deviné. La princesse se fait enlever, le prince et le pauvre paysan partent pour la sauver, le paysan la sauve et… non, non, pas de mariage à la fin, on est moderne! On veut des princesses rebelles, avec du caractère et qui ne se marient pas, mais il faut quand même les sauver, hein ! Faut pas exagérer quand même, vous ne voudriez tout de même pas qu’elle se sauve elle-même !

Ce conte n’a absolument rien d’original, la trame est celle des contes traditionnels, les personnages sont sans surprise. La princesse m’a fait au début penser à Rebelle de Disney, mais finalement elle est bien moins bad as que cette dernière. Elle se veut indépendante et rebelle, mais à part se faire sauver elle ne fait pas grand-chose. On dirait plutôt une fille gâtée qu’une femme indépendante.

Classique, mais plutôt efficace. Moi personnellement je n’aime pas ce genre de film, mais Mimiko s’est beaucoup amusé, riant aux maladresses du héros, Espen, qui n’en ratte pas une.

Un film tout public, mais avec tout de même une scène qui fait peur, Mimiko c’est caché parce que les huldres sont franchement hideuses et la scène vous retourne l’estomac. Mais ce passage mis à part le reste est très bon-enfant.

Ce passage un peu effrayant est celui qui m’a le plus intéressé parce que je ne connaissais pas ces personnages du folklore nordiques. Les huldres sont des jeunes femmes magnifiques avec une queue de vache qui séduisent les voyageurs pour les pousser au mariage. Gare à celui qui décevrait son épouse huldre ! En revanche si elles sont heureuses en mariage l’époux n’a rien à craindre, du moins c’est ce qu’en dit la légende.

Résultat de recherche d'images pour "Espen le gardien de la prophétie"

Ici elles sont représentées comme de magnifiques jeunes femmes en apparence seulement ! Elles tentent les frères du héros en leur faisant manger des pommes dorées empoisonnées qui leur font voir des illusions, à savoir les magnifiques femmes et une table garnie de plats succulents. En réalité elles sont hideuses et la table et remplie de putréfaction. Ça ne dure pas longtemps, mais c’est franchement dégoûtant.

Avez-vous vu ce film ? En auriez-vous d’autres à conseiller à Mimiko ?


Share

The Tempest

The tempest

The Tempest

Réalisé par Jlie Taymor

adapté de la pièce éponyme de Shakespeare (1611)

USA – 2010

Disponible en DVD et Blu-ray

Synopsis :

Sur une île déserte vit Prospera avec sa fille Miranda et leur esclave Caliban. Prospera, duchesse de Milan a été condamné à l’exil, trahie par son frère Antonio qui usurpe le pouvoir et fait alliance avec le rois de Naples, Alonso, ennemi juré de Prospera. Celle-ci, puissante magicienne, attend le moment où elle pourra se venger. Le jour où le roi de Naples et son frère se trouvent à bord d’un bateau au large de l’île, Prospera, aidée d’Ariel va mettre son plan de vengeance à exécution.

Bande Annonce :

IFrame

Mon avis :

Une ambiance assez étrange se dégage de ce film où effets spéciaux, musique électro et costumes extravagants se mélanges au texte de Shakespeare. Étrange certes, mais pas désagréable. Les acteurs sont très bons, surtout les deux napolitains (Stefano et Trinculo) naufragés sur l’île. Ils apportent une touche d’humour particulièrement hilarante et so british.

the-tempest-les-napolitains.jpg

Dans la pièce de Shekespieare, le personnages principal est un homme, Prospero. Ici, il devient Prospera et c’est pour notre plus grand plaisir puisque Helen Mirren est superbe. Ariel, l’esprit aux ordres de Prospera, n’est pas en reste. Toujours accompagné d’effets spéciaux et d’étranges musiques, il est un régal pour les yeux et les oreilles.

the tempest prospera et ariel

Le film possède peut-êtres quelques lourdeurs, et les puriste n’apprécieront peut-être pas de voir Shakespeare ainsi adapté. Moi, n’ayant jamais lu Shakespeare dans texte, j’ai trouvé ce film plutôt agréables, avec des scènes très drôles, d’autres un peu trop dramatiques et quelques longueurs. Cependant, la photographie est très belle, un vraie plaisir pour les yeux.

the-tempest-frere.jpg

Casting :

Prospera : Helen Mirren

Miranda : Felicity Jones

Ferdinand (fil du rois de Naples) : Reeve Carney

Stefano : Alfred Molina

Trinculo : Russel Brand

Caliban : Djimon Hounsou

Antonio : Chris Cooper

Alonso : David Strathairn

Sebastian (frère du roi) : Alan Cumming

Ariel : Ben Whishaw

The-tempest-final.jpg

Share

As Tears Go By

as-tears-go-by.jpgFilm réalisé par Wong kar-wai en 1988, sélection officielle semaine de la critique au Festival de Cannes de 1989, avec Andy Lau et Maggie Cheung.
Titre original : Wong gok ka moon (旺角卡門)

Synopsis :

A Hong-Kong, Wah, un jeune gangster reçoit la visite d’une lointaine cousine qui séjournera quelques jours chez lui. Bien qu’ils soient attirés l’un par l’autre, la vie de gangster de Wah et, surtout, les mauvais choix de Fly, ami et subordonné de Wah, n’auront de cesse de les éloigner l’un de l’autre.

Mon avis :

Je garde un merveilleux souvenir de In the mood for Love de Wong Kar-wai. Alors je ne pouvais qu’être un peu déçue. Est-ce As Tears Go By qui est de moins bonne qualité ou mes goûts qui ont changés ? Je ne pourrait pas le dire. Cela va faire une dizaine d’année que j’ai regardé In the mood for Love. Alors, l’aimerais-je autant si je le voyait aujourd’hui ? Pour en avoir le cœur net je devrait le revoir.
En attendant, j’ai trouvé As Tears Go By moins marquant. L’histoire n’est pas franchement passionnante, la scénographie n’a rien d’extraordinaire et les prises de vue ne sont pas toujours bien réussies (vue plongeante sur les poiles dessous des aisselles, ou vue panoramique sur lampadaires par exemple). En réalité, ce film doit beaucoup à la présence de Andy Lau qui est sexy à souhait (malgré les tenues un peu ringardes des années 80, heureusement plutôt sobres dans ce film).
     Eh! Oh! Arrête de baver sur le clavier !!
     Pardon, pardon !
 Je disait donc, le film… Le film est agréable, Andy Lau et Maggie Cheung sont très bien dans leur rôles respectifs, mais l’ensemble manque de quelque chose. Par ailleurs la fin est courue d’avance. Mais, soyons indulgents, il s’agit du premier film de Wong Kar-wai. Et c’est un beau début.
Avouez, quand même, qu’il vaut le détour <3 <3 <3
Andy Lau
 
 

Filmographie de Wong Kar-wai :

  • 1988 : As Tears Go By (旺角卡門)
  • 1990 : Nos années sauvages (阿飛正傳, Days of Being Wild)
  • 1994 : Les Cendres du temps (東邪西毒, Ashes of Time)
  • 1994 : Chungking Express (重慶森林)
  • 1995 : Les Anges déchus (墮落天使, Fallen Angels)
  • 1997 : Happy Together (春光乍洩)
  • 2000 : In the Mood for Love (花樣年華)
  • 2004 : 2046
  • 2007 : My Blueberry Nights (藍莓之夜)
 
Share

The story of Han Dinasty

un film de Wei Han Tao, Huang Wai Ming et Li Ji Qiang, sorti en 2007.

        han-dinasty.jpg

La pochette du DVD disait :

221 avant Jésus-Christ. Le premier empereur Qin réunifie le six états en guerre pour en faire le premier empire centralisé. Le travail incessant exigé dans les dernières années du règne de Qin ainsi que les brimades et arrestations arbitraires des intellectuels finirent par déclencher des révoltes…

Cela s’annonçait plutôt intéressant. Me voilà donc partie pour une soirée DVD en compagnie de ma chère cousine. Le problème c’est que le type qui a écrit le résumé pour la pochette n’a pas dû voir le même film que nous.

Le film commence sur une musique d’assez mauvais goût, deux armées s’affrontent : les jaunes et les rouges. Après plusieurs minutes, on se retrouve enfin dans un campements 2 officiers parlent à leur supérieur. OUPS ! Je n’ai pas mis les sous titres !! Je retourne au menu, et là, première mauvaise surprise : pas de sous-titres. On a le choix entre VO et doublage français. Rien de pire que le doublage dans ce genre de film. Mais bon, on prend notre mal en patience. Le film recommence, doublé cette fois. Les armées rouges et jaunes, la mauvaise musique ET une voix off qui nous raconte ce qui se passe. Perplexes, nous nous demandons pourquoi donc il y a une voix off dans la version française et pas dans la VO. Mystère.

Voici la tente, les 2 officiers ouvrent la bouche et ce qu’on redouté le plus arriva : un doublage à faire  pleurer. Courageuses, nous tentons de faire abstraction de cet affreux doublage pour ne se concentrer que sur l’histoire. Mais nous nous ne doutions pas encore que le scénario et la réalisation étaient bien pires.

Je cherche encore le rapport avec le résumé de la pochette.

Le films met en scène 2… je ne serais pas vraiment dire… tantôt ils sont appelés par leur sous-fifres « mon général » tantôt « altesse » ou « mon roi »… Bon, disons qu’il s’agit de 2 rois. Les 2 rois, donc, viennent de signer un accord de paix. Le roi rouge s’apprête à retourner chez lui en compagnie de sa belle épouse (premier prix du rôle féminin le plus inutile de l’histoire du cinéma). Mais le roi jaune, influencé par sa femme, jadis captive de leurs ennemis (oh! les méchants) et ses conseillers ambitieux décide d’attaquer et éliminer le roi rouge avant que celui-ci n’ai pu atteindre ses terres. Rien que cette scène est hilarante : le roi, ne sais prendre aucune initiative n’as aucune réflexion. « Vous devriez attaquer, altesse » « à bon? vous êtes sûrs? Bon, d’accord », ça c’est du roi qui fait peur ! Ben oui, il fait peur par son incompétence. Mais, attention , le roi rouge est une légende vivante, un guerrier redoutable, cela ne sera pas si facile de se débarrasser de lui. En fait, si ! Le super héros légendaire, sans doute, a dû être blessé à la tête dans un épisode précèdent, car j’ai rarement vu de stratégie plus pitoyable. Sans parler de stratégie, il n’est même pas capable de traverser une forêt sans se perdre. Il rentre chez lui, il devrait connaître le chemin. Mais non ! Dans la Chine antique on pouvait être un héros légendaire sans savoir s’orienter, traverser des villes quand on est poursuivit par une armée ennemie et finir sa route sur les bords d’un fleuve sans pont. Euh… ne savait-il pas qu’en empruntant ce chemin, qu’il a pourtant cherché, il se retrouverait sur les berges du fleuve ? Pourquoi donc, cherchait-il ce chemin ? Grand mystère du héros légendaire.

Voici pour l’histoire, parce que oui, l’histoire se résume à ça. Pendant tout le film le rouge fuit, le jaune le poursuit. Mais quelques détailles viennent pimenter ce beau film. Je ne sais pas si le problème vient du doublage ou du scénario mais, rien que pour donner un exemple, l’armée chinoise, quelle soit rouge ou jaune, ne connaît qu’un chiffre : 400.000 ! Les rouges déplorent de grosses pertes :  » nous ne somme plus que 400.000 ! ». On se demande alors pourquoi, avec un contingent pareil, il semblent tellement troublés par la fuite de … 1800 soldats. Le roi rouge doit être très attaché à ses hommes, sans doute. Oui mais, un peu plus tard il discute avec ses officiers, comment vont-ils faire !? L’armée ennemie est composé de plus de,  je vous le donne en mille : 400.000 soldats !!! Bon, alors, je suis pas un stratège expérimenté, les maths ça n’a jamais était mon fort, mais un peu moins de 400.000 contre un peu plus de 400.000, ça reste jouable, non? Et pourquoi annoncer des chiffres pareil quand on n’a pu assembler que 50 figurants pour les scène de combat ? Je ne donne ici qu’un exemple, j’aurais pu parler de cet officier qui perd son casque pendant sa réplique, les portes bannières jaunes qui tournent en rond derrière le roi rouge sans rien tenter, ou encore la scène émouvante où le roi rouge, ne pouvant sauver qu’une seule personne, choisit son cheval.

Ce qui est sûr, c’est qu’il ne faut surtout pas chercher une logique à tout cela. Et qu’il ne faut surtout pas acheter ce DVD, si ce n’est pour passer une soirée à rire. Car le film est tellement raté qu’il remplace parfaitement n’importe quelle comédie, surtout pour une soirée entre amateur du genre.

C’était une très bonne soirée et un très mauvais film

Share