Archives par mot-clé : le mois italien

filastrocche – uno, due, tre…

Pour ce troisième mercoledì filastrocche je ne vais pas évoquer un souvenir d’enfance, mais partager une comptine sur laquelle je suis tombée en faisant mes recherches. Je l’aime beaucoup et ses illustrations vintage ont un charme qui me touche beaucoup.

Cette page est extraite, semble-t-il, du livre Il libro della seconda classe d’Ornella Quercia Tanzarella, illustré par Mario Pompei publié par Libreria dello Stato en 1931.

La couverture du livre, que j’ai glané sur le net, est tout à coup moins charmante ! Et c’est là que je me suis souvenue qu’un certain Mussolini était à l’époque président du conseil en Italie. On comprend mieux la couverture. Ceci dit, la filastrocca n’a rien de fasciste et les illustrations de Marco Pompei me plaisent beaucoup.

On se retrouve mercredi prochain pour la dernière filastocca du mois.


Share

Tagliatelles brocoli, poulet, thym citron

Ces dernières semaines, je n’ai pas beaucoup cuisiné et j’ai délaissé le rendez-vous gourmand du dimanche, mais jeudi j’ai improvisé un petit plat de pâtes très simple que j’ai eu envie de partager ici. Et ça tombe bien puisque mai c’est aussi le mois italien !

Voici mes tagliatelles :

J’ai fait revenir dans une sauteuse avec une cuillerée d’huile d’olive, l’oignon, le thym citron et le blanc de poulet coupés en cubes.

Puis, une fois le poulet doré, j’ai ajouté les brocolis coupés grossièrement (y compris le pied que j’ai épluché et coupé en fines tranches, c’est très bon, légèrement sucré). J’ai fait revenir quelques minutes.

Pendant ce temps-là, j’ai cuit mes tagliatelles que j’ai égouttées et versé sur mes brocolis-poulet. J’ai arrosé d’un filet d’huile d’olive et voilà. Facile rapide et savoureux.

Le goût du thym citron se marie très bien avec le poulet.

EDIT : après avoir lu vos commentaire je vois qu’il y a méprise. Je n’ai pas mis de citron dans ma recette, mais du thym citron. Une variété de thym au feuillage panaché et au léger goût de citron. C’est délicieux en infusion et se marie parfaitement avec le poulet.

Thym citron #monjardin #plantesaromatiques #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le


Share

filastrocca – Ambarabà ciccì coccò

Nous revoici pour un nouveau mercoledi filastocca. Mercredi dernier je vous ai parlé de mano mano piazza, une petite comptine qu’on met en scène sur une main.

Aujourd’hui, je reviens au basique, à l’une des premières comptines que l’on apprend dans la cour d’école maternelle (l’asilo) : ambarabà ciccì coccò. Cette comptine sert à designer quelqu’un. Qui sera le loup ?

Ambarabà ciccì coccò
tre galline sul comò
che facevano l’amore
con la figlia del dottore;
il dottore si ammalò
ambarabà ciccì coccò!

La encore, il existe différentes versions. Si dans mon enfance c’était des poules (galline), dans la version la plus répandue ce sont des chouettes (civette).

Résultat de recherche d'images pour "filastrocche"

Le texte, comme dans très nombreuses comptine, est, comment dire, pas très innocent ! Ici, nous avons 3 poules (ou chouettes) qui font l’amour avec la fille du docteur. Évidemment, ce dernier en tombe malade. Mais pour être tout à fait sincère, la nature licencieuse du texte ne m’a jamais choqué.

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. On se retrouve mercredi prochain pour une nouvelle filastrocca


Share

Filatrocca – mano mano piazza

Pour moi, le mois italien c’est un peu comme une madeleine de Proust. L’Italie c’est le pays de mon enfance, alors, à chaque fois que je songe à ce que je pourrais présenter sur le blog pour le mois italien, j’ai plein de vieux souvenirs qui reviennent.

En mars, pour le mois des contes et légendes (une nouvelle session aura lieu en septembre, n’hésitez pas à vous manifester si vous souhaitez y participer) j’avais présenté l’un des contes italiens que nous racontait ma mère (qui la tenait elle-même de ses parents et ainsi de suite) : Prezzemolina.

De fil en aiguille, du conte je suis arrivée à la comptine, ces petits poèmes pour enfant, fait le plus souvent d’énumération. J’avais envie de vous en proposer quelques-uns en italien. Et puisque mercredi c’est le jour des enfants, ce sera mercoledì filatrocca.

La première filastrocca que j’avais envie de partager c’est Mano mano piazza, que l’on fait avec les mains et qui m’amusait beaucoup.

Il en existe de très nombreuses versions. Celle que je chantonnais enfant, est celle-ci :

Mano mano pazza,
qui ci passò una lepre pazza:
questo la vide,
questo l’ammazzò,
questo la spellò,
questo la mangiò.
E il povero mignolino?
Nemmeno un ossicino:
lecca lecca il tegamino!

Avec l’index on dessine un cercle sur la paume en récitant « mano mano piazza, di qui passò una lepre pazza« . Puis, en commençant par le pouce, on énumérer chaque action. Le pouce et celui qui l’a vu (le lièvre fou), l’index l’a tué, le médium l’a dépecé, l’annulaire l’a mangé et le pauvre auriculaire n’a plus eu qu’à lécher la casserole. Dans cette version on ne donne pas le nom des doigts, mais il en existe d’autres versions ou chaque doigt est nommé, permettant ainsi d’apprendre leur nom.

deux autres versions ici

Enfin, on retrouve la même comptine qui commence par « piazza, mia bella piazza« , en voici une version en vidéo

J’espère que cette première filastrocca vous aura amusé, on se retrouve mercredi prochain pour une nouvelle comptine.


C'est parti pour notre Mois italien

Share

il Viaggio 2018 – le mois italien

Challenge Il Viaggio : on repart?!!!

C’est avec Martine que nous partons une fois encore en Italie pour un challenge lecture (mais pas que).

Le challenge est annuel et mai et le mois à thème que s’y rattache. Je n’ai pas eu le temps de présenter la session 2018 du Viaggio alors je profite du mois italien pour le faire 🙂

Le mois italien :

C'est parti pour notre Mois italien

Martine nous propose un programme facultatif, le voici :

  • Mardi 1er mai 2 mai : Billet de présentation de ce Mois italien 2018
  • Mercredi 2 mai : Jour des enfants : un album ou une BD
  • Jeudi 3 mai : Lancement des « jeuditalie » : lecture libre
  • Samedi 5 mai : A tavola ! Une recette en partage
  • Dimanche 6 mai : Al cinema : un film à nous recommander
  • Mardi 8 mai : La saga « L’Amie prodigieuse » d’Elena Ferrante. Tomes 1, 2, 3 ou 4.
  • Du mercredi 9 au lundi 14 mai : Lectures au choix en lien (si possible) avec le Salon International du livre de Turin (où je serai) et dont la France est l’invitée d’honneur cette année. Vous pouvez présenter des romans écrits par des écrivains français sur l’Italie ou dont l’action est en lien avec l’Italie, ou des romans italiens d’auteurs italiens traduits en français. Un mix des deux ! Mais c’est aussi le bon moment de présenter toutes vos lectures « coup de cœur » !
  • Mardi 15 mai : Voyage ! Voyage ! Vos plus belles photos souvenirs, anecdotes, lieux à nous faire découvrir de vos voyages en Italie.
  • Mercredi 16 mai : Jour des enfants : un album ou une BD
  • Jeudi 17 mai : Jeuditalie : jeudipolar, un roman policier ou thriller
  • Samedi 19 : A tavola : une recette à partager
  • Dimanche 20 mai : Al cinema : un film à nous conseiller
  • Du lundi 21 au dimanche 27 mai : Tour d’horizons des régions en lectures, films, séries TV, théâtre, musique, photos, cuisine…
  • Lundi 21 et/ou mardi 22 : Région Nord : Venise, Florence, Milan…
  • Mercredi 23 : Région Sud : Naples, la Calabre, les Pouilles…
  • Jeudi 24 et/ou vendredi 25 : les îles Sardaigne, Sicile…
  • Samedi 26 et dimanche 27 mai : Week-end à Rome
  • Lundi 28 mai : Une bonne nouvelle ou un recueil
  • Mardi 29 mai : Littérature classique (du 15e au 19e)
  • Mercredi 30 mai : Jour des enfants : un album ou une BD
  • Jeudi 31 mai : Parce qu’en Italie (comme ailleurs!), tout finit toujours par des chansons : Jeuditalie en musique !

Je ne sais pas encore quel rendez-vous je vais pouvoir honoerer, ni quels seront mes lectures à venir.

Pour le moment je suis en pleine lecture d’un livre en italien, j’espère le finir avant le 31 mai.

Il viaggio en 2018 !

(toutes mes participations de l’année)

PREZZEMOLINA Couverture Blanche neige (Rossi) Les Saisons

  Couverture de Mange, prie, aime : Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé

Share

il mio libro di parolacce da colorare

pour terminer le mois italien, j’avais envie de vous présenter l’un de mes livres de coloriage. J’adore colorier, depuis toujours et cette nouvelle mode du coloriage pour adulte me va comme un gant. Le livre que je vous présente aujourd’hui n’est pas un simple livre de coloriage, c’est un livre remplis de gros mots ! Un superbe cadeau que j’ai reçu de ma cousine préférée 🙂

Colorier, se déstresser et dire tous ces gros mots qu’on ose pas prononcer tout haut. Enfin… moi je m’en prive malheureusement pas mais… j’adore l’idée de ce livre 😀 Et au passage je révise un peu de vocabulaire italien 😉

Mimiko l’adore aussi. Colorier des gros mots à un côté grisant pour elle. Et vous , qu’en pensez-vous ?


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

Un mistero per cinque ragazzi

Pour le mois italien Martine proposait une lecture commune en italien. Je ne connaissais pas le titre proposé et ma PAL menace de s’écrouler si j’ajoute encore un livre ! Mais j’avais quand même envie de participer au rendez-vous et de lire au moins un livre en VO. J’ai alors ressorti mon tout premier roman. Mon précieux. Ce n’est pas seulement un livre, c’est un précieux souvenir. C’est l’une de mes professeurs de cinquième que me l’a offert. A l’époque je passais par une période très difficile et on ne peut pas dire que j’étais très sociable. Elle en a du en avoir assez de me voir assise à regarder les autres jouer au foot à toutes les récrée. Un jour elle m’a apporté ce livre et… j’ai adoré !! Depuis il m’a suivi dans tous mes déménagements. Le premier de ma collection 🙂

Après cette brève introduction, parlons de cette aventure pour 5 collégiens.

quatrième de couverture :

Un delitto, una vittima, l’investigatore, un aiutante, una presenza oscura, un colpevole…Gli ingredienti sono quelli di un giallo classico, ma piuttosto inconsueti: il delitto è un inquinamento, la vittima un piccolo lago morenico, l’investigatore un gruppo di ragazzi di una scuola media di un paesino di collina, l’aiutante un corvo, l’oscura presenza… Basta così, la suspence ha i suoi diritti.

Ma il libro è qualcosa di più di un avvincente romanzo giallo: sulle ali dell’avventura, il mondo dei ragazzi viene alla ribalta in tutta la sua complessità e contraddittorietà e ci porta con immediatezza dentro i loro pensieri, amori, amicizie, problemi, paure e slanci ideali.

E quando alla fine si trova il colpevole, la vicenda si chiarisce e la curiosità si placa, rimane il rimpianto di doversi separare dai cinque amici del « gruppo ecologia ».

« Un délit, une victime, l’enquêteur, un assistant, une présence obscure, un coupable… Les ingrédients sont ceux du polar classique, mais plutôt inhabituels : le délit c’est une pollution, la victime un petit lac de glacier, l’enquêteur un groupe de jeunes d’un collège d’un petit village de colline, l’assistant un corbeau, l’obscure présence… Assez, le suspens a aussi ses droits.

Mais le livre est quelques chose de plus qu’un passionnant polar : sur les ailes de l’aventure, le monde de l’adolescence occupe le devant de la scène avec toute sa complexité et ses contradictions et nous amène immédiatement dans leurs pensées, leurs amours, leurs amitiés, leurs problèmes, leurs peurs et leurs idéaux.

Et quand enfin on trouve le coupable, les faits s’éclairent et la curiosité est rassasié, il reste le regret de devoir se séparer des cinq  amis du « groupe d’écologie ». »

Je ne me souvenais pas du tout de l’enquête en elle m’aime mais je gardais le souvenir d’avoir aimé cette lecture, d’avoir été prise par le suspens, par la tension du récit. Le relire 20 ans plus tard c’est intéressant. Malgré le temps qui a laissé sur moi d’indéniables traces, j’ai retrouvé mon âme d’enfant en lisant ce roman une deuxième fois. Tout comme lors de ma première lecture, je me suis prise au jeu de l’enquête. Mais ce qui frappe surtout dans ce roman c’est la justesse avec laquelle les auteurs, Mariella Ottino et  Silvio Conte, ont su rendre l’univers de l’adolescence.

Un très bon roman jeunesse avec tout les ingrédients : l’aventure, l’amour, l’amitié, le suspens et même des problèmes de famille. Dommage qu’il ne soit pas disponible en français.

Le livre est complété par un petit dossier d’info venant approfondir l’aspect écologique du roman.


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

Ginevra Di Marco

Après avoir écouté cette version de Belle Ciao, j’ai eu envie d’en savoir plus sur Ginevra di Marco que je ne connaissais pas avant.

J’ai découvert quelques chanson très sympa que j’ai eu envie de partager à l’occasion du mois italien 🙂

la première chanson ci-dessus me semblait tout désignée pour aujourd’hui. Les italophones aurons compris qu’il s’agit de … ne pas vouloir travailler !! 😀 Le lundi c’est parce que la tête lui tourne et pour chaque jour une nouvelle excuse pour ne pas aller travailler. Il y a même un jeudi férié qui l’oblige à ne pas travailler ! Bref c’est une chanson parfaite pour cette semaine 😉

Dans cette seconde chanson il est question d’un homme qui pie Jésus Christ et se plaint de son patron qui le maltraite. Jésus lui répond « qui veut la justice se la fasse ».

Tu ti lamenti, ma che ti lamenti? Pigghia nu bastune e tira fora li denti…

Tu te plains, de quoi te plains-tu ? Prends le bâton et sort les dents

Et pour finir une chanson qui parlera à tous les expatrié, à tous les immigré : Amara terra mia. J’ai trouvé plusieurs enregistrement de cette chanson mais je j’ai choisi celui-ci plutôt que les autres c’est parce que la vidéo commence par la voix de Margherita Hack astrophysicienne italienne qui parle avec l’accent de chez moi. J’ai été très émue en l’écoutant.

J’espère que ça vous a donné envie de découvrir cette chanteuse.  A très bientôt pour de nouvelles escapades italiennes.


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

Bella Ciao Versione Mondina

Pour le mois italien de l’année dernière j’avais présenté la version originale de Bella ciao, une version qui parle des femmes qui travaillent dans les rizières. Rien à voir avec le chant partisan crée par la suite.

Cette année je remet ça puisque, en faisant des recherches sur Faraulla,  je suis tombé sur cette belle vidéo de Bella Ciao versione Mondine avec Lucilla Galeazzi, Elena Ledda et Ginevra Di Marco au chant.

Que pensez-vous de cette version ?


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share