Archives par mot-clé : l’école des loisirs

Les trois vie de petite perle

S’inspirant du folklore taïwanais, Carl Norac et Anne-Catherine De Boel nous livrent un très joli conte. Une histoire d’amitié qui fait pousser des ailes, littéralement.

Trois vies de Petite Perle (Les)

Jason rencontre Petite Perle, une jeune fille Truku que tout le monde rejette par peur. Le peuple Truku a mauvaise réputation. Mais Jason n’a pas peur d’elle. Très vite ils deviennent amis, mais au bout d’une semaine Petite Perle doit s’absenter sans donner d’explication. Face à la déception de son ami, elle décide de finalement lui révéler son secret. Elle est fille une semaine, oiseau la semaine suivante et fleur la troisième semaine. Jason décide de la retrouver et la protéger sous toutes ses formes. Quand enfin il la retrouve, il décide de ne plus la quitter même si cela veut dire devenir à son tour oiseau.

Résultat de recherche d'images pour "TROIS VIES DE PETITE PERLE"

Un très bel album. J’adore les illustrations. C’est très beau et bien mis en valeur par un grand format. L’histoire est aussi très jolie et bien développée. On prends le temps de suivre nos héros à travers la ville de Taipei sans pour autant avoir un texte trop long.

Une belle histoire, du dépaysement et de la découverte, de jolies illustrations, que demander de plus ?

sur le site de l’école des loisirs

feuilleter l’album


chut les enfants lisent

Share

Gâteau de lune [album jeunesse]

Dans le joli album, Chen Jiang Hong s’inspire des traditions chinoises de la fête de la lune, fête des récoltes pendant laquelle on consomme les fameux gâteaux de lune. De nombreux contes et légende gravitent autour de cette fête et de ce gâteau. Chang Jian Hong nous en raconte une très jolie.

Gâteau de Lune

La princesse Xian-Zi, fille de l’empereur de Jades’ennui dans le Palais du Ciel. Elle descend sur terre et y trouve l’amour. De cette union nait un enfant et la famille vit heureuse. Mais l’empereur de Jade désapprouve cet amour. Il envoie ses garder chercher sa fille pour la ramener dans le Palais du Ciel. Tian-Zi grandi et arrivé « à l’âge où les enfants posent des questions », il décide de partir à la recherche de sa mère. Après un long périple, il arrive enfin au Palais du Ciel. Sa mère pour fêter leurs retrouvailles lui confectionne des gâteaux. Mais une fois encore, l’empereur de Jade s’y oppose et renvoie son petit fils sur terre. Cette fois la douleur de la séparation est trop forte et la princesse tombe malade. L’empereur de Jade, qui aime sa fille, décide de lui accorder une visite. Pour l’occasion il prépare lui-même des gâteaux que sa fille amène à son fils. Chaque année, à la même période, la princesse descend avec des gâteaux de lune. Depuis, chaque année les familles se retrouvent pour déguster ensemble ces gâteaux.

J’aime beaucoup le travail de Chen Jiang Hong. Ce sont toujours de belles histoires. J’aime aussi ses illustrations. L’ambiance générale de l’album est superbe, même si la qualité des planches n’est pas constante. Les visages, par exemple, sont différents d’une planche à l’autre et c’est un peu perturbant.

Un joli conte à découvrir aux éditions l’école des loisirs.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ trouvez-le sur Amazon ou chez votre libraire préféré


challenge album 2019

Share

Des albums de l’école des loisirs adapté en langue des signes

Un petit billet  pour saluer la collaboration des éditions l’école des loisirs et des éditions Inclood qui proposent des livres lus en langue des signes.

Deux titres des éditions l’école des loisirs sont déjà disponibles : Non, non et non de Mireille d’Allancé et C’est moi le plus fort de Mario Ramos. Trois autres albums sont déjà prévus.

Inclood

Je trouve cette initiative très intéressant et j’ai eu envie de tester pour mieux vous en parler, même si je ne connais pas la langue des signes. Je l’ai étudiée pendant un an, mais j’ai tout oublié !

Alors, comment ça se passe ? Voici une petite démo en vidéo, avant de passer à ma lecture :

La première étape est de se procurer le livre papier. En ce qui me concerne, j’ai choisi Non, non et non !

Non, non et non !

Puis on télécharge l’appli inclood sur son téléphone ou tablette (disponible sur Google Play et Apple Store). On se crée un compte et on achète la version filmée du livre qui nous intéresse en allant chercher dans le catalogue, directement via l’appli (3.49€ pour cet album).

Le catalogue compte pour le moment 4 titres : les deux albums de l’école des loisirs et deux livres édités par Inclood.

Ensuite c’est très simple, dans une main on tient le livre, dans l’autre le téléphone. Sur la fiche du livre de l’appli, on clique sur ouvrir. La caméra s’ouvre et on scanne simplement les pages du livre avec. L’un de personnage de l’image s’anime sur l’écran, on clique dessus et une petite vidéo s’ouvre avec un lecteur qui interprète le texte avec en fond d’écran l’image de la page qu’on a scanné.

deux enfants en pleine lecture de Viggo, un titre original des éditions Inclood

La lecture de Non, non et non ! se fait à deux voix : tandis qu’une femme la raconte en langue des signes, un narrateur la lis à haute voix. J’ai aimé cette double lecture simultanée, car ainsi la vidéo parle à tous, ceux qui regardent et ceux qui écoutent. Par exemple, une fratrie dont tous ne sont pas mal entendant et qui veulent lire le livre ensemble pourront ainsi profiter de cette double lecture.

En regardant la vidéo, j’ai aussi pensé que cette double lecture pouvait être très intéressante pour ceux qui désirent apprendre la langue des signes sans être mal entendant. On assiste à la traduction simultanée de ce qu’on entend et ça peut être un très bon entrainement.

Comme je ne parle pas la langue des signes et que je n’ai pas d’enfants mal entendant autour de moi, difficile de vous donner un avis vraiment construit. Néanmoins j’ai trouvé l’idée très intéressante. Les vidéos qui accompagnent cet album sont très sympas. La lectrice transpire la bienveillance, est très expressive et on a envie de se faire raconter encore plein d’histoire par elle. La voix (masculine) est aussi très agréable à écouter. Et l’album est très mignon.

Non, non et non s’adresse à un public très jeune. Octave, un ourson va aller à l’école pour la première fois et il n’a vraiment pas envie. Il ne sait dire que non. Mais à la fin de la journée, il ne veut plus rentrer. Une histoire classique pour rassurer les enfants sur leur entrée en maternelle. Classique, mais efficace, c’est mignon, c’est drôle et c’est joliment dessiné.

l’album sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préférée


challenge album 2019 chut les enfants lisent

Share

Requins [album jeunesse]

Je vous ai déjà parlé de Requin de Sarah Sheppard, sortit aux éditions l’école des loisirs sur instagram. Mais je n’avais pas encore pris le temps de lui dédier un petit billet sur le blog. Il était temps de s’y mettre. D’autant plus que j’adore ce type d’album documentaire.

Requins

Les illustrations sont simples, avec une petite touche d’humour, mais très ressemblante aux requins qu’elles représentent. Avec Mimiko nous nous sommes amusées, tout le long de la lecture à aller voir à quoi ressemblent en vrai les requins que nous découvrions pour la première fois dans cet album. Parce que si on retrouve les plus connus, Sarah Sheppard prend aussi le temps de nous présenter les espèces dont on entend rarement parler.

Avec cette lecture j’ai appris plein de petites anecdotes amusantes sur les requins, mais aussi l’existence d’espèces que je ne connaissais pas comme le requin-lutin capable de projeter ses dents en avant.

Le côté humoristique du dessin avec des grands yeux ronds rend les requins plus mignons qu’effrayants et donne une image très positive de l’animal. Malgré quelques anecdotes à faire froid dans le dos, on ressort de cette lecture avec l’envie de protéger ce bel animal.

Nous l’avons lu à 2 voix avec Mimiko, quelques pages par soir et nous avons toutes deux aimée. Il arrive encore souvent à Mimiko de le citer.

Un bel album qui vient compléter notre collection d’albums documentaire, un genre que Mimiko apprécie particulièrement.

Un livre que je conseillerais à tous les petits curieux de la nature, à toutes les bibliothèques et aussi à ceux qui font l’école à la maison. C’est un joli matériel pédagogique, car très riche en information, mais facile et ludique à lire, avec des textes courts, des encadrés, des bulles… cela amène un bon rythme, ce n’est jamais ennuyeux. Avec Mimiko nous nous étions partagé les tâches, moi je lisais le texte et elle toutes les infos complémentaires qu’on trouve sur les planches du dessin.

sur le site de l’école des loisirs

Sarah Sheppard

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


chut les enfants lisent

Share

Premières lignes #15 – Gulliver Voyage à Lilliput

Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures.

Cette semaine, j’ai choisi un classique : Gulliver – Voyage à Lilliput de Jonathan Swift, dans la version abrégé récemment sortie aux éditions l’école des loisir.

Chapitre I

l’auteur fournit quelques renseignements sur sa naissance, sa famille et les premiers motifs qui le portèrent à voyager. Il fait naufrage et parvient à la nage dans le pays de Lilliput. On l’enchaîne et on le transporte à l’intérieur des terres.

Mon père avait un petit bien dans le comté de Nottingham. J’étais le troisième de ses cinq fils. Quand j’eu quatorze ans, il m’envoya au collège Emmanuel, à Cambridge, où pendant trois années, j’étudiai avec application. Ma pension étant trop lourde, on me mit ensuite en apprentissage, à Londres, chez M. James Bates, chirurgien célèbre, auprès de qui je demeurais quatre ans. De temps en temps, mon père m’envoyait un peu d’argent, et je l’employais à étudier la navigation, ainsi que diverses connaissances mathématiques nécessaires à ce qui se proposent de voyager sur mer, car je prévoyais que telle serait tôt ou tard ma destinée.

Couverture Le voyage à Lilliput

Ce premier paragraphe ne m’a guère donné envie, je m’attendais à m’ennuyer. Finalement c’est plutôt une agréable surprise. Enfin, heureusement quand même que c’est une version abrégée !

Share

Un gâteau pour le goûter [album jeunesse]

Anatole a invité Mlle Blanche pour le goûter. Il veut faire bonne impression et préparer un bon gâteau. Mais il n’est vraiment pas doué. Il n’y arrive pas du tout. C’est alors que des animaux s’invitent dans sa cuisine et proposent chacun un ingrédient. Quand Mlle Blanche arrive enfin, le goûter est prêt, mais ce n’est pas ce qu’avait prévu Anatole !

Gâteau au goûter (Un)

Un petit album très amusant, aux illustrations très originales. Photomontage de divers objets et texture forment des personnages caricaturaux et drôles.

Je ne dirais pas que c’est beau, mais c’est marrant, tant pour la petite histoire autour d’un goût original, que pour les détails du dessin, que je me suis amusées à décortique : bouchons, manches, paille, tissu, os… les ingrédients du dessin sont aussi farfelus que ceux du gâteau !

A découvrir dans la collection Pastel de l’école des loisirs.

Christian Voltz

⇒ sur amazon ou chez votre libraire préféré


Share

Premières lignes #14 – La fille sans nom

Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures.

Aujourd’hui j’ai choisi de partager avec vous les premières lignes d’un roman que je commence à peine. Je ne sais pas encore ce que je penserais de cette lecture. Mais j’ai adoré le chapitre d’introduction !

Couverture La fille sans nom

1
Une ombre sur l’eau

La rue est sombre et silencieuse.

Je n’ai pas l’habitude d’être dehors à cette heure là.

Il est quatre heure du matin. La ville est déserte, c’est l’heure des chats, des chauves-souris…

Et des fugueuses.

Parce que c’est ce que je suis. Une fugueuse. Je viens de m’enfuir de la maison.

Je dois être complètement dingue.

Ou désespérée.

Sans doute les deux.

Quitter ma maison, ma chambre, mon lit, ma couette chaude, pour quoi déjà ?

Pour donner une leçon à mes parents. Parce que la communication n’est plus possible entre nous. J’ai beau parler, j’ai l’impression d’être face à un mur. Deux murs, même. Béton d’un côté, brique de l’autre. On s’y écorche les phalanges, mais rien ne bouge. C’est toujours les murs qui gagnent, quelle que soit la force de nos coups.

La Fille sans nom, Maëlle Fierpied, l’école des loisirs.

Share

Persée vainqueur de la Gorgone – Yvan Pommaux [album jeunesse]

Un dimanche après-midi pluvieux, le temps idéal pour la mythologie ! Et nous avions justement un album de mythologie grecque qui nous attendait : Persée vainqueur de la gorgone de Yvan Pommaux, sorti chez l’école des loisir en octobre dernier.

Couverture Persée Vainqueur de la Gorgone

Persée est le fils d’une princesse et de Zeus. Une prophétie annonce au roi que son petit fils le tuera, il veut alors empêcher sa fille d’avoir un enfant en l’enfermant dans une tour, mais Zeus, touché par la beauté de la belle, trouve une ruse pour s’unir à elle. Zeus étant le père, le roi ne peut pas tuer l’enfant, il décide alors de les jeter à la mer, enfant et mère, et de laisser les dieux décider de lors sort. Recueilli par des pécheurs, les deux survivront et Persée devient un fort et beau jeune homme. Mais un autre roi veut sa mère. Comme Persée est toujours là pour la protéger, pour s’en débarrasser le roi l’envoie tuer Méduse, l’une des trois gorgones.

Persée reviendra vainqueur. En chemin, il aura croisé le chemin de plusieurs dieux et nymphes qui lui viennent en aide. Il trouvera même l’amour. Avant de, sans le vouloir, tuer son grand-père dont il ignore tout.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Persée @yvanpommaux @ecoledesloisirs #contesetlegendes #mythologie #challengecontesetlegendes

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

C’est un très joli album, qui nous a permis de découvrir ce mythe dont je n’avais qu’une très vague connaissance.

Le texte et les dessins sont très agréables, une carte et un petit lexique complètent l’histoire pour mieux s’y retrouver.

Mimiko s’est amusée à faire le lien avec le film de Percy Jackson que nous avons vu récemment, tout en me questionnant sur les différences, notamment sur l’apparence de Méduse. Et que dire des origines divines du jeune homme ?

Dans la même collection :

sur le site de l’éditeur

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


 

Share

TBTL 2019 #2 – émotions : joie

Le rendez-vous Throwback Thurday Livresque de BettieRose prend une nouvelle tournure cette année. Chaque mois nous explorerons un thème avec 4 livres différents. Le principe reste le même : (re)parler d’un livre lu il y a quelque temps pour le remettre sur le devant de la scène.

La semaine dernière peur et dégoût était à l’honneur. Aujourd’hui il sera question de joie.

Quel livre m’a procuré de la joie ? La question est moins évidente qu’il n’y parait. Lire me procure généralement de la joie, ou du moins un sentiment de satisfaction, que l’histoire soit drôle ou triste.

Devrais-je citer un livre particulièrement drôle ? Une BD qui m’a fait rire ? En associant la joie au rire, j’ai d’abord pensé au bd de Olivier Tallec, mais si le rire est assuré je ne dirais pas que ses BD collent au concept de joie tellement elles sont cyniques.

Mais alors quel livre procure de la joie ? Je dois avouer que je ne suis pas adepte des lectures feel good. Pour moi un bon livre est un livre qui me fait vivre tout un panel d’émotions, qui me fait passer de la joie à la tristesse, des larmes au rire, et comble du bonheur : qui me fait rire et pleurer simultanément.

Du coup j’ai beaucoup de mal à trouver un livre que je pourrais associer à la joie.

Après avoir longuement réfléchi, penché très fortement la balance en faveur Sauveur et Fils, j’ai fini par me dire que les livres qui m’ont le plus procuré de joie instantanée ce sont les livres pour enfant lu avec mes filles et parmi ceux-ci il y en a un qui nous a valu un grand nombre de soirées amusées. Un des préférés de Mimiko, elle me le redemandait sans cesse, et le rire était au rendez-vous à chaque fois.

Je mangerais bien un enfant de Sylvaine Donmio et Dorothée de Monfreid, publié par l’école des loisirs. Un tout petit album simple, mais très efficace qui nous a servi d’histoire du soir très longtemps. Le connaissez-vous ?

Voilà un TBTL qui remplit pleinement sa fonction ! Je n’avais pas reparlé de ce livre depuis 2013. Et il est toujours dans notre bibliothèque, celui-ci, on ne le donne pas, même si on a plus l’âge depuis longtemps.

Au mot joie, quel est le premier livre auquel vous pensez ?

Share

Cyrano de Bergerac [classique abrégé]

Je me souviens d’avoir lu Cyrano de Bergerac, sans doute à l’école, peut-être en seconde, peut-être avant, je ne sais plus. Mais ce dont je suis sûre, c’est que j’avais beaucoup aimé, ce qui pour une lecture obligatoire était généralement très rare.

Depuis j’ai vu le film avec Depardieu dans le rôle de Cyrano il y a très longtemps, mais je n’ai jamais relu la pièce de théâtre. Je ne l’ai d’ailleurs jamais vue jouée.

Quand les éditions de l’école des loisirs ont sorti une nouvelle édition dans leur collection classiques abrégés, je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de le relire et de le faire connaître à la petite dernière. Avant j’vais beaucoup d’à priori sur les versions abrégées, je n’en comprenais pas vraiment l’intérêt, mais… c’était bien bête de ma part, combien de classique j’ai essayé de lire et laissé tomber avant la fin. Les versions abrégées ce n’est finalement pas si mal, cela permet de découvrir les classiques sans s’attaquer à de trop gros pavé au style souvent lourd pour un jeune lecteur de notre époque.

Le Cyrano de Bergerac des éditions de l’école des loisirs est une version abrégée au sens propre du temps. Le texte n’a pas été réécrit, mais les scènes ont été choisies et les passages absents sont simplement résumés en quelques lignes.

Nous l’avons lu à voix haute, Mimiko et moi-même, en nous partageant les rôles. Moi je fais un bien piètre Cyrano, l’éloquence et moi, on est pas très copines. Mais c’était plutôt amusant de le lire en se donnant la réplique.

Mimiko a bien aimé aussi, elle a trouvé cette pièce bien drôle même si elle ne comprenait pas toujours le sens des tournures de phrases (surtout lu par moi…) quelques pauses pour reformuler ce que l’on venait de lire ont été nécessaire, mais le plus important c’est que maintenant elle sait qui est Cyrano et que ce nom est associé à un bon souvenir de lecture. Elle pourra toujours le relire, plus tard, toute seule.

En tout cas, moi ça bien donné envie de revoir le film !

Et aussi le film qui vient tout juste de sortir sur la création de cette pièce par Edmond Rostand

  

Share