Archives du mot-clé l’école des loisirs

Le petit pêcheur et le squelette

Cela fait une éternité que j’avais envie de parler de cet album que j’aime beaucoup. Et je ne trouvais jamais le temps, puis je m’étais promis d’en parler durant le mois o-bon et… j’ai pas eu le temps. Cette fois je n’ai pas l’intention de louper l’occasion qui m’est donné par le challenge Halloween !

Le petit pêcheur et le squelette de Chen Jiang Hong (l’école des loisirs) est en effet une lecture très approprié pour Halloween. De quoi se faire peur, mais trop quand même 🙂

Un petit pêcher orphelin sort en mer par un jour de tempête. Son père lui avait bien dit qu’il était dangereux de sortir en mer par un temps pareil, mais il n’est plus là pour veiller sur son garçon. Bravant la mise en garde, le jeune pêcher part affronter une mer houleuse et tente de pêcher. Mais ce n’est du bon poissons qu’il ramènera chez lui ! C’est un terrifiant squelette. Le petit pêcheur à très peur mais… il se pourrait bien que le squelette ne soit finalement pas une créature si terrifiante.

Les dessins aux tons très sombres font vraiment monter la pression et la peur sera bien là chez le jeune lecteur. Mais, pas d’inquiétude, ce n’est pas une histoire d’horreur, c’est un très joli conte.

J’aime beaucoup le travaille de Chen Jian Hong, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises. Son dessin, inspiré de la peinture traditionnelle chinoise me touche beaucoup.

sur le site de l’éditeur


 challenge halloween

Share

Deux albums de Noël

Aujourd’hui j’aurais dû vous parler de cinéma, mais comme je suis à la bourre, je vais vous parler d’album pour enfants, ceux que j’avais sélectionné (ou plutôt que Mimiko a sélectionné pour moi) pour le challenge Chrstmas Time

rp_222143christmastime2015.jpg

Noël chez Ernest et Célestine

Chez Ernest et Célestine il y a pas d’agent alors il n’y aura pas de fête, Ernest est formel.

Mais Ernest, il ne faut pas d’argent pour faire un réveillon !

Insiste Célestine. Elle insiste tant et bien qu’Ernest fini par céder. Il vont faire des dessins pour offrir aux enfants, des guirlandes et des décoration en papier, de la vaisselle et autres objets sont récupérés dans les poubelle et voilà que tous les deux préparent un merveilleux réveillon pour les amis de Célestine.

Sauf qu’un des petits camarades critique tout, des fausses guirlandes, des fausses boules, tu parle d’un réveillon ! Mais voilà qu’Ernest prends le violon et ça danse, ça chante et ça s’amuse. même le grognon fini par ce laisser tenter. Finalement tout le monde part heureux, Célestine avait raison, pas besoin d’argent pour faire la fête avec ses amis. Épuisée elle s’endort et Ernest dépose un petit cadeau pour elle sous le sapin.

Un très bel album. J’adore Ernest et Célestine et ce dessin si doux. Mais ce que j’aime par dessus tout c’est l’esprit qui se dégage de ces histoires. Noël chez Ernest et Célestine est particulièrement touchant. Une petite merveille avec toute la magie de Noël dépouillé de son aspect mercantile et légendaire. Si on y voit Ernest se déguiser en père Noël pour amuser la galerie, très vite son déguisement et à la fin on le voit déposer lui-même les cadeaux.

Le Loup-Noël

Si je connaissez déjà Ernest et Célestine par d’autres aventures, celui-ci est une découverte. Et une très jolie découverte. Le dessin est mignon mais je n’ai pas non plus été particulièrement séduite. En revanche l’histoire est très sympa. Les petits louveteaux se plaignent que le père Noël ne viens jamais les voir. Du coup, loup Blanc, le père, décide d’aller à la ville leur trouver des cadeau. Le pauvre loup à bien des déboire en ville. Finalement il reviens bredouille et en plus il est blessé par un camion qui le percute. Mais l’esprit de Noël est là ! Heureux hasard, le camion qui le percute transportait des cadeaux et tout se déverse dans la vallée, justement là où habitent les petits loups.

Un jolis conte de Noël sans père Noël mais avec toute sa magie.

 

Quelle est votre sélection album de Noël ?

18 et 19/20
Share

Rouge et Vert ~ Gabriel Gay

Afficher l'image d'originePour le thème de la ville Mimiko va vous présenter Rouge et Vert de Gabriel Gay, une histoire de feu de signalisation :

Ce livre ça parle de la route et dans l’histoire feu vert laisse passer tout le monde et feu rouge il dit non.

Mais un jour feu vert et feu rouge se bagarrent parce que il y a feu vert qui veut faire passer le chien et feu rouge veut pas faire passer le chien. Tout d’un coup une voiture s’est cogné contre le feu parce qu’elle a rien compris. Et feu vert est tombé hors du feu. Feu vert rencontre un pigeon et ils vont manger ensemble. Une voiture ecrase le pied de feu vert. Feu rouge s’énerve parce qu’il veut sauver son ami. Feu rouge dit stop aux voitures. Feu vert et feu rouge reviennent au travail et le camion de travaux enlève le vieux feu et met un nouveau. Feu vert et feu rouge sont très content d’avoir une nouvelle maison.

Je pense que ce livre je l’aime bien. J’aime bien feu vert et feu rouge. Et dans cette histoire j’aime bien l’oiseau. Le dessin est beau.

L’avis de maman :

Un jolis petit livre avec une histoire rigolote qui fait comprendre l’importance des feux de signalisation. Il se lit vite et le texte très court convient très bien pour commencer à lire tout seul.

11/20
Share

La traversée du temps ~ le roman

C’est après avoir lu un article écrit par Patrick (alias Mackie) sur le Journal du Japon (Yatsuka Tsutsui, l’écrivain dont vous êtes le héros) que j’ai eu envie de lire La traversée du temps dont je connaissez déjà l’adaptation animée.

 

L’histoire :

Kazuko, collégienne, crois perdre la tête quand, alors qu’elle allait se faire écraser par un camion avec son ami Goro, elle se retrouve subitement dans son lit. Un rêve ? Pourtant tout avait l’air si réel. En arrivant à l’école une surprise encore plus grande l’attend : la prof de math recommence de cour de la veille et personne à part elle ne semble s’en souvenir. Son propre cahier de cours n’en porte aucune trace. Mais que se passe-t-il ? Aurait-elle fait un bond dans le passé ?

Mon avis :

Franchement, je suis déçue. Je m’attendais à quelque chose de mieux travaillé, de plus approfondi. Habituellement je préfère toujours l’oeuvre originale au film qui en est tiré, mais ici, il n’y a pas photo ! Le film est bien plus intéressant. L’adaptation animé, en effet, par des petites scènes anodines, nous permet de mieux connaître les personnages et leur personnalité, de nous attacher à eux.

Le livre, lui, ne prend pas ce temps. L’histoire avance très vite sans que l’on puisse faire connaissance avec le trio de personnages principaux (qui sont très différents de ceux du film). Ils restent distants et pas la même, leur histoire me laisse indifférente. Je n’ai éprouvé aucune émotion en lisant ce livre.

Par ailleurs je l’ai trouvé très simpliste. Sans doute la simplicité des mots choisi et les phrases courtes en font un bon livre jeunesse pour s’initier au SF. Mais pour moi c’est trop basique. A conseiller aux tout jeunes lecteurs.

Bientôt je vous parlerais du film 🙂

Share

Je mangerais bien un enfant

Voici la première chronique du Challenge Je lis aussi des albums 2013. Pour cette occasion j’ai choisi un des albums préférés de Mimi-chan. Il y a quelques temps déjà elle a eu sa période crocodiles. Elle regardais les reportages animalier, livres d’illustration et tout ce qui avait, de loin ou de près, un lien avec des crocodiles. Alors pour son anniversaire j’ai voulu lui offrir un livre (encore un !). Je me rends dans une librairie spécialisé dans la littérature jeunesse, sous les arcades, à La Rochelle, avec en tête l’idée de lui prendre un livre sur les vrai crocodiles (sa sœur raffolait des livres sur les félins). Je demande conseil à la libraire mais, déception, elle n’a rien à me proposer. Face à mon mécontentement, la libraire rebondit et me propose ce petit album dont le héros est un petit crocodile. Nous somme à dix mille lieues de mon idée initiale. Mais, faut
avouer que le petit croco de la couverture avec son air pas très content est vraiment craquant. Que faire ? Ben, j’ai craqué évidemment. Et voici comment Mimi-chan recevait pour son anniversaire Je mangerais bien un enfant.

je-mangerais-bien-un-enfant.jpg

Sur le coup, ben… comme d’habitude : on ouvre le paquet et… « oh ! super… un livre… ». Jette dans un coin et passe aux paquets offert par des gens plus sympa.

Avec mon album j’avais l’air d’un c**

C’est pas grave. Le livre va rejoindre la jolie collection d’albums léguée par la sœur aînée sur l’étagère et… il y passera un moment dans la solitude. Puis un soir :

« tu veux que je te lise une histoire ? »

« Oui »

« Yeees!! » (cris intérieur de la mère qui, enfin, va partager avec son bout de chou sa passion des livres d’enfant).

On cherche, on choisit. Et ça sera Je mangerais bien un enfant. Ainsi commence une longue histoire d’amour qui me vaudra de lire et relire, soir après soir, les mésaventures d’Achille, le petit crocodile qui voulait manger un enfant.

Le texte est court (pour le soir c’est bien) et drôle. L’histoire est amusante et interpelle la curiosité de Mimi-chan. Achille, petit crocodile que sa mère nourrit à la banane (?_?), se réveille un jour avec une drôle d’idée : « aujourd’hui, il aimerais mieux manger un enfant ! » Sa maman et son papa vont redoubler d’ingéniosité pour le faire changer d’avis. Mais rien n’y fait. Achille veux manger un enfant. Et… ben, non ! Je vais quand même pas vous raconter la fin ! z’avez qu’à lire le livre , nah!

Si l’histoire est drôle, ce que j’aime c’est surtout son dessin. Très stylisé, mais très expressif. Achille est trop craquant. Chaque soir, lire cette histoire était un plaisir (était, parce que depuis on a changé de livre) et Mimi-chan c’est bien amusé en compagnie d’Achille.

Ce petit album nous est proposé par l’école des loisirs, dans la collection Lutin poche. La première édition date de 2004. L’histoire est de Sylviane Donnio, qui signe ici son premier livre pour enfant et les illustrations de Dorothée de Monfreid que vous pouvez retrouver sur son blog Super Sauvages.

logoalbums2

1/10  Challenge Je lis aussi des Album 2013

Share