Romance d’Outre-Tombe

 romance-d-outre-tombe.jpg

One-shot de Natsuki Sumeragi regroupant 3 contes :

L’histoire du Temple Shuzen (après l’histoire originale de Kidô Okamoto) :

La fille d’un sculpteur de masques rêve d’entrer au service d’un noble. Son rêve se réalise quand le Shogun Yori-ié Minamoto l’amène avec lui. Mais le rêve sera de courte durée, le Shogun, victime de complot, connaîtra une fin tragique.

L’ogre de Sôzudono :

Le frère cadet d’un dignitaire de la cour utilise une légende locale qui prétend qu’un ogre vit à Suzudono pour assassiner son frère aîné et hériter de son poste. Mais le fils de ce dernier n’est pas dupe.

Romance d’outre-tombe (d’après Liang Sha-bo et Zhu Ying-tai) :

Ying-tai, jeune fille de bonne famille veut partir étudier, mais cela est impossible pour une femme. Sa ténacité finira par convaincre son père de la laisser partir, déguisée en homme, mais pour un an seulement. A l’école elle se liera d’amitié avec un jeune homme. Leur amitié va se muer en amour, mais ce n’est pas ce que la famille de Ying-tai avait prévu pour elle.

De la romance oui, mais d’outre-tombe…

 Le dessin de Natsuki Sumeragi est superbe. Elle nous amène dans le Japon des « samouraïs de l’Est », à la cours de Heian et même dans la Chine des Tang. Un voyage réussi. Les histoires sont classiques, mais très bien réalisées. C’est beau, émouvant et même terrifiant (l’histoire de Yori-ié est vraiment terrible!).

Une lecture très agréable qui ouvre une porte vers la culture classique japonaise et chinoise et donne envie d’en savoir plus. Le dessin, à l’instar des histoires, est très classique. Cependant il est très beau, très doux, les visages androgynes et les tenues sont d’une très grande élégance. Si la première et la dernières histoires s’inspirent de récits existant, l’ogre de Sôzudono est une création de Natsumi Sumeragi et je la trouve très bien construite. Bien que très courte, la chute est excellente.

La première lecture de ce manga (il y a longtemps, alors que je découvrait à peine les manga) ne m’avait pas spécialement marqué. J’en gardais un souvenir assez vague. A la relecture, je l’ai beaucoup plus apprécié et ai très envie de découvrir les autres manga de l’auteur.

natsuki_sumeragi.jpgNatsuki Sumeragi



Le coin des curieux :

L’histoire du temple Shuzen :

Ici la mangaka s’inspire directement d’une pièce de kabuki : Shuzenji monogatari (修善寺物語). Cette pièce, écrite en 1908, eu un grand succès et fit connaître son auteur, Kidô Okamoto (岡本 綺堂) (1872-1939) qui, par la suite écrivit de nombreuses pièces de kabuki mais également des roman policier. Il est connu pour sa série Les enquêtes de l’inspecteur Hanshishi, ambienté dans le Japon féodal d’Edo.

De cet auteur très prolifique, les Éditions Philippe Picquier, proposent Fantômes et kimonos et Fantômes et samouraïs. Pour en savoir plus, aller sur le site de l’éditeur : link

La pièce de Kidô, Shuzenji monogatari, s’inspire à son tour de la vie de Minamoto Yoriie (源 頼家(1182-1204), deuxième shogun du bakufu de Kamakura. Celui-ci avait été envoyé en exil au Temple de Shuzen ou il fut assassiné en 1204, alors qu’il n’était âgé que de 22 ans. Le meurtre fut commandité par son propre grand-père qui usurpa le pouvoir de shogun. Dans le musé du Temple (toujours existant de nos jour) on peut voir un masque qui, selon la légende, représente le visage de Yoriie déformé par la mort, il fut empoisonné.

Yoriie-s-mask.jpgMasque de Minamoto Yoriie

Sources : Shuzenji Temple

6 réflexions au sujet de « Romance d’Outre-Tombe »

    1. malheureusement la commercialisation à été arrêté (il me semble) mais on peut encore en trouver. Je dois d’ailleurs me procurer ses autres manga avant qu’il ne deviennent introuvables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *