Petit panier de manga # 8

Nouveau panier de manga avec mes dernières lectures, pour la plupart emprunté à la médiathèque municipale de ma nouvelle ville, où nous avons eu le plaisir de découvrir un joli rayon manga plutôt bien garni .

_ – _ – _

Sing “yesterday” for me – T1

Quatrième de couverture :

A la fin de ses études universitaires, Uozumi a trouvé un  job dans une supérette. Un jour, Haru, une jeune fille qui a pour habitude de se promener avec un corbeau, fait soudain son apparition… Le coeur à “49% contre, mais 51% pour…”, l’esprit un peu tordu, mais pourtant honnête, tous deux sont comme les fleurs de cerisiers qui tombent en voltigeant, se balançant doucement…

Mon avis :

Heu…. voilà une quatrième de couverture plutôt… mmm… comment dire… énigmatique ? Enfin, qui veut rien dire quoi ! “Comme des fleur de cerisiers qui tombent”… Moi j’ai pas du tout eu cette impression mais bon… ça fait poétique….

Le pitch est plutôt classique, basique même. Si la quatrième de couverture est plaine de “poésie” le fond de l’histoire, lui, n’a rien de bien passionnant. Un garçon aime une fille qui aime quelqu’un autre et est lui-même aimé par une fille qu’il n’aime pas et… ça y est, je m’ennuie déjà ! Oui, l’intrigue est tellement banale que la résumer serait trop ennuyeux (voilà le pourquoi du comment d’une telle quatrième de couverture). Mais le manga est de Kei Toume. Et Kei Toume, moi j’aime ! J’aime ses personnages toujours un peu décalé, en marge d’une société un peu trop lisse. Ici, comme à son habitude, elle met en scène des personnages marginaux, qui ne sont pas entré dans le moule, qui ne font pas ce que la société attend d’eux.

Uozumi est allé à l’université. Mais une fois ses études finies, il ne cherche pas a entrer dans une grande société, ni a avoir un travail sérieux. Non, il continue une vie de petits boulot, parce que cela lui suffit, ou parce que il n’a pas trouvé ce qu’il aime vraiment… Bref, il n’agit pas tel qu’un bon jeune japonais le devrait. C’est, comme le dit lui-même, un marginal. Haru est de la même trempe, elle a quitté le lycée et travaille dans un bar.

Si les personnages sont intéressant, tout comme les dialogues. L’intrigue tournant autour d’amours impossibles n’est pas franchement passionnante. C’est même dommage que ce soit le centre de l’histoire. Les personnages auraient sans doute été plus intéressant si la réflexion s’était porté sur leur choix de vie plutôt que leur choix en amour.

Par ailleurs, si certains dialogues sont assez bien trouvé, je trouve que dans l’ensemble, la réflexion est assez limité et superficielle. Les protagonistes sont soit disant des “marginaux” mais à mes yeux ils paraissent assez ordinaires et mis à part Haru qui assume pleinement ses choix de vie malgré son jeune âge, Uozumi, fait tout un plat de ne pas être entré dans le moule, mais finalement la seule chose qui le rende originale c’est le fait qu’il n’ai pas intégré une entreprise après ses études.

Bref un premier tome avec de bon personnages et des bon moment mais un ensemble peu original et pas franchement passionnant.

→ Pour lire l’avis de Mackie c’est par ICI

Titre vo : イエスタディをうたって

Auteur : Kei Tôme

1999

Type : seinen

Genre : romance

Éditeur VF : Delcourt, collection Ginkgo

Éditeur VO : Shûeisha

Nombre de volumes : 7/9 (toujours en cours au Japon)

_ – _ – _

Black bird – T1

résumé :

Misao peut voir les yokai et autres démons depuis qu’elle est toutes petite. Enfant elle avait un ami qui chassait les inopportunes créatures. Elle l’aimais beaucoup mais il a dû partir et elle a beaucoup pleuré. De lui, elle n’a presque aucun souvenir, si ce n’est la promesse qu’il lui a faite en partant : “je reviendrais te chercher par ce que tu es ma…” Ma quoi au juste, Misao n’arrive pas à s’en souvenir. Pourtant depuis ce jour elle attend le retour de son premier amour.

Le jour de ses 16 ans elle le retrouve et découvre qu’elle est devenue une proie pour tous les yokai. En buvant son sang ces dernier peuvent gagner la vie éternelle. Et en faisant d’elle leur femme, a postérité de leur clan sera assuré. Faire de Misao sa femme c’est bien ce que compte faire le beau et ténébreux Kyô, de retour à ses côté. Mais pour Misao, hors de question de devenir la femme d’un démon. Et puis, Kyô ne l’aime pas vraiment, il se sert d’elle et ça elle ne peux pas l’accepter. Est-ce vraiment ce que ressent Kyô ?

Mon avis :

Une romance lycéenne assaisonnée à la sauce fantastique pour une touche d’originalité pas désagréable. Entendons nous bien, l’idée d’un humains qui subis les persécutions de yokai qu’il est le seul à voir, ce n’est pas nouveau. Dans le genre, je préfère, et de loin,le jeune Natsume (Le pacte des Yokaï) . La jolie jeune fille qu’un démon veut prendre pour épouse, ce n’est pas nouveau non plus. Mais ce côté fantastique apporte une touche de fantaisie à la romance lycéenne au schéma, par ailleurs, très classique : une belle et plusieurs prétendants, plus ou moins bien intentionnés. Les personnages sont aussi on ne peut plus classique, la jolie jeune fille pleurnicheuse qu’il faut sauver, le beau ténébreux, le blond énergique…

Si le fond n’a rien d’innovant, la forme est efficace. Il y a un bon rythme et ça se laisse lire agréablement. Un bon petit shôjo sans prétention.

→ Retrouvé ce manga sur le forum du Club Shojo

Titre vo : ブラックバード

Auteur : Sakurakôji Kanoko

2007

Type : Shôjo

Genre : romance, fantastique

Éditeur VF : Pika, collection shojo

Éditeur VO : Shôgakukan

Nombre de volumes : 18 (terminé)

_ – _ – _

Elle et lui – T1 :

Résumé:

Miyazawa, jeune lycéenne de première année, s’est forgé un personnage publique frisant avec la perfection. Jolie, studieuse, gentilles, aimable, douée en tout… un véritable modèle que tout le monde admire et envie. Mais sa vrai nature est tout autre ! Ce qu’elle aime par dessus tout, c’est être admirée. Alors elle fait tout pour être là meilleure, première en cours, première en sport… Mais cette année elle se découvre un rival : Arima, le délégué des élève arrivé premier au classement, excellent en tout et admiré de tous.

Miyazawa va lui déclarer la guerre. Mais, alors qu’elle se repose tranquillement chez elle ou elle se laisse aller à exprimer sa véritable nature, Arima débarque et la découvre, horreur ! … en jogging. Et oui! en jogging ! Imaginez l’humiliation !

Non ? vous imaginez pas ? Ben… moi non plus, mais bon, pour Miyazawa c’est la pire des honte. Faut dire qu’en prime elle lui a foutu un coup de pied. Bref, elle le supplie de ne rien révéler aux autre et il accepte à une condition. Elle devient alors son esclave.

Mon avis :

ça sent le déjà vu. ça fait même plus que sentir. Je ne sais pas si ce manga a été adapté en anime ou si une anime lui ressemble affreusement, mais je suis sûre d’avoir vu une série avec un peu près le même scénario ! Le pitch me fait aussi penser à d’autres manga comme Switch girl.

Le scénario est plutôt basique, les ingrédients communs, mais l’ensemble est plutôt bien réussi. Il y a un bon rythme, beaucoup d’humour et on lit sans s’ennuyer, du moins ce premier tome.

→ à lire l’avis de Gemini

Titre vo : 彼氏彼女の事情

Auteur : Masami Tsuda

1996

Type : shôjo

Genre : school life, romance, comédie

Éditeur VF : Tonkam, collection shojo

Éditeur VO : Hakusensha

Nombre de volumes : 21 (terminé)

_ – _ – _

Breath of fire IV – tome 1 :

quatrième de couverture :

Partie à la recherche de sa sœur disparue, la princesse Nina du royaume de Wyndia s’est aventurée dans le désert en compagnie de Cray, le chef du clan Woren. Elle n’est pas au bout de ses surprises : elle tombe, coup sur coup sur un dragon puis sur le corps inanimé d’un mystérieux garçon… Le jeune Ryu ignore tout, lui aussi, de ce qui l’attend : héritier d’une civilisation perdue, il a le pouvoir de se transformer en dragon… Et le devoir de se mettre en travers du chemin d’un empereur maléfique.

Le coup de crayon magistral de Hitoshi Ichimura (Tales of Symphonia) s’exprime de nouveau dans ce shônen d’aventure aux visuels éblouissants, adapté du célèbre jeu vidéo.

Mon avis:

“magistral”… enragerons rien ! C’est bien dessiné, très agréable à l’œil. Mais ça n’a rien de “magistral” ou d’ »éblouissant ». C’est un dessin tout ce qu’il y a de plus classique, très typé shônen. Les personnages aussi sont très stéréotypé. Quant au scénario, ben… c’est tiré d’un jeu vidéo. Une aventure. Une personne à chercher, plusieurs niveaux à passer… Enfin, j’en sais rien, je connais absolument pas ce jeu, même pas de nom. Mais la structure du récit est ici très basique. On a la rencontre des héros. On passe une première ville, petit combat, deuxième ville, nouveau compagnon de voyage, le barrage, une révélation et ainsi de suite.

S’il n’y a rien de particulièrement “magistral dans ce manga, il n’en reste pas moins agréable à lire et distraiant.

Titre vo : うつろわざるもの-ブレスオブファイアIV

Auteur : Ichimura Hitoshi

2008

Type : Josei (et oui ! C’est bien un josei puisqu’il a été pré-publié dans Gekkan Comic Avarus, magazine josei)

Genre : Aventure

Éditeur VF : Ki-oon

Éditeur VO : Mag Garden

Nombre de volumes : 5 (termine)

_ – _ – _

City Hall -T1 :

quatrième de couverture :

Imaginez un monde où tout ce que vous écrivez prend vie… Que feriez-vous alors si le papier, disparu depuis plus de deux cents ans, réapparaissait dans les main de Black Fowl, le plus grand esprit criminel de ce siècle?

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle.

Les forces de police de City Hall vont devoir faire appel à deux des plus fines plumes de Londres : Jules Verne et Arthur Conan Doyle !

Mon avis :

Heu… après ce premier tome, je suis assez perplexe. Je trouve l’idée de base très originale et intéressante. Mais j’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans le récit. Et s’il est difficile de créer un univers entier en seulement quelques pages, je n’ai pas été complètement convaincu par l’univers crée par Rémi Guerin. Il y a des idée, mais elle ne sont pas complètement aboutie. Du moins c’est l’impression que cela me donne. Quant aux personnages, ils sont assez superficiels, il ne suffit pas de les appeler Jules Verne ou Conan Doyle pour leur donner du charisme.

Le dessin et très bien réalisé, classique, charmant. Rien de spécial à dire.

→à lire également les avis de Mackie, Kiba-chan et David

Titre vo : City Hall

Dessin : Lapeyre Guillaume

Scénario : Guérin Rémi

2012

Type : global manga

Genre : Steampunk, aventure, suspens

Éditeur VF : Ankama éditions

Nombre de volumes : 4 (en cours)

_-_-_

Real – tome 2 :

Résumé :

Hisanobu est toujours hospitalisé, les médecins vont devoir lui annoncer qu’il ne récupérera jamais l’usage de ses jambes. Pendant ce temps là, Kiyoharu réintègre l’équipe des Tigers et tente de changer, de développer son esprit d’équipe. On fait aussi un plongeon dans le passé de Kiyoharu, à l’époque où il était membre du club athlétisme de son collège et qu’il rêvait de devenir un champion du sprint.

Mon avis :

Le premier tome de cette série m’avait fortement marqué, même si je décidais de ne pas poursuivre la série.

Ce deuxième tome m’a moins impressionné, peut-être parce que je connaissez déjà le thème ou peut-être parce que Nomiya , personnages principal du premier tome, est ici un personnage secondaire, l’intrigue se concentrant sur Kiyoharu et Hisanobu. C’est vrai que je trouvait intéressante la relation qui se lie entre Nomiya et kiyoharu dans le premier tome. Mais ce qui donne moins la pêche à ce deuxième tome c’est sans doute le fait que l’histoire de Kiyoharu et Hisanobu se poursuivent parallèlement sans qu’aucune interconnexion ne se dessine. C’est donc moins dynamique, moins prenant. On retrouve toute de même tout le talent de Takehiko Inoue et ses très beaux dessins.

Titre vo : リアル

Auteur : Takehiko Inoue

2005

Type : seinen

Genre : sport

Éditeur VF : Kana, collection Big Kana

Éditeur VO : Shûeisha

Nombre de volumes : 12/13 (toujours en cours au Japon)

_-_-_

Emma – tome 1 :

Résumé :

William rends visite à son ancienne gouvernante qu’il n’a pas vu depuis 10 ans. Là-bas il rencontre Emma, la bonne de Kelly, l’ancienne gouvernante, maintenant à la retraite. Tout de suite il a le coup de foudre pour la jolie soubrette, mais timide et maladroit, il n’ose pas se déclarer à la belle, qui par ailleurs à beaucoup de prétendants. Emma, de son côté, refuse toutes les avances, mais elle ne repousse pas William car celui-ci ne lui fait pas d’avances directes. Et, peut-être n’est-elle pas indifférente au charme du jeune homme. Mais dans l’Angleterre du XIX siècle ce n’est pas aussi simple pour un homme de la haute bourgeoisie et une jeune soubrette de vivre leur amour.

Mon avis :

Un pitch plus que banal et des personnages pas vraiment charismatique. Pourtant ce manga se laisse lire avec plaisir, notamment grâce à dessin doux et soigné de Kaoru Mori. Pourtant, après avoir entendu beaucoup de bien de cette série, je dois dire que ce premier tome ne m’a pas fait grand impression. C’est agréable, sans plus. Il n’y a pas de quoi enthousiasmer.

Titre vo : エマ

Auteur : Mori Kaoru

2002

Type : Seinen

Genre : romance, historique

Éditeur VF : Kurokawa, collection shojo

Éditeur VO : Enterbrain

Nombre de volumes : 10 (terminé)

_-_-_

Laissez-moi vos impressions sur ces manga !

Share

12 réflexions au sujet de « Petit panier de manga # 8 »

  1. Le pire c’est quand on a lu Bride Stories avant. Je m’attendais à tellement pour au final… pas grand chose, enfin j’aime bien l’histoire je me suis beaucoup attaché à cet amour interdit mais il n’y avait pas de coup de cœur comme ce fut le cas pour Bride Stories

    1. J’ai adoré Bride Stories, surtout pour son dessin extrêmement travaillé. Et, tout comme toi, je l’ai lu avant Emma du coup… ben… une légère déception était inévitable. Le dessin, bien qu’il soit très joli, n’est pas aussi travaillé que dans Bride Stories.
      Pour ce qui est des personnages, en un seul tome j’ai pas eu le temps de m’y attacher. Néanmoins j’ai envie de lire la suite et je viens tout juste de commencer le deuxième tome (d’ailleurs j’y retourne ^^)

  2. Kare Kano a été adapté en anime par Gainax, d’où probablement la sensation de déjà vu. Comme c’est un manga un peu ancien, le lire aujourd’hui peut être décevant si on a lu/vu le reste avant (Switch Girl, l’anime…).
    Pour ma part, j’ai seulement lu Emma. J’avais bien accroché à l’époque, parce que j’aimais bien l’univers et la période historique. Je lis aussi Bride Stories, mais j’aurais du mal à comparer les deux. Le travail graphique est plus impressionnant chez l’un, mais l’intrigue est plus éclatée, l’univers est très différent… Je ne pourrais pas dire laquelle des deux je préfère.

    1. J’ai du voir l’anime de Kare Kano, parce que j’ai un souvenir très net de scène identiques. Je me souviens pas de toute l’anime. J’en ai peut-être vu seulement quelques épisodes. Je me souviens plus.
      Pour ce qui est du travail de Mori Kaoru, les deux manga sont très différents l’un de l’autre, et comme tu dit, c’est difficile de les comparer. Mais j’avais été vraiment marqué par le dessin de Bride Stories (plus que par les histoires d’ailleurs). C’est un manga qui se regarde plus qu’il se lit, je trouve. Or dans Emma, le dessin, bien que très agréable, n’a pas ce côté époustouflant. Quant à l’histoire, elle ne me déplaît pas, mais je suis pas naturellement encline à aimer les romance. J’y reste assez indifférente. Et, si je trouve la lecture d’Emma, plaisante, cela ne me procure aucune émotion.

  3. C’est le contraire pour moi 🙂 j’ai connu Kaoru Mori sur Emma et je trouvais dommage que ce soit une simple histoire d’amour. J’attendais qu’elle sorte un autre manga car sa patte m’a beaucoup plu, et finalement, jackpot avec Bride Stories ^^ qui se passe dans un univers qui m’attire bien plus que l’Angleterre victorienne 🙂 .

    Je crois que Sing Yesterday For Me, on accroche ou pas du tout. Soit on y voit un truc génial, soit une grande banalité 😀 . J’ai connu Kei Toume dessus mais pour une raison qui m’échappe, je trouve ça moins bien depuis le volume 4, c’est plus « gai ». Le manga que j’adore d’elle est Les lamentations de l’agneau.

    C’est Switch Girl qui m’a évoqué Elle et Lui, je n’ai d’ailleurs jamais lu le premier. Elle et Lui est devenu une référence en matière de shôjo romantique au lycée. C’était un titre avec des personnages très travaillés, tous très travaillés. Et il n’y avait pas le fameux triangle amoureux, ni la conquête vu que le couple se forme très vite. J’ai encore de bons souvenirs malgré des choses que je n’aimais déjà pas à l’époque et qui étaient liées aux histoires de relations humaines ^^; . On voit surtout l’évolution du couple, alors au lycée, et c’était le petit plus.

    J’ai adoré les dessins de City Hall aussi. Je n’ai pas eu de mal avec le volume 1, j’aime beaucoup l’idée aussi, et puis l’univers steampunk. Mais pour une raison bizarre, je n’ai jamais réussi à lire la moitié du volume 2 et l’aventure s’est donc arrêtée là pour moi…

    Aaah… REAL… Nomiya. Moi aussi j’aime beaucoup ce personnage et les deux autres zozo m’intéressent beaucoup moins. J’adore sa coupe de cheveux, son style, et puis son humanité 🙂 .

    1. Kei Toume, j’aime beaucoup, mais ici, j’ai été un peu déçue. Je trouve que l’histoire d’amour est sans intérêt. Lamentation de l’agneau, je ne l’ai pas lu. Je note pour plus tard.
      Moi je j’ai jamais lu Switch girl, mais j’en ai beaucoup entendu parler et je trouve que le concept des deux manga se ressemble. J’ai justement les deux premiers tomes de Switch girl sous la main, je vais pouvoir comparer 🙂
      City Hall j’ai continué jusqu’au tome 3… ou 2… ça m’a tellement marqué que je suis plus sure de moi alors que je viens tout juste de les lire . Et j’arrive toujours pas à entrer dans le manga, ça manque toujours de ce petit quelque chose qui fait qu’on y croit

  4. Et bien, tu avais beaucoup à dire dans ce petit panier de mangas. XD
    Pour Elle & Lui je ne saurais trop te conseiller de poursuivre ta lecture. Le ton devient beaucoup plus sombre par la suite. Si le premier tome semble assez classique, ça change dans les suivants.
    En ce qui concerne Emma je partage ton avis. J’ai lu les 2 premiers volumes et je n’ai jamais réussi à aller plus loin alors que j’ai la série complète.
    PS : Merci pour le petit lien. ^^

    1. Elle et Lui, j’ai le tome 2 à lire. Pour ce qui est de Emma, j’en suis au tome 3 et, finalement, je me laisse prendre au jeu. Pas au point de me dire que je m’achèterais la suite. Mais tant que la médiathèque me fourni les volumes… je le lit avec plaisir. Je ne trouve pas que c’est un manga extraordinaire, mais c’est plaisant à lire.
      PS : de rien pour le p’tit lien 😉

  5. Je suis plutôt du même avis que toi sur « sing yesterday for me » , je trouve l’histoire totalement.. inintéressante, et je n’ai pas du tout réussis à m’attacher au personnage … Au contraire les trouvais plutôt repoussant… sauf peut être Haru mais je trouve qu’au cours du manga elle perd de cette saveur qu’elle a au début du tome.

    Je suis toujours d’accords avec toi sur « City Hall » ! J’ai moi aussi était un peu déçu par le manque de charisme des personnage, je trouve u’il y avait vachement plus de matière à exploiter avec comme héros Jules Verne et Conan Doyle !! Et puis je trouve qu’avec cette idée original le manga aurait pu être bien plus prenant… m’enfin c’est lisible :p

    Par contre je ne te rejoins pas sur  » Emma » !! J’ai moi aussi lu les premiers tomes de « Bride Story », mais j’ai moins accroché, ça remonte un peu alors je ne me souviens pas bien mais je me rappelle avoir décroché à un certain moment, l’histoire partant un peu dans un autre sens… En revanche, même si il est claire que le dessin est beaucoup plus majestueux dans Bride Story, j’ai totalement été envoûtée par l’univers d’Emma !! Et ne les trouve pas si superficielle ces personnages 😮

  6. Ce que je préfère dans Real c’est le fait de traiter de basket et de handisport.
    Mais j’aime aussi Slam Dunk qui est bien plus qu’un shônen de basket aussi. Et Vagabond qui est bien plus qu’une adaptation de La pierre et le sabre ! Inoue est un peu un mangaka hors-norme, je suis vraiment fan du personnage tout autant que de son œuvre.
    Sans conteste le mangaka que je préfère.

    Tiens au fait, tu as été taggée ^^
    http://bendis.uldosphere.org/ (note du 3 janvier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *