Blue ~ Kiriko Nananan

Je retrouve Kiriko Nananan qui m’avait beaucoup impressionnée par l’originalité de son style avec Fragments d’amour. Contrairement à ce dernier, dans Blue on n’a pas une succession d’histoires courte mais une seule et unique histoire mettant en scène deux lycéennes qui tombent amoureuses l’une de l’autre lors de leur année de terminale.

Leur romance a quelque chose de plutôt banal si ce n’est que ce sont deux filles, et qu’une telle attirance engendre un flot d’interrogations supplémentaires. L’histoire en elle-même ne m’a pas particulièrement touché. Bidib au cœur de pierre, toujours aussi insensible face aux histoires d’amour…

Tout comme dans Fragment d’amour, c’est la mise en scène, le cadrage, le dessin de Nananan qui me touchent. “La prise de vue” originale qu’elle impose donne à une histoire, somme toute très banale, un éclairage nouveau. C’est en s’attardant sur les détails d’une main sur laquelle glisse une mèche de cheveux, une bouche entrouverte qu’on est ému. Le sens du détail et le dessin épuré de l’auteur nous entraînent dans l’intimité de ses personnages nous faisant ressentir leurs émotions.

Je ne suis pas déçue par cette lecture où j’ai retrouvé le style qui m’avait tant marqué de l’auteur. Mais je ne peux pas dire non plus que j’ai été subjugué par cette histoire, assez quelconque.

Nananan est une mangaka qui me fascine et m’ennuie à la fois. Elle me fascine par son talent et l’originalité de son dessin, plus particulièrement par son cadrage et son sens du détails du geste. Mais elle m’ennuie par ses histoires romantiques peu originales. Et peut-être aussi par un excès de mélodrame, qui pourtant colle bien à la peau de ses personnages.

Blue

ブルー

Kiriko Nananan

Casterman – Sakka

seinen

Japon – 1996

→ à lire aussi : les avis de Mackie et David

→ à lire aussi la synthèse sur K.DB

-_-_-_-_-

Des filles qui s’aiment

Ironie du sort, en peu de temps j’ai lu deux manga mettant en scène une romance entre lycéennes. Le précédent était Candy de Yuzuki Yufuko. Si les deux histoires ont le même cadre et le même sujet (le lycée et les amours entre filles) les deux auteurs ont deux style complètements différents. Le classicisme de Yuzuki Yufuko face à l’originalité du dessin épuré de Kiriko Nananan, la comédie romantique face au drame. Si leur style est si différent, ce n’est pas seulement parce que les auteurs ont une façon de travailler différente. Il s’agit également de deux type de manga différents. si Candy est un yuri, sous genre de shôjo qui s’adresse principalement au jeune adolescentes, Blue est un seinen et vise un public adulte. Le ton des deux histoires y est très différent. Les relations entre jeunes femmes sont le sujet même du yuri alors que l’histoire que nous raconte Nananan dépasse ce simple cadre, elle nous parle de la jeunesse et de la difficulté d’être jeune femme au Japon.

 

filles qui s'aiment - seinen vs yuri
filles qui s’aiment – seinen vs yuri

anime manga aggregator sama Sama It!

Share

Une réflexion au sujet de « Blue ~ Kiriko Nananan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *