Pas mon genre

pas mon genre

pas mon genre

La dernière bd de Yatuu s’ouvre sur ces images et déjà j’étais morte de rire parce que c’est tout moi ça !

-maman regarde je fait comme une dame ! comme ma grande sœur…

-heu… pourquoi pas comme maman ?

-ben… parce que toi on dirait pas que t’es une vraie fille

-…

J’ai eu droit à ce genre de conversation un bon nombre de fois du coup je ne pouvais que me reconnaître dans Pas mon genre de Yatuu ^^ Après tout être une « vraie fille » c’est vraiment pas mon genre 😉

J’ai connu Yatuu avec Moi, 20 ans, diplômée, motivée… EXPLOITEE ! A l’époque j’étais moi-même stagiaire et j’en ai pleuré de rire tellement c’était vrai. J’ai vraiment l’impression que Yatuu et moi on est fait pour s’entendre, les mêmes stagiaires, les mêmes filles qui n’ont pas l’air d’en être… Il y a pas mal de points communs et il ne me faut pas plus de deux pages pour immédiatement m’identifier.

Avec Pas mon genre j’ai retrouvé le style de Yatuu qui m’avait séduit dans son premier titre : un humour simple et efficace servi par un dessin mignon et drôle. Oui moi je trouve ça trop mignon.

2015-11-09 20.31.18

Je cause, je cause mais j’ai même pas fait un ‘tit résumé. Et bien avec Pas mon genre Yatuu proteste à sa manière (toujours drôle) contre le sexisme (qui contrairement aux idées reçus n’est pas du tout en train de reculer, bien au contraire ! D’un point de vue marketing c’est de pire en pire). Avec cette BD aux accents autobiographiques, Yatuu revient aussi bien sur quelques souvenir d’enfance (où il ne faisait pas toujours bon être « garçon manqué ») que sur quelques clichés du quotidien comme les shampoings pour fille vs shampoing pour homme, les pots de confiture à ouvrir ou les au-revoir sur le quai de la gare. L’accompagnent dans cette fresque burlesque son compagnon (qui le pauvre en prends pour son grade, il est trop chou, il me fait pense à mon chéri XD) et une amie hyper féminine.

Je me suis bien amusé et à la maison je suis pas la seule. Ni vu ni connu je me suis fait chiper la bd par Mimiko qui se marre bien en la lisant. Et là, je dis merci Yatuu ! Non parce que ces chères têtes blondes (et brunes) et ben ils sont obligés d’aller à l’école et là c’est le drame ! Et oui, les filles il faut que ça aie les cheveux longs, des jupes, que ça coure n’importe comment ou je ne sais pas encore quelle conneries qu’il lui ont mis dans la têtes. J’ai beau dire que non, on est pas obligé d’aimer le rose si on est une fille et que les cheveux cours c’est super cool, je suis moins convaincante que les blague de Yatuu.

Si j’avais un seul reproche à faire c’est que dans son propos elle caricature trop la fille non féminine, comme s’il y avait deux catégories de fille, les féminines qui se maquillent, aiment les Barbie, faire la cuisine et les bébés et les autres celle qui détestent les Barbie, le maquillage, la mode, le mariage etc. Genre on peut pas aimer le rose et détester le maquillage ? Aimer les Barbie et le foot, les T-shirt Pikachu et faire la cuisine ou porter des talons de 10 cm et détester faire la cuisine ? D’un cliché on tombe dans un autre. Bon j’exagère un peu, l’amie hyper féminine de l’histoire elle déchire aux jeux vidéo. Mais disons que j’ai trouvé l’opposition entre les filles féminines et l’héroïne un peu trop marqué.

Quoi qu’il en soit c’est très drôle, très agréable à lire, pour les grands comme pour les petits, et en plus c’est intélligent. On a un seul regret : ça fini trop vite !!

2015-11-09 20.19.10

à lire aussi une interview sur MadmoiZelle.com,

Retrouvez Yatuu sur son blog, facebook et twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *