Eden – tome 1 : le visage des sans-nom

Ce qui m’avait le plus attiré dans cette nouvelle série publiée par Rue de Sèvres, c’était la couverture et ses couleurs. J’aime beaucoup le dessin et l’ambiance qui s’en dégage.

Dans ce premier tome, on découvre un univers dystopique. La société est divisée en 2 castes. D’un côté il y a une caste privilégiée qui dirige la société. La sélection se fait par un examen que tous les adolescents doivent passer. Ceux qui réussissent, intègrent une école où on leur enseigne à diriger le monde, ceux qui échouent, rejoignent la caste des sans-noms (et sans pouvoir), les petites gens qui obéissent et triment. Cela peut sembler assez égalitaire puisque tout le monde passe ce fameux examen. Mais est-ce vraiment le cas ? Le jeune héros est sur le point de passer cet examen, il étudie auprès d’un vieil homme dans l’espoir de mettre un maximum de chances de son côté, mais tout le monde ignore en quoi consiste l’examen, difficile de s’y préparer. Mais il y a un espoir, après tout sa sœur ainée a réussi l’examen et vit maintenant avec la haute société.

Sauf que tout cela n’est qu’une immense mascarade pour faire croire aux gens du peuple qu’ils ont une chance de s’élever vers les castes supérieures. Une illusion pour mieux les contrôler. Mais cela ne semble pas si bien fonctionner. De plus en plus de gens se révoltent contre le pouvoir absolu le la caste privilégiée et différentes organisations tentent de se rebeller. Jonas, notre jeune héros se retrouve mêlé à ses rébellions bien malgré lui. Il découvre que les choses ne sont pas tel qu’il les avait imaginés et aussi bien sa sœur que son père sont mêlé à la rébellion, où plutôt à des rébellions.

Un premier tome qui pose le décor et nous fait découvrir cet univers inégalitaire. On fait connaissance avec Jonas et son entourage. Cet univers dystopique est plutôt classique, mais non sans intérêt. La lutte des classes est un grand classique qui ne se démode pas. Sans être particulièrement original, l’univers de cette bd jeunesse n’en est pas moins intrigant. On veut savoir comment le héros va se positionner après que la supercherie de l’ordre établi lui ait été dévoilée. Plusieurs pistes sont amorcées dans ce premier tome, plusieurs groupes semblent vouloir déstabiliser le pouvoir. Est-ce que ces groupes sont unis ? Est-ce que chaque groupe agit indépendamment ? Comment vont-ils pouvoir déstabiliser le pouvoir. Quelles sont les réelles motivations de chaque groupe. Quel rôle le héros et sa sœur vont pouvoir jouer ? Autant de questions qu’on se pose et qui donnent envie de lire la suite.

Un premier tome agréable qui fait beaucoup de promesses, la suite amènera-t-elle le pep qui manque un peu à ce premier tome ?

⇒ sur le site Rue de Sèvres

Carole Maurel (et son twitter)

Fabrice Colin (et son twitter)

→ à lire aussi l’avis de Noukette

 sur Amazon et Decitre


Challenge 1% 2018 challenge petit BAC 2018

Share

Top Ten Tuesday #43 – Les 10 plus petits romans que vous possédez

Rendez-vous hebdomadaire, créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine, un top ten sur un thème imposé.

Photo


Les 10 plus petits romans que vous possédez

Les plus petit roman que je possède sont évidement des roman jeunesse destiné aux tous jeunes lecteurs :

Couverture Les nouvelles aventures de Yaya et Tuduo, tome 1 : Le fantôme de l'orphelinat Couverture Calpurnia : Apprentie vétérinaire, tome 2 : A saute-mouton Couverture Les mondes d'Animalia, tome 1 : Les licornes et la menace du griffon

Couverture La fameuse invasion de la Sicile par les ours Couverture Edgar Destoits, tome 1 : L'étrange affaire du loup de la nuit Couverture Un toit pour 13, tome 3 : le jour où j'ai pris la mer

La fameuse invasion de la Sicile par les ours je l’avais acheté pour le challenge Italie mais j’ai pas tenu plus de 10 pages. Je ne sais pas si je retenterais l’expérience. Quand à Edgard Destroits il fait partie de ma PAL d’octobre 🙂

Les 4 autres je les ai déjà lu, voici mes chroniques :

Mais j’ai aussi quelques courts roman pour les plus grands

Couverture Cheval océan Couverture Treize raisons / 13 reasons why Couverture La disparue de Noël

Couverture Le pianiste Couverture Soie Couverture Le Joueur d'échecs / Nouvelles du jeu d'échecs

J’ai lu Cheval Océan et je sais pas si j’ai aimé ou pas, je crois que je suis un peu trop impliqué personnellement pour avoir un avis clair. 13 reasons why je sur le coup, mais plus le temps passe moins je suis convaincue. Il y a beaucoup de choses qui m’ont agacé dans la victime dont le principal défaut est de dire que c’est à cause des autres et se dédouane ainsi d’une belle part de responsabilité. La disparue de Noël c’est un petit roman agréable mais pas indispensable. Le joueur d’échecs m’a donné beaucoup de mal, l’histoire est intéressante mais j’ai pas accroché au style. Enfin le pianiste et soie sont dans ma PAL.

Quel est votre plus petit roman ?

Share