Miss Charity, tome 1 : l’enfance de l’art [BD]

11 mars 2020 24 Par Bidib

Loïc Clément et Anne Montel adaptent en bande dessinée un roman de Marie-Aude Murail. Nous découvrons ici le premier tome, tout juste sorti chez Rue de Sèvres.

Couverture Miss Charity, tome 1 : L'enfance de l'art

Du roman je ne sais rien ou presque. C’est donc une découverte pour moi. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ce premier tome.

Charity est une petite fille bourgeoise qui vit dans le Londres de la fin du XIX. Ses parents, en bon bourgeois de l’époque, ne s’occupent pas du tout d’elle. Son enfance elle la passe donc dans la solitude, hantée par les fantômes de ses deux soeurs qui n’ont pas survécu et par les histoires d’épouvante que lui raconte la bonne. Dès la petite enfance, Chariy se prend d’affection pour les petites bêtes qu’elle aime observer et étudier. De sa chambre elle a fait une ménagerie où elle recueille toutes sortes de bêtes : souries, rats et hérissons, mais aussi escargots, insectes, vers de terre…

Elle les étudie et ses premiers pas dans le naturalisme feront quelques victimes, mais elle ne se décourage pas. Note ses informations et si d’abord elle ne se nourrit que de ses expériences, en grandissant sa passion la pousse à étudier les sciences et à chercher dans les livres.

Des livres, elle en dévore de toute sorte, en cachette, pour détromper l’ennui.

Puis vient l’âge d’avoir une gouvernante. Ce sera une jeune femme française. D’abord sceptique, Miss Charity va se lier d’amitié avec sa gouvernante qui la’encourage dans sa passion pour l’étude de la nature.

L’histoire commence quand Charity n’a que cinq ans. Quand ce premier tome s’achève, elle a 15 ans et son enfance est finie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Thé et lecture. Le #readathon #britishmysteries continue 📚☕ #teatime #BD #bdjeunesse @ruedesevresbd

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée. J’ai pourtant commencé ma lecture sans trop de conviction, mais très vite j’ai été séduite par le personnage de Charity, l’ambiance générale du récit et le dessin, très frais, doux et aéré.

Charity n’est pas une petite fille ordinaire. Ses centres d’intérêt ne collent pas à l’image que la société se fait de ce que doit être une jeune fille de bonne famille. Mais elle ne se laisse pas déstabiliser et va au bout de ses idées, de ses envies. Si elle peut le faire, c’est grâce au soutien de la bonne, puis de la gouvernante, mais surtout grâce (ou à cause devrais-je) dire de l’absence de ses parents. Ceux-ci ont des idées arrêtées (surtout la mère) sur ce que doit être son éducation, mais ils ne s’en occupent pas du tout, lui adressent à peine la parole. Charity profite de cette liberté et s’enrichit.

Une très jolie bande dessinée jeunesse qui séduira aussi les moins jeunes. Une tranche de vie, bien remplie. Mine de rien, dans le quotidien de la petite Charity, il se passe plein de choses. Et c’est très agréable de la voir grandir, évoluer tout en restant égale à elle même.

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Nous irons demgin explorer le vaste monde!’

sur le site de Rue de Sèvre

⇒ Loïc Clément (facebook)

Anne Montel (facebook)

⇒ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

→ à lire aussi les avis de Mylène, Madame, Azi Lit


cette semaine, rendez-vous chez Stephie


Avec cette lecture, je participe aux challenges :

(cliquez sur les logos pour en savoir plus)

Share