Tous les articles par Bidib

le crochet et moi #1 – un gilet d’été

C’est avec un peu de retard que je prends enfin le temps de vous montrer le gilet que j’ai fini le mois dernier. J’avais envie de le porter par dessus un yukata, finalement je ne l’ai pas fini à temps, mais je suis assez contente du résultat. Il n’est plus de saison et faudra que j’attende l’été prochain pour le porter, mais je trouve qu’avec un débardeur noir et un jeans ça sera très joli.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Gilet au crochet #crochet #diy #faitmain

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai fait plusieurs erreurs, comme intervertir l’ordre des couleurs ou faire le devant un rang plus long que le derrière, mais je suis assez satisfaite du résultat.

Je me suis inspiré de ce modèle :

Bahama Mama Ruana [ FREE CROCHET PATTERN ]

C’était assez simple à réaliser. Il n’y a que triples brides.

Triple bride
source

Pour le réaliser, j’ai utilisé du coton mercerisé en pelotes de 50 g. Il m’a fallu 6 bleus, 1 et demi de rouge et un peu plus de marron. J’ai travaillé avec un crochet 3.5.

J’espère que se petit billet crochet vous aura plu parce que je prévois d’en publier d’autres. Je ne suis pas assez douée pour vous proposer mes propres tutos, mais j’ai envie de partager ici les tutos sympas que je trouve et qui m’aident beaucoup à progresser. J’adore faire du crochet, ça me détend.

Pour le prochain épisode je vous montre des bonnets 🙂

Share

Une histoire courte

Avec une histoire courte de Jérôme Camil, les éditions Frimoüsse nous offrent encore un excellent album ! J’ai adoré.

Couverture Une histoire courte

Tu veux une histoire pour dormir ?
Bon d’accord, mais une histoire courte alors !

Tout commence avec un parent qui doit raconter une histoire à son enfant. Courte alors, précise-t-il. Un prince va sauver une princesse et gloups ! se fait dévorer par le dragon. Fin. Comment ça fin ? C’est décidément trop court pour l’enfant qui réclame une histoire un peu plus longue que ça. Le parent reprend alors, bon finalement ça ne s’est pas vraiment passé comme ça… Et l’histoire recommence un peu plus longue, mais toujours pas assez. Et puis cette fin, ça ne va pas. À chaque fois que le mot fin est prononcé, l’enfant a des réclamations à faire. Le parent n’a d’autre choix que d’ajuster son histoire jusqu’à ce que l’enfant s’endorme enfin.

J’ai adoré la chute finale. Non pas celle du texte, mais celle muette de l’illustration qui n’est pas sans me rappelle un autre album des éditions Frimoüsse que j’ai adoré : Mon petit frère est un monstre.

J’ai aussi beaucoup aimé le dessin à la fois mignon et drôle. Un album parfait pour la lecture du soir. C’est d’ailleurs Mimiko qui a tenu à me le lire. Comme quoi les albums c’est drôle pour tout le monde, même quand on est grand ou presque.

les éditions Frimoüsse

⇒ achetez sur Amazon ou Decitre


 

Share

C’est le 2 et je balance tout – novembre 2018

Rendez-vous initié par Lupiot, et repris par Charmant Petit Monstre, conçu comme le « petit frère dérangé » du C’est lundi que lisez-vous. Entre le récap de lecture, le bilan et la revue de presse, Lupiot nous invite à tout balancer les 1er du mois.

  1. Top & flop lu le mois dernier
  2. Au moins une chronique lue le mois dernier ailleurs
  3. Au moins un lien qui a fait « wahou » le mois dernier (hors chroniques littéraires)
  4. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

c'est le 1er

Mes lectures d’octobre

Un joli mois de lecture, notamment grâce au read-a-thon d’Halloween. Beaucoup de lectures pour le challenge du même nom avec au menu fantômes et revenant en tout genre. Mais aussi des contes, des albums et beaucoup de  BD. Seulement 2 romans, mais de très jolis romans.

Top et Flop

Couverture Dix contes de fantômes

Mon coup de cœur c’est sans doute ce petit recueil de contes en format poche. 10 contes d’origines différentes, de France et d’ailleurs, tournant au tour du thème des fantômes, des revenants et même un vampire.

Pas de flop ce mois-ci. J’ai aimé toutes mes lectures.

Sur la blogosphère

des chroniques lectures

Ce mois-ci je suis partie à la découverte de contes fantastiques indiens avec Purple Velvet : Histoires de fantômes indiens – R.Tagore. Toujours dans son cabinet de curiosité, j’ai découvert un auteur et un opéra comique que je ne connaissais pas du tout : La dame blanche – Scribe et Boïeldieu

9782374081281_couv_1(1)Maman dans les nuages m’a fait découvrir deux albums sur la colère et la mauvaise humeur qui j’ai très envie de lire : Quand la mauvaise humeur s’invite {sélection de livres} {Chut les enfants lisent #30}

Ça m’a fait d’ailleurs repenser à un livre sur le même thème que j’avais acheté pour Mimiko à une époque la mauvaise humeur prenait facilement le pas sur la bonne : De mauvais poil !

Thématiques et analyses geek

Le mois dernier je vous parlais d’un blog sur les contes et légendes,  toujours sur la même thématique j’ai envie de partager un autre blog qui m’a servi à trouver des informations intéressantes sur une créature des légendes nordiques qui je n’avais encore jamais rencontré avant Espen le gardien de la prophétie. Grâce à Alex George et son Fratras folklorique, La Huldre n’a plus de secret pour moi. Le blog n’est pas mis à jour depuis fin 2017, mais les anciens articles sont toujours intéressants.

Je vous avais parlé du concours photo de Paoru.fr, les résultat sont tombé et l’une de nos photo se trouve dans le palmarès. Bon ok, très loin au fond, mais c’est déjà ça 🙂 Retrouvez -toutes les photos sélectionnées :

Concours Photo 2018 : and the winners aaaaaare…

Evénements et rendez-vous blog

Octobre, c’est le mois du Challenge Halloween de Hilde & Lou, j’ai déjà parlé et reparlé. Mais l’heure est venue de vous mettre les liens des récap 🙂

Challenge Halloween 2018 : Le recap

LE RÉCAPITULATIF DU CHALLENGE HALLOWEEN 2018

Un autre challenge sur le thème de l’automne et d’Halloween me tentait bien, mais là j’avais vraiment pas le temps, surtout qu’avec tous ses menus est sous-menu je me sentais un peu perdue. Je note quand même pour l’année prochaine et vous invite à le découvrir si vous ne connaissez pas déjà :

Le Pumpkin Autumn Challenge – Session Magies et Sorcières – 2018 ♥

Pendant ce temps-là sur le net

Grâce à l’article de Mamna dans les nuages, j’ai découvert le site de la maison d’édition Little Urban où l’on peut télécharger chaque mois un calendrier illustré aux couleurs d’un de leurs albums. Une superbe idée. Celui de novembre est très joli.

Calendrier - novembre

Sur Babelio j’ai remarqué cette liste de livres avec pour thème : conseils d’écrivain. Une liste intéressante. J’y piocherais des idées lectures à l’occasion. c’est toujours intéressant de découvrir l’envers du décor.

Je m’envoie des fleurs

Octobre est passé trop vite ! Je suis épuisée ! Trop de choses à faire, de plantes à planter, de livres à lire. Et avec le retour de la pluie et du froid je rêve de chocolat chaud devant la cheminée XD

Je suis quand même fière d’avoir vu pointer les fèves semées au début du mois.

Petit récap mensuel

Côté blog, le mois d’octobre a été bien rempli. 30 chroniques. L’article qui m’a le plus amusé c’est sans doute le suivi du RAT d’Halloween. Les marathons de lecture ce sont toujours des moments très agréables de lecture et de partage. J’ai aussi aimé parler du roman Et soudain la liberté ! même si je ne suis pas sûre d’avoir trouvé les mots justes. Manga bingo, mes choix était aussi amusant à préparer.

Share

TBTL 2018-44 : Deuil

Rendez-vous initié par Bettierose Books, le Throwback Thursday Livresque nous invite à évoquer de vieilles lectures autour d’un thème commun chaque jeudi.

Cette semaine, le thème est :

Sur cette thématique du deuil, il y a un roman que j’avais lu il y a des années qui me revient en mémoire : Parfum de glace de Yoko Ogawa.

Couverture Parfum de glace

Dans se roman, Ryoko, une jeune Japonaise bouleversée par le suicide de son compagnon, cherche à comprendre ce geste et part en quête d’information sur ce jeune homme très secret qu’elle a beaucoup aimé, mais dont elle ne sait presque rien. Cette recherche l’amène dans un voyage où réalité et rêve se mélangent. Est-elle en train de rêver où de vivre une expérience fantastique ? Rien ne nous laisse trancher.

Un roman très particulier que j’ai aimé, bien qu’il m’aie moins marqué que Cristallisation secrète, du même auteur. Un roman qui peut-être à sa manière parle aussi du deuil. Mais non pas du deuil d’une personne, mais le deuil d’un monde qui change. Un roman très intéressant qu’il faudrait que je relise.

Sur le thème du deuil, quel roman me conseilleriez-vous ?

Share

Top Ten Tuesday #44 – 10 roman d’Halloween

Rendez-vous hebdomadaire, créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine, un top ten sur un thème imposé.

Photo

Vos 10 romans livres d’Halloween préférés (sorcières, glauques, horreurs, etc.)

Comme d’habitude je triche, je ne vais pas parler que de roman, sinon je n’arriverais jamais à 10 ^^’

Couverture Une aventure d'Alexia Tarabotti, tome 1 : Sans âmeCouverture Chroniques des vampires, tome 02 : Lestat le vampireCouverture Chroniques des vampires, tome 01 : Entretien avec un vampireCouverture Les croques, tome 1 : Tuer le tempsCouverture Dix contes de fantômesCouverture Encyclopédie des revenants et des non-morts : Fantômes, vampires et zombiesCouverture LunoCouverture Devil's line, tome 01Couverture Encyclopédie du fantastique et de l'étrange, tome 2 : Sorcières et magiciensCouverture L'île de Hozuki, tome 1

Aucun de ses livres n’a vraiment de lien direct avec Halloween, mais quand je pense à cette fête macabre se sont tout de suite les vampires qui me viennent à l’esprit, dans cette catégorie je vous propose 2 roman de Anne Rice : Entretient avec un vampire et Lestat le vampire, 2 manga : Luno et Devils Line. Toujours dans cette catégorie je pourrait y mettre Sans âme mais cette série ne parle pas que de vampire, on y rencontre aussi des loups-garous et autres créature. L’héroïne en est une très particulière puisqu’elle est humaine mais elle n’a pas d’âme.

Viennent en suite les fantômes avec un recueil de contes et lec cimetière avec une BD jeunesse : Les croques. 2 Encyclopédies pour mieux s’y retrouver : Encyclopédie des revenants et non-morts et Encyclopédie du fantastique et de l’étrange.

Et pour finir un manga à suspens L’île de Hozuki.

Connaissez-vous certains de ces livres ? Y en a-t-il que vous auriez envie de lire ?


Share

Le conte du Genévrier – Gilles Rapaport

J’avais déjà entendu parler de ce conte des frères Grimm et je savais qu’il était assez morbide, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de le lire. C’est l’album illustré par Gilles Rapaport trouvé au rayon contes de la bibliothèque qui me donnait enfin l’occasion de le découvrir. Et… je ne résiste pas à l’envie de le partager dans le cadre du Challenge Halloween tant il est morbide et effrayant. Les illustrations de Rapaport, avec leurs couleurs rouges, noires et orangées, rendent ce conte encore plus angoissant.

Un homme reste veuf le jour même où né son fils. Il pleure beaucoup, mais le chagrin finit par se tarir et quelques années plus tard il reprend une femme. Avac celle-ci il a une fille. Mais son épouse déteste son fils. Elle le déteste tellement que, non contente de le maltraiter, elle finit un jour par le tuer. Honteuse, elle cache son méfait et fait croire à sa fille que c’est elle la responsable de la mort de son frère.

Pour cacher le corps, elle décide de le cuisiner et de le servir le soir même au diner. Le père qui ignore tout mange son fils jusqu’à la dernière bouchée. La soeur désespérée ramasse les os et va le déposer sous le genévrier. Là, les os se transforment en oiseau. L’oiseau part chanter et il revient avec une chaine en or, des souliers rouges et une meule.

Vous vous doutez bien de la suite. La meule est pour la méchante marâtre qui meut écrabouillée sous son poids. Le père et la soeur, qui ont reçu la chaine et les souliers, sont heureux. L’oiseau reprend forme humaine, et tout est bien qui fini bien.

Résultat de recherche d'images pour "Le conte du Genévrier - Gilles Rapaport"

Je ne peux pas dire que j’ai aimé cet album. Le dessin n’est pas vraiment à mon goût surtout pour les personnages. Mais je dois bien avouer que les dessins de Gilles Rapaport se marient très bien avec l’ambiance particulièrement glauque de ce conte. Mais du coup, l’album qui en ressort est particulièrement sombre et la fin heureuse n’y changera pas grand-chose.

J’y ai trouvé quelque chose de beau et inquiétant, faisant de ce conte une bonne lecture d’Halloween, mais je ne sais pas si je lirais cet album aux plus petits avant de se coucher.

Avez-vous lu cet album ? Connaissez-vous d’autres versions de ce conte ?

sur le site des éditions Le Genévrier

⇒ sur Amazon et Decitre

Gilles Rapaport. Les éditions du Genévrier. Le Conte du Genévrier des frères Grimm. from gilles Rapaport on Vimeo.


 

Share

mon jardin #7 le jardin d’automne ( et gourmandise)

Avec l’automne, le jardin se pare de nouvelles couleurs. Et j’avoue qu’avec la sécheresse de cet été il me tardait que l’automne arrive pour pouvoir refleurir le jardin et préparer le printemps prochain.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#monjardin #urbangarden #fleurs

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

En prévision du printemps :

L’automne est la saison idéale pour préparer le printemps. C’est la saison pour mettre en place les bulbes à fleurs, les arbustes, les rosiers, etc.

J’ai commencé dès septembre avec un bon nettoyage et de nouveaux bulbes : tulipes roses et violettes et narcisses jaunes ont trouvé place le long des murs en pierres dans les zones que je n’avais pas encore aménagées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Je prépare le printemps 😁🌷 #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai planté également des rosiers issus des boutures faites à la fin de l’été de l’année dernière. J’avais fait énormément de boutures, mais j’ai trop tardé à les sortir ce printemps et une bonne partie est morte faute d’arrosage suffisant. Mais quelques-unes avaient survécu. J’ai tenté une mise en terre ce printemps, mais le pauvre rosier n’a pas résisté à l’été caniculaire malgré les arrosages. Étrange, parce que ceux qui étaient restés en pot ont passé l’été sans trop de problèmes. Je l’ai donc mis en terre cet automne.

En septembre j’ai aussi profité du terrain propre laissé par la plantation des bulbes pour installer un petit plan d’aster qui, ma foi, fait la gueule. Et un semis de fleurs en mélange pour ne pas laisser le terrain nu. J’ai mélangé 2 fleurs utilisées habituellement comme engrais vert : la phacélie et le trèfle incarnat, auquel j’ai ajouté tout un tas de graines glané de-ci de-là, ainsi que des graines de bette à carde rouge récupérée sur un plan que j’ai laissé monter en fleur cet été. Toutes les graines ne germeront pas cet automne, mais j’espère que l’ensemble donnera un joli résultat au printemps prochain.

En voulant planter un poteau pour servir de support à des plantes grimpantes, je suis tombé sur… une cave ! À 20/30 cm de profondeur il y avait un dallage, j’ai voulu le découvrir pour savoir de quoi il s’agissait, quelle ne fut ma surprise en découvrant que sous les dalles il y avait du vide. Une petite pièce ronde en pierre de taille dont j’ignore l’utilité. J’ai eu peu que ce soit trop dangereux pour les animaux de compagnie et les enfants, alors je ne sais pas trop si je dois combler cette cavité ou pas. Les fouilles continuent petit à petit, puisque je suis obligé de déplacer mon carré de potager, j’attends que les cultures en places finissent leur cycle. (Je vous ferais peut-être un petit billet une fois les fouilles finies.

Jardin d’automne

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

L’automne c’est aussi l’époque où fleurit le lierre, j’ai laissé une grosse touffe de lierre arborescent dans mon jardin exprès pour les insectes pollinisateurs qui en raffolent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le lierre en fleur. Un vrai festin pour les pollinisateurs #monjardin #urbangarden #insect #biodiversitéaujardin

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

En octobre la saison des chrysanthèmes est enfin là ! J’adore les chrysanthèmes. C’est une de mes fleurs préférées et j’en mets tous les automnes. Je n’ai encore jamais réussi à les faire survivre à l’hiver. Cette passion pour les chrysanthèmes me vaut quelques taquineries de la part de Chéri qui trouve que ça donne au jardin une allure de cimetière. Je me suis demandé pourquoi on fleurit les tombes avec des chrysanthèmes. Il semblerait que cette habitude date du XIX, mais qu’elle a été popularisée après la Première Guerre mondiale. Clemenceau aurait invité les Français à fleuries les tombes des soldats le 11 novembre 1919. Peu à peu la tradition a migré du 11 novembre à la fête des Morts. Et les chrysanthèmes se sont retrouvés à être le symbole de la fête des Morts. Mais le chrysanthème n’est pas toujours lié aux morts ! En orient il symbolise la longévité. Moi j’aime tout simplement ses couleurs. Pour moi elle symbolise l’automne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Mais je n’ai pas planté que des chrysanthèmes, j’ai aussi mis des petites pensées pour fleurir le chemin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Les anémones et les verveines plantées en fin d’été nous ont aussi offert de jolies fleurs :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Anémone du Japon #monjardin #urbangarden #automne

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#monjardin #urbangarden #automne

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Et j’ai eu une très agréable surprise, les petites azalées qu’on m’a offertes à Noël l’année dernière n’ont pas seulement résisté à la canicule, elles ont même refleuri.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Les azalées qu’on m’a offertes Noël dernier sont en train de refleurir #monjardin

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Prochain épisode en hiver 🙂 en attendant place aux gourmandises.

Gourmandises d’automne :

La roquette (du potager) à l’honneur :

Mini pizza sauce tomate, gruyère et roquette.

La pâte à pizza je l’ai fait au pif, mais habituellement je mets 300 g de farine, un sachet de levure boulangère déshydratée, sel, une cuillère d’huile d’olive et de l’eau tiède.

Dans la sauce tomate, je mets un peu de sucre pour casser l’acidité, du sel et de l’origan.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mini pizza pour l’apéro

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Une autre recette que j’adore avec la roquette et qui est simplissime c’est une salade pomme de terre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Salade de pommes de terre roquette du jardin en guise de goûter 😁

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 lasagne végétarienne aux blettes

Au potage il ne reste pratiquement plus rien sauf des blettes. J’ai eu envie de les préparer en lasagnes. Et j’ai improvisé une recette qui mérite des améliorations, mais le gout est super.

ingrédients :

  • une botte de blettes
  • un oignon
  • 2 fetas
  • des lasagnes crues
  • beurre, farine et lait pour préparer une béchamel
  • 2 figues fraiches

J’ai fait revenir dans un peu d’huile l’oignon haché et les côtes de blette quelques minutes, puis j’ai ajouté les feuilles coupées en lamelles d’environ 1 cm de large et j’ai fait réduire quelques minutes. J’ai légèrement salé les légumes. Réserver.

J’ai préparé une béchamel. Dans le beurre fondu j’ai mis la farine et fait cuire un peu, puis j’ai ajouté un 1l de lait petit à petit en remuant pour éviter les grumeaux. Ma béchamel était trop épaisse, j’ai eu la main lourde sur la farine, mais je n’avais pas d’autre lait sous la main alors tant pis. Je l’ai aromatisé avec sel, poivre, noix de muscade et cumin.

Dans un plat à lasagne, j’ai disposé la pâte, puis une couche de béchamel, puis les blettes, puis de la feta concassée en petits morceaux. Et j’ai répété l’opération jusqu’à épuisement des ressources. J’ai fini par une couche de pâtes, recouverte d’une généreuse couche de béchamel, de la feta et décoré avec les lamelles de figue sèche.

Au four 35 minutes. Pour éviter que le dessus ne crame, j’ai recouvert après un premier quart d’heure de cuisson avec du papier aluminium. Une fois les 35 minutes écoulé, j’ai étant le four et laissé les lasagnes dedans pour qu’elles restent bien chaudes jusqu’au dîner.

J’ai adoré le gout, mais la prochaine fois je tacherais de mieux réussir ma béchamel pour qu’elle soit bien fluide et crémeuse. J’aurais pu aussi doubler la dose de blette, mais… j’ai pris ce qu’il y avait dans le jardin. Quant aux figues, c’était une très bonne idée. J’aurais pu en ajouter des petits morceaux à l’intérieur aussi. Quoique cela aurait été peut-être trop sucré. À refaire en tout cas. Mimiko a adoré. Faut dire que la bette est un de ses légumes préférés.

J’ai oublié de refaire une photo à la sortie du four.

Share

Le géant, la fillette et le dictionnaire

Une fillette bien coriace se fait enlever par un géant curieux qui veut la cuisiner avec des légumes. Ce n’est pas un mangeur d’enfant, mais un vendeur de dictionnaires l’a traité d’ogre et comme le dictionnaire dit que les ogres mangent des enfants… Mais ce n’est pas un ogre ! ce n’est qu’un simple géant. Il renonce bien vite à manger la petite fille, et s’il préparait plutôt un goûter ensemble.

Un joli album pour jouer à se faire peur avec cet imposant géant qui part en chasse. Mais il en faut bien plus pour impressionner la fillette. Un grand format qui rend le géant encore plus impressionnant. C’est vrai qu’il est grand, très grand ce géant. Mais il ne fait peur que quand on ne voit que ses pieds. Il n’a vraiment pas une tête de méchant.

Dans les images se cachent plein de détails amusant, comme des moutons disséminés un peu partout, des animaux cachés dans la forêt, mais mon détail préféré c’est le clin d’œil pour des mangeurs d’enfants de conte célèbres.

Le géant, la fillette et le dictionnaire est écrit par Jean Leroy et illustré par Stéphane Poulin, publié dans la collection Pastel de l’école des loisirs.

sur le site de l’école de loisir

⇒ achetez sur Amazon ou Decitre


  

Share

Manga bingo, mes choix

Tout a commencé sur Twitter. J’ai vu passer quelques manga bingo et j’ai eu envie d’en faire un aussi. C’est sur ce site (merci Natth pour le lien !) que j’ai fait ma propre carte. Après l’avoir partagé sur mon profil twitter j’ai eu envie d’aller un peu plus loin et d’expliquer ici pourquoi j’ai choisi ces manga-là. Dites-moi lesquels vous avez déjà lus et lesquels vous aimerez découvrir.

Il ne faut voir dans l’ordre des cases une quelconque hiérarchie. Si j’ai choisi consciencieusement chaque titre, ils se sont placés d’eux même dans la grille et je n’ai pas cherché à les mettre dans un ordre précis.

Pourquoi ces manga là parmi tous ceux que j’ai lus ? Voici la réponse par titre en quelques mots.

L’enfant et le maudit

C’est une magnifique série. C’est son dessin , fin, subtil et très poétique, qui m’a particulièrement marqué dans ce manga. L’histoire est assez sombre et pas très claire. Il faut un certain temps pour comprendre de quoi il en retourne. Le manga débute comme une tranche de vie où l’on suit le quotidien d’une adorable petite fille qui vit avec un étrange monstre qu’elle ne doit en aucun cas toucher, risquant d’être contaminée. Nous ne savons pas pourquoi ni par quoi le monstre a été contaminé. Nous ne savons pas pourquoi la petite fille est là. Mais très vite on s’attache à cet étrange duo et on découvre l’histoire peu à peu. Sans doute l’un des manga les plus marquants que j’ai lus ces dernières années.

Résultat de recherche d'images pour "l'enfant et le maudit"

À l’occasion de la sortie du premier tome, j’avais écrit cette chronique où je le mets en perspective avec un autre manga du même éditeur qui partage quelques points communs avec l’enfant et le Maudit, mais qui, malgré ses qualités, m’a moins marqué.

Danza

Je voulais citer l’un des manga de Ono Natsume qui ont été publiés aux USA, mais pas en France parce que j’aime beaucoup cet auteur (je n’arrête pas de le répéter) et que j’aimerais beaucoup voir d’autres manga traduits en français. J’aurais pu en citer un autre. J’en ai plusieurs dans ma collection et je les ai tous aimés. Celui-ci est facile d’accès, on est dans la tranche de vie. Un recueil de courtes histoires.

Le cortège des 100 démons

Une grande frustration, cette série ! J’ai vraiment adoré. Le dessin évaporé, l’ambiance douce et nonchalante, l’univers riche du folklore japonais, des personnages attachants et… la suite de la série jamais publiée en français T_T

Nous n’avons, dans la langue de Molière, que les 6 premiers tomes. Faudrait que je me renseigne pour savoir si la série n’a pas été publiée chez l’un des nos voisins européens ou aux USA, j’aimerais beaucoup la poursuivre, même si c’est dans une autre langue.  Moi j’ai eu beaucoup de chance, je suis tombé 2 fois sur les 6 tomes d’occasion. Et je tout raflé, les 2 fois. Une pour moi et une pour ma cousine adorée (qui m’avait fait découvrir un autre manga excellent sur le folklore japonais : Onmiyôji – celui qui parlait au démons, mais que je n’ai pas cité puisque je n’ai choisi que des manga que je possède)

Dans cette série on suit le quotidien d’un jeune exorciste. Le jeune homme a la faculté de voir les yôkai, des créatures fantastiques pas toujours bienveillantes. Il vit sous la protection d’un dragon qui a pris possession du corps de son père. Il est le seul à connaitre la vraie nature de ce « père ». À moins que sa mère (un personnage très effacé, mais que j’adore) ne fasse elle aussi semblant de n’avoir rien remarqué.

Résultat de recherche d'images pour "Le cortège des 100 démons"

J’en ai déjà parlé ici et là.

Goggle

Un très beau manga tranche de vie, Goggle m’a beaucoup touché. Ce tome regroupe 6 histoires différentes. Je l’ai trouvé très touchant, j’aime aussi son dessin simple et épuré.

Résultat de recherche d'images pour "Goggles ~ Tetsuya Toyoda"

Je vous en avais déjà parlé ici.

Gente

Ono Natsume II. Gente est une courte série en trois tomes, spin off de Ristorante Paradiso. J’ai choisi Gente parce qu’il est plus long, pour moi les deux titres ne font qu’un. On y retrouve en effet les mêmes personnages et le même univers. J’ai beaucoup aimé ces deux manga, je les trouve touchants et drôles, les personnages sont hauts en couleur. Ça fleure bon l’Italie, la bonne bouffe, le bon vin et l’amitié.

Résultat de recherche d'images pour "gente ono natsume"

J’avais déjà évoqué le manga ici

Je ne suis pas mort

J’ai adoré le premier tome de ce manga. On y suit un vieil homme dépassé par la vie. Viré de son travail, quitté par son épouse, il craque et décide d’en finir. Il va en haut d’une montagne et accroche une corde à un arbre. Mais le destin en décide autrement. Il n’est pas mort. Commence alors pour lui une nouvelle vie, loin du monde moderne et de sa frénésie. Une histoire très touchante, qui commence bien tragiquement et qui se révèle en réalité pleine d’espoir et d’énergie. Elle m’avait fait un bien fou à l’époque.

Le deuxième tome est absolument inutile, d’ailleurs il tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, le premier tome ayant une vraie conclusion.

Résultat de recherche d'images pour "Je ne suis pas mort manga"

J’en avais parlé il y a longtemps déjà ici.

Banana Fish

Banana Fish ne date pas d’hier, ça fleur bonne les années 80. Il n’est reste pas moins l’un de mes shojo préférés. Et pour cause, ça ne parle pas d’amour ! Enfin presque. Il y e bien question de sentiment, mais ce n’est pas l’unique point d’entrée dans l’intrigue. Il y a toute une aventure rocambolesque qui entraîne le héros dans le sillage d’un jeune homme qui le fascine. Vont suivre des embrouilles avec la mafia. Il y est question de trafic, de prostitution, de gang des rues…  On flirte avec le shonen-aï, mais là encore si les deux principaux personnages sont des jeunes hommes et qu’ils ne sont pas insensibles l’un à l’autre, on est surtout pris par l’aventure et on veut savoir comment les deux jeunes hommes vont bien pouvoir se tirer du pétrin dans lequel ils se retrouvent. Un véritable thriller.

Résultat de recherche d'images pour "Banana Fish"

J’en ai longuement parlé ici.

Goyô

Encore Ono Natume ! Eh oui ! Encore. J’adore ces manga. Dans Goyô on suit le quotidien d’un samouraï venu à Edo pour trouver du travail. Le jeune homme est si timide qu’il est renvoyé de tous les postes qu’il arrive à trouver. Jusqu’à ce qu’il rencontre un homme énigmatique à la tête d’un groupe de hors là lois et qui décide de le prendre sous son aile.

Résultat de recherche d'images pour "Goyô ono natsume"

Il y a beaucoup de lenteur dans ce manga et cela n’est pas au goût de tout le monde, mais moi j’ai adoré l’ambiance et les personnages. J’en ai déjà parlé ici.

Forget me not

J’ai eu un coup de cœur pour ce manga dont j’ai adoré l’ambiance. On y suit une jeune femme à Venise. Elle est détective privé, en plus de son travail elle a aussi une énigme plus personnelle à résoudre. Mais, c’est plus un manga tranche de vie qu’un policier. J’ai beaucoup aimé le dessin et le personnage principal. Et finalement j’ai aussi aimé le sentiment de frustration que nous laisse la fin.

Résultat de recherche d'images pour "forget me not kenji tsuruta"

J’en ai déjà parlé ici.

Furari

Je n’ai choisi qu’un seul manga de Taiguchi Jiro et c’est Furari. J’ai beaucoup aimé ce titre pour la poésie qui s’en dégage. On suis un cartographe qui arpente les rues de la ville d’Edo en comptant ses pas pour parfaire les cartes de la ville. Mais à chaque déambulation il se laisse importer par ce qu’il observe. On y retrouve l’art d’observer les petits riens que Taniguchi a souvent mis en avant dans d’autres manga, le côté historique en plus, puisque nous sommes à Edo, pas encore devenue Tokyo. Furari n’est peut-être pas le manga le plus marquant de l’auteur, mais il a une place importante dans ma bibliothèque.

Résultat de recherche d'images pour "Furari"

J’en ai plus longuement parlé ici.

Gangsta

On change complètement de style avec Gangsta, fini la non-challenge de Goyô ou l’émerveillement de Furari, avec Gangsta ça va saigner ! Je lis peu de manga d’action, en tout cas moins que de manga contemplatifs, mais j’aime aussi quand il y a de l’action. Et parmi les manga d’action que j’ai lus ces derniers temps, Gangsta est l’un de mes préférés. Tout d’abord pour son style graphique (à ce stade je crois que vous avez compris que le visuel est très important pour moi), j’aime beaucoup le dessin de Kohske avec ses traits anguleux et ses mecs sexy (ben quoi ! faut bien ce rincer l’oeil de temps à autre :p ). L’histoire aussi m’a plu avec ses intrigues politiques.

Résultat de recherche d'images pour "gangsta"

J’ai brièvement parlé du premier tome ici.

Kuro gane

J’aime beaucoup le style de Kei Toume et je possède plusieurs de ses manga. Si j’ai choisi Kuro gane c’est parce que c’est le titre qui m’a fait découvrir l’auteur, mais aussi parce qu’il m’a beaucoup marqué avec son aspect fantastique. Les autres manga que j’ai lus sont plus encrés dans la réalité et les problèmes d’ados. Un vieux manga publié dans les années 90 et dont je n’ai pu lire que le premier tome.

Résultat de recherche d'images pour "Kuro gane kei toume"

J’en ai brièvement parlé ici.

L’infirmerie après les cours

Mon préféré vrai shojo. Vrai au sens où on est vraiemnet dans les sentiments. Sentiments amoureux certes, mais pas seulement. Il est surtout question de quête de soi. Qui sommes-nous et qui voulons-nous être ? Ce qui me touche particulièrement c’est le personnage principal qui est mi-fille, mi-garçon, et qui se retrouve confronté au choix, que veut-il être, que préfère-t-il être ? Fille ou garçon ?

Je regrette en revanche le choix éditorial d’un tel titre. Peut-être est-ce la traduction littérale du titre japonais, mais… j’ai longtemps cru qu’il s’agissait d’un titre coquin… vous voyez ce que je veux dire… ah ! le fantasme de l’infirmière est tellement un classique que j’ai tout de suite vu le « mal » et j’ai passé mon chemin direct. Je ne l’ai lu qu’après qu’il m’ait été chaudement conseillé par l’équipe du club shôjo. Et j’ai adoré.

Résultat de recherche d'images pour "L'infirmerie après les cours"

J’en ai brièvement parlé ici.

le clan du tengu

Encore un manga qui m’a marqué par son graphisme peu ordinaire. Un titre assez étrange où il est question de folklore japonais avec les tengu mais qui est surtout une critique de la société. Un titre intéressant qui vaut vraiment la peine d’être découvert.

Résultat de recherche d'images pour "le clan du tengu"

J’en ai déjà parlé ici.

The man of tango

The man of tango est un yaoi. J’ai beaucoup aimé ce titre (en un seul tome) parce que l’histoire est mignonne et il y a du tango. Mais s’il tire son épingle du jeu, c’est qu’il propose un dessin très différent des habituels éphèbes efféminés. Ici ce sont des hommes tout en muscle, plus virils les uns que les autres( même les femmes sont viriles, à moins que ce ne soit pas des femmes…). J’adore.

Résultat de recherche d'images pour "The man of tango tetuzoh okadaya"

J’ai acheté la version américaine.Il me semble qu’il n’est toujours pas publié en français.

Utsubora

Encore un manga que j’ai fait venir depuis les États-Unis. Seuls les yaoi de Asumiko Nakamura ont été publiés en France. Utsubora n’a rien à voir. C’est l’histoire d’une jeune femme qui entretient une relation très ambiguë avec un écrivain célèbre qui a perdu l’inspiration. C’est très prenant. L’intrigue est très bien ficelée. Et, encore une fois, ce manga se distingue par un très beau coup de crayon.

Résultat de recherche d'images pour "Utsubora"

Tango

Seul manga de Est Em paru en France. Mais pourquoi ?!! Son trait est magnifique, ces histoires sont très touchantes… J’aimerais tellement voir ses autres titres traduits. En attendant, je ne pouvais pas ne pas citer le seul disponible en français. Contrairement à ce que le titre indique, il n’y sera pas du tout question de Tango, mais d’amour. C’est un recueil de nouvelles yaoï assez courtes, mais particulièrement touchantes. Et que dire de ce dessin ! Sublime.

Résultat de recherche d'images pour "Tango est em"

J’en ai déjà parlé plusieurs fois, notamment ici.

Pour Sanpei

On change de registre avec une tranche de vie toute mignonne, mettant en scène un grand-père qui part vivre chez son fils après la mort de son épouse. Il n’a pas été un père très attentionné, mais il fait de son mieux pour être un bon grand père, aidé dans cette tâche par un journal que son épouse a rédigé pour lui y mettant tous les conseils dont il aura besoin dans la vie de tous les jours. Très touchant.

Résultat de recherche d'images pour "Pour Sanpei"

J’en ai parlé ici.

Pluto

J’adore Naoki Urasawa. Je trouve qu’il a l’air de bien raconter des histoires. À chaque fois que je lis l’un de ses manga, je suis frappée par son talent de narrateur. J’ai hésité entre Pluto et Monster. Je n’ai terminé aucune des deux séries (je me demande bien pourquoi), mais je les aime toutes les deux beaucoup. Finalement, j’ai opté pour Pluto parce que j’avais vraiment été surprise en la découvrant.

Résultat de recherche d'images pour "pluto urasawa"

Plus forte que le sabre

Une courte série gekiga qui a pour héroïne une femme samouraï qui n’a rien à envier à son mari côté courage. Lui étant parti à la guerre, elle doit se charger de la protection de son fief et des femmes et enfants qui le peuplent (la plupart des hommes étant parti à la guerre avec leur seigneur). J’ai trouvé cette série très intéressante, on y apprend beaucoup de chose sur le quotidien des samouraïs, et plus particulièrement les petits samouraïs sans grande fortune. Et l’oeuvre ne faisant que 3 tomes, c’est un point de départ accessible pour se familiariser avec le genre du gekiga.

Résultat de recherche d'images pour "Plus forte que le sabre"

J’en ai déjà parlé ici.

Petite forêt

Dans cette sélection, vous l’aurez compris, j’ai privilégié les manga au trait particulier, au dessin percutant ou sortant de l’ordinaire. Non pas que je ne lise que ça, mais j’ai un faible les titres qui sortent de l’ordinaire. Dans cette catégorie, Daisuke Igarashi est un auteur que j’apprécie. De ses manga, Petite Forêt est sans doute son oeuvre la plus abordable parmi celles que j’ai lues (Sorcières étant la moins). J’aime cette série parce qu’il y ai beaucoup question de nourriture (et j’adore les manga culinaires), mais aussi de la nature et de la capacité à vivre en harmonie avec elle. La série ne fait que deux tomes, et se déguste par petites touches délicates. Une série sur laquelle j’aime revenir régulièrement.

Image associée

J’en ai parlé ici (chez Manga Suki).

Les fils de la terre

Une autre série axée écologie, qui en revanche n’a rien de bien spécial côté graphisme. C’est plutôt classique. Mais j’ai adoré l’histoire qui en 3 petits tomes part à la découverte des différentes agricultures alternatives. Un sujet qui m’intéresse tout particulièrement et qui est ici exploré de façon très ludique. Et c’est aussi l’un des premiers manga que j’ai lu, celui qui m’a donné envie d’en lire d’autres. Il tient une place toute particulière dans ma bibliothèque. D’ailleurs, je l’ai découvert à la bibliothèque, mais j’ai fini par me l’acheter parce que j’avais envie de l’avoir chez moi.

Résultat de recherche d'images pour "Les fils de la terre manga"

j’en ai parlé ici

Éclat(s) d’âme

Éclat(s) d’âme est un titre récent que je découvre au fur à mesure des sorties (pour une fois que je suis l’actualité…) et je dois dire que ce titre à tout de suite conquis mon coeur. Tout d’abord par son thème : la tolérance vis à vis des différences sexualités et genre. La question du genre et de l’identité sexuelle me touche toujours et le manga est une façon légère d’aborder le thème et de me poser des questions. Aussi stupide que cela puisse paraitre, c’est en lisant des manga que je me suis mieux comprise moi-même, du moins de ce point de vue là. Non pas que j’y ai trouvé des réponses précises, mais les bonnes questions. Celles que je n’avais jamais osé me poser parce que « tu te marieras, tu auras des enfants et tu seras heureuse, ma fille ». Bref, dès que je vois un manga sur la question, et qui plus est un manga qui semble aborder la question intelligemment, je fonce. Et éclat(s) d’âme a été une très belle surprise. Non seulement parce que le sujet est bien traité et parce que c’est agréable à lire, mais aussi, j’aurais presque envie de dire surtout, parce que ce manga est magnifique. J’adore le dessin. Il y a quelques pages particulièrement belles qu’on se plait à observer seulement pour la beauté de l’art. Du bon et du beau, que demander de plus ?

Résultat de recherche d'images pour "Éclat(s) d'âme"

J’ai tellement aimé que les deux premiers tomes ont eu droit à chacun son petit mot, le tome 1 ici et le tome 2 là.

Blessures nocturnes

Pour finir, j’ai choisi un titre qui m’a été offert et qui m’a surtout marqué par son sujet. Il est ici question de jeunes à la dérive qu’un professeur, passionné, tente de repêcher grâce, entre autres, aux cours du soir. Ce n’est pas un titre facile, d’autant plus que c’est tiré de l’expérience réelle du dit professeur, mais c’est très intéressant. Ayant eu dans mon entourage proche beaucoup d’éducateurs spé, les discussions à propos de jeune en situation délicate, voir très difficile, ont longtemps animé nos soirées, ce titre me permettait d’aborder le sujet seul à seule avec moi-même (et le livre).

Résultat de recherche d'images pour "Blessures nocturnes"

Voilà, j’ai fait le tour de mon bingo. J’espère vous avoir donné envie de découvrir quelques uns de ces titres.

Share