C’est lundi que lisez-vous ? #110

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading? par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Qu’allez-vous  lire ensuite ?


Les lectures de Bidib

J’ai lu

    

 

De belles lectures pour bien commencer le mois. Un B historique avec le deuxième tome de Darnand, un album glauque à souhait lu pour le challenge Halloween (chronique à venir), un légende qui nous amène au fin fond des enfers avec Orphée, 10 contes pour avoir la chaire de poule, une bd jeunesse pour le rendez-vous au cimetière de cette semaine (chronique mercredi) et pour finir un album drôle à souhait avec un dragon glouton.

Je lis

 

guerres au menus de mes lectures actuelles.

Je lirais

J’ai plusieurs livres à piocher dans ma pal. Je sais pas encore lesquels gagnerons le haut de la pile.

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

 

Je lis

Couverture Le club des poneys, tome 06 : Cheyenne dans la nuit


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

Les années passées nous parlions de

2017

From Darkness

Alisik – tome 1

Les petits plats faciles de Bidib #3 – Butternut à cheval

Draconis – campagne Ulule

Halloween à colorier

C’est le premier, je balance tout #4 – Octobre 2017

Le petit pêcheur et le squelette

2016

Balade niortaise #1

Le mari de mon frère – tome 1

C’est lundi que lisez-vous ? #52

projet 52-2016 #semaine 39 – mignon

2015

Massacre au pont de Nogunri – Park Kun-woong

Les palmes de la CAN

C’est lundi que lisez-vous ? #9

Kangwondo Arirang par Youn Sun Nah

Arte, un manga à la Renaissance

Récap de fin de mois ~ septembre 2015

2014

Octobre est là ! Et si on s’offrait un mois à thème ?

opening #3 ~ Fairy Tail

Monsieur cent têtes

Il était une fois Ludwig, le prince nécrophile

2013

Les mots de Pika # héliogabalique

Petite Histoire de la Lune et du Soleil

2012

Oriundi, une histoire de rêve américain (du sud)

Quartier lointain, quand le cinéma français adapte un manga

Jésus et Bouddha à Tokyo

Share

Dix contes de fantômes – Jacques Cassabois

C’est en cherchant des livres pour alimenter la thématique contes de septembre que je suis tombée sur ce petit livre à la bibliothèque.

Au départ j’avais prévu un conte tiré du recueil Contes et Légendes d’Irlande de Georges Dottin, mais ce petit livre est trop parfait pour le rendez-vous d’aujourd’hui. Les légendes irlandaises attendront le rendez-vous cimetière dimanche prochain.

Couverture Dix contes de fantômes

J’ai adoré ce petit recueil de Jacques Cassabois (Le livre de poche jeunesse). Les contes sont courts et écrits dans un style agréable. C’est un vrai plaisir à lire. Et parfais pour une ambiance Halloween. Tous mettent en scène des fantômes, des revenants, des lieux hantés… Et petit détail que j’ai beaucoup apprécié, à la fin de chaque conte Cassabois nous précise l’origine géographique du conte. Sur les 10 contes, une majorité vient de France (Bretagne, Franche-Comté principalement), mais il y a aussi un conte islandais, un conte danois, un conte roumain (avec un vampire, évidemment) et même un conte des frères Grimm.

Un petit recueil que je conseille vraiment aux amateurs d’histoires de fantômes, il ne paye pas de mine, mais c’est l’un des meilleurs recueils de contes non illustrés que j’ai lu ces derniers temps. Ce que j’ai apprécié tout particulièrement c’est le style. Souvent dans les recueils de ce genre, les tournures des phrases sont vieillottes et sonnent bizarre aux oreilles d’un francophone du XXI siècle (c’est le cas pour Contes et Légendes d’Irlande) alors qu’ici le texte est adapté de façon à être naturel tout en ayant une allure un peu vitage, si je puis dire. Et je trouve ça beaucoup plus agréable à lire que les contes écrits dans le style d’il y a 100 ou 200 ans.

Pour vous donner un bref aperçu des histoires que vous y trouverez voici en quelques lignes les résumés des 10 contes :

L’homme qui ne voulait pas mourir

C’est l’histoire d’un homme qui a une très haute estime de soi, trop haute peut-être. Il refuse de mourir. Il part alors à la recherche d’un pays où l’on ne meut pas et il en trouve un, mais après quelques centaines d’années la mort le rattrape et il repart en quête d’un second pays où l’on ne meurt pas. Il le trouve ma la mort le rattrape. Il repart donc en voyage et là il sauve une fée qui, pour le remercier, lui propose d’exaucer son veut. Évidemment l’homme demande à ne pas mourir. La fée l’amène dans le ciel, aux pays des fées où l’on ne meurt pas. Mais après de très longues années, l’homme à la nostalgie de la terre et veut y retrouver. La fée lui donne donc un cheval en le mettant en garde, s’il met un seul pied à terre il mourra. Il faudra à la mort bien ruser pour le faire descendre de sa monture. Mais est-il difficile de piéger un homme aussi orgueilleux ?

Conte originaire de France, raconté également au Canada.

Le retour de la mère

Celui-ci est parfait pour la thématique de cette semaine : les fantômes.

C’est l’histoire d’une femme qui meurt peu après avoir mis au monde son bébé. Le mari se remarie bien vite avec une nouvelle femme, mais celle-ci n’a que faire du bébé, elle veut s’amuser et entraine son mari avec elle. Toutes les semaines ils sortent laissant le bébé seul toute la journée. Tout le monde s’attend à voir l’enfant souffrir, mais le bébé se porte à merveille. Quel maléfice se cache derrière ce miracle ? Une vieille femme du village n’y tient plus. Alors que le couple est parti faire la fête, elle se cache derrière une fenêtre pour épier le bébé. Horreur ! C’est la mère en personne, enfin… son fantôme qui vient prendre soin du bébé et la nourrit à son sein spectral. La nouvelle se répand bien vite et arrive aux oreilles du père qui choqué décide de ne plus laisser le bébé tout seul. Il promet de bien s’en occuper, mais cette décision arrive bien trop tard. Le bébé souffre terriblement du manque de sa mère. L’enfant n’étant jamais plus seul, le spectre ne peut plus venir la voir. L’enfant peu à peu dépérit et finit par mourir.

Un conte de Bretagne.

Le boiteux et son beau-frère l’ange

C’est l’histoire d’une jeune femme qui ne voulait épouser qu’un homme qui aurait l’air d’un ange, et de son frère qui se méfie de cet homme trop parfait pour ne rien cacher. Il en cachait un, de secret : il était un ange et en voulant le suivre, le jeune homme se retrouve au paradis.

Version française d’un conte qu’on retrouve partout en Europe.

Le fantôme de Timgraard

Celui-ci est parfait pour la thématique « lieu hanté » !

Une belle ferme se fait hanter par un ou des fantômes. Chaque soir les fantômes font un tel ramdam que la famille du fermier n’arrive plus à fermer l’oeil d’angoisse. Au bout d’une semaine, ils ne tiennent plus et déménagent chez un voisin, revenant chaque matin pour travailler.

Un jour un jeune homme se présente et demande à pouvoir dormir sur place. Le fermier lui explique que la maison est hantée, mais le jeune homme insiste. Le soir venu le fermier et sa famille le laissent donc seul dans la maison. Mais avant de se coucher, le jeune homme prépare un bel accueil pour les fantômes. À l’entrée il place deux béliers, le chat près du feu, l’âne de l’autre côte. Des oies, des canetons et un coq viennent compléter son piège.

Puis il part se coucher. Les « fantômes » arrivent, et, devant la fenêtre de la chambre, commencent à discuter. L’un d’eux entre, mais tombe sur les béliers qui lui donnent de bons coups de cornes l’envoyant valser. Le drap, qui’il avait mis sur la tête, glisse sur ses yeux et il n’y voit plus rien. Le chat lui laboure le dos, l’âne l’envoie valser, les oies lui déchirent le drap en lambeaux. Le coq l’attaque, les canetons l’aspergent. Le gars effrayé court vers son comparse. La maison est hantée, la mort en veut à sa personne. C’est fini, plus jamais il ne viendra jouer de mauvais tour dans cette maison !

Un conte très drôle qui nous vient du Danemark.

Maritza et le vampire

Un vampire tombe amoureux de Maritza la plus jolie fille du village. Bien qu’elle ne soit pas insensible au charme étrange du jeune homme, elle se doute que quelque chose n’est pas normale avec lui et elle demande à sa tante de l’aider, car elle a peur de tomber sur son emprise. Sa tente lui conseille de se laisser faire, elle sera la faire revenir à la vie.

C’est ainsi que Maritza meurt, devient une fleur, puis un oiseau et enfin épouse l’empereur. Eh oui, la fortune sourit à ceux qui reviennent à la vie après avoir été tués par un vampire.

Évidemment ce conte  nous vient de Roumanie.

Ne pleure plus

Encore une terrible histoire de deuil. Mais ici ce n’est pas la mère qui meut, mais l’enfant. La mère est inconsolable. Le fantôme de l’enfant revient voir sa mère pour lui demander de ne plus pleurer, car ses larmes l’empêchent de reposer en paix.

Un conte qu’on retrouve partout en Europe, ici dans la version des frères Grimm.

Le miroir épave

Une histoire de naufrage et de fantôme piégé dans un miroir.

Un conte de Bretagne.

Geneviève et le fantôme de la comtesse

Le fantôme d’une comtesse avare et égoïste hante les ruines de son château. Quand une jeune bergère au coeur pur s’approche du château, la comtesse y voit enfin une chance de se libérer de ce maléfice. Il entraine la bergère dans les profondeurs des ruines, là où 3 monstres protègent le trésor amassé par la comtesse. Les monstres représentent les 3 pires défauts de la comtesse : l’hypocrisie, la cruauté et l’égoïsme. Si la jeune bergère défait facilement les deux premiers, vaincre le dernier lui prendra plus d’un an.

Un conte de Franche-Comté

Le marié et le revenant

Un fossoyeur fait une plaisanterie de trop lorsqu’il exhume les ossements d’un géant. Alors qu’il est sur le point de se marier, le fantôme du géant vient les hanter. Il sera là le jour de la noce et ils ont intérêt à bien le traiter. Heureusement la fiancée s’y connait en revenant et organise tout ce qu’il faut pour que le revenant soit satisfait et qu’il n’emporte pas son époux.

Un conte qui vient d’Islande

Le chasseur maudit

Encore une histoire de seigneurs abusifs. Si la comtesse avait abusé des impôts par avarice, ici le seigneur est fou de chasse. Tellement fou qu’il devient peu à peu plus une bête d’un homme. Mais un soir en suivant une louve, il se perd dans la forêt et lui apparait alors le fantôme de son grand-père. Comme lui il était fout de chasse et depuis sa mort il est hanté par ses victimes, devenu lui-même leur gibier. Cette vision fera changer le jeune seigneur qui abandonne la chasse et toutes ses richesses pour monter un monastère.

Encore un conte de Franche-Comté.

⇒ sur Amazon ou Decitre

Je ne pouvais pas trouver de titre plus approprié pour ce premier rendez-vous de contes fantastiques.

Share

Orphée et la morsure du serpent – Yvan Pommaux

Le mois dernier, je vous présentais le petit album Thésée comment naissent les légendes de Yvan Pommaux, nous continuons notre exploration de la mythologie grecque en compagnie de l’auteur avec un second album : Orphée et la morsure du serpent. Je trouve que cet album colle très bien à la thématique des contes et légendes d’octobre avec son voyage aux enfers (même si nous sommes loin du folklore d’Halloween).

Orphée et la morsure du serpent

Orphée et la morsure du serpent est paru à l’école de loisir pour la première fois en 2009 dans la collection albums. En ce mois d’octobre 2018, c’est une version de poche qui remet le titre sur le devant de la scène. C’est cette dernière édition que j’ai lue.

Tout comme dans l’album dédié à la légende de Thésée, ici l’histoire commence à notre époque. Nous sommes à un mariage et un jeune homme amoureux entraine l’épouse à l’écart. Elle se fait mordre par une vipère et le jeune homme affolé s’en veut énormément. Une jeune femme le console : « tu ne t’appelles pas Aristée, et la mariée ne s’appelle pas Eurydice ! ». Nous sommes aux XXI siècle et les morsures de serpent se soignent facilement. Mais le jeune homme est perplexe, Aristée et Eurydice ? La jeune femme lui raconte alors la légende d’Orphée, fils d’un roi et de la muse Calliope.

Orphée a hérité du don de sa mère et il devient un poète hors norme que tous admirent. Même les animaux, les arbres et les pierres cèdent devant la beauté de son chant. Toutes les femmes l’aiment, mais lui n’en aime qu’une : Eurydice. Ils se marient. Mais le jour même du mariage, Aristée, qui était secrètement amoureux d’Eurydice, entraîne celle-ci à l’écart. Cherchant à s’enfuir, Eurydice se fait mordre par une vipère, et meurt.

Orphée, inconsolable, ira la chercher jusqu’en enfer. Séduit par la beauté de son chant, Hadès, le dieu des enfers, lui accorde une chance de ramener Eurydice à la vie, mais à une condition : il ne doit pas se retourner ni parler à son épouse jusqu’à ce que celle-ci ne soit baignée par la lumière du soleil.

Sur le chemin du retour, Orphée se tourmente, est-elle bien derrière lui ? Quand enfin il sent le soleil sur sa peau, impatient, il se retourne. Mais, hélas, Eurydice, 10 pas derrière lui, est encore dans le noir. Elle disparait à jamais, laissant Orphée seul, inconsolable.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, les femmes, ne supportant plus le deuil d’Orphée. Folles de rage et de jalousie, elles le mettent en pièces.

Je connaissais la légende d’Orphée dans ses grandes lignes, mais je n’avais rien lu à son propos depuis fort longtemps. J’ai abordé, donc, cet album sans aucune autre lecture en tête et je dois dire qu’il m’a plus plus que Thésée, comment naissent les légendes.

Ici l’épisode à conter est plus court, Yvan Pommaux peut donc prendre plus de temps pour nous le raconter en détail. Dans l’album consacré à Thésée il fallait dire plus de choses en autant de pages, il fallait donc résumer au maximum. Ici on prend le temps de découvrir Orphée et sa personnalité. J’ai trouvé cela plus agréable à lire.

Si l’album sur Thésée me donnait l’impression d’être une introduction qui demandait à être approfondie, Orphée et la morsure du serpent se suffit à lui-même et n’a pas besoin de lectures complémentaires. Ceci dit, au détour du Tartare, Yvan Pommaux prend soin de titiller notre curiosité en lâchant quelques noms qui donnent envie de lire davantage de légendes.

Tout comme dans le précédent album, celui-ci se termine par un petit lexique permettant d’aller plus loin.

Un album richement illustré qui ravira les jeunes amateurs de mythologie grecque (et les moins jeunes aussi). J’y ai pris, moi, beaucoup de plaisir.

sur le site de l’école des loisirs

et sa fiche pédagogique

 Yvan Pommaux sur le site de l’école des loisirs

⇒ à lire aussi Mon écrivain préféré « Yavn Pommaux »

⇒ sur Amazon ou Decitre

mon avis sur Thésée comment naissent les légendes


  

challenge petit BAC 2018

Share

Le fantôme des Canterville [BD jeunesse]

Je n’ai emprunté cette BD que parce qu’elle collait parfaitement au rendez-vous BD de cette première semaine du challenge Halloween dédié aux fantômes (le rendez-vous c’était hier, mais je n’ai pas eu le temps de publier mon article à temps 😅 ).

Fantôme des Canterville

En effet, visuellement je n’étais pas vraiment attirée par sa couverture. Mais puisqu’il s’agit d’une adaptation d’une Oeuvre d’Oscar Wilde, je me suis dit que ça pouvait être intéressant.

En réalité, d’Oscar Wild je n’ai lu qu’un roman, le portrait de Dorian Gray. Mais ce roman m’a fait une très forte impression. Il y a deux ans j’ai d’ailleurs craqué pour la version non censurée, mais… je n’ai pas encore trouvé le temps de m’y plonger.

Mais, revenons au fantôme des Canterville. La nouvelle originale a été publiée en 1887. Cette adaptation en BD jeunesse on la doit à Jean-Luc Cornette (scénario) et Christophe Hanze (dessin) et est sorti chez Delcourt jeunesse en 2003.

Je ne suis pas vraiment fan du dessin, je le trouve trop caricatural. Quant à l’histoire, ne connaissant pas la version originale, je ne peux que parler de l’adaptation qu’en fait Jean-Luc Cornette. Le fantôme est plus ridicule qu’effrayant. Il essaye de faire peur à la famille d’Américains qui a acheté le château qu’il hante depuis 300 ans, mais rien n’y fait. Ces Américains n’ont peur de rien !

Désespéré, il finit par demander à la fille aînée de l’aider à obtenir le repos éternel. Pour cela elle devra faire face à de terribles monstres, du moins c’est ce qu’il lui dit, puisque la scène ou elle l’aide ne dure qu’une case et n’est vraiment pas effrayante.

On joue ici plus avec le burlesque qu’avec la peur, la lecture n’en reste pas moins agréable. Bien que je l’aurais vite oublié.

En revanche cette adaptation m’a donné envie de découvrir la version originale. La connaissez-vous ? Est-elle drôle ou effrayante ?

sur le site de Delcourt

 sur Amazon ou Decitre

→ à lire aussi l’avis de Hilde


 je (re)lis des classiques British mysteries 2016_2.jpg

Share

TBTL 2018-40 – livre préféré de l’été 2018

Rendez-vous initié par Bettierose Books, le Throwback Thursday Livresque nous invite à évoquer de vieilles lectures autour d’un thème commun chaque jeudi.

Cette semaine le thème est :

Cette fois je triche, je ne vais pas présenter un seul livre, mais 2, un comics et un roman, parce qu’il sont très différents l’un de l’autre et que je ne peux pas les départager.

J’ai adoré Y, le dernier homme. Je l’avait emprunté sans rien attendre de particulier et une fois lancée j’ai été happé par l’histoire et je n’ai arrêté de lire qu’une fois la série finie. Alors, si je regarde à la loupe la série ne manque pas de défaut ou de passage ne tenant pas tellement la route. Mais dans l’ensemble j’ai adoré cette série, j’ai trouvé qu’il y avait une très bonne tension et que ça soulevait des questions intéressantes.

Ma chronique ICI

Couverture Y, Le Dernier Homme (Urban), tome 1

Côté roman, mon livre préféré de l’été 2018 est incontestablement Sauveur & fils tome 1. J’ai adoré cette série, les personnages, l’histoire, le style… tout est bon dans Sauveur & fils. J’ai hâte de lire la suite.

Ma chronique ICI

Couverture Sauveur et fils, tome 1

Quelle a été votre lecture préférée de l’été 2018 ?

Share

Cache-cache surprise ! un album pour jouer

Cache-cache surprise ! est un album cartonné, sorti en septembre aux éditions l’école des loisirs  (collection Loulou & Cie) que l’on doit à Ramadier et Burgeau.

Cache-cache surprise !

Je ne suis pas fan du graphisme, mais j’ai trouvé cet album très amusant parce qu’il demande une réelle interaction avec les petits lecteurs. Il ne s’agit pas seulement de lire l’album, mais aussi d’y chercher les images.

Des petits animaux jouent à cache-cache et à chaque page il saut trouver de nouveaux joueurs : 6 petits cochons, 6 moutons, 4 chèvres, 10 lapins… Mais ce n’est pas tout. Non seulement il faut trouver les animaux qui se cachent dans le paysage en double page, qui derrière une porte, qui derrière un arbre, il faut également retourner le livre et voir dans les formes et les couleurs de l’image si l’on distingue le loup. J’ai trouvé l’idée de la double cache-cache et du retournement du livre très original et ludique. De quoi passer un très bon moment avec les tout petits lecteurs. Son format cartonné permettant de multiples manipulations mêmes par des petites mains inexpérimentées.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou Decitre


 chut les enfants lisent 

Share

Darnand, le bourreau français 2/3

Aujourd’hui je vous propose une bd historique avec le second tome de Darnand, le bourreau français, bd historique de Patrice Perna et Fabien Bedouel, publié chez Rue de Sèvres.

J’avais été déçue par le premier tome de cette trilogie parce que je n’avais pas eu ce que j’attendais. De ce second tome je n’attendais donc rien de particulier et je l’ai mieux apprécié que le précédent.

Dans ce deuxième volet la Première Guerre est désormais loin derrière. La Deuxième Guerre bat son plein. Nous sommes en 1943 et la France est divisé en deux, d’un côté il y a la France occupée de l’autre la France libre. D’un côté il y a la France de De Gaule et la résistance, de l’autre il y a la France de Pétain et la collaboration.

Ange est recruté par la résistance pour s’infiltrer auprès de Darnand, chef de la milice française. Son premier objectif : le « retourner », mais quand il devient clair que Darnand ne changera pas de camps, Ange est chargé de l’éliminer.

Espionnage et contre espionnage sont au menu d’un second tome que j’ai trouvé plus intrigant et intéressant que le premier. Est-ce parce que le scénario est mieux mené ou juste parce que je n’avais pas d’attente particulière ? Je ne serais le dire, mais je dois avouer avoir lu ce deuxième volet d’une traite et je l’avoir trouvé intéressant. Il y a beaucoup de tension, pas forcement de suspens, mais de la tension dans les personnages, parce que tous semblent animés de nobles intentions, tous pensent faire ce qu’il y a de mieux pour leur patrie qu’ils aiment et pourtant ils empruntent des chemins très différents les uns des autres. Comme quoi avoir de bonnes intentions ne suffit pas.

Et puis nous sommes sous l’occupation, la France se déchire entre deux camps, comme je le disais récemment à propos d’une autre lecture (ou bien était-ce à propos de cette lecture-ci dans la chronique que j’étais pourtant sure d’avoir déjà écrite ?) les guerres civiles m’interpellent tout particulièrement parce qu’elles n’opposent pas deux pays étrangers, mais des membres d’une même famille ou d’anciens camarades comme ici Ange et Darnand. Les sentiments que ce genre de conflit fait ressentir sont bien différents que ceux que l’on éprouve face à un ennemi qu’on ne connaît pas vraiment. On retrouve dans ce tome cette tension particulière chez Ange qui d’un côté doit la vie à Darnand, mais qui ne peut accepter le chemin que ce dernier emprunte.

Un deuxième tome réussi qui donne envie de lire le troisième et dernier volet de cette histoire

sur le site de Rue de Sèvres

 ou sur Amazon et Decitre


Share

C’est le 1er, je balence tout – Octobre 2018

Rendez-vous initié par Lupiot, et repris par Charmant Petit Monstre, conçu comme le « petit frère dérangé » du C’est lundi que lisez-vous. Entre le récap de lecture, le bilan et la revue de presse, Lupiot nous invite à tout balancer les 1er du mois.

  1. Top & flop lu le mois dernier
  2. Au moins une chronique lue le mois dernier ailleurs
  3. Au moins un lien qui a fait « wahou » le mois dernier (hors chroniques littéraires)
  4. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

c'est le 1er

Mes lectures de septembre

(cliquez sur les images pour voir les chroniques, quand il y en a)

Couverture Un monde en pièces, tome 1 : Coups d'État Couverture Sauveur et fils, tome 1 Couverture Minusculette en automne

Couverture Chimères, tome 1 Couverture Cache-Cache surprise Couverture Grendel, tome 2

Couverture Insoumises Couverture Retour aux sources, tome 1 Couverture Retour aux sources, tome 2

Couverture Le Prince Hibou 

Couverture Eden, tome 1 : le visage des sans-noms Le renard et le lutin par Lindgren 

  Couverture Orphée et la morsure du serpent

Top et Flop

De très belles lectures en ce mois de rentrée. Mes deux coups de cœur :

  • Sauveur & fils tome 1, j’entendais parler de cette série depuis une éternité, mais comme tout le monde semblait enthousiaste j’avais peur d’être déçue. Il n’en été rien, j’ai adoré !
  • Homo deus, une brève histoire du futur que j’ai découvert grâce à audible. Je viens juste de le terminer et je n’ai pas encore eu le temps de vous en parler, mais je peux déjà vous dire que je l’ai tant aimé que je l’ai acheté pour l’offrir à mon frère. J’espère qu’il aimera aussi. 🙂

Une seule déception : Chimères, un manga sans intérêt que j’ai emprunté à la bibli. Avec tout ce que l’édition du manga propose en France, je ne comprends pas pourquoi la bibliothèque a acheté une série comme celle-ci. Je n’ai rien aimé, ni l’histoire, ni le graphisme.

Sur la blogosphère

des chroniques lectures

Commençons par une chronique on ne peut plus de saison avec Automne une saison chez les sorcières chez A.B.ET.C

Automne : une saison chez les sorcières [PumpkinAutumnChallenge] – [Chut les enfants lisent #3]

On continue dans la littérature jeunesse avec un livre que j’ai découvert chez Doriane et qui me fait terriblement envie :

Boucle d’or et les trois ours

Côté manga, c’est Jérôme qui me donne envie de tester Noise, un manga que j’avais repéré, mais que j’hésitais à commencer

Noise tome 1

Toujours manga avec un titre d’Akata que j’ai bien envie de découvrir. La chronique de Tampopo me conforte dans cette envie.

Les Découvertes d’Akata #10 : Goodnight, I love you… de John Tarachine

Thématiques et analyses geek

Je commence par du sérieux, Alice nous propose une bibliographie sur le thème de la dictature argentine et le mouvement des grands-mères de la place de mai.

SÉLECTION I La dictature argentine et ses disparus

J’ai découvert ce mouvement avec la lecture de vies volées et cette bibliographie m’intéresse beaucoup. Je partage avec vous. Si vous avez des ouvrages à ajouter à cette liste, n’hésitez pas à les partager avec nous.

On quitte l’Argentine pour les États-Unis avec un petit billet pour le plaisir des yeux : FondantGrignotte nous partage quelques beaux tableaux de Norman Rockwell

Entracte n°2 : un peu de Norman Rockwell

Et pour finir une sélection de  livres pour tout savoir sur le petit peuple à découvrir sur Peuple féerique :

Les 10 livres indispensables pour tout savoir sur le Petit Peuple des fées, elfes, lutins et sirènes !

Événements et rendez-vous blog

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo

Octobre c’est le mois du très attendu Challenge Halloween ! à découvrir chez Lou et Hilde.

Bien entendu, je serai de la partie et vous pouvez déjà trouver quelques idées lecture dans mon petit billet de présentation.

Deux partenariats avec Ma petite Médiathèque sont prévus:

  • contes et légendes chaque dimanche
  • dia de los muertos

Pendant ce temps-là sur le net

Un petit tour sur youtube ça vous tente ? Aujourd’hui ce sont 2 vidéos de DirtyBiology que j’ai trouvé intéressantes.

Je m’envoie des fleurs

Je suis très heureuse d’avoir organisé mon second mois des contes et légendes, même si j’espérais un peu plus de participants, le mois a été riche en découvertes, à la fois à travers les chroniques de mes camarades et par les lectures thématiques que j’ai moi-même faites. J’ai découvert ou redécouvert des auteurs et illustrateurs talentueux, j’ai enfin retrouvé la trace de mon conte préféré et je me suis beaucoup amusée, même si je n’ai pas réussi à compléter les 10 pistes de jeu. 😅

Je suis très contente de cette seconde session et j’espère qu’on sera encore plus nombreux l’année prochaine.

Et comme on est des fous, le mois des contes et légendes joue les prolongations en octobre en compagnie de Lou et Hilde avec chaque dimanche des contes fantastiques ou des légendes autour de la mort à découvrir dans le cadre du Challenge Halloween

Petit récap mensuel

En quelques mots le mois de septembre c’était 36 chroniques :

Encore un mois bien rempli 🙂

Merci d’avoir tenu jusqu’à la fin 😀 A très bientôt avec de nouvelles aventures livresques

Share

Le mois des contes et légendes – Septembre 2018 – le récap de fin

La deuxième session du mois des contes et légendes se fini et le temps est venu de faire un bilan de fin. Nous étions 6 à participer, avec un total de 26 chroniques (s’il me manque des liens, laissez-les mois en commentaire).

Cette fois encore je proposait un jeu en 10 pistes. Pour obtenir le titre de Grand Conteur il fallait remplir toutes les case.

J’ai bien peur que cette année il n’y ai pas de Grand Conteur. Le titre est remis en jeun pour l’année prochaine. Préparé vos grimoires, archivez vos contes, préparez vos piles à lire. On conte sur vous !

piste 1 – votre conte/légende préféré

piste 2 – fais-moi peur

piste 3 – une belle histoire d’amour

piste 4 – triste à pleurer

piste 5 – A l’origine du monde (contes étiologiques)

😥

piste 6 – un recueil de contes et légendes

piste 7 – de quoi en faire tout un roman

😥

piste 8 – La grande veillée

😥

piste 9 – le loup

piste 10 – rois et reines de légende

hors-piste

Gourmandises

Aucun texte alternatif disponible.


Ne soyez pas tristes ! Le mois des contes et légendes joue les prolongation en octobre avec le challenge Halloween de Lou et Hilde.

au programme contes fantastiques et légendes autour de la mort, des cimetières des fantômes et lieux hantée.

Share

images pour le plaisir des yeux #28 – cats and fairy tale

Pour le mois des contes et légendes en mars dernier j’avais proposé une petite sélection de paper toys vintage. Parmi ces paper toy plusieurs appartenais à la même série, avec des chat en lieu et place de personnages. C’est une série de 6 cartes peintes par Louis Wain et dates de 1930. Louis Wain est un peintre anglais de la fin XIX début XX. Il est connu pour ses chats anthropomorphes.

Résultat de recherche d'images pour "Paper toy vintage fairy tales" Résultat de recherche d'images pour "Paper toy vintage fairy tales"

Résultat de recherche d'images pour "Paper toy vintage fairy tales" Résultat de recherche d'images pour "Paper toy vintage fairy tales"

Résultat de recherche d'images pour "Paper toy vintage fairy tales" Résultat de recherche d'images pour "Paper toy vintage fairy tales"


Share

blog d'une dyslexique amoureuse des livres