Archives du mot-clé cinéma français

Le grand méchant renard et autres contes

C’est les vacances. Enfin… pas les miennes, mais celles des enfants. Et comme aujourd’hui je ne travaillais pas, je les ai amenées au cinéma. Avec Mimiko et Kitsune nous somme allées voir le Grand méchant renard. Mimiko et moi-même avions beaucoup aimé la bd éponyme.

Film d’animation franco-belge, réalisé par Benjamin Renner (auteur de la bd) et Patrick Imbert, Le grand méchant renard et autres contes est sorti au cinéma le 21 juin. Heureusement pour nous il est toujours à l’affiche depuis 🙂

Le film raconte 3 petites histoire, qui nous sont présentées comme 3 pièces de théâtre joué par les animaux de la ferme. Curieusement ce n’est pas l’histoire du grand méchant renard qui ouvre la marche. Tout commence avec un bébé à livrer. Une cigogne qui en a marre de travailler tombe sur le lapin, le canard et le pauvre petit cochon. Faignant une blessure, il leur demande de livrer le bébé à sa place. Alors que le cochon refuse, le lapin et le canard acceptent de bon cœur. Le problème c’est ces deux gaillards n’ont pas une once de responsabilité ! Le cochon ne peut pas les laisser seul avec un bébé ! Les voilà donc parti tout les trois, enchaîner catastrophe sur catastrophe, pour mener à bien leur mission.

Sans doute mon sketch préféré. D’un comique classique mais très efficace. Le lapin et le canard ont une inépuisable ressource quand il s’agit d’enchaîner les mauvaises idées et le cochon cherche sans cesse à les raisonner, je l’ai trouvé touchant et drôle, surtout que c’est lui qui paye plus cher les bêtises de ces compères.

Vient ensuite l’histoire du grand méchant renard, la même que dans la bd. Un renard, incapable de faire peur à une poule, décide sous les conseils du loup, d’enlever 3 œufs et de les couver pour pouvoir manger les poussins. Sauf que les poussins le prennent pour leur mère et… finalement lui aussi se prend au jeu. Avec cette deuxième histoire on retrouve ce qu’on est venu chercher : le grand méchant renard. C’est drôle mais, finalement, j’ai préféré la version papier. La maladresse du renard parait plus grotesque dans le film. Et il en devient moins attachant.

Enfin, pour la troisième et dernière histoire, on retrouve le trio lapin, canard, cochon. Leur nouvelle mission : sauver Noël. Le trio marche tout aussi bien et le chien est ici excellent. Il tente de convaincre le cochon qu’il ne boit pas couver les deux autres s’il veut qu’il grandissent un jour. Sauf que… ces deux là sont bien incapables de grandir. Et les voici qui embarquent le cochon dans unes nouvelles de aventure loufoque.

Ce n’est peut-être pas le meilleur film animé de l’année mais on a bien ri, grand et petit. C’est drôle et bien rythmé.  Avec les premières images j’ai eu un peu peur parce que je trouvais l’animation assez saccadée, mais finalement, une fois dans le feu de l’action je n’ai plus eu cette sensation. Nous avons toutes les trois passé un bon moment. Un bon film familial plein d’humour et de tendresse, non sans oublier une petite pointe de cynisme qui me plait beaucoup.

L’avez-vous vu ?

Share

les films que j’aimerais trouver sous le sapin

Aujourd’hui Mya et son challenge Christmas Time nous invite au cinéma, pour l’occasion j’ai eu envie de faire une brève présentation des dvd que nous aimerions trouver sous le sapin.

Nous trois ou rien

Nous somme allé voir ce film au cinéma à sa sortie (c’était il y a un an) et dès la semaine suivante Mimiko me demandais de lui acheter le dvd.

J’ai promis et … oublié -_-‘

Du coup Noël peut être l’occasion de réparer cet impair !

J’avais déjà longuement parlé de ce film dans cet article, alors je ne m’attarderais pas trop aujourd’hui. Si vous ne l’avais pas encore vu, allez-y ça vaut le coup.


Le conte de la princesse Kaguya

Le dernier film de Isao Takahata, le deuxième grand nom des studio Ghibli.

Un très beau film pour un joli conte traditionnel japonais.

résumé : un vieil homme sans enfant découvre une petite fille dans un bambou et décide de l’adopter. L’enfant grandi à une vitesse extraordinaire et devient bientôt une très belle jeune femme. Le vielle homme qui ne souhaite que ce qu’il y a de mieux pour elle décide de l’amener à la capitale. Mais êtes-elle heureuse entourée de toutes ses richesse ?

J’ai adoré l’esthétique du film. Une très jolie histoire à voir et revoire en famille.


Porco RossoPorco Rosso

Miyazaki n’aime pas ce film, du moins c’est ce que j’ai lu. Je ne comprends pas du tout son insatisfaction. Moi je l’adore ! C’est même mon Ghibli préféré. Et les doublages français… pour une fois sont vraiment excellent.

Je l’ai vu et revu mais je l’aime tellement que j’aimerais m’offir le dvd

Pour en savoir plus sur ce film je vous invite à lire mon article écrit il y a une éternité.


Kerity, la maison des contesKerity la maison des contes

Encore des contes. Toujours des contes ! C’est que j’adore ça.

Kerity la maison des contes est une très jolie histoire où un enfant qui a de grandes difficultés à lire se retrouve gadien des contes. Mais avant qu’il n’est pu prendre son poste un personnage de conte lui joue un mauvais tour. Puis c’est aux adultes de s’en méler. Et voici le petit garçon lancé dans une étonnate aventure en compagnie des personnages des contes de notre enfance.

Comme quoi les français font aussi de très beaux film d’animation


Le petit prince

Le petit Prince est LE livre qui a marqué ma jeunesse. J’avais un peu peur de ce que donnerais une adaptation en dessin animé. Finalement ce fut une excellente découverte. Avec ce film, les auteurs ne se sont pas contenté d’adapter le roman il on essayé d’en extraire l’essence, le message et de raconter une nouvelle histoire.

Que nous dit Le petite Prince ? Qu’il faut garder une âme d’enfant. Or la petite fille au centre de cette histoire est obligé de vivre comme une adulte, étudier, étudier et rien d’autre. Pas de temps pour l’imagination ! Sa rencontre avec un vieil homme un peu fou et l’histoire du petit Prince va changer sa vie.

La fin est de trop selon moi, mais ça reste un très beau film que toute la famille a aimé.


Quel films aimeriez-vous découvrir sous le sapin ?

rp_ob_4698d3_logo1.jpg

Share

Nous trois ou rien

Nous regardions 28 minutes sur Arte, Mimiko et moi-même, un soir en novembre (c’était le 12 pour être précis). Ce soir-là Kheiron était invité avec son père pour nous parler de son dernier film : Nous trois ou rien. Les deux hommes m’ont vraiment donné envie de voir ce film et j’ai amené tout le monde au cinéma pour une séance en famille. Mimiko aussi était là du haut de ses presque 8 ans.

Depuis la sortie de la salle je n’arrêté pas de me dire « il faut que j’en parle ! » mais je ne savais pas trop comment. Finalement j’ai décidé de vous en parler, peu importe comment même si c’est un peu tard parce que le film n’est plus en salle. Cela vous donnera peut-être envie de vous offrir le dvd.

Kheiron raconte, avec beaucoup d’humour, l’histoire vraie de son père Hibat qui a fuit l’Iran en 1984, après y avoir été incarcéré, puis libéré et à nouveau poursuivi pour son activisme. Kheiron y joue le rôle de son propre père.

Je ne connaissez pas du tout Kheiron l’humoriste avant de le découvrir sur le plateau télé de 28 minutes. Ce qui m’a donné envie de voir se film c’est ce qu’il raconte : la vie d’un couple militant dans un pays où la démocratie n’est qu’un rêve et leur fuite vers la France, et puis leur vie en France, comment ils se sont intégrés. En entendant parler Kheiron et son père dans l’émission je me suis dit qu’en accueillant Hibat et sa famille, la France s’était enrichie de très belles personnes et à l’heure où l’immigration fait la une de tous les journaux, il me semblait important de souligner que l’immigration c’est aussi une richesse. Ce film me semblait être un intéressant témoignage de ce que l’immigration a de positif et enrichissant, quoi qu’en dise l’extrême droite. Hasard des calendrier ? Le film est sorti au moment où les vagues de migrants venu de Syrie faisant le plus grand bruit. (C’est étrange, on en parle bien moins maintenant). C’est donc pour son histoire et son témoignage que j’avais envie de voir le film, et de le voir avec mes enfants. Partager avec eu ma vision de la France mais aussi leur montrer, y compris à la petite, que le monde n’est pas rose et que dans de nombreux pays les populations sont soumise à la violence d’un pouvoir autoritaire. Dans la présentation du film Kheiron insistait sur le fait que c’était un film pour toute la famille alors j’étais tranquille…

Bon, je tiens tout de suite à vous avertir, pour les âmes très sensibles il y a quand même des scènes très dures. Si votre enfant vis dans un cocon protégé de tous les malheurs du monde… attendez qu’il se soit un peu frotté à la dure réalité de la vie ou il risque d’être choqué. Moi je suis pas du genre à surprotéger mes enfants et je ne regrette pas du tout d’y avoir amené la petite Mimiko bien qu’elle ai regardé l’intégralité du film dans mes bras et que ses larmes aient coulé à de nombreuses reprises (à un moment je me suis quand même demandé si j’avais pas fait une connerie… je vous assure que c’est pas son genre de venir sur mes genoux). Du coup, oui c’est un film pour toute la famille, il se fini bien et il y a beaucoup de scènes drôles. Mais il y a aussi des scènes très dure et violentes. Mêmes si les plus dur n’est que suggéré (on ne voit pas les scène de torture mais on comprends bien ce qui se passe en retrouvant Hibat couvert de sang) et il faut savoir encaisser et surtout expliquer calmement à l’enfant qui prend ça de plein fouet et qui comprends pas pourquoi on lui fait du mal alors que c’es un homme bon.

Mimiko a beaucoup pleuré mais le ton change avec l’arrivé en France de la petite famille et cette deuxième phase du film permet de ce détendre et digérer la première partie. A la fin elle m’a dit « heureusement qu’ils sont venu en France! » Et c’est exactement ce que je voulais. Heureusement que la France est une terre d’accueil et d’asile. Heureusement pour eux mais aussi heureusement pour nous. Je dis ça… moi je suis une immigrée qui s’incruste :p Une des ces dangereux bi-nationaux. Attention ! Bon je plaisante mais je trouve pas que ce débat soit très drôle. Ne vous inquiétez pas, je vais pas m’y attarder ici. Aujourd’hui je veux parler du film et du bien qu’il m’a fait. Parce que finalement on est resorti de la salle heureux. Heureux pour Hibat et sa famille qui finalement ont trouvé leur place en France et on peut continuer d’y œuvrer pour une société meilleure. Heureux aussi d’être en France, qui malgré ses nombreux défauts, est un très beau pays. Un pays que je considère comme le mien. Le pays de mes enfants. Si mon histoire personnelle n’a rien à voir avec la tragique vie d’Hibat en Iran, j’ai été doublement touché par ce film, touché par l’humanité des personnage et leur optimisme, et touché par leur témoignage d’étranger en France.

Un très beau film qui a plu à toute la famille. Y compris la petite dernière qui, bien qu’impressionné par les scènes violentes, a gardé une image positive de l’histoire qui est raconté, a beaucoup ris des scènes drôle (qu’elle rejoue depuis sans arrêt) et m’a demandé d’acheter le dvd pour pouvoir revoir le film.

Pourquoi je m’attarde autant sur le ressenti de Mimiko au lieu de m’étaler sur le mien ? Parce que sa pensée politique est en devenir, alors que la mienne est déjà faite. Si ce film me réconforte dans ma vision de la France et de l’immigration elle ouvre des porte à une réflexion que Mimiko n’avait pas encore eu jusqu’à présent. J’ai du après ça expliquer beaucoup de choses sur qu’est-ce que la démocratie, pourquoi dans certain pays on n’est pas libre, pourquoi l’héroïne se voit obligé à un moment de porter le voile… Bref ce film a été la porte d’entré à de nombreux questionnement pour Mimiko. Et cela me touche encore plus que si j’avais vu le film toute seule.

Mais assez parlé de Mimiko ! Moi aussi j’ai aimé ce film. Il y a beaucoup d’humour et cela permet de faire passer le message sans tomber dans le dramatique, sans pour autant enlever à la gravité de ce qui est raconté. Les personnages y sont très chaleureux et humain, on a envie de les rencontrer. Les acteurs sont bon. Les dialogues sont pas mal du tout. Et on apprends beaucoup de choses sur l’Iran et son histoire récente. On pleur, on rit, on ressort de la salle de cinéma heureux et soudés. Que demander de plus ?

Le dvd pour remettre ça ! 😀

Avez-vous vu le film ?

Share

Quartier lointain, quand le cinéma français adapte un manga

quartier-lointain.jpg

Le film, réalisé par Sam Garbarsky en 2010, reprend la trame du manga éponyme de Jirô Taniguchi (1998) et la transpose en France.

Étant une grande fan de Taniguchi, j’étais très curieuse de voir ce que donnerais une adaptation live à la sauce Roquefort. Je dis ça parce que c’est typiquement français les fromages qui puent et tout ça, rien à voir avec les origines du Réalisateur, que je connais pas, ni le lieu où se déroule l’histoire. D’ailleurs je ne sais même pas d’où est le Roquefort exactement. Mais revenons au film !

Le casting :

Pascal Gregory : Thomas adulte

Jonathan Zaccaï : le père

Alexendra Maria Lara : la mère

Léo Legrand : Thomas adolescent

L’histoire : c’est donc celle du manga, parfum français

Thomas, un homme d’une cinquantaine d’années, las, déprimé, il se rend à un salon de la BD. Mais en rentrant le soir, il se trompe de train et se retrouve au village de son enfance. Il décide alors de visiter la tombe de sa mère et perd conscience au cimetière. Quand il se réveille, il se retrouve dans son corps de 14 ans. Il veut alors saisir cette deuxième chance qui lui est donné pour empêcher son père de les quitter comme il l’a fait.

quartier-lointain-1.jpg

La Bande-annonce :

IFrame

Alors, réussie comme adaptation ?

Et bien, j’ai beaucoup aimé ce film. Le début est un peu lent. Cette lenteur met en relief l’état dépressif du protagoniste, mais déstabilise un peu. On se demande pourquoi les acteurs parlent de cette drôle de façon, ça ne fait pas très vrai. Peut-être la déprime est un peu sur-jouée.

Mais une fois que Thomas se retrouve aux jours de ces 14 ans, le ton change. Il a toujours son esprit de 50 ans, qui continue de nous parler en voix off. Mais, être ainsi projeté dans son passé, va lui redonner goût à la vie. Bien que hanté par le souvenir d’un passé douloureux il se laisse porter par l’insouciance de l’adolescence tout en cherchant à comprendre pourquoi son père est parti et, s’il partira encore, cette fois-ci.

Le film est également très drôle. Du moins, moi j’ai bien ris. Voir le jeune Thomas s’émerveiller d’un simple déjeuner en famille et la tête de ses parents qui se demande quelle mouche a bien pu piquer leur gamin… C’est très bien joué et ça m’a beaucoup amusé.

Leo-Legrand.jpgLe casting n’est pas mal du tout. A part Pascal Gregory, je ne connais pas les autres acteurs mais je les trouve tous bien dans leur rôles. La maman est belle comme tout. Le père mystérieux à souhait. Et j’ai craqué pour le petit Léo Legrand, qui est mignon comme tout et nous offre une belle interprétation. Et il est mignon, ah! non, je l’ai déjà dis ça  ^-^’

Pour la peine je vous met un petit portrait  ^w^

Et à la fin du film, ouvrez bien les yeux ! Il se pourrait que vous aperceviez un certain Taniguchi dans le TGV ; )

Le film n’est cependant pas une simple adaptation du manga dans un village français, le réalisateur s’est approprié l’histoire et l’a fait sienne. Outre le pays, de nombreux détails changent comme par exemple le métier du protagoniste. Dans le film il est un auteur de BD ce qui permet une fin plus ouverte. Dans le manga, il y a un côté fantastique : ce bond dans le temps est arrivé. Alors que le film laisse le choix au spectateur : est-ce vraiment arrivé ? Le protagoniste n’aurait-il pas rêvé ? C’est ce que laisse suggérer son regard croisant celui de Taniguchi dans le TGV du retour.

Si le fond de l’histoire est le même : que dirions-nous si nous avions la possibilité de revenir dans le passé et parler au père qui nous a abandonné ? Pour autant, l’histoire est est différente : les détails, la chronologies, le contexte… Cette réinterprétation du manga est une réussite. Très bon film. À voir avant ou après le manga. D’ailleurs, moi, ça m’a donné envie de relire la manga que j’ai lu il y a plus d’un an déjà. 

    DVD édité par Wild Side Video – dispo sur Amazon

Pour en savoir plus sur le film :

La bande originale du film est du groupe français Air, très connu à l’étranger. Taniguchi lui même les écoute en travaillant chez lui. Ils sont également les auteur de la BO du film Lost in Translation de Sofia Copola (super film, soit dit en passant).

Le scénario du film a été écris à 3 mains par Sam Garbarky lui même, Jerôme Tonnerre et Philippe Blasband.

Retrouvez le film sur Allociné pour encore plus d’infos : link. Vous y trouverez, entre autres, des interviews de Sam Garbarsky et Jirô Taniguchi

Share