Archives du mot-clé Isan manga

Nouveautés manga #3 ~ les sorties de mars 2015

Au mois de mars quels titres vont me faire craquer ? Voyons ensemble les nouveautés qui ont attiré mon attention.

Les nouveautés :

Inspecteur Kurokôchia

Cette nouveauté des éditions Komikku m’intrigue. Je n’aime pas tellement les couverture avec leur gros plans, mais le pitch me parait intéressant : Keita Kurokôchi, inspecteur corrompu, se voit affuble d’un novice Shingo Seike qui le méprise. Mais ce dernier découvre que l’inspecteur ripou à un objectif colossal. Quel est cet objectif.

A voir. Le tome 1 et 2 sont prévu pour le 19 mars.

Sherlock Holmes

Encore un Shelock en manga ! Celui-ci est de Ishikawa Morihiko (1996) et nous est proposé par Isan Manga. Je suis pas très séduite, encore une fois, par la couverture, mais c’est du Sherlock !

Spice and Wolf – le light novel !

Le premier tome du manga ne m’a vraiment pas convaincu, mais j’avais beaucoup aimé l’anime. J’ai très envie de découvrir le light-novel qui est à l’origine de toutes ces adaptations ! Le tome un est prévu pour le 12 mars chez Ofelbe.

Innocent #1

Voilà un manga qui m’intrigue à plus d’un titre !

Le dessin est superbe, la couverture ne peut que séduire.

Et le sujet semble tout aussi intéressant : retour sur la vie de Charles-Henri Sanson, célèbre bureaux qui eu le terrible honneur de faire tomber la tête de Luis XVI.

Le premier tomes est prévu pour le 18 mars chez Delcourt.

Ice Age Chronicle of The Earth

Le 20 mars parait chez Kana, dans la collection Made in (une de mes collection manga préférées), le premier tome de se manga SF des année 80 du célèbre Jiro Taniguchi ! En lui-même le titre ne m’attire pas particulièrement mais comme c’est du Taniguchi, je suis curieuse, surtout que je n’ai encore jamais lu un de ses manga SF ! Ceci dit, je crois que j’attendrais que la bibliothèque se le procure.

Côté séries en cours :

Gokusen volume 8, j’ai toujours pas rattrapé mon retard mais je continue, avec toujours autant de plaisir 🙂

A silent Voice, le tome 2 sortira le 12 mars. J’ai toujours pas eu le temps de lire le tome 1 qui a été englouti par l’étagère manga, je le vois plus. Faut que je parte à sa recherche

Moyasimon : le tome 4 est prévu pour le 18 mars. Je viens tout juste de commencer la série, et j’ai bien aimé. Mon avis sur le tome 1 est à lire dans le dernier petit panier de manga.

Le maître des livres, le tome 4 est prévu pour le 19 mars. Je viens tout juste de m’acheter le tome 3 et le premier chapitre ne m’a pas convaincu. J’attends de finir ce tome pour décider si oui ou non je continue la série.

   

Parmi mes série en pause il y a encore des sorties prévues : Suicide Island tome 12 le 18 mars, Les Vacances de Jesus et Bouddha le tome 9 le 12 mars et Enfin Adekan le tome 8 le 26 mars. J’avais bien aimé ces séries mais comme j’en ai trop en cours et que je craque toujours pour de nouveaux titres, je les ai mise en pause, histoire d’en terminer quelques unes… Peut-être… à chaque fois que je vais à la librairie avec la ferme intention de m’acheter une suite… je ressort toujours avec une nouveauté (ou une vieillerie mais nouvelle pour moi…). Suite à une question de Kidae je me suis amusée à compter le nombre de séries en cours. Sans compter les séries de mes filles, ni celles que j’emprunte à la bibli, j’en suis déjà à plus des 50 !! Et dans le lots il y en a pas plus de 2 ou 3 que je n’aime pas. Certaines sont en pause depuis un certains temps mais c’est surtout pour cause de temps et de moyen… Et puis il y a aussi celle difficiles à trouver, parce que bien sur j’aime lire des séries dont la commercialisation a été stoppée il y a belle lurette 🙂

   

Share

Kamen rider – tome 1

Si j’ai choisi Kamen rider lors de la dernière masse critique spécial bande-dessinée proposé par Babelio c’est par pure curiosité. Pour moi les masses critique c’est surtout une façon de découvrir des choses que je n’aurais sans doute pas lu sans cela.

Avec Kamen rider je voulais découvrir un manga, un auteur mais surtout une maison d’édition. En effet, je n’avais pas encore eu l’occasion de lire l’un de leur manga. Isan manga est spécialisé dans les édition luxueuses de manga vintage, pas vraiment mes manga de prédilection. C’est donc la curiosité qui m’a conduit à Kamen rider, mais aussi la volonté de vouloir mieux me documenter sur la manga en général. Je ne m’attendais pas vraiment à avoir un coup de coeur. Ceci dit je suis un peu déçue.

Déçue par l’édition tout d’abord, qui est très luxueuse avec une belle couverture cartoné et même un ruban rouge pour marque les pages… et une erreur dans la typo de la quatrième de couverture ! Bon ok, une toute petite. Un confusion dans l’utilisation du “gras” mais moi ça m’a sauté aux yeux ! Si c’est facilement pardonnable sur une édition cheep, sur une édition luxueuse comme celle-ci, ça jure ! Mais ce n’est pas pour ça que je suis déçue. Non. En réalité, avec une telle édition je m’attendais à avoir un petit complément informatif, une petite documentation : présentation de l’auteur, contexte historique, etc. Bref de quoi pouvoir resituer le manga dans sans contexte sans avoir à faire des recherches. Or il n’y a rien du tout ! Pas une seule page. Pas même la date de création du manga ! La seule date qui est donné c’est celle de l’édition française : 2013. Moi qui voulais me documenter un peu sur le manga vintage, me voilà bien ! J’ai rien apris. Seulement que Ishinomori était un des assistants de Tezuka, ce que l’on peut déduire dès les premières plaches tellement le dessin de celui-ci rapelle celui du maître.

Oublions la contextualisation et mes attentes quant à l’édition et concentrons nous maintenant sur le manga. Là encore je ne peut cacher une certaine déception. L’histoire de départ est assez convenue, elle a été à maintes fois utilisées mais… pourquoi pas ? C’est un bon départ.

Un jeune homme riche et beau, sportif et intelligent est grièvement blessé dans un accident de moto. Il est enlevé par une organisation secrète qui le transforme en cyborg. Takeshi Hongô, arrive à s’échapper du laboratoire et décide de partir en croisade contre l’organisation qui l’a kidnappé.

Un départ classique, mais ouvrant sur de belles perspectives de combat, action et autres aventures pour super héro. Takeshi Hongô va donc se métamorphoser en super héro. Et quel super héro ! En super mouche, la classe, non? Non. Mais bon ça c’est l’humour japonais. Le côté toujours un peu décalé, on est dans le ridicule volontaire et l’autodérision… enfin, j’ose l’espérer !

Si les personnages et la narrative de Shotaro Ishinomori ne m’ont pas vraiment ému. J’ai trouvé la mise en page des planches intéressante, surtout dans l’effort fait pour reproduire le mouvent, la dynamique des combat ou des courses poursuites. Un découpage qui fait un peu vieillot mais qui a du punch.

Je ne regrette pas de l’avoir lu mais je ne pense pas poursuivre la série.

Share