Archives du mot-clé Komura Ayumi

Petit panier de manga #11

Voici un nouveau panier. Bien garni et varié 🙂


Nanja Monja ~ tome 2 :

Résumé:

C’est un véritable village de mini-humain qui se cache sous la maison de Taro. On en apprends un peu plus sur eux et les circostance de leur apparition. Sora et Taro arriveront-ils à se retrouver dans ce tome ? En tout cas c’est pas les complications qui manquent !

Mon avis :

Un deuxième tome agréable. Je regrette cepandant que l’intrigue n’avance pas plus vite. Comparé au tome précédent, il y a moins d’humour aussi. Il ne se passe pas grand chose mais on en apprends plus sur ce qui s’est déjà passé. Un deuxième tome qui, sans être extra, donne envie de lire la suite.

Nanja Monja

auteur : Itô Shizuka

2009

type : seinen

genre : fantastique, comédie

éditeur VF : Glénat, collection shônen

éditeur VO : Kôdansha

Nombre de volumes : 6 terminé


Survivant ~ tome 2 à 4

Résumé:

Toujours sur son île déserte, Satoru va faire une rencontre inattendue, une jeune femme échue sur son île en bateau. Heureux de n’être plus tout seul, Satoru va faire de son mieux pour prendre soin d’elle. Puis il décide de partir à la recherche d’autres survivants.

Mon avis :

Le premier tome m’avait fait forte impression. L’auteur arrive à tenir tout un tome avec un unique personnage, et, malgré le long monologue, je ne m’étais pas ennuyé. Le thème de la survie n’a rien d’original, mais j’avais aimé la façon dont l’auteur traite le sujet avec une approche très didactique. Comment faire du feu, chasser, quelles plantes manger…

C’est donc avec impatience que j’avais envie de découvrir la suite. Si j’ai mis tant de temps à me la procurer, c’est que j’ai été conforté à incompétence

– je voudrais réserver la suite de Survivant
– nous n’avons pas ce titre
– si, si, j’ai déjà emprunté le tome 1, et il y avais plusieurs tomes
– mais puisque je vous dit que nous n’avons rien sous ce titre
– ….

Bref… j’ai quand même réussi, au bout de quelques mois, à retrouver la suite. Sur les 10 tomes, la bibliothèque n’en possède que 4. Et, après tant d’acharnement à me les procurer, je dois dire que je suis plutôt déçue.

L’auteur garde une approche didactique de la survie, en profite pour lâcher quelques critique sur notre société de consommation ou sur le réchauffement climatique, critiques qui restent d’actualité bien que le manga date des années 80. Ce qui est, d’ailleurs, particulièrement déprimant ! ça m’a donné l’impression que depuis nous n’avons pas avancé d’un iota !

Sur un autre point en revanche on sent bien le côté vieillot du manga. Lassé de laisser son héros seul, l’auteur lui procure une compagne. Il nous la joue Adam et Eve le retour ? Non, Eve n’était pas une gourde pareille !! Le personnage féminin est tellement insupportable qu’au bout de 20 pages à peine on n’a envie que d’une chose, la rejeter à la mer. Et Satoru lui se plie en 4 pour satisfaire tous ces caprices… J’ai trouvé tout cet épisode extrêmement sexiste. J’en étais dégoûtée. Vous me dirais, si c’était vraiment sexiste, le héros lui aurais sauté dessus pour en faire son affaire, pas tout fait pour la satisfaire… J’ai dit sexiste et pas primitif. Oui Satoru se comporte comme un gentleman. Elle ne veut plus manger de poisson, il part a la chasse, elle ne veux plus la viande, il cherche des légumes…. ça rends le personnage féminin d’autant plus agaçant ! Cela veut dire quoi ? Qu’une femme n’est bonne qu’à faire la cuisine, à devenir une épouse (car, oui, le héros se demande si elle aurait fait une bonne épouse). Elle ne fait rien d’autre que se plaindre. Alors que l’homme, lui, est courageux, serviable, téméraire… Bref cet épisode m’a complètement dégoûte et manque cruellement de réalisme. Admettons que les femmes soient en effet des être capricieux (postulat de départ de l’auteur), en situation de survie, alors qu’on risque de mourir de faim, elle continuerais à faire la fine bouche ? Faut pas exagérer ! Quand on a vraiment faim on mange n’importe quoi, pourvu que ça se mange, même si on est une godiche du Japon des années 80.

Après ce long moment de sexisme ou l’on arrive à en détester cette pauvre fille qu’on désire voire morte, Satoru fini par quitter son île pour aller à la recherche d’autres survivants. Décisions plus que critiquable d’un point de vue de survie, mais compréhensible. Il arrivera dans une Tokyo dévaste où il rencontre une homme aussi cruel que stupide. Et c’est reparti pour un tour ! Bon, déjà que il ne reste pas grand monde en vie, est-ce que Satoru est le seul survivant doté d’un cerveaux ?

Une suite assez décevante par son contenu, mais qui se lit facilement, gardant un bon rythme narratif.

Survivant

auteur : Saitô Takao

1988

type : seinen

genre : sf, aventure

éditeur VF : Milan, collection Kankô

éditeur VO : Leedsha

Nombre de volumes : 10 (terminé) commercialisation stoppée


Démons et Chimères – tome 1 :

Quatrième de couverture :

Démons et chimères est le récit d’un destin hors du commun : celui de deux adolescents réunis par la magie et l’amour, aux prises avec un monde d’illusions. Tamaki Otoya, héritier d’une longue lignée d’exorcistes, vient en aide aux hommes et femmes possédés par l’esprit du Mal. Une terrible mission, qu’il tente d’assumer en dépit des souffrances qu’elle lui causent. Toujours présente à ses côtés, sa petite amie Asahi ignore encore qu’elle dispose elle aussi d’un don très particulier…

Mon avis :

J’ai choisi cette série après avoir lu l’article que Luthien avait publié durant la semaine shôjo. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai écouté ses conseils puisque j’ai choisi la série qui lui avait moins plus mais je cherchais des séries courtes et celle-ci ne fait que 5 tomes…

Bref, ce premier tome ça donne quoi ?

A la page trois j’ai failli avoir une attaque ! Ah! c’est quoi ce truc ! ai-je écrié en lisant ce passage

– Asahi ! Tamaki t’a encore frappée ?!

– Comment tu as deviné ?!

– Tu as des pansement plein la tête. Enfin c’est monstrueux ! Pourquoi tu reste avec lui ?!

– Ne te fie pas aux apparences… Je peux t’assurer… que c’est quelqu’un de réellement merveilleux

J’ai repris mon souffle, j’ai tenté de me calmer… ce n’est qu’un manga, ce n’est qu’un manga…. Et puis à vrais dire, à la page précédente j’avais pas vu un mec qui taper sa nana mais un jeune homme qui bouscule rudement sa copine parce que c’est ça façon de manifester son affection. La scène n’est pas plus violente que… moi en train de “câliner” mon chéri, voir même mes enfants… ouai, je suis rude! ça pause problème ?

Bref c’était pas tellement l’attitude du garçon qui me choquait, d’autant plus que c’est d’une absolue banalité dans le manga, mais plutôt celle des filles. Comme toujours…

J’ai donc décidé de faire abstract et ai continué ma lecture. Et finalement, arrivé à la fin du premier tome, je ne regrette pas d’avoir acheté cette série. On y retrouve tout le talent de l’auteur : prendre des personnages assez niai, les mettre en scène dans une vision très arquétypée et rétrograde de la société, surtout dans la distribution des rôles hommes/femme… sans que j’arrive à la détester. Rien que pour ça elle est trop forte ! Je ne peux m’empêcher d’éprouver de l’affection pour ses imbéciles des personnages, c’est comme ça. Ici mon personnage préféré est la mère qui a toujours une petite pique sanglante pour son fils adoré. Enfin une mère qui me rassemble 🙂
Les personnages de cette série me rappellent beaucoup ceux d’une autre série de l’auteur : Fruit Basket, mais j’expliquerais dans un autre article pourquoi.

Un shôjo classique par certains aspects (dessin, personnalité des personnages, structure sociale…) mais qui offre une instigue fantastique appétissante. A suivre

Démons et chimères

auteur : Takaya Natsuki

1996

type : shôjo

genre : fantastique

éditeur VF : Delcourt, collection Sakura

éditeur VO : Hakusensha

Nombre de volumes : 5 tomes (terminé)


Gangsta – tome 1 :

quatrième de couverture :

Liée par un sombre passé, Nick et Warwick sont deux tueurs à gages aux personnalités radicalement opposées : le premier est taciturne et secret, alors que le second est vantard et coureur de jupons. Ils officient à Ergastulum, une ville entièrement contrôlée par la mafia et les gags, avec lesquels ils entretiennent des rapports tantôt cordiaux, tantôt conflictuels. Alex, une jeune femme qui tente d’échapper à la pègre, croise la route de ces antihéros et découvre que Nick appartient à une espèce à part : les indexés, aussi appelés « les crépusculaires »…

Mon avis :

voici la bonne surprise de la saison ! Si j’ai eu envie de découvrir ce manga c’est avant tout parce que j’ai été attiré par le dessin de Kohske. Mais j’avais quelques appréhension. J’avais peur de tomber sur de la baston et de la violence gratuite, du genre tout dans les poing rien dans le cerveau (ou plutôt dans le scénario). Finalement ce premier album m’a enchanté. Il y a bien de la baston, mais aussi un scénario digne de ce nom et un dessin qui sort du lot.Dans ce premier tome on découvre les deux personnages principaux Nick et Warwick. L’un brun et ténébreux, l’autre bond et exubérant. Jusque là, vous me dirais, ça fait un peu cliché. Mais les personnages sont bien construit leur duo marche très bien et très vite on s’attache à eux. L’environnement dans lequel évoluent les personnages, dystopie où la pègre règne en maître, ne manque pas d’intérêt et l’existence des indexés, humais doué d’une force surhumaine, intrigue. Bref un très bon premier tome qui donne très envie de lire la suite et en apprendre plus sur le passé des deux héros, sur cette société, sur les indexés.

Gangsta

auteur : Kohske

2010

type : seinen

genre : action, suspens, sf

éditeur VF : Glénat, collection seinen

éditeur VO : Shinchôsha

Nombre de volumes : 4/6 (toujours en cours au Japon)


Mokke – tome 1 :

résumé :

Mizuki et shizuru sont deux sœurs qui possèdent respectivement le don d’attirer les yokai et celui de les voir. Des talents particuliers qui n’ont pas que des avantages. Obligées d’aller vivre à la campagne avec leur grand-père, un exorciste, et ayant interdiction de parler à leurs camarades de leurs pouvoirs, les deux jeunes filles doivent composer avec ces dons que la nature leur a donné. Et tandis que Mizuki, sans jamais rien demander, se voit harcelée par certains esprits attirés par son aura spirituelle, Shizuru elle n’a d’ autre choix que d’observer ces entités surnaturelles de toutes natures. Des esprits souvent attachés aux humains en fonction de leur état mental ou physique et qui se nourrissent de certaines de leur obsession ou peurs. Une manière pour Shizuru et Mizuki d’observer leurs semblables, et d’en apprendre chaque jour un peu plus sur la vie…

(source : Manga News)

mon avis :

Un premier tome agréable sans être pour autant exceptionnel. Le dessin n’est pas particulièrement beau et très simple, mais il s’accorde bien avec la spontanéité des deux jeunes sœurs. Ce qui m’a plu c’est de côtoyer les différents yokai qui nous sont présenté dans l’histoire. On nous donne beaucoup de détails et c’est intéressant. Les personnages sont bien fait et chaque chapitre nous fait découvrir une nouvelle créature mythologique à travers le regards de ces deux soeurs au pouvoir extraordinaire : l’aîné peut les voir, la cadette se fait facilement posséder. Et le grand-père bougon, celui-là, je l’adore ^^

Mokke

auteur : Kumakura Takatoshi

2000

type : seinen

genre : fantastique, folklore, tranche de vie

éditeur VF : Pika, collection seinen

éditeur VO : Kôdansha

Nombre de volumes : 6/9 (terminé au Japon)


J’aime les sushi – tome 1 :

quatrième de couverture :

Dingue de sushi depuis qu’elle en a découvert les saveurs subtiles, Hanayu n’a plus qu’une seule idée e tête : devenir une spécialiste de la découpe de poisson ! Même ses parents, pâtissiers de renom, ne pourront l’arrêter…

Première étape de son projet séduire Hayato, son camarade de classe, fils d’un maître sushi. Mais Hanayu ignore que ce dernier rêve d’ouvrir… une pâtisserie ?!

Mon avis:

Cette quatrième de couverture spoile un peu l’histoire puisque dans ce premier tome il n’est question que du rêve de Hanayu, et non pas de celui de Hayato. Mais bon, à le voir s’émerveiller devant les gâteaux, on devine toute de suite le pot au roses.

Ce shôjo est très classique dans sa structure, ces personnages et le traitement de l’histoire. Il n’apporte rien de particulièrement originale mais il en est pas pour autant désagréable à lire. Les personnages sont sympathique et leur romance est traité avec légèreté et humour.

Ce qui fait le véritable intérêt du titre, c’est aspect gastronomique, entre 2 gags et un moment romantique on découvre des tas de petites choses sur la cuisine japonaise, la préparation les ustensiles, le vocabulaire spécifique… Bref, de quoi satisfaire l’appétit des japanophiles tel que moi 🙂

J’aime les sushi

auteur : Komura Ayumi

2005

type : shôjo

genre : comédie, romance, gastronomie

éditeur VF : Delcourt, collection Sakura

éditeur VO : Shueisha

Nombre de volumes : 8 tomes (série terminé)

Share