Archives par mot-clé : Morimoto Kozueko

TBTL 2019 #12 – Humour

Le Throback Thursbay Livresque est un rendez-vous initié par Betty Rose Books et repris par Carole de My BooksLe principe du rendez-vous est simple, mettre en lumière un livre lu il y a quelque temps et qui illustre les thèmes de la semaine. Thème qui nous est donné par Carole.

Thème de cette semaine : Humour

Nombreux ont été les manga ou les bandes dessinées qui me sont venus à l’esprit, mais, trouver un roman pour illustrer ce thème était moins facile. Je lis rarement de roman humoristique. Le premier titre qui m’est venu à l’esprit c’est hors service, un roman suédois qui m’avait fait beaucoup rire, mais j’ai déjà beaucoup parlé de ce roman, j’ai donc cherché une autre titre et le hasard veut qu’il vienne aussi du grand froid. De Finlande cette fois. Un roman à l’humour absurde : Les mille et une gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen de Arto Paasilinna.

Couverture Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen

Ariel Auvinen meurt et comme il était quelqu’un de bon il devient à sa mort un ange gardien. Le problème c’est qu’Ariel, malgré toute sa bonne volonté, a toujours été terriblement maladroit. Une fois mort, sa maladresse ne guérit pas et il devient un ange super maladroit causant plus d’accidents qu’il n’en évite.

Un roman très drôle, mais d’humour très particulier. On accroche ou pas. J’avoue avoir été parfois perplexe. Mais dans l’ensemble je garde un bon souvenir de ce roman.


Je profite de ce TBTL pour mettre en avant aussi un manga humoristique que j’aime beaucoup, mais qui n’a pas eu le succès éditorial escompté. Je viens très récemment de terminer le tome 9, mais j’ai commencé la série il y a quelques années déjà.

Couverture Gokusen, tome 01

Dans Gokusen de Kozueko Morimoto, on suit une jeune professeur qui trouve son premier poste d’enseignante dans un lycée pour garçons difficiles. Mais loin d’être intimidée, Kumiko Yamaguchi sait très vite se faire respecter par cette bande des délinquants juvéniles. Faut dire qu’elle est l’héritière d’un clan de yakusa et qu’il faut bien plus que quelques adolescents au sang chaud pour l’impressionner. Mais… faudrait pas que ses origines viennent à être connues par l’administration du lycée, elle risquerait de perdre son poste.


Quel titre humoristique conseillerez-vous ?

Share

Usu ! Gokusen entre dans la place

Gokusen, je connaissais déjà. J’ai vu le drama, l’anime… Il me me restait plus qu’à découvrir le manga. Et voilà qu’il débarque en septembre chez Kazé manga. Ni une ni deux, le lendemain de sa sortie je file à la librairie et dans la foulé je me régale des deux premier tomes sorti simultanément.

L’histoire je la connaissez déjà, mais qu’importe, le plaisir reste intacte et je suis pas déçue !

L’histoire je la connais déjà… mais vous peut-être pas ! Alors trêve d’introduction. Rentrons dans le vif du sujet.

L’histoire :

Kumiko Yamaguchi, héritière d’un clan de gokudo (de gangster) est devenue professeur de mathématique. Pour sa première année elle se voit affecté dans un lycée à la très mauvaise réputation, principale d’une classe de voyous. Ils s’essayent de l’intimider mais, ce n’est pas une bande de morveux qui va l’impressionner, elle  qui a grandi dans le milieu du crime organisé !

Professeur au grand cœur, elle veut être un bon prof pour tous ses élèves, pour les bons comme pour les mauvais. Le plus dur va être de leur faire comprendre qu’elle est de leur côté, tout en cachant ses origines familiales… Origines qu’elle cache, mais qu’elle ne rejette pas du tout puisque elle vit avec son grand-père, chef actuel du clan.

Humour et péripétie de gangster en milieu scolaire.

gokusen 1

Alors, ça donne quoi ?

Après deux tomes, j’adhère complètement. J’aime beaucoup le personnage de Yankumi (petit surnom que les élèves donnent à Kumiko Yamaguchi) qui oscille perpétuellement entre ces deux identités avec son lot de gaffes, sérieuse et légère, drôle et attachante, une prof comme on rêverais d’en avoir. Les élèves sont pas mal aussi, très caricaturaux, comme le veux l’histoire, mais attachant tant ils peuvent être balourds.

L’histoire est légère. On sourit, on se prend pas la tête. Et au même temps, si on a envie de creuser un peu, le sujet est tout de même intéressant puisque il s’interroge sur le rôle du professeur et du système éducatif en général face à une jeunesse à la dérive. Le sujet n’a rien de nouveau et d’autre s’y sont essayé sur le chemin de l’humour. Je pense notamment au cultissime GTO. Mais là où l’humour de GTO est très en dessous de la ceinture, ici c’est plutôt le comique de situation qui joue. Personnellement je trouve cela beaucoup moins lourd.

Côté dessin on a quelque chose de très simple, très caricatural. Ce style très épuré colle bien à l’histoire et aux personnages, on se prend pas au sérieux. Même les beaux gosses ne brillent pas, ils apparaissent plutôt comme des garçons ordinaires.

Bref, c’est bon et ça fait plaisir. Dommage que la traduction ne rende pas suffisamment la différence de langage entre yakuza et gens normaux. Si l’effet est renforcé par une calligraphie différente, au niveau des mots, c’est pas flagrant. Et petit point négatif qui n’a pas vraiment d’importance sauf pour les sniffeur de livre comme moi : le papier pue :'( A part ça un vrai bonheur 🙂

Gokusen

Morimoto Kozueko

1999

josei

Kazé manga

2/15 (série terminée)

Lire un extrait

 

Deuxième pioche dans les sorties de la rentrée, deuxième coup de cœur ! Ah dis donc ! Je suis plutôt de bonne humeur ces dernier temps 🙂 

 

2 livres – 0.33%

Share