Archives par mot-clé : Scott Westerfeld

Spill Zone – tome 2

J’avais beaucoup aimé le premier tome de Spill Zone et celui-ci nous laissait beaucoup de questions. J’en attendais beaucoup de la suite.

Si vous n’avez pas encore découvert Spill Zone je vous invite à lire ma chronique sur le tome 1, je précise seulement que je suis bien moins enthousiaste avec ce second tome.

/!\ attention spoiler /!\

Pour ceux qui ont lu cette série en 2 tomes, prenez place, je vais vous expliquer pourquoi je suis déçue.

J’avais aimé l’ambiance particulière qui se dégagé du premier tome. On ne savait encore si nous étions dans un univers SF ou fantasy, les personnages étaient assez classiques. Mais l’ensemble était bien mené. J’avais aimé l’héroïne et le mystère était bien géré. Ce n’était pas clair, mais justement ça donnait envie de découvrir ce qui se cachait derrière ces zones infectées avec toutes ces étranges créatures. Il y avait une bonne tension dans le récit.

En ouvrant le second tome je voulais qu’on m’en mettre plein la vue, qu’on m’explique et surtout que l’explication soit à la hauteur !

Malheureusement, j’ai trouvé ce second tome moins bien mené. Ce n’est pas désagréable, mais il y a moins de tension. On nous donne des réponses, mais elles ne sont ni assez claires, ni assez spectaculaires. On ne sait pas trop pourquoi et comment, où plutôt le pourquoi et le comment sont un peu légers à mon goût. Sans parler du fait que les réponses tombent un peu à plat. Personne ne semble vraiment s’en soucier alors que, bon, c’est quand même ce qu’il y a de plus important parce que pour le reste on a des personnages plutôt ordinaires.

D’ailleurs, un nouveau personnage apparaissait à la fin du premier tome, un nord-coréen qui semblait maîtriser d’étrange pouvoir en relation avec ce qui se passe dans la zone. Le personnage est développé dans ce second tome, mais je n’ai pas bien compris son intérêt. Il n’apporte finalement pas grand-chose. Le fait qu’il soit nord-coréen me semblait être lourd de sens, mais ce n’est pas tellement exploité. La relation qu’il entretient avec le régime nord-coréen est assez ambiguë, je n’ai pas vraiment réussi à bien cerner le message que cela pouvait véhiculer, si tant est que ça en véhicule un.

Quant à Addie, le personnage principal qui m’avait bien plu dans le tome 1, elle perd ici un peu de sa saveur, se met en retrait pour laisser plus de place à sa petite sœur qui, en retrouvant la parole, perd de l’intérêt. Enfin, sa poupée est une peste, quand bien même elle aurait raison je ne vois pas comment prendre son parti.

Et la petite ouverture de fin, trop facile, ne suscite même pas de la curiosité.

Du coup, je suis déçue. J’ai passé un moment de lecture distrayant, mais je n’ai pas retrouvé le plaisir du premier tome. Ça ne m’a pas donné l’impression d’être en face d’une histoire vraiment construite. On dirait plutôt que le premier tome a été lancé avec de bonnes idées et on verra bien plus tard. Et que le second tome ait été écrit après, une fois l’inspiration partie. Les bonnes idées tombent à plat.

Où alors j’étais vraiment pas d’humeur. Mon ressenti est tellement différent d’un tome à l’autre que je me suis effectivement demandé si ce n’est pas moi qui n’était pas du tout dans le même état d’esprit entre une lecture et l’autre. Si vous avez lu les deux tomes, ça m’intéresse d’avoir vos impressions. Est-ce que vous avez aussi ressenti cette différence entre les deux volumes ?

ma chronique du tome 1

le tome 2 sur le site de l’éditeur

Share

Spill Zone – tome 1

Que diriez-vous d’une bd sf ? Spill Zone me semblait prometteur avec sa couverture, dont je n’aime pas vraiment le bleu, mais qui m’intriguait par ses personnages et se terrifiant loup.

Spill Zone, paru fin mai chez Rue de Sèvre et une bd à la double nationalité, si j’ose dire. Le scénario est signé par Scott Westerfeld, auteur américain adepte de la sf et de la fantasy, le dessin, quant à lui, est l’oeuvre de Alex Puvilland, un illustrateur français expatrié aux USA qui avant de se lancer dans la bande dessinée à travaillé pour les studios d’animation.

SF ou Fantasy ? Dans ce premier tome, il est encore trop tôt pour le dire. En effet, on ne sait pas encore ce qui s’est réellement passé. Nous rentrons dans cet univers avec Addie, une jeune femme qui élève seule sa petite sœur étrange. Elles vivent à la lisière d’une zone mise en quarantaine après des événements survenus quelques années auparavant et ayant eu des conséquences pour le moins étranges. Est-ce une attaque extraterrestre, un phénomène naturel ou surnaturel ? Personne ne sait, mais la ville a été détruite.

S’il est interdit de s’y aventurer, Addie s’y rend fréquemment pour prendre des clichés des étranges phénomènes que l’on peut observer dans la ville. Des créatures bizarres, des balançoires vides qui bougent, des sortes de zombis flottant sans âme. La ville tout entière a été transformée en cauchemar. Très rares sont ceux qui ont survécu aux événements, et la petite soeur de Addie en fait partie. Depuis elle s’est retranchée dans un mutisme qui inquiète sa soeur. Pourtant la petite fille communique, elle communique avec sa poupée de chiffon par la pensée, et celle-ci lui répond !

Un univers étrange, tenant, à la fois, des films d’apocalypse et des histoires de magie. J’ai été happé par l’histoire. À chaque page, j’avais envie de savoir. Que s’est-il passé ? Que se cache derrière ses événements ? Pourquoi la petite soeur ne parle-t-elle plus ? Addie va-t-elle ressortir indemne de ses excursions dans la zone de quarantaine ? Qui est cette mystérieuse collectionneuse qui lui achète ses clichés ? Il y a tout un tas de questions qu’on se pose, mais les auteurs prennent leur temps, ne nous livrent pas trop de réponses à la fois, juste ce qu’il faut pour titiller encore plus notre curiosité. On prend le temps de découvrir la ville et la personnalité d’Addie, tout en étant en permanence sous tension. Va-t-elle se faire prendre ?

Je me suis beaucoup amusé avec ce tome. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Addie, qui, bien qu’assez classique, nous en avons déjà vu des Addie dans les séries et films américains, m’a été très sympathique. Et la tension est bien maintenue tout au long de l’album. En le refermant après l’avoir dévoré très vite, j’avais envie de lire la suite, même si la fin, avouons-le, n’est pas très originale.

Avec Spill Zone, on reste dans la lignée de ce genre de fiction, on en connaît tous les ficelles et il n’y a pas ici de réelles surprises, mais c’est bien mené, c’est agréable et aussi joliment dessiné. J’ai apprécié le style de Alex Puvilland que je découvre avec ce titre. Les couleurs sont un peu criardes, mais ça se marie plutôt bien avec l’ambiance générale.

Bref j’ai aimé ! Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Spill Zone sur le site de Rue de Sèvre


Share