Archives par mot-clé : Yoko Fujitani

Whispering, les voix du silence – tome 2 à 4 [manga]

Tranche de vie et fantastique s’entremêlent dans ce manga tout en douceur.

Whispering, les voix du silence T.2Whispering, les voix du silence T.3

Avec le premier tome, nous assistions à la rencontre d’un jeune enfant étrange et solitaire, Daichi, et d’un ado faussement enjoué, Kôji. Daichi est étrange, car il possède un pouvoir très particulier : il a la capacité d’entendre les pensée, non seulement celles des personnes, mais aussi celles des animaux et des choses.

Nous sommes avec ce manga dans un esprit animiste très japonais où tout chose a une âme, et même votre téléphone peut-être triste si vous ne le traitez pas avec bienveillance.

Solitaire, Daichi l’est-il vraiment ? S’il le parait aux yeux des adolescents qui le regardent jouer, Daichi ne se sent pas seul, entouré de tous ces animaux et ses objets qui lui parlent. Un enfant plein d’imagination pour les uns, un « camarade de pouvoir » pour Kôji qui reconnait immédiatement les signes du pouvoir qu’il a lui-même connu enfant.

Ce fait alors une rencontre inattendue entre Kôjo, qui sous ses aires fanfaron est un vrai solitaire qui a peur de se lier aux autres, et Daichi qui sous ses aires dans la lune est heureux et entouré. Daichi trouvera en Kôji un grand frère avec qui partager cet étrange pouvoir, Kôji trouvera en Daichi un petit frère à protéger, mais aussi un moteur.

Boosté par cette rencontre il va peu à peu s’ouvrir aux autres et, au fil des tomes suivants, on le voit évoluer, se rapprocher de ses camarades pour lier avec eux, et avec la famille de Daichi, de vrai lien d’amitié.

Au fur et à mesure que Kôji s’ouvre aux autres, ceux-ci gagnent en espace dans le scénario. On apprend à les connaitre non plus à travers le prisme des liens qu’ils entretiennent avec Kôji, mais à travers leur propre point de vue. Un bel équilibre se crée entre les différents personnages. Et si Kôji reste le fils conducteur du manga, il n’en efface pas pour autant les personnages secondaires, qui deviennent de plus en plus touchants.

Tout comme l’aspect fantastique qui, bien que présent à chaque tome, n’efface pas l’aspect tranche de vie du titre. On suit nos héros au rythme des périodes scolaires et des vacances.

Whispering, les voix du silence T.4

Une jolie série qui à chaque tome m’offre un doux moment de lecture.

Graphiquement je le trouve aussi de plus en plus agréable. Peut-être me suis-je simplement habituée au style de l’auteur. Quoi qu’il en soit, si le premier tome ne m’avait pas pleinement convaincu de ce côté là, les derniers tomes je les ai trouvé très jolis à regarder. Classique, mais joli.

Whispering sur le site d’Akata

lire un extrait (tome 1)

⇒ sur Amazon : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4 ou chez votre libraire préféré

Connaissez-vous cette série ? Avez-vous envie de l’essayer ? Dites-moi tout en commentaire !

Le tome 5 vient de sortir et je ne vais pas tarder à le lire !


Share

Whispering – les voix du silence – tome 1

Kôji, un lycéen ordinaire, rencontre un drôle d’enfant qui semble parler aux animaux et aux objets. Alors que ses camarades prennent cela pour un jeu, Kôji sait que cet enfant ne ment pas, car lui-même, enfant, avait ce pouvoir. La rencontre avec le petit garçon va bouleverser l’adolescent qui sera tiraillé entre des sentiments contradictoires, la nostalgie d’un pouvoir perdu, la rancoeur et la douleur qu’avait provoqué l’incompréhension de ce pouvoir, enfant, l’envie de se rapprocher du jeune Daichi et celui de s’éloigner de tout ce qui lui rappelle ses mauvais souvenirs d’enfance.

Manga - Whispering les voix du silence

J’avais repéré ce titre au moment de faire ma sélection parmi les nouveautés manga de mai, la couverture avait attiré mon regard et le pitch me plaisait bien. Mais la première chose que j’ai remarquée en feuilletant rapidement l’album chez le libraire, c’est que l’auteur venait du milieu du yaoï, ça se voit tout de suite au style du dessin. Et ça me faisait un peu peur, non pas que cela me gène qu’un auteur commence à se faire un nom dans le yaoï avant de passer à autre chose. Elles sont nombreuses les mangaka à suivre ce parcours. Et le yaoï en tant que tel ne me gène pas non plus, j’aime en lire, même si cela arrive de moins en moins souvent. Mais l’histoire mettant en scène un enfant et un ado, je n’avais pas du tout envie de lire une histoire du genre super lovers ! Rien que l’idée m’hérisse les poils.

Cela dit, je me suis fiée à l’éditeur. Je ne voyais pas Akata publier ce genre d’histoires. Et puis, ce n’est pas parce que l’auteur à gardé un style graphique fleurant bon le yaoï qu’on a à faire à du boys love. J’ai tenté le coup. Et je ne suis pas déçue.

J’ai trouvé ce premier tome très agréable à lire. Les personnages sont attachants. Et j’aime beaucoup l’incursion du fantastique dans les tranches de vie ordinaires. Kôji et Daichi partagent un drôle de pouvoir, mais cela ne change rien au fait que le matin il faut aller à l’école.

En un seul tome, Kôji a beaucoup évolué et j’ai hâte de lire la suite pour voir où l’auteur va nous mener.

sur le site des éditions Akata

→ à lire aussi les avis de Kiba-chan et Bobo

Share