Archives du mot-clé Zep

The End – Zep

Théodore rejoint une équipe scientifique dans une forêt suédoise pour étudier la communication des arbres. Le professeur qui dirige les recherches défend l’idée que les arbres sont capables de communiquer entre eux et de produire des toxines afin de se défendre, voire même de réguler la vie sur terre. Professeur fantasque ou visionnaire ? Cela aurait-il quelque chose à voir avec ces morts inexpliquées survenues quelque temps auparavant en Espagne ?

Alors que l’équipe est sur le point de mettre la main sur un ADN qui révolutionnera la science, la Fin arrive. La Fin, celle avec un grand F. La fin de notre monde tel que nous le connaissons et cette fin, si nous l’avons largement mérité par notre comportement irresponsable envers la nature, elle nous arrive par les arbres. Mais est-ce la fin de tout ?

J’ai trouvé le point de départ de cette bande dessinée très intéressant d’autant plus qu’il s’inscrit dans l’actualité. L’écologie est au coeur des enjeux de notre siècle et les décisions qui seront prises dans les années qui viennent auront de lourdes conséquences sur l’écosystème de la terre tout entière. J’ai bien peur que ce soit une responsabilité bien trop grande pour les frêles épaules de l’humanité, déjà dépassées par sa propre évolution. Le sujet semble également inquiéter Zep, qui, à travers ce thriller écologique, veut nous alarmer sur la gravité de la situation.

Une idée de départ intéressante, donc, avec une importance toute particulière accordée aux arbres. Cela aussi est dans l’air du temps. De récentes recherches ont en effet mis en lumière la capacité des arbres (et des végétaux en général) à communiquer chimiquement entre eux, sans parler des livres récemment sortis faisant la part belle à l’intelligence des arbres.

Si je n’ai pas lu ces livres (pas encore du moins) j’ai eu vent des recherches sur le sujet et ai trouvé ça intéressant de retrouver ici des choses entendues ailleurs dans des contextes très différents.

Cependant j’ai été un peu déçue par cette bd. Je l’ai lue avec beaucoup de plaisir, c’est agréable et assez prenant, mais il me manquait quelque chose. Déjà, je trouve que cette réaction des arbres arrive un comme un cheveu sur la soupe, d’un coup, sans trop crier gare, comme par hasard juste au moment au les scientifiques sont sur le point de décoder le message que porte l’ADN des arbres. Je n’ai d’ailleurs pas très bien compris cette histoire d’ADN. Mais ce qui m’a chiffonné c’est la rapidité avec laquelle cette Fin arrive. Je n’ai pas trouvé ça très réaliste.

Par ailleurs, je trouve dommage que la dernière partie de la bd ne soit pas plus développée. Difficile de vous livrer mes impressions exactes sans trop vous en dire. Mais, disons que ce qui est intéressant dans une apocalypse c’est la post-apocalypse, or ici on ne nous livre pas vraiment de pistes intéressantes sur l’après.

The End a du moins le mérite de nous interpeller sur le pourquoi d’une fin qui n’est peut-être pas imminente (comme dans l’histoire), mais qui ne relève peut-être pas de la science-fiction, en tout cas, si on continue à aller droit dans le mur.

Côté dessins, j’ai trouvé ça agréable, j’aime le trait fin et expressif, mais je n’ai pas compris le jeu de couleurs sur le fond. Une page et dans les tons bleu, l’autre dans des tons marron et cette variation de couleurs ne semble pas toujours porter un sens. Et ça m’a beaucoup perturbé, parce que j’essayais de comprendre ce que cela pouvait bien signifier.

En conclusion, je dirais que j’ai passé un bon moment avec cette bande dessinée, mais qu’elle ne va pas au bout de ses promesses. J’étais un peu frustrée en la refermant.

sur le site de Rue de Sèvres

Zep


Challenge un max de BD en 2018

Share

Une histoire d’homme

Si j’ai eu envie de lire cette BD c’est par pure et simple curiosité. Je n’ai même pas lu le pitch. Je connaissais le nom de Zep (qui ne connais pas Zep ?) à travers Titeuf. Et, autant vous le dire de suite, je ne suis pas particulièrement fan de Titeuf. J’en ai d’ailleurs jamais lu. Je me suis contentée d’y jeter un œil discret à l’époque où ma fille aimait bien. Rien de plus. Ma curiosité était attisée par le fait que l’auteur, spécialisé dans la BD jeune publique, sorte avec ce titre un album qui s’adresse aux adultes et qui soit sérieux (il suffit de regarder les tronches que tirent les mecs sur la couverture pour s’en rendre compte). On est là dans un univers très différents de celui de Titeuf et j’étais intéressée par cette démarche. Allait-il réussir avec autant de talent qu’il a eu pour séduire les têtes blondes ? C’est ce que nous allons voir.

L’histoire :

Trois vieux amis se vont ensemble en Angleterre pour rendre visite au quatrième membre de leur ancien groupe de rock. Des 4, celui-ci est le seul à avoir continué dans la musique. Il est même devenu une rock-star. Si deux membres du groupe ont refait leur vie loin de la musique et qu’il n’en sont pas malheureux, Yvan a passé les 20 dernières années à vivre dans la rancœur et le regret, n’étant plus que l’ombre de ce qu’il avait été.

Mais pourquoi l’ancien leader du groupe à décidé de les réunir tous les trois en cette date si particulière : l’anniversaire de la mort de son fils ?

Mon avis :

Franchement, j’ai trouvé la lecture agréable mais je n’ai pas été emballé. Au niveau du dessin, j’ai pas trouvé ça super, il y a même quelques raté, notamment le visage de Béa dans les premières planches. Je me demandais si elle était entrain de faire la grimasse ou si il y avait un problème dans la symétrie du dessin, j’y suis revenue plusieurs fois pour essayer de trancher, et j’ai pas la réponse…

La coloration n’est pas très gaie non plus, mais bon, l’histoire non plus, alors on peut dire que cela s’accorde plutôt bien avec le reste.

Le scénario est plutôt bien construit, mais sans surprises. Et… sans grand intérêt. Je n’ai éprouvé aucune empathie pour les personnages et leur histoire est passé sur moi comme une brise légère par un jour chaud d’été : agréable mais vite oublié.

site officiel (vous pouvez y lire un extrait)

Share