L’immeuble d’en face

Après une première version de 80 pages auto-produite, L’immeuble d’en face est publié par La Boite à Bulle en 3 tomes dans la collection contre-jour.

l'immeuble d'en face

Tome 1 paru en 2004, sélectionné pour le Festival International de la Bande-dessinée d’Angoulême en 2005

Tome 2 paru en 2007

Tome 3 paru en 2010

Résumé :

Tout au long de ses trois tomes ont apprend à connaître les locataires de cet immeuble de Lille. On les suit dans leurs tribulations du quotidien : promenade du chien, tasse de thé, rencontres sur le palier, querelles d’amoureux… la vie aussi vraie que nature. Au rez-de-chaussé vit une mère célibataire enceinte, au premier un couple d’âge mûr avec leur gros chien et au dernier étage un jeune couple d’étudiants.

Mon avis :

L’éditeur présente le premier tome de la série comme un « manga à la française qui devrait séduire les amateur aussi bien de shojo que de roman graphique« . Moi je trouve que le travail de Vanyda est bien plus qu’un « manga à la française« . Elle a su créer son propre style à mi chemin entre le manga et la BD franco-belge.   Son coup de crayon est tout de suite reconnaissable. Dessin noir et blanc au trait fin, simple et expressif. Si on retrouve parfois quelques mimique et une mise en page qui rappellent le manga, le dessins est très loin des standards du shojo. On sent plus l’influence des manga dans les dialogues que dans le dessin. Si je devait comparer cette BD à un manga j’aurais plutôt parlé de seinen dans le genre tranche de vie, car il y a aucun ingrédient du shojo. Pas de romance, mais la vrai vie de couple avec leur interrogation, leur haut et leur bas.

Les personnages ont une belle profondeur et sont très attachants. Le jeune couple prédomine, avec leur amis par le nombre de pages qui leurs sont accordé, sans doute dû à l’âge de l’auteur. Les scènes de la vie quotidiennes sont touchante de vérité .

Raconté comme ça, on pourrait s’attendre à quelque chose de plutôt ennuyeux, mais pas du tout ! Il y a peut-être pas de grande aventure, d’énigme à résoudre ou d’intrigue amoureuse tordue. Mais on se prends d’affection pour ces personnages, on a envie de les suivre, de les voir évoluer, grandir, vieillir… On enchaîne les trois tomes et à la fin on se dit « oh non, déjà fini! », on aurais voulu rester dans cet immeuble encore un peu plus longtemps.

Une très bonne BD, un auteur à retenir.

-_-_-_-_-_-

Du même auteur :

Trilogie Celle que … publiée chez Dargaud.

On suit Valentine, une jeune ado qui se cherche. Un univers peut-être un peu plus shojo, puisque on se retrouve au collège, puis au lycée. Une très bonne BD aussi. L’influence du manga y est beaucoup plus présente, surtout par de nombreuses références. Les personnages sont très bien traité et même si j’ai quitté le lycée depuis… longtemps ^^, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette trilogie que je vous conseille également.

Vanyda a également collaboré avec F. Duprat sur L’année du dragon. Comme je ne l’ai pas lu, je n’en dirais pas plus.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *