Oriundi, une histoire de rêve américain (du sud)

Oriundi.jpg

Oriundi est film brésilien de 2000 réalisé par Ricardo Bravo.

Romance fantastique, il met en scène une famille d’italo-brésiliens au bord de la rupture. Le grand-père, Giuseppe Padani, a immigré au Brésil avec sa femme Caterina pour y fonder une petite entreprise de pâtes. Caterina est morte des années. Giuseppe a 93 ans, l’entreprise a prospéré et elle est maintenant au mains du petit-fils Renato. Celui-ci veut vendre alors que son fils, qui finit à peine ses études, aimerais un jour en hériter. La fille quant à elle, elle suit des études de droit mais rêve de devenir actrice.  C’est dans ce contexte que arrive Sofia, une nièce d’une branche éloigné qui prétends faire des recherches sur les immigrants italiens et cherche a se rapprocher de la famille. Giuseppe est convaincu qu’il s’agit de Catarina, mort dans un accident d’avion encore jeune, des années plus tôt.

oriundi--caterina.jpg

Mon avis :

Si je me suis intéressé à ce film, ce n’est pas tant pour son intérêt artistiques. Je ne peux pas dire qu’il soit mauvais, mais il est assez quelconque. Les acteurs sont plutôt pas mal, mais l’ensemble avec ses élans mélodramatique rappelle un peu trop les telenovelas brésiliennes. J’ai néanmoins aimé le rôle du grand-père Giuseppe, surtout au début du film.

Ce qui m’intéressait, c’est l’histoire des Oriundi. Le mot oriundo désigne un émigrant italien vivant hors d’Italie ainsi que ces descendent. Tout le monde connait, à travers de nombreux films sur la mafia notamment, l’histoire des Italiens émigré aux États-Unis. À cette même époque, nombreux furent les Italiens qui quittèrent leur patrie pour l’Amérique du Sud. C’est plus particulièrement aux Italiens partis au Brésil que je m’intéressait.

C’est lors de mes recherches sur le sujet que je suis tombé sur ce film. Je dois avouer que j’ai été plutôt déçue. En dehors du côté romantico-fantastique de l’histoire, j’espérais une fresque réaliste de ce qu’avait été la vie des immigrants italiens. Il est vrai que certains immigrants italiens construisirent les premières fabriques de São Paulo et autres villes du Sud du Brésil. Mais je pense que dans la masse d’immigrés italiens, ceux qui sont parvenu à devenir de riches industriels sont plutôt rares. Et c’est justement cette catégorie là que le réalisateur utilise comme cadre de son histoire.

Pourquoi pas. Une riches famille avec terres, avions et somptueuses demeures c’est bien plus glamour comme cadre pour des histoire d’amour. Mais alors pourquoi intituler le film Oriundi ? Cela laisse a entendre que le film, à travers une famille va nous raconter l’histoire de tous les oriundi ou du moins la grande majorité. Heu… C’est plutôt l’inverse qui se passe. Il prend comme cadre pour son histoire le stéréotype du rêve américain, version brésilienne.

Le film en lui-même n’est pas désagréable, mais on n’apprends rien sur l’histoire des vrais immigrés Italiens. Ceux qui, séduit par les récit de rêves américains ont fuit la pauvreté et se sont retrouvé à travailler dans les plantations de café comme des quasi-esclaves, ceux à qui on avait promit des terres et qui se sont retrouvé à défricher un bout de forêt ou rien ne pousse…


Une réflexion au sujet de « Oriundi, une histoire de rêve américain (du sud) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *