Senkou no night Raid : Histoire, espionnage et super pouvoirs

senkou-no-night-raid

Titre original : 閃光のナイトレイド

Série en 13 épisodes (+ 3 OVA) réalisé en 2010 par Matsumoto Jun, studio A-1 Pictures. Au chara  design Sasaki Keigo (Blue Exorsist). Musique de Hakase Taro.

Synospis :

1931, alors que le pays  vit une grande tension géopolitique, que le Japon cherche à étendre sa domination sur l’Asie, l’organisation japonaise Sakurai, spécialisé dans le contre-espionnage envois à Shanghai 4 jeunes agents :

Aoi Miyoshi : jeune homme plein d’énergie, toujours souriant. Il a un pouvoir télékinétique qui lui permet de manipuler les choses et les gens qui se trouvent près de lui, à condition de pouvoir les voir. Comme couverture il tient une boutique de photographe avec Kazura.

Kazura Iha : jeune descendant d’une ancienne famille de samouraï, il sort d’une école militaire et intègre la Sakurai après avoir été mis à l’écart de l’armée. Si la Sakurai s’intéresse à lui c’est pour son pouvoir qui lui permet de se téléporter. Lors des combat, Kazura préfère ne pas utiliser son pouvoir car il pense que cela désavantage son adversaire.

Natsume Kagiya :né dans une famille modeste, Natsume travaillait comme serviteur pour la famille de Yukina. Il la suit a Shangaï, lui servant de garde du corps. Mais en privé c’est d’égal à égal qu’il entretient une relation amical avec cette dernière. Il a le pouvoir de clairvoyance.

Yukina Sonogi :Jeune femme d’une famille noble, elle décide d’intégrer la Sakurai pour retrouver son frère aîné disparu. Elle est télépathe.

Leur mission sera de retrouver les traces d’une faction de l’armée japonaise disparue et de découvrir ce qu’ils préparent. Mais, quand le pays pour lequel on se bat semble emprunter des chemins dangereux, il est difficile de faire la part des choses, de choisir le bon camps. Nos héros, influencé par leur propres aspirations et leur passé seront confronté à des questions difficiles mettant à mal leur détermination et leur motivation. Qui croire? Qui suivre?

 senkou-no-night-raid.jpg

Mon avis :

Voici un très bon anime prenant pour cadre une période historique pas très connue en Europe. L’animation est de très bonne qualité, un bon chara design, des personnages bien travaillé et attachant. Un scénario complexe mais intéressant.

Entre espionnage, contre-espionnage, tension politiques et trahison, il n’est pas toujours très facile de suivre. Une bonne connaissance de l’entre-deux guerres en Asie est une aide précieuse. Cela permet de faire le tri entre les réels fait historiques cités et la part de fiction.

Cependant, malgré l’aspect assez pointu des événement historiques mis en cause, l’anime reste très agréable puisque les personnages sont bien construit. On prends plaisir à les voir évoluer, tisser des liens entre eux, tout en étant envahis par des doutes légitimes face à la complexité de la situation politique au Japon et en Asie à l’époque.

Si des connaissances historiques peuvent aider à mieux suivre, regarder cet anime peut aussi être l’occasion de découvrir une période méconnue de l’histoire contemporaine. Je dis méconnue, elle ne l’est pas tellement. En cous d’histoire on en a sûrement évoqué les grandes lignes. Mais il est vrai que dans nos contrées on s’attarde plus sur les événement qui se déroulent au même moment en Europe, aussi victime de grandes tension géopolitiques.

Derrière l’intrigue se cache également une réflexion sur la bombe atomique et sur ce qui aurais pu éviter son utilisation. La bombe atomique en 1931 ? Me direz-vous. Oui, mais pour comprendre, je vous laisse regarder l’anime 😉

Opening :

Yakusoku (約束) du groupe rock visual kei MUCC

 

 

Ending :

Mirai e… (未来へ…) de Himeka, chanteuse d’origine Canadienne francophone.

 

Site officiel : link


Petit abrégée d’histoire :

Voici quelques informations qui pourront vous aider à mieux comprendre le background de l’anime.

Contexte historique :

Après la guerre russo-japonaise (1904-1905) le Japon remplace la Russie en tant que puissance dominante en Mandchourie.

On évoque cette guerre dans l’épisode 7. On y parle de la cession au Japon de la péninsule de Liodong pour une période de 99.

En 1911 la Chine fait face à une révolution qui met fin au règne des empereurs Quing, au pouvoir depuis 1644. La République de Chine est proclamé en 1912, et Nankin devient la nouvelle capitale. Les différentes sociétés secrètes nationalistes à l’origine des soulèvements armées se dissolvent pour fonder le Koumintang, parti nationaliste qui va prendre la tête de la nouvelle République.

Mais cette nouvelle République est très fragile. Elle doit faire face à plusieurs conflits internes, notamment contre le parti communiste, qui prends les armes, ainsi que différents seigneurs de guerres qui affrontent l’armée républicaine.

Dans l’anime, on fait référence au Koumintang (KMT) dès le premier épisode. On voit dans cet épisode que le KMT s’oppose par les armes à un petite faction militaire chinoise.

Au Japon, les idéaux nationalistes se développent également. L’expansionnisme japonais prend son origine dans une idéologie basé sur la supériorité génétique du peuple japonais. Cette supériorité lui donne le droit de dominer l’Asie.

En 1926 l’empereur Hirohito accède au pouvoir et commence alors l’ère Shôwa (1926-1989). La première partie de son règne (jusqu’en 1945) sera marqué par le nationalisme et les politiques expansionnistes en Asie.

Invasion de la Mandchourie par le Japon :

Le Japon craint que l’unification de la Chine par le Koumingtang, parti nationaliste, ne nuise à sa position dominante en Mandchourie. Et va se servir de l’incident de Mukden comme prétexte pour envahir la Mandchourie.

L’incident de Mukden a lieu le 18 septembre 1931 : une section du chemin de fer appartenant à une société japonaise est victime d’un attentat. Les Japonais accusent les chinois d’en être à l’origine et réagissent en envahissant la Mandchourie dès le 19 septembre.

Cet attentat, qui, en réalité, n’a provoqué que de petits dégâts sur le chemin de fer, a été orchestré par l’armée japonaise du Guandong. L’initiative a été prise par le colonel Seishiro Itagaki et le lieutenant-colonel Kanji Ishiwara du régiment Shimamoto qui gardait le chemin de fer.

Longtemps controversé, la responsabilité de l’armée japonaise dans cet incident à pourtant été prouvé. Itagaki a reconnu sa responsabilité lors du procès de Tokyo. Quant à la responsabilité de Ishiwara, elle est prouvé par son journal où il y raconte les préparatifs de l’attentat. (Merci à Bruno Birolli pour ces précisions)

C’est au au début du deuxième épisode  que l’on nous explique l’existence de l’armée du Guandong, faction de l’armée impériale japonaise basé en Chine et fonctionnant de façon quasi-autonome. Dans cette introduction on parle également de l’incident mandchou, autre nom donné à l’incident de Mukden. L’épisode 7, intermède explicatif de la série, on revient plus en détail sur cet indicent. On y explique les raisons qui poussent le Japon à s’intéresser à la Mandchourie et on donne une explication de l’incident du chemin de fer. 

Dès le lendemain l’armée du Guandong attaque les troupes chinoises stationnées non loin du lieu de l’incident. Celle-ci ayant reçu l’ordre de ne participer à aucun combat et de mettre les armes à l’abri, n’opposent pratiquement aucune résistance à l’armée japonaise qui, très rapidement, occupe les 3 villes principales de la région : Mukden, Changchun, Antung ainsi que leurs environs directes. En quelques jours le Japon contrôle trois provinces : Heilongjiang, Jilin et Liaoning.

Le 19 septembre le Gouvernement chinois proteste contre l’invasion japonaise et fait appel à la Société des Nations. Le 24 octobre celle-ci passe une résolution demandant au Japon de retirer ses troupes. Le Japon rejette cette résolution et demande à négocier directement avec la Chine.

Le 18 février 1932 le Japon déclare l’indépendance de la Mandchourie qui devient le Manshûkoku. Il choisissent comme capitale Chanchun qui va prendre le nom de Xinjing (nouvelle capitale).

La création du Manshûkoku est évoqué dans l’épisode 8.

L’armée japonaise installera à la tête du Manshûkoku un gouvernement fantoche dirigé par l’ancien empereur de la Chine : Puyi. En 1934 celui-ci sera couronné empereur du Manshûkoku.

Le couronnement de Puyi est évoqué dans le 13 et dernier épisode de la série, où l’on voit Yukina venue en Mandchourie pour assister à la cérémonie.

L’état n’est pas reconnu par la Société des Nations, mais, entre 1932 et 1944, plusieurs pays reconnaîtront son indépendance.

Le pays servira de base à l’armée japonaise notamment lors de la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945). Durant cette guerre, un grand nombre de civils chinois sera déporté vers le Manshûkoku pour y être employé comme travailleurs forcé.

Guerre de Shanghai :

La guerre de Shanghai, aussi connue sous le nom d’incident du 28 janvier, oppose l’armée japonaise à l’armée de la République de Chine, peu de temps après l’invasion de la Mandchourie.

Le 18 janvier 1932, 5 moines bouddhistes japonais sont battu par des civil chinois dans la fabrique de Sanyou. En réponse à cette agression, des agents japonais mettront le feu à la fabrique et tueront un des agents de police envoyé sur les lieux par le gouvernement républicains. Cette réaction déclenche dans la ville des manifestation anti-japonaises.

Le 27 janvier le Japon réuni plusieurs navires de guerres, avions et soldat autour de Shanghai et demande à la mairie de Shanghai de condamner officiellement les violence anti-japonaise ainsi qu’une compensation financière. Le 28 janvier dans l’après-midi la municipalité accepte la requête émise par le Japon, mais la nuit même les avions japonais bombardent la ville.

Les affrontements se poursuivent jusqu’au 5 mai. La signature d’un cesser le feu fera de Shanghai une zone démilitarisé.

La guerre de Shanghai aurai fait près de 13.000 victimes militaires et entre 10.000 et 20.000 victimes civiles.

Ces affrontement entre armée chinoise et japonaise dans Shanghai sont brièvement évoqué par un personnage secondaire dans l’épisode 9

Je suis loin d’être une experte de cette période historique, je me suis contenté de vérifier les fait citer dans l’anime et chercher quelques explications complémentaires afin de mieux comprendre. Si vous notez des erreurs, où voulez donner quelques précision sur ces événements, laissez un commentaire. Votre avis sur la série est aussi le bienvenu.

senkou no night raid Yukina

4 réflexions au sujet de « Senkou no night Raid : Histoire, espionnage et super pouvoirs »

  1. J’ai découvert cette série cette semaine et je l’ai trouvée passionnante. Je regrette de ne pas l’avoir découverte plus tôt d’ailleurs. J’ai l’impression qu’elle n’a pas captivé grand monde, ce que je trouve bien dommage. Mais je me trompe peut-être. J’espère qu’elle a au moins été appréciée au Japon. J’ai posté un petit avis à son sujet :
    http://www.mata-web.com/forum/viewtopic.php?f=10&t=3264&p=260564#p260564

    Elle m’a tellement plu que j’ai commandé l’intégrale en VOSTA. J’espère qu’elle arrivera à bon port, dans quelques semaines sans doute.
    Tes articles historiques m’ont beaucoup intéressée aussi. Ils sont très utiles pour mieux comprendre le fonctionnement de périodes cruciales pour les différents pays.

    En cherchant des livres sur le Go, je suis tombée sur ce roman :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Joueuse_de_go
    Il est possible que tu le connaisses déjà, vu qu’il parle de cette période. Pour ma part, je n’en avais pas entendu parler avant, mais le sujet m’intéresse d’autant plus aujourd’hui.

    1. Merci, je suis contente que mes petites introduction historiques t’aient plu ^^
      J’ai vu cette série il y a un moment déjà mais j’en garde toujours un excellent souvenir, je suis tout à fait d’accord avec l’avis que tu as laissé sur mata-web, il y a un très bon équilibre entre contexte historique, personnages et intrigue.

      Pour le roman, je ne connais pas du tout. ça l’air très intéressant. Merci pour le tuyau, je vais le chercher ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *