Chinaman, BD western bol de riz

C’est le hasard qui m’a fait tomber sur cette BD à la médiathèque, l’idée m’a amusé et je me suis dit, pourquoi pas.

chinaman-1.jpg

La première fois que j’ai ouvert le tome 1 j’ai été un peu agressée par l’image, toutes ses couleurs, trop d’informations. Faut dire que je lis plus tellement de BD et me suis si bien adaptée au dessin noir et blanc du manga que je ne savais plus où regarder. Passé cet effet de surprise, mes yeux se sont réhabitués au monde en couleur et j’ai commencé la lecture.

Chen débarque en Amérique avec son ami Chow. Tout deux travaillent comme garde du corps pour un homme de la triade chinoise. Celui-ci dupe Chen pour de l’argent et une alliance avec Hupper, un malhonnête homme blanc. A cause des plans malveillants de son patron, la femme dont Chen était tombé amoureux meurt. Chen décide de se venger et de quitter la communauté chinoise pour vivre en solitaire dans le grand ouest américain. Pas facile quand on est chinois dans un pays fraîchement colonisé par des blanc pétrit de préjugé raciaux.

chinaman-4.jpg

Lors de ses voyages, Chen, connu maintenant sous le nom de Chinaman, va faire de belles rencontres qui l’aideront à faire son deuil et aller de l’avant. D’autres rencontres moins heureuses seront également au rendez-vous. Bien qu’il souhaite faire profil bas, Chinaman ne peut s’empêcher de venir en aide aux autres et de se retrouver impliqué dans des histoires parfois bien dangereuses.

Si le dessin ne m’a pas attiré à priori, il est plutôt agréable, réaliste et bien réalisé. C’est surtout le scénario et l’ambientation qui sont l’intérêt de ce titre. Un western à la sauce chinoise c’est pas courant et voir les scène de kung fu alterner avec les grande chevauché dans l’ouest sauvage, brigand et cowboys au grand chapeaux c’est assez amusant. Mais en dehors de ce cadre original, le scénario est bien construit, on suis Chinaman dans son évolution, du grade du corps dévoué à l’homme libre. Il se construit au fil des voyage, des rencontres. Il y a de l’action mais aussi la réflexion du héros sur lui-même et sur le monde qui l’entoure. Et en profite au passage pour dénoncer le racisme, la ségrégation. On nous montre l’importance de la communauté chinoise dans cette Amérique en devenir qui ne se compose pas seulement de « blancs » et de « rouges ». Si Chinaman ressent la nostalgie du pays et des siens, il se fera aussi des amis chez les blancs où tous ne sont pas aveuglés par les préjugés. Une belle aventure, un beau personnage.

chinaman-6.jpg

Chinaman

Dessin de TaDuc

Scénario de Le Tendre

Publié d’abord chez Humanoïdes Associés (1997 – 2000), puis chez Dupuis, collection Repérages à partir de 2001.

9 tomes parus

Share

Une réflexion au sujet de « Chinaman, BD western bol de riz »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *