Fragments d’amour

Kiriko Nananan, encore une auteure de manga pour femme dont j’ai beaucoup entendu parler et que je n’avais pas encore eu l’occasion de lire. Et voilà que, le jour même où j’en parle avec une bibliothécaire, je découvre, un étage plus haut, au rayon jeunesse, un de ses manga. Je trouve qu’il aurait plus été à sa place chez les adultes, mais bon…

fragments-d-amour-sakka.jpg

Aux éditions Sakka, collection Auteurs

Ce one-shot regroupe plusieurs histoires courtes parues entre 1997 et 2003 dans divers magashiToutes mettent en scène des jeunes femmes ou jeunes hommes amoureux…

Les prises de tête amoureuses c’est pas trop mon truc, alors, sur le fond, ce manga ne m’a pas vraiment touché. En revanche, sa forme m’a beaucoup marqué. Le dessin de Nananan est très particulier. Très vide. Il n’y a presque pas de décors, quand il y en a il est très sobre, superpositions de taches et d’ombres. La pluspart du temps on a des gros plan sur des personnages dans des cases complétement blanche. L’ambscence casi totale de trame de fond en est presque trublante. Le dessin lui-même est très minimaliste, les visages sont esquissé en quelques traits. Si je les ai trouvé très beaux, il sont si peu détaillés, que j’ai parfois du mal à distinguer les hommes des femmes. Le cadrage à également attiré mon attention. Ce ne sont pas toujours les visages qui
sont mis en scène, mais les mains ou autres parties du corps. La gestuelle devient alors très expressive, presque plus que les traits du visage.

Quant au texte, là encore, il est exploité de façon originale. Aux dialogues dans les bulles, Nananan privilégie le texte posé à même la case, retranscrivant les pensée intimes du personnages ainsi mis à nu. L’auteure nous plonge, l’espace de quelques pages, dans la plus grande intimité de ses personnages, qu’elle sait rendre très touchant.

Fragments-d-amour1.jpg

Quelques mots sur le fond, tout de même. Toutes les histoires montrent des jeunes gens aux prises avec l’amour. Des filles volages, des amours à sens unique, des jeunes qui se cherchent, qui tâtonnent… Des histoires pas toujours faciles, parfois douloureuses, rarement heureuses, mais qui sont toujours traité avec beaucoup de tendresse. Si certaines auteures de shôjo prennent plaisir à torturer à outrance leurs personnages, j’ai eu l’impression que Nananan les aime. Chaque histoire se termine sur l’espoir d’un avenir meilleur.

J’ai été vraiment séduite par le travail de Nananan et la beauté de ses dessins épurés. J’aimerais maintenant la découvrir dans un manga plus long. Blue me tente depuis un moment déjà.

Share

2 réflexions au sujet de « Fragments d’amour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *