C’est lundi que lisez-vous ? #121

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading? par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane. et maintenant pas I Belive in Pixies Dust.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Qu’allez-vous  lire ensuite ?


Les lectures de Bidib

J’ai lu

La semain dernière j’ai complètement oublié le rendez-vous ! Voici donc mes lectures des 15 dernier jours.

Manga et BD au rendez-vous. J’ai fini tous les Gokusen que j’avais en stock, et j’ai bien envie de lire la suite de la série, (le tome 10 est déjà commandé). J’ai aussi lu les deux premiers tomes de la saison 2 de l’île infernal, un seinen bourrin mais efficace (ma chronique est ici). J’ai aussi découvert la série Brigade Verhoeven avec son second tome : Irène. Un belle surprise, l’enquête est sympa et j’ai baucoup aimé le dessin (ma chronique est ici). Et pour un peu de douceur, j’ai également lu BL métamorphose, une histoire toute mignonne.

Couverture BL Métamorphose, tome 1

Côté roman, je viens tout juste de terminer La fille sans nom, un roman jeunesse fantasy pas mal du tout.

Je lis

j’ai commencé un nouveau audiolivre sur audible, un roman historique qui nous amène au cœur de la seconde guerre mondiale.

Je poursuis tranquillement les Amazones, j’ai aussi commencé Les notion clés de l’ethnologie, devoir à la maison donné par Yomu-chan

J’ai commencé un nouveau manga, démons mes voilà !

Je lirais (peut-être)

Couverture Gokusen, tome 10

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Couverture Cath et son chat, tome 2

Je lis

Couverture La légende des quatre, tome 2 : Le clan des tigresRésultat de recherche d'images pour "how to make your cat an internet celebrity"

Je lirais (peut-être)

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu

Je lis

Je lirais (peut-être)


C’est lundi on fait le point

Les 15 derniers jours sur le blog

 

Share

La fille sans nom [roman jeunesse]

La fille sans nom est un roman fantasy de Maëlle Fierpied, publié par l’école des loisirs dans la collection Médium+.

Dans ce roman nous suivons une jeune fille qui après avoir fugué, se fait passer pour un garçon afin d’être embauché comme garçon à tout faire sur une péniche. Ce qu’elle ignore c’est qu’elle va passer un contrat avec un mage qui lui volera son nom et fera d’elle son esclave. Amené dans le monde magique d’Éther, elle va être confrontée à une autre réalité, un univers où la magie est omniprésente. Dans cet univers, les mages s’opposent aux sorciers. Les premiers maîtrisent l’art des runes magiques, les seconds disposent d’une magie naturelle.

Privée de son nom, l’héroïne doit découvrir cet univers, y trouver ses repères, mais surtout se reconquérir, retrouver son identité et se soustraire à l’emprise du mage.

Les épreuves qu’elle devra surmonter seront nombreuses et de grandes surprises l’attendent.

Après un premier chapitre excellent (vous pouvez lire ici les premières lignes), le rythme ralenti. Dans les chapitres suivants, la routine s’installe sur la péniche. L’héroïne y trouve ses repères, prend ses marques. Cette phase permet de faire connaissance avec notre personnage principal, de mieux la connaitre et de découvrir avec elle le monde magique auquel elle va être confrontée. Mais je l’ai trouvé un peu longue et j’ai commencé à me demander s’il allait ou non se passer quelque chose dans ce roman. À peine me suis-je posé la question que l’aventure prend une tout autre allure. Le rythme s’accélère, l’héroïne rencontre de nouveaux personnages et une véritable quête commence. Plus une fuite qu’une quête ! Mais au bout de la fuite, il y a sa destinée. Un chemin dangereux et douloureux qui la mènera à une vie qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

Cette seconde partie du récit prend la forme classique du groupe de compagnons qui doivent ensemble accomplir un voyage, tout en faisant face à de grandes menaces. Si la structure de base est classique, l’auteur se l’approprie pour la faire sienne, le groupe fonctionne très bien. Les personnages sont variés et touchants. L’aventure qui se profile promet d’être passionnante, et l’univers est riche. Loin de cacher ses sources d’inspiration, Maëlle Fierpied leur rend hommage par de nombreux clins d’œil. Une démarche que j’apprécie beaucoup. L’héroïne venant de notre monde, elle partage les mêmes références que le lecteur et souvent fait le parallèle entre ce qu’elle découvre et ses références culturelles allant de Totoro au Seigneur des Anneaux.

Un joli roman, très agréable à lire, avec une jolie brochette de personnages attachants.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

⇒ Maëlle Fierpied (instagram)

 

Share

Brigade Verhoeven – Irène [BD]

C’est avec le tome 2 de l’adaptation en bande dessinée que j’ai découvert la brigade Verhoeven. Série policière écrite par Pierre Lemaitre, elle est adaptée en BD par Bertho et Corboz, publié par Rue de Sèvres.

Je lis peu de polars, et c’est une erreur parce que j’adore ça. Mais, je ne sais pas trop pourquoi, j’ai tendance à privilégier le policier en séries audiovisuelles et à consacrer mes lectures à d’autres genres. Mais là, je n’ai pas pu résister ! (Ceux qui me connaissent comprendront pourquoi). C’est donc par pur plaisir de la découverte, et en clin d’œil à moi-même que je me suis plongée dans cette lecture.

Irène est le second tome de la série, mais chaque tome raconte une nouvelle enquête, il n’est donc pas nécessaire de les lire dans l’ordre.

Vous connaissez peut-être le roman de Pierre Lemaitre :Travail Soigné, qui est ici adapté. Moi je ne l’ai jamais lu, je n’avais même pas fait attention à son nom. Faut dire que j’ai découvert cet auteur il y a très peu, en lisant Au-revoir là-haut, et j’ignorais qu’il avait aussi écrit des romans policiers. Ça ne m’étonne pas cependant. J’ai trouvé qu’Au-revoir là-haut est écrit comme un roman policier.

Mais revenons à nos moutons, aujourd’hui je ne vous parle pas du roman, mais bien de son adaptation en BD. J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Déjà j’ai aimé le dessin et ses couleurs. Les personnages ont tous des gueules. J’aime le trait.

Dans cette enquête, le commandant Camille Verhoeven se trouve confronté à un meurtre particulièrement sanglant. La victime a été sauvagement mise en scène. Un détail lie ce meurtre avec une ancienne enquête non résolue. Très vite, le commandant voit le côté « mise en scène ». Et ce meurtre est relié à d’autres. La brigade est confrontée à un tueur en série particulièrement tordu. Celui-ci est aux anges. Il a enfin trouvé un flic à sa hauteur.

Ce n’était pas une lettre de menace, mais plutôt de félicitations. C’est normal que le fils d’une artiste et artiste lui-même reconnaisse le travail d’un artiste.

Le commandant a de bonnes intuitions, mais il a bien du mal à devancer le tueur qui se rapproche dangereusement de lui.

J’avoue avoir été surprise par la fin, je ne m’attendais pas à un tel dénuement. Mis à part ça, on est dans un polar classique, avec sa clique de flics, le sérieux, l’artiste, le paumé… la brigade est composé de policiers biens différents les uns des autres. On mène l’enquête, on suit des pistes, de bonnes et de fausses….

Un bon polar, avec Paris comme décor, pour tous les amateurs du genre.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

Yannick Corboz 

Connaissez-vous cette série ? Avez-vous des lectures de ce genre à nous recommander ? Dites-nous tout en commentaire !

Share

TBTL 2019 #12 – Humour

Le Throback Thursbay Livresque est un rendez-vous initié par Betty Rose Books et repris par Carole de My BooksLe principe du rendez-vous est simple, mettre en lumière un livre lu il y a quelque temps et qui illustre les thèmes de la semaine. Thème qui nous est donné par Carole.

Thème de cette semaine : Humour

Nombreux ont été les manga ou les bandes dessinées qui me sont venus à l’esprit, mais, trouver un roman pour illustrer ce thème était moins facile. Je lis rarement de roman humoristique. Le premier titre qui m’est venu à l’esprit c’est hors service, un roman suédois qui m’avait fait beaucoup rire, mais j’ai déjà beaucoup parlé de ce roman, j’ai donc cherché une autre titre et le hasard veut qu’il vienne aussi du grand froid. De Finlande cette fois. Un roman à l’humour absurde : Les mille et une gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen de Arto Paasilinna.

Couverture Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen

Ariel Auvinen meurt et comme il était quelqu’un de bon il devient à sa mort un ange gardien. Le problème c’est qu’Ariel, malgré toute sa bonne volonté, a toujours été terriblement maladroit. Une fois mort, sa maladresse ne guérit pas et il devient un ange super maladroit causant plus d’accidents qu’il n’en évite.

Un roman très drôle, mais d’humour très particulier. On accroche ou pas. J’avoue avoir été parfois perplexe. Mais dans l’ensemble je garde un bon souvenir de ce roman.


Je profite de ce TBTL pour mettre en avant aussi un manga humoristique que j’aime beaucoup, mais qui n’a pas eu le succès éditorial escompté. Je viens très récemment de terminer le tome 9, mais j’ai commencé la série il y a quelques années déjà.

Couverture Gokusen, tome 01

Dans Gokusen de Kozueko Morimoto, on suit une jeune professeur qui trouve son premier poste d’enseignante dans un lycée pour garçons difficiles. Mais loin d’être intimidée, Kumiko Yamaguchi sait très vite se faire respecter par cette bande des délinquants juvéniles. Faut dire qu’elle est l’héritière d’un clan de yakusa et qu’il faut bien plus que quelques adolescents au sang chaud pour l’impressionner. Mais… faudrait pas que ses origines viennent à être connues par l’administration du lycée, elle risquerait de perdre son poste.


Quel titre humoristique conseillerez-vous ?

Share

L’île infernale saison 2, tome 1 et 2 [manga]

Je gardais un bon souvenir de l’île infernale de Ochiai Yûsuke, courte série de 3 tomes, que j’ai lu il y a 6 ans. Dans cette série, on suivait un homme qui, après avoir tué 5 hommes, se voit exilé sur une île où l’on envoie les pires criminels du Japon depuis l’abolition de la peine de mort. Si le héros est sur cette île, ce n’est pas parce qu’il est un criminel comme les autres. Il est là pour retrouver celui qui a tué sa famille, quitte à devenir lui-même un tueur.

voir ma chronique sur le tome 1 de l’île infernale

Ce qui m’avait plus dans le manga c’est la complexité de l’intrigue qui se cachait derrière une façade de testostérone, de bagarre et de lutte pour la survie.

Le thème de la lutte pour la survie sur une île où les lois de la société n’ont plus cours n’est pas très original, mais je trouvais que l’auteur s’était bien réapproprié ce thème classique pour en faire un bon thriller. J’avais eu plaisir à lire les trois tomes, même s’ils ne m’ont pas marqué au point de me souvenir parfaitement de l’histoire ( j’ai même oublié des événements clé de l’intrigue !).

Quand Komikku a sorti la saison 2 cette année, j’étais curieuse de voir ce que ça donnerait. Et aussi de voir l’évolution du mangaka entre les deux titres. Pour bien faire, j’aurais dû commencer par me rafraîchir la mémoire en relisant la saison 1, mais faute de temps et d’organisation j’ai directement attaqué avec la saison 2. Comme ça je pourrais vous dire si on peut les lire indépendamment l’une de l’autre ou pas. 😉

Manga - Ile infernale (l') Manga - Manhwa - Ile infernale (l') - Saison 2 Vol.1

On reste dans la lignée de la saison 1, comme on peut en juger dès la couverture. Tons verts pour la saison 1, tons violets pour la saison 2, mais même composition, sale tronche aux sourcils froncés avec profile de l’île maudite où se déroulera l’histoire.

Tout comme dans la saison 1, cette suite s’ouvre sur un homme,Jin Sunosaki, envoyé en exil sur une île réserve aux tueurs. Une nouvelle île crée par le gouvernement suite au scandale qui suit la fin de ma saison 1. Le décor n’est plus celui de la jungle, mais celui d’un froid polaire. L’île se trouve tout au nord du territoire Japonais. Les prisonniers vivent sous surveillance dans un bâtiment d’où ils peuvent sortir facilement, mais les conditions climatiques de l’île suffisent à dissuader quiconque de s’enfuir. Il n’y a aucun moyen de quitter l’île en vie. De premier abord, cette nouvelle prison-île semble plus humaine que la précédente île infernale. Ce n’est qu’une illusion, très vite dissipée. Le professeur qui faisait des expériences inhumaines sur l’autre île est là, et il ne compte pas traiter ces nouveaux prisonniers avec plus d’humanité. Un sale trafic se cache derrière cette prison.

Qui est vraiment Jin Sunosaki ? Pourquoi est-il sur cette île ? L’homme semble frappé d’amnésie. Dans le tome 1, c’est en même temps que lui que nous découvrons pourquoi il est ici. Une fois ses esprits retrouvés, Jin, a une mission à accomplir. Cette mission a un lien avec ce qui se passe dans la première saison, mais ne pas l’avoir lu ne sera pas vraiment un problème. Du moins pas avec ses deux premiers tomes. Ils nous resituent les choses suffisamment pour arriver à suivre. Moi j’avais oublié une très large partie de l’intrigue de la première saison, ça ne m’a pas du tout gêné pour comprendre cette nouvelle histoire. Car il s’agit bien d’une nouvelle aventure et pas d’une suite. On est dans le même univers, les personnages que nous suivons ont un lien avec les événements passé, mais tout se déroule sur une nouvelle île avec de nouveaux personnages principaux et de nouveaux problèmes à résoudre.

Manga - Manhwa - Ile infernale (l') - Saison 2 Vol.2

Graphiquement c’est plus abouti. Il y avait des défauts dans le dessin qui m’avaient sauté aux yeux avec la première saison et que je ne retrouve pas ici. Le mangaka s’est nettement amélioré. Faut-il encore aime le genre, très viril, brut, trop peut-être. Ce n’est  pas le genre de dessin que moi j’aime. Mais il colle bien à l’ambiance générale. C’est cohérent. Intrigue, dessin, dialogues… tout est sur le même ton. On aime ou on n’aime pas. Moi, j’aime bien lire ce genre de manga, c’est comme les séries policières, je passe un bon moment et puis j’oublie.

Ile infernale (l') - Saison 2 - Manga

Avez-vous lu L’île infernale ? Et sa saison 2 ? Les avez-vous aimés ? Dites-nous pourquoi en commentaire . Si vous aimez ce type de manga, laissez-nous vos conseils lecture.

Share

TBTL 2019 #11 – Famille

Le Throback Thursbay Livresque est un rendez-vous initié par Betty Rose Books et repris par Carole de My BooksLe principe du rendez-vous est simple, mettre en lumière un livre lu il y a quelque temps et qui illustre les thèmes de la semaine. Thème qui nous est donné par Carole.

Thème de cette semaine : Famille

Pour le thème de cette semaine, j’ai choisi un roman jeunesse de Marie-Aude Murail, celui qui m’a fait découvrir cet auteur : Oh, boy ! J’hésitais avec un autre roman jeunesse de la même auteur : Sauveur et fils, où la famille est encore au centre du récit, mais je saute sur l’occasion offerte par le TBTL pour reparler de ce livre, plus vieux, que j’ai lu en 2015.

Oh, boy ! raconte l’histoire d’une fratrie qui doit réapprendre à vivre après la mort de leur mère. Orphelins, ils vont être séparés et pris en charge par d’autres membres de la famille qu’il ne connaissent pas encore. Les choses ne seront pas simples et il faudra se battre et négocier avec le juge pour enfant, lui montrer que si, on forme une famille, et qu’on va s’en sortir.

Oh, boy c’est une histoire très dramatique, les enfants perdent leur mère, sont séparés, affrontent la maladie… mais ce court roman est lui plein d’espoir, d’amour et d’humour.

Une histoire que j’ai beaucoup aimée.

ma chronique de l’époque

Couverture Oh, boy !

Cette semaine j’ai envie de vous présenter aussi un manga qui a toute sa place dans ce thème : Le mari de mon frère de Gengorô Tagame.

Ici encore c’est une famille peu ordinaire qui est racontée. Yaichi est père célibataire et élève seul sa fille, une situation déjà peu ordinaire au Japon. Quand le mari de son frère jumeau vient sonner à la porte, sa famille va devenir encore moins ordinaire. Le frère de Yaichi était parti vivre au Canada où il s’était marié avec Mike, un canadien. Après sa mort, Mike fait un voyage de deuil au Japon et souhaite rencontrer le frère de son époux. Yaichi, tout empêtré qu’il est dans ses a priori, décide de lui ouvrir sa porte et de l’héberger quelque temps. Sa fille, heureuse de rencontrer ce nouvel oncle va briser toutes les réticences de son père. Une belle famille faite d’un père célibataire et d’un oncle gai venu d’Amérique, de quoi prôner la tolérance. Un manga à la porte des tous, grands et petits.

Couverture Le mari de mon frère, tome 1


Le thème de la semaine prochaine : Humour
Share

Pieds sur terre et tête en l’air [audiolivre]

Pieds sur terre tête en l’air de Sarah Degraeve est un livre de méditation qui s’adresse aux enfants, publié par Audible.

Mimiko et moi-même l’avons testé pour vous.

Chaque chapitre dure quelques minutes  et propose un voyage méditatif autour d’une partie du corps.

Sarah Degraeve est à la fois l’auteur et la lectrice, sa voix est douce et très agréable. Le ton est joyeux et calme.

Je l’ai écouté le soir, au moment du coucher avec Mimiko qui a déjà 11 ans (le livre est conseillé pour les 3-10 ans). Le ton est un peu trop enfantin pour elle, elle se sentait un peu gênée par celui-ci. L’auteur s’adresse clairement à un public très jeune tant par le choix des mots que par le ton de sa voix. En même temps, les premières minutes de gène passées, Mimiko s’est prêtée au jeu et je l’ai vu se détendre au rythme des paroles de Sarah Degraeve.

Ce que nous propose Sarah Degraeve, c’est une méditation active. Il ne s’agit pas ici de s’allonger et rester immobile, mais de ressentir chaque partie du corps en les faisant bouger lentement. C’est dynamique et ça permet de capter l’attention de l’enfant tout en l’invitant à la concentration et à la détente.

Nous avons pratiqué cette méditation au moment du coucher, un moment privilégié pour ce genre d’activité en famille. La méditation peux s’ajouter très facilement au rituel du soir. Mais cette méditation me semble aussi parfaitement adaptable pour une utilisation avec un groupe d’enfant, à l’école ou dans un centre de loisirs, pour recentrer l’attention des enfants après la récréation ou la pause de midi. Étant une méditation active, les enfants ne vont pas s’endormir, mais bien se détendre et se concentrer afin d’aborder la suite des cours plus sereinement.

Je me souviens qu’une des maîtresses de Mimiko avait pris l’habitude de leur faire des exercices de méditation après la pause de midi, avant de reprendre les cours de l’après-midi. Mimiko avait beaucoup apprécié ces moments de calme. Je trouve que c’est une très bonne idée.

L’audiolivre compte 30 chapitres pour trois heures et quart de lecture au total.

⇒ sur audible


chut les enfants lisent

Share

Top ten Tuesday #50 – 10 nuances de Gris

Rendez-vous hebdomadaire, créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine, un top ten sur un thème imposé.

Photo

Les 10 romans que vous avez lus ou aimeriez lire qui ont une couverture principalement grise

Couverture Pour le meilleur et pour le pire Couverture Et soudain, la libertéCouverture Homo deus : Une brève histoire de l'avenir Couverture 1984Couverture Le garçon qui voulait devenir un être humain, tome 3 : ... et SolviCouverture La souveraineCouverture Hors-Service

Gris norvégien avec Pour le meilleur et pour le pire, un aventure de Varg Veum. Gris féminin avec Et soudain, la liberté. Gris intélo avec Homo Deus. Gris anticipation avec 1984. Gris voyage avec Le Garçon qui voulair devenir un être humain. Gris souvenir avec La Souveraine. Et gris suédois avec Hors-service.

Couverture Mytho

Enfin une touche de gris dans ma PAL avec Mytho.

Share

C’est lundi que lisez-vous ? #120

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading? par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane. et maintenant pas I Belive in Pixies Dust.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Qu’allez-vous  lire ensuite ?


Les lectures de Bidib

J’ai lu

Je lis

Je lirais (peut-être)

C’est Yomu-chan qui va m’imposer ma prochaine lecture, je dois une faire une traduction d’un livre d’anthropologie, j’ai un peu peur ! Pas sûre d’y arriver

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Couverture La légende des quatre, tome 1 : Le clan des loups

Je lis

Couverture La légende des quatre, tome 2 : Le clan des tigres


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

 

Share

Premières lignes #17 – Les Amazones

Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures.

Cette semaine j’ai décidé de partager avec vous les premières lignes d’une de mes lectures en cours : Les Amazones de AdrienneMayor (éditions La Découverte).

Couverture The Amazons: Lives & Legends of Warrior Women across the Ancient World

Prologue
Atalante, l’Amazone grecque

Le roi Iasos ne voulant que des fils, il abandonna sa fille dans les montagnes accidentées d’Arcadie, dans le sur de la Grèce, où elle était condamnée à une mort certaine. Cependant, une mère ourse pris soin du bébé. Des chasseurs trouvèrent l’enfant sauvage et l’appelèrent Atalante. Tarzan femelle, Atalente était d’instinct une athlète et une chasseresse. Capable de se débrouiller toute seule, elle « n’avait rien de féminin ou de tendre », se battait comme une ourse et pouvait distancer n’importe quel homme ou animal à la course. Elle aimait se battre et sa force lui assura la victoire à la lutte sur le héros Pélée. Garçon manqué intrépide, le plus grand bonheur de ce personnage mythologique était de vagabonder, seul, dans la forêt, armé de son arc et de sa lance. Le monde sauvage dans lequel Atalante vivait n’était pas sans dangers, mais quand deux centaures malveillants tentèrent de la violer, elle les transperça de ses flèches.

J’ai découvert la légende d’Atalante dans ce livre et je l’ai beaucoup aimé, je vais bientôt en reparler.

Share