Blacksad – tome 1 [BD]

Cela faisait un bon moment que j’avais repéré ce titre. Le graphisme m’attirait beaucoup, mais j’hésitais à me lancer. Je n’étais pas sûre d’apprécier. Finalement, l’occasion de découvrir ce titre s’est présenté avec l’opération « La BD fait son festival » lancée par Rakuten. C’est avec mes camarades Blandine (Vivre livre) et Nathalie (Délivrer des livres) que je découvre enfin le premier tome de Blacksad de Diaz Canales et Guarnido publié chez Dargaud.

J’aurais dû me fier à mon instinct qui m’avait attiré vers le graphisme de ce titre. Il ne m’avait pas trompé. J’ai beaucoup aimé ce premier tome. J’adore le dessin. À la fois très réaliste et fantastique avec des animaux humanisés.

L’ambiance générale de ce titre est très classique. Nous avons le détective ténébreux avec son incontournable imper, sa traditionnelle déprime et une histoire d’amour malheureuse dont il ne reste que des souvenirs, pas toujours heureux. De ce côté-là, ce n’est pas original. Mais si la recette est classique, le plat n’en est pas moins savoureux. Le scénario est maitrisé, il y a une très bonne tension et on est capté par l’enquête.

Et que dire du dessin ? J’aime beaucoup, le dessin, les couleurs un peu passées qui nous plongent dans une ambiance rétro, la mise en page, classique, mais efficace, j’ai tout aimé.

Ce n’est pas une lecture qui bouleverse, on est dans du classique, un polar noir comme on en fait beaucoup. Mais c’est efficace et on passe un très bon moment de lecture détente. J’ai dévoré l’album et j’ai tout de suite eu envie de découvrir les autres tomes de la série.

J’ai apprécié que ce premier tome soit une histoire complète, comme les bonnes séries de détectives, à chaque tome une nouvelle enquête. On ne reste pas sur sa faim. Mais l’ambiance est telle que l’envie de retrouver le chat ténébreux est là.


Qu’en ont pensé mes camarades ? Retrouvez ici les avis de Blandine et Nathalie.


Blacksad sur Rakuten

 

Share

C’est lundi, que lisez-vous ? #111

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading? par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane. et maintenant pas I Belive in Pixies Dust.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Qu’allez-vous  lire ensuite ?


Les lectures de Bidib

J’ai lu

Couverture Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres

Couverture Brendan et le secret de Kells, tome 1Couverture Brendan et le secret de Kells, tome 2 : Les origines

Niveau BD j’ai été gâté ces temps-ci. J’ai beaucoup aimé Communardes (avec une préférence pour le premier tome), L’âge d’or est magnifique, Blacksad un très bon moment de lecture (chronique en ligne le 24), Brendan et le secret de Kells m’a rappelé le film que j’avais adoré. Il ne reste que Celle que je suis qui m’a un peu déçue, un bon moment de lecture mais j’ai trouvé ce premier tome plutôt cliché.

Couverture La légende de Zal

Un seul album, mais quel album ! Je vous reparle très vite de ce conte iranien.

J’ai terminé Au revoir là-haut lundi dernier. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, mais c’est un gros pavé et il me tardais d’arriver au bout.

Je lis

Couverture Le charme discret de l'intestin : Tout sur un organe mal aimé, édition augmentée

Mimiko m’a laissé tombé, Gulliver ça ne l’intéresse pas, qu’à cela ne tienne, je continue toute seule. Et c’est vrai que ce n’est pas facile à lire à voix haute (en tout cas pas pour moi). J’ai commencé un roman que j’ai reçu à Noël : Michael K, sa vie, son temps mais j’accroche pas vraiment, je crois que je vais le mettre de côté pour le moment. Quant à Le charme discret de l’intestin, c’est en audiolivre que je le découvre.

Je lirais (peut-être)

Couverture de l'ouvrage les Terres du Mal

J’ai enfin reçu mon exemplaire du second tome de la suite de Shanghai et j’ai bien hâte de m’y mettre (dommage pour Michael K qui doit céder sa place).

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Couverture Frnck, tome 1 : Le début du commencementCouverture Frnck, tome 2 : Le baptême du feuCouverture Frnck, tome 3 : Le sacrificeCouverture Frnck, tome 4 : L'éruption

Couverture Nelson, tome 04 : Démon de midiCouverture Miaou ! : Le quotidien de Moustic, tome 4Couverture Les Légendaires, tome 17 : L'exode de KalandreCouverture Les Légendaires, tome 18 : La fin de l'histoire ?

Je lis

Au Pied Du Mur de montardre, hélène Format Poche

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu

Je lis

Je lirais (peut-être)

 

Share

Brendan et le secret de Kells [BD]

À l’occasion de la Saint Patrick, je vous proposais un voyage aux pays des fées irlandaises. J’avais pensé vous présenter un recueil de contes, mais finalement j’ai choisi la courte série de bandes dessinées jeunesse Brendan et le secret de Kells de Tomm Moore. L’occasion pour moi de vous reparler du film aussi.

brendan et le secret de kellsJ’ai déjà consacré 2 articles au film d’animation :

J’ai adoré ce film. Tout m’y a plu. Le graphisme, l’histoire, la bande sonore. C’est un régal et si vous ne l’aviez pas encore vu, je vous invite à lire mes vieilles chroniques et à voir le film.

Mais aujourd’hui on parle BD ! Le film a été adapté en une courte série de 2 tomes. Cette bande dessinée reprend l’histoire du film y ajoutant quelques détails sur le passé de Brendan (surement des scènes qui ont été coupées au montage), il reprend exactement la même histoire et bon nombre d’images. On retrouve donc tout à fait l’ambiance du film, l’animation en moins. Ayant adoré le film, j’ai pris plaisir à retrouver les personnages et l’ambiance sur papier, mais il m’a manqué quelque chose. Le film à un graphisme et une dynamique très particulière qui m’avait beaucoup plus. Et si cela est aussi très joli sur papier j’ai trouvé la mise en page ne rendais pas assez bien la dynamique du film, même si on y retrouve certains aspects.

Tout comme le film, le dessin de la BD s’inspire beaucoup à la fois des motifs celtiques traditionnels et des enluminures du moyen âge, ça foisonne de détails et de couleurs. C’est très chouette.

Et avec cette histoire on se familiarise à la fois avec le folklore irlandais et son histoire.

Nous sommes au IX siècle, l’Irlande fait face à de nombreuses attaques vikings. Croyances païennes et fois chrétienne si côtoient. La ville de Kells se fortifie dans l’espoir de résister aux Vikings. Aidant un grand maître enlumineur veut faire de Brendan son disciple, mais l’abbé de Kells, oncle de Brendan, ne veut pas en entendre parler. Dans sa quête Brendan fait la connaissance de Aisling, une fée, vestige d’anciennes croyances en voie de disparition. Bien qu’il soit lui même jeune moine, il se lie d’amitié avec la fée et ensemble ils doivent faire face au prince des ténèbres : le Crom Cruach.

Cette histoire s’inspire de fait historique réel et de légendes irlandaises. Le livre de Kells existe vraiment, Saint Colomba, l’île de Iona et l’abbaye de Kells aussi (pour en savoir plus allez voir le coin des curieux dans mon article sur le film). Quant au Crom Cruach, je vous invite à lire ma chronique pour en apprendre plus sur cette légende.


→ Tomm Moore (twitter)

→ sur Amazon ou dans votre librairie préférée


Voilà pour ce qui est de ma petite incursion en pays gaélique. Avez-vous d’autres légendes irlandaise à nous proposer ?


 

Share

Communardes ! [BD]

Couverture Communardes !, tome 1 : Les éléphants rouges

Trois tomes, trois destins qui se jouent en cette année 1871, à Paris. Une année pleine de promesses, de rêves et de sang.

Il y aura la petite Victorine qui prend les rênes d’une bande de gamins des rues et rêve de mener l’assaut à dos d’éléphant. Il y aura Liza, une jeune aristocratique russe, envoyée par Marx, qui va trop vite. Trop vite pour son temps, trop vite pour les hommes. Il y aura Marie, ancienne domestique pleine de rancune qui voit en la commune un espoir d’émancipation, mais aussi le moyen de prendre sa revanche.

Dans ces trois tomes coule beaucoup de sang. La révolution ne se fait pas sans violence. Mais cette révolution-là sera une révolution avortée. Et le sang sera versé en vain.

On ne peut que ressentir de l’amertume en refermant le dernier tome. De l’amertume, mais aussi de la gratitude. Gratitude pour les auteurs qui, avec ce triptyque, m’ont fait découvrir des facettes cachées de cette période que je connais très peu. Je ne me souviens même pas qu’on y ait fait allusion en cours d’histoire). de la gratitude pour cette mis en lumière du rôle qu’on joué les femmes dans cette insurrection. Mais aussi et surtout de la gratitude pour ces femmes et ses hommes qui par leurs sacrifices ont planté les graines du changement.

Cette série m’a donné envie de m’intéresser à cette période. Auriez-vous des lectures (que ce soit des fictions ou des essais) à me conseiller ?

Couverture Communardes !, tome 2 : L'aristocrate fantôme

Avec Wilfrid Lupano au scénario chaque tome est mis en image par un illustrateur différent :

  • Tome 1 : Les éléphants rouges par Lucy Mazel
  • Tome 2 : L’aristocrate fantôme par Anthony Jean
  • Tome 3 : Nous ne dirons rien de leurs femelles… par Xavier Fourquemin et Anouk Bell aux couleurs

Couverture Communardes !, tome 3 : Nous ne dirons rien de leurs femelles...

Si j’ai une nette préférence pour le style graphique du premier tome, j’ai trouvé ça intéressant de faire appel à des dessinateurs différents pour chaque épisode. Chaque album se centre sur un personnage qui croise les autres, mais dont les motivations et le contexte sont différents, ce changement d’ambiance graphique accentue cet effet de point de vue différent sur un même événement historique.

Une belle série que j’ai découverte au rayon jeunesse de ma bibliothèque, mais qui aurait tout aussi sa place chez les adultes.


⇒ sur le site de l’éditeur

Lucy Mazel

Anthony Jean

sur Amazon ou chez votre libraire préféré


lire un extrait  du tome 1:

Communardes ! – Les Eléphants rouges


Share

TBLT 2019 #6 – couleurs : Rose et Violet

La semaine dernière nous étions dans le rouge, aujoud’hui c’est au tour du rose, un livre en rose… Rose, comme les histoires d’amour ? Rose comme le shôjo ? Rose comme… je n’ai pas de livre qui me vienne de suite à l’esprit. Du moins pas de livre lu il y a longtemps. Va falloir que je cherche un peu.

Couverture Certaines n'avaient jamais vu la mer

Voilà, j’ai trouvé. Si j’ai choisi « Certaines n’avaient jamais vu la mer » ce n’est pas du tout parce que cette histoire m’évoque la couleur rose, loin de là. Je me demande même pourquoi avoir fait ce choix pour la couverture, mais ça m’arrange parce que ça va me permettre d’évoquer ce livre qui est très intéressant autant pour ce qu’il raconte que par la façon de raconter. JE l’ai lu il y a longtemps. A l’époque je me souviens avoir été marqué par le style. Mais aujourd’hui je ne me sais plus pourquoi. En revanche je me souviens toujours de l’histoire, celle de femmes japonaises qui quittent leur pays pour y fuir la misère et émigrer aux États-Unis. Leur vie là-bas sera difficile. Un choc de culture très bien raconté. Un petit livre qui se lit vite et qui vaut le détour.

=> ma chronique de l’époque

=>sur Amazon ou chez votre libraire préféré

→ à lire aussi l’avis de Myloubook

L’avez-vous lu ? Qu’en pensez-vous ?

Share

Mes crochets et moi #4 – poncho en points granny

Ça faisait un moment que j’avais envie de vous présenter le dernier poncho que j’ai fait. J’aime bien ce modèle parce qu’il est très facile et rapide à faire, tout en étant très joli.

J’ai utilisé un laine bordeaux et noire en acrylique à tricoter avec un crochet n°3.5/4.

→ J’ai acheté ma laine sur la boutique Lidia Crochet Tricot

Pour réaliser ce poncho, je me suis inspiré de ce modèle enfant (ce site est très intéressant on y trouve beaucoup de modèles sympas).

Pour le modèle enfant, on travaille à partir d’une chaînette de 80 mailles, j’ai simplement doublé ce nombre pour le modèle adulte. Ça fait une encolure assez large. On peut la réduire si on préfère avoir un plus petit tour de cou. Le tout est de choisir un multiple de 4 +3 mailles supplémentaires. (J’ai oublié ces 3 mailles supplémentaires et j’ai dû les rattraper par un petit bricolage aux rangs suivants).

Pour les augmentations aux 2 pointes c’est très simple, il suffit de faire 2 motifs dans le même espace.

Les points utilisés :
point granny

(cliquez sur l’image pour accéder aux explications) :

diagramme Point de Granny

liseré de finition

Comme finition j’ai opté pour quelque chose de simple, j’ai trouvé ce modèle sur pinterest :

Autour du cou j’ai rajouté un rang de demi-brides.

Et c’est tout. Maille chaînette bride et demie-bride, c’est tout ce qu’il faut savoir pour réaliser ce poncho. Accessible aux débutants.

J’avais déjà fait un poncho en point granny rouge et noir, mais j’avais alterné les couleurs en larges bandes de même épaisseur. Je trouve plus joli ce second modèle avec une alternance de bandes aléatoires. C’est plus graphique.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Chat et crochet, une grande histoire d’amour. #viedechat #chat #cat #crochet #crochetmania #crochetadict #crochetlovers

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Héraklès m’a beaucoup aidé, il savait que je faisais ça pour sa tatie préférée 😀

J’espère que ce modèle vous a plu et que les liens vers les explications vous donneront envie d’essayer. Si vous avez des questions, n’hésitez pas. Et si vous vous lancez, envoyez-moi une photo de vos ponchos !

Share

Top Ten Tuesday #48 – 10 romans reçu en cadeau

Rendez-vous hebdomadaire, créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine, un top ten sur un thème imposé.

Photo

romans reçus en cadeau

Couverture Michael K, sa vie, son temps Couverture No home

Couverture Le golem de Londres / Golem : Le tueur de Londres Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver Couverture Le Pendule de Foucault

Voici 6 romans que j’ai reçus en cadeau ces deux dernières années. Curieusement on ne m’offre pas très souvent des romans. Bon peut-être parce que je mets trop de temps à les lire😂 Sur les 6 j’en ai lu 2 et je viens d’en commencer un troisième. Le plus vieux de la pile est le Pendule de Foucault, ça va faire 3 ans que je me dit que cette année c’est la bonne, mais je ne me décide jamais. En revanche j’aurais bien profité du British Mysteries Month pour lire Golem mais… impossible de remettre la main dessus. Faut absolument que je range mes bibliothèques !

Share

Mes gourmandises 2019 #2 : velouté de citrouille au curry

La saison des courges est finie, me direz-vous. Justement  je viens d’ouvrir une citrouille qui m’avait été offerte pour Halloween. Elle était si belle que je n’avais pas eu le cœur à la manger plus tôt. Mais là, il était temps de la sacrifier.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

😍

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients
  • 1/4 de citrouille
  • 1 gros oignon
  • 2 pommes de terre
  • sel
  • curry en poudre
  • huile d’olive
  • tamari (sauce soja)

Dans une casserole avec un peu d’huile d’olive, je fais revenir les légumes coupés en gros morceau quelques minutes, je sale et parfume au curry. Moi je mets environ une demi-cuillère à café, Mimiko n’aime pas quand c’est trop épicé. Je couvre d’eau et laisse cuire jusqu’à ce que tous les légumes soient bien cuit.

Je mixe longtemps pour avoir une consistance bien veloutée et je sers avec un filet d’huile et un filet de tamari.

J’ai beaucoup aimé ce velouté, le curry et la citrouille se marient bien, ça réchauffe sans piquer. Malheureusement même avec une petite dose de curry, Mimiko n’a pas aimé. Moi j’aurais bien mis un brin d’épice en plus.

Rechauffé le lendemain je l’ai trouvé encore meilleure.

Share

La flûte enchantée Pierre Coran et Charlotte Gastaut [album jeunesse]

D’après l’opéra de Mozart et Schikaneder.

Un oiseleur trouve un prince évanoui au côté d’un énorme serpent mort. À son réveil le prince croit avoir été sauvé par l’oiseleur qui ne dément pas, ma la reine de la nuit fait son apparition et lui révèle que se sont ses suivantes qui l’ont sauvé. En échange, elle demande au prince de sauver sa fille retenue prisonnière par Sarastro. Afin de les aider, elle donne au prince une flûte enchantée et à l’oiseleur un carillon magique. Ces instruments les aideront à se protéger de terribles dangers. Mais la princesse est-elle vraiment prisonnière ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

La Flûte enchantée de Pierre Coran et Charlotte Gastaut @flammarionjeunesse

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le


Je n’ai jamais vu (ni écouté) cet opéra et n’en connaissais pas l’histoire avant de lire cet album. En seulement 32 pages, difficile de résumer plus de 2 heures de’opéra. Si j’ai beaucoup aimé les illustrations très féeriques, colorées et pétillantes de Charlotte Gastaut. L’histoire semble tronquée, les scènes se succèdent sans vraiment de liens entre elles, on se demande par exemple ce que la rencontre entre l’oiseleur et une belle jeune femme vient faire là tant elle ne change rien à l’intrigue principale entre le prince et la princesse. Les transitions sont étrangères et on se demande où tout ça va bien nous amener. Je n’ai pas trouvé, pour moi qui ne connais pas l’opéra, l’ensemble de l’histoire très cohérent.

Néanmoins, c’est un très joli album, avec des belles illustrations et une ambiance très conte de fées avec son lot de princes, de princesses et de magie.

⇒ sur le site de l’éditeur

⇒ Charlotte Gastaut

⇒ Pierre Coran

⇒ sur Amazon ou dans votre librairie préférée


Le coin des curieux

Papageno. Page de couverture de l’édition originale du livret

 Cet opéra à été composé par Mozart en 1791 sur un livret de Emanuel Schikaneder. Elle est jouée dans son théâtre de Vienne et remporte un grand succès. C’est un opéra en 2 actes.

Voici une mise en scène récente de l’opéra


Share

Docteur Jekyll et Mister Hyde [album jeunesse]

c’est dans le cadre du British Mysteries read-a-thon que j’ai lu cet album emprunté à la bibliothèque. Je l’avais remarqué depuis un moment, l’occasion était idéale pour se jeter à l’eau.

Couverture Docteur Jekyll et Mister Hyde (album)

Tout le monde a déjà entendu parler de L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, écrit par Robert Louis Stevenson en 1886. Je n’ai jamais lu la version originale, mais je connais cette histoire depuis si longtemps que je ne me souviens pas par quel biais je l’ai découverte. Sans doute par le cinéma.

Est-il vraiment utile d’en résumer l’histoire ? Allez quelques mots pour resituer : Londres, fin XIX. Deux gentlemen se promènent et évoquent de fait étranges. C’est ainsi qu’on découvre l’histoire du Docteur Jekyll qui donna vie à son double maléfique, M. Hyde. On découvre l’histoire d’abord par un ami du docteur, puis à travers ses propres mots dans une lettre qu’il lui adresse.

Avec Mimiko nous avons lu la version traduite et adaptée par Maxime Rovere et illustré par Sébastien Mourrain. La couverture est magnifique et très inquiétante. Les illustrations de l’album sont moins mystérieuses et plus explicites, mais tout aussi inquiétantes. L’ambiance du brouillard londonien est parfaitement rendue pas les desseins très sombres où seules quelques touches d’ocre ressortent ici et là.

J’ai lu cet album à haute voix et ce fut une très agréable surprise. Pour deux raisons. La première est que c’était relativement facile à lire. Ceux qui me connaissent savent que la lecture à haute voix est un exercice difficile pour moi, la musicalité et le rythme de la langue utilisé peuvent complètement me paralyser (dyslexie oblige), ici j’ai trouvé un texte fluide et un rythme agréable qui m’ont grandement facilité la tâche. C’était très agréable à lire, même à voix haute.

La seconde surprise a été de constater que Mimiko écoutait attentivement l’histoire. Cet album lui a beaucoup plu, même si elle ne l’avouait jamais. Elle n’arrêtait pas de râler : « c’est encore long ? « . Mais dès que je faisais durer un silence quelques secondes de trop : « pourquoi t’as arrêté de lire ! ». Pour vérifier, si je ne lisais pas dans le vide… et non, tout le monde était attentif, même Chéri là-bas au fond, l’air de rien, je l’ai vu écouter.

Image associée

Un très bel album qui nous a permis de (re)découvrir un classique de la littérature britannique. Un beau moment de partage autour de la lecture. Comme quoi lire à voix haute est un exercice intéressant même avec les grands enfants. Mimiko vient d’avoir 11 ans et si nos lectures ne sont plus une routine du soir depuis près d’un an déjà, la lecture à voix haute reste un moment de rencontre privilégié autour de la lecture et nous en faisons encore souvent, surtout le week-end par temps pluvieux. Cet album s’y prêtait très bien.

sur le site des éditions Milan jeunesse

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

→ à lire aussi les avis de Framboise et Moka


 

Share

blog d'une dyslexique amoureuse des livres