Pour Sanpei ~ Fumiyo Kouno

Sur le rabat de la couverture on peut lire que l’une des phrases préférées de l’auteure est une citation d’André Gide : “Je ne me suis senti grand goût pour portraire les triomphants et les glorieux de ce monde, mais ceux dont le plus vraie gloire est cachée”. Cette phrase colle bien au travail de Fumiyo Kouno qui, dans ses manga, met en scène des gens ordinaires, des héros de la vie de tout les jours.

Ici, comme dans les autres manga de l’auteure que j’ai lu, le héros est homme ordinaire, un homme du peuple si j’ose dire. Sanpei est un retraité comme tant d’autres ayant mené une vie bien ordinaire. Après la mort de sa femme, il part vivre chez son fils unique. Il va partager le quotidien de cette famille ordinaire : sa belle-fille est femme au foyer, sa petite fille va à l’école primaire et de son fil est employé de bureau.

C’est avec beaucoup de tendresse et d’humour que Fumiyo nous raconte la vie de cette famille à travers des petites scène anodines et qui pourtant en disent long sur la personnalité de ses personnages et aussi sur la société dans laquelle ils évoluent. Par exemple, dans un chapitre on voit le fils de Sanpei se disputer avec sa femme. Celle-ci a envie de reprendre le travail qu’elle a quitté après le mariage. Ce manga a été écris entre 2004 et 2005. Il est encore courant au Japon qu’une femme quitte son travail après s’être marié ou après le premier enfant. Le modèle traditionaliste de la société japonaise veut qu’un mari subvienne aux besoins financiers de la famille alors que la femme doit s’occuper de son foyer. Bien que de plus en plus de femmes continuent de travailler après le mariage cette vision semble être encore rependue dans la société japonaise et on la retrouve dans de nombreuses fiction, que ce soit dans les roman, les manga ou les films. Ici le fils de Sanpei semble adopter cette vision traditionaliste de la famille et ne veut pas que sa femme travaille car il n’ont pas besoin d’argent. Sa femme d’ailleurs, n’arrive pas à défendre son point de vue : elle a tout simplement envie de travailler car elle aime le travaille de fleuriste et que ça lui manque. Ce sera finalement le père, le vieux, qui se montrera plus moderne que son fils et proposera de jouer les “grand-pères au foyer” pour que sa belle-fille puisse reprendre le travail. Je ne sais pas si l’auteure a voulu clairement dénoncer une société traditionaliste et machiste ou juste la dépeindre tel qu’elle est. Mais cette anecdote, qui fait sourire, fait aussi réfléchir ses lecteurs sur cet état de fait. Pourquoi l’épouse devrait-elle forcement être femme au foyer ? La famille traditionnelle ne pourrait-elle pas prendre de nouvelles formes ?

Toutes les anecdotes n’illustrent pas forcement la société dans son ensemble, la plupart se contentent de mettre en scène le quotidien banal d’une vie en famille et les difficultés que ce grand-père rencontre. Difficultés qu’il surmonte grâce au journal que sa femme lui a laissé. Dedans elle a noté toutes sortes de choses utiles à la vie de tout les jours : comment faire le ménage, comment cuisiner ou recoudre un bouton… ou encore quelques info sur les membres de la famille. Ce guide aide Sanpei à s’adapter à sa nouvelle vie, celle d’un veuf retraité qui, après avoir passé sa vie à travailler et à rentrer tard ne sait pas comment s’occuper d’une famille. Ce guide c’est un peu de sa femme qui le suit dans son quotidien et lui fait moins sentir sa solitude.

Car le manga nous parle également du deuil. Comment apprendre à vivre sans la personne qui à partagé votre vie de tout les jours durant de nombreuses années. En le lisant, j’ai beaucoup pensé à ma grand-mère qui, en partant, a laissé un grand vide dans ma vie. En voyant Sanpei recouvre un bouton, j’étais très émue parce que justement c’est ma grand-mère qui m’a appris à faire toutes ces petites choses : comment couvre un bouton, repasser une chemise… En lisant ce manga, j’ai regretté qu’elle ne m’ai pas laissé un carnet où, comme Sanpei, je puisse retrouver ses précieux conseils.

Un manga touchant et émouvant par la simplicité des petits rien qui remplissent notre vie. Plein d’amour et de tendresse qui peut aussi servir de guide pratique tant les explications y sont précises (c’est toujours utile de savoir comment recoudre un bouton).

anime manga aggregator sama Sama It!

Share

3 réflexions sur « Pour Sanpei ~ Fumiyo Kouno »

  1. Fan de Pour Sanpei aussi… Avec Le pays des cerisiers (sur un autre registre), il s’agit à mes yeux du meilleur manga de Fumiyo Kouno. Pour le moment, j’ai juste lu le début du tome 1 de Dans un recoin de ce monde, je ne saurais me prononcer sur celui-là. Mais comme toi, je trouve Pour Sanpei extrêmement touchant. Et inattendu sur l’histoire de coeur 😉 . J’adore la petite fille qui fait toujours la gueule, absolument pas mignonne ^^ .

    1. Le pays des cerisier je l’ai lu également, la chronique devrait suivre… (toujours à la bourre…. c’est que je lis trop!)
      Le premier manga de Fumiyo Kouno que j’ai lu c’est « Une longue route », j’étais très surprise mais finalement j’ai bien aimé. Je trouve que c’est le genre d’auteur que l’on apprecie de plus en plus au fur et à mesure des lecture tant son univers est particulier et dénote du manga mainstream.
      Pour Sanpei, je l’ai emprunté à la bibliothèque, mais j’ai vraiment envie de l’avoir chez moi. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *