Otona no Mondai – un yaoi de Ima Ichiko

C’est encore sous les conseils de a-yin que j’ai choisi de lire ce yaoi (non disponible en France). Je ne connais pas Ima Ichiko, mais elle me l’avais déjà conseillé et son récent article sur un autre de ses yaoi –Ashinaga Ojisantachi No Yukue – ma donné envie. (Oui, en ce moment je me fait une cure intensive de yaoi 😀 ). Et je n’ai pas été déçue. Bon ça n’a pas la classe d’un est em mais il y a dans ce titre une certaine originalité qui mérite d’être cité.

L’originalité est dans l’histoire, ou plutôt devrais-je dire dans les personnages principaux. En effet ici, chose rare pour un yaoi (c’est la première fois que je vois ça) le personnage principal n’est pas gay. Et non ! Le pivot autour du quel se déroule l’histoire est un jeune homme de 20 ans on ne peut plus hétéro. C’est son père qui est gay. Celui-ci annonce son intention de se marier avec un homme. (Au Japon le mariage entre personnes du même sexe n’est pas autorisé mais la question est détourné par l’adoption de l’un des partenaire par l’autre qui devient officiellement le fils adoptif. Je ne sais pas si la chose est vraiment rependue dans la réalité, mais ce type de “mariage” revient souvent dans le BL).

Non Seulement le personnage principal n’est pas gay, mais dans tout l’histoire le père est son jeune “mari” sont le seul couple homosexuel. Et ça, ça rend l’histoire beaucoup plus crédible ! Il y en a marre de ces yaoi où la terre entière est composée d’homo ou de mecs qui se disent “pas gay” mais qui comme par hasard tombent amoureux d’autres mecs (moi j’appelle ça être homosexuel, mais je dois pas avoir la même définition du mot que certaines mangaka, faut croire). Dans Otona no Mondai on a un cadre des plus vraisemblables. Et c’est l’intérêt premier de ce titre qui sort ainsi du lot et des stéréotypes du genre.

 

Revenons un instant sur l’intrigue : Naoto vit seul avec sa mère depuis le divorce de ses parents. Alors qu’il avait 5 ans ses parents décident d’un commun accord de se séparer : le père est gay. Mais il n’abandonne pas pour autant son enfant et c’est dans la bonne intente entre les deux ex-époux que Naoto grandi. Il a accepté sans trop de problème l’homosexualité de son père mais est très angoissé à l’idée que d’autres le découvrent. Il a peur de leur regard. Le jour où le père annonce son intention d’ »épouser » Gorou les angoisses de Naoto ne font que redoubler. Il veut tout faire pour convaincre son père de renoncer. Mais séparer les deux amants n’est pas aussi facile que ça. Finalement, au contact de Gorou , Naoto apprends à le connaitre, à l’apprécier en tant que personne et à souhaiter le bonheur de ce couple pas comme les autres. Mais pas question que tout le monde sache !

 

Toute l’histoire est traité avec humour. Les personnages ont tous des caractères plus pittoresques les uns que les autres. Ils sont drôles et attachants. J’ai beaucoup aimé la mère et son côté femme de caractère. Une vraie femme moderne. (dans un manga ? Si, si je vous jure ! Enfin, faut pas exagérer c’est quand même elle qui prépare les repas de son idiot de fils, non parce qu’à 20 ans, il peut pas se débrouiller, le pauvre choupinet). Avec cette belle brochette de personnages drôles mais ordinaires, Ima Ichiko n’a de cesse de créer des situation aptes au quiproquo et aux malentendus. La scène où le grand frère vient chez les Gorou pour la première fois afin de convaincre son frère de revenir à la maison et vraiment poilante. Un vrai vaudeville ! Si je n’ai pas ris à gorges déployées, j’ai trouvé ce titre très amusant.

Mais au delà de l’humour l’auteur aborde le sujet de l’intolérance et de l’acceptation. Contrairement à de nombreux titres, ici les personnages gay ne se posent aucune questions quant à leur propre homosexualité. Ils l’ont tout deux accepté depuis longtemps. C’est le regard des autres qui est au centre de cette histoire, notamment à travers Naoto qui malgré l’affection qu’il a pour son père et pour son nouveau « grand frère » est terrorisé à l’idée que d’autres découvrent son secret de famille. Il a peur d’être rejeté à cause de l’homosexualité de son père, ce qui met bien l’accent sur l’ampleur du tabou. Non seulement les couples homosexuels sont mal vu, mais c’est aussi préjudiciable socialement pour leur famille. (Moi j’ai beau ne pas comprendre ce genre de réactions face à l’homosexualité, je suppose que cela doit être une réalité, surtout au Japon ou la société est assez rigide, même le divorce est très mal vu). La réaction de Naoto face à l’homosexualité de son père n’est pas le seul événement à mettre l’accent sur la difficulté d’être homosexuel dans une société aux idées étriquées. La famille de Gorou fait également pression sur lui. La rigidité de la société japonaise est d’ailleurs mise en évidence par un autre événement qui lui n’a rien à voir avec l’homosexualité. Il s’agit d’un couple hétéro mais qui lui aussi, à sa façon, sort des canons habituels et il est pointé du doit à cause de cela (je ne vous en dit pas plus pour ne pas vous dévoiler l’intrigue). J’ai trouvé intéressant le parallèle qui est fait entre les deux situations. La problématique ici n’est pas tant l’homosexualité mais le manque de tolérance. Le tout est abordé sans mélodrame et beaucoup d’humour.

 

Une bonne lecture qui me fait découvrir Ima Ichiko. Son dessin m’est pourtant familier. Peut-être ai-je lu un autre de ses yaoi il y longtemps. En tout cas maintenant j’ai bien envie de lire Le cortège de cent démons.

Ah ! et la je me rends compte que j’ai complètement oublié de vous parler du dessin. Je l’ai trouvé beau, simple, délicat et expressif.

Share

4 réflexions au sujet de « Otona no Mondai – un yaoi de Ima Ichiko »

  1. « marre de ses yaoi ou la terre entière est composé d’homo ou de mec qui se disent “pas gay” mais qui comme par hasard tombent amoureux d’autres mecs »
    XD C’est tout à fait ça ! C’est quelque chose avec lequel j’ai parfois du mal pour le manque de réalisme (mais encore une fois tout dépend des auteurs).
    Par contre concernant le terme homosexuel, on pourrait dire qu’ils sont pansexuel ou demisexuel peut être (théorie comme une autre).
    Ceci dit ça doit faire bizarre que ton mari soit sur le papier « ton fils » et en cas d’éventuel divorce, ils font comment ? il renie son fils adoptif ?
    Le coup de la famille divorcée avec papa gay me rappel « questionable content », le héros a un père gay qui se remarie. Mais bizarrement les gens sont plus choqués par le métier de sa mère que par l’homosexualité de son père 😀
    Sinon c’était une lecture sympa, ça va un peu vite, quelques temps morts auraient été bienvenue mais pour le reste je suis d’accord c’est très vaudeville.

    1. C’est sûr, tout dépend du talent de l’auteur. Il ya des mangaka qui écrivent des histoires ultracliché mais elle le font tellement bien qu’on tombe sous le charme.
      Ce que j’ai aimé ici c’est que justement on sort un peu du stéréotype du boys-love.
      Pour ce qui est des mariage-adoption j’avoue ne pas avoir fait de recherches poussées sur la question même si ça m’intrigue. Ce que je sais c’est que l’adoption au Japon ce n’est pas comme chez nous. C’est beaucoup plus simple. Il arrive par exemple que une famille n’ayant pas de fils adopte le mari de leur fille pour avoir un héritier mâle. Le mari en question prend donc le nom de sa femme. Cette adoption ne requière que le consentement mutuel. Et même si les parents sont toujours en vie et de très bon parents on peut être adopté par une autre famille. Les choses doivent sans doute être plus délicates quand il s’agit d’enfant, mais adopter un adulte à l’air d’être une chose assez courante.
      Un sujet intéressant, à creuser 😀
      En revanche le fait que ton mari soit officiellement ton fils, ça doit faire bizarre surtout dans un couple ou les deux partenaires ont le même âge…

  2. Je crois que c’est le mot que je cherchais pour l’humour de Ima dans ses BL: vaudeville 🙂

    Pour ma part, Otona no mondai fut un véritable coup de cœur et j’ai beaucoup ri en le lisant xD !!! Surtout les premières pages où la mère et le fils se moquent de Gourou « crevette », ou encore quand le héros explique que les liens n’étaient pas rompus entre sa mère et son père, avec ce dernier appelant chaque jour pour raconter ses déboires à sa femme 😀 .

    Ce que j’ai trouvé original, outre le fait d’avoir un héros hétéro et le couple homo vu à la troisième personne, c’est qu’Ima ne s’intéresse pas uniquement au couple homosexuel mais aux histoires de cœur de tout le monde, même la mère! Ca a donc des accents de josei ^__^ . Chez Ima, il y a vraiment quelque chose autour des familles recomposées et le bonheur de vivre ensemble.

    1. Oui c’est qui est original et aussi intéressant c’est la façon dont Ima aborde la famille moderne au sens général sortant du cadre du yaoi. Ici on nous parle du couple homo mais aussi de divorce, de familles recomposées. Mais le tout est abordé sur le ton de la rigolade, les scènes drôles s’enchaînent ce qui en fait une lecture légère. Légère mais pas stupide 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *