Archives mensuelles : mars 2016

l’égalité filles/garçon expliquée aux enfants

Pour le mois de mars, Hérisson nous à proposé comme thème commun l’égalité fille/garçon. Un sujet qui me tient à cœur mais qui est complètement absent de la bibliothèque de Mimiko. Du coup je suis allée voir ce que la bibliothèque avait à me proposer. Je suis revenue avec 3 livres dont un album : On n’est pas des poupées – mon premier manifeste féministe de Delphine Beauvois et Claire Cantais (éditions la ville brûle).

Mimiko l’a trouvé “bien mais bizarre” à cause du dessin. Moi-même je ne suis vraiment pas fan de ce type de graphisme, les petites filles avec des bouches et yeux collé ont, je trouve, des têtes vraiment chelou, limite à faire peur. Du coup cet album me laisse assez mitigé, si j’adhère au propos je le trouve visuellement très moche et peut-être un tantinet simpliste. Le texte est très court et ça parle plus aux mamans engagées qu’au petites filles. Par exemple la page où une petite fille dit « beurk » à propos du rose… c’est quoi cette manie anti-rose ? C’est pas parce que le rose est une coleur plus ou moins imposée aux fille par la loi du marqueting qu’on est obligé de ne pas aimer le rose ! Même chose pour les poupée, ce n’est pas parce que c’est un jeu prédestiné aux filles que les filles doivent rejetter les poupée. Il y a des petites filles qui adorent le rose et les poupées et il y a pas de mal à ça. Elle ne sont pas pour autant moins modernes ou moins bonne que les autres. Je trouve cette opposition simpliste. Il ne faut pas rejeter le rose ou les poupée, il faut juste avoir le choix. Ma première fille adorait jouer à la poupée, elle emmenait son poupon partout, ça ne l’empêche pas d’être devenue une féministe engagée. Quant à sa sœur, elle adorait les petites voitures bébé, ça ne l’empêche pas d’aimer les robes à paillettes.

Après il y a des pages aux quelles j’adhère complètement 🙂

20160324_110943

Mais je préfère, et de loin, des albums comme Drôle de princesse, qui sans être ouvertement un manifeste féministe montrent une autre vision de la femme et le tout avec beaucoup d’humour. On peut être une princesse et terrasser des dragons ! Je trouve le message plus sympa que “d’abord le rose c’est la couleur des saucisses !”

Bref, ce n’est pas un album que je conseillerais.

A la bibliothèque on m’a également conseillé Les garçons et les filles de la colection Les goûters philo (éditions Milan) rédigé par Brigitte Labbé et Michel Puech.

Ai-je eu plus de chance avec ce mini essai ?

Moi j’ai trouvé ça pas mal. Le texte est simple mais pas simpliste. On y aborde la différence entre les femmes et les hommes, la façon dont les femmes ont été traité (et sont toujours dans certains pays) comme de sous-humain, l’amour et l’attirance, la sexualité et la reproduction en passant par les animaux (avec l’évocation d’animaux hermaphrodites tel que l’escargot, ou encore le clonage des bactéries), on passe un long moment sur le fait que chaque humain soit différent (par opposition au clonage), puis on passe à des histoires de grand-parents pour monter que par le passé les rôles homme femme étaient très défini dans la société, le passé, le passé… pas tant que ça, finalement de nos jours on a encore des idées bien arrêté sur le rôle de chacun et pour illustrer ce propos on nous parle d’un garçon qui aime faire des collier de perles. Et les garçon manqué ? Et les femmelettes ? ça s’arrange mais les rôles qu’on a attribué aux deux sexes ont la vie dure et certains adultes ont du mal à penser autrement, beaucoup s’étonnerons de voir un père s’arrêter de travailler pour s’occuper d’un enfant alors que si c’est la mère tout le monde trouve ça normal. On aborde ensuite les métiers. Et pour finir, on revient à l’amour.

20160324_113456

J’ai trouvé ce petit livre vraiment pas mal, ça aborde plein de sujet et pas uniquement la différence garçon/fille, mais aussi l’amour et la reproduction. Moi j’ai trouvé ça bien fait mais Mimiko elle en a eu marre avant la fin, je l’ai fini toute seule. Ce genre de livre plus qu’à lire au coucher peut servir de support en classe pour aborder ces notions à l’école primaire.


8/20
8/20 – thème de mars : égalité filles/garçon
Share

C’est lundi (de pâque) que lisez-vous ? #31

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Ce que j’ai lu :

Ça y est ! J’ai fini le dossier. Super intéressant #lemagzinelitteraire #feminisme

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Le dossier « Où en sont les féministes » du Magazine littéraire. Ce dossier aurait pus s’intituler « Beauvoir et après » tant il est question d’elle dans presque tous les articles. Le l’ensemble n’en reste pas moins intéressant. Je retiens surtout deux noms : celui de Françoise d’Eubonne qui fonde le mouvement Ecologie-Féminisme en 1974 et Marieme Helie Lucas, sociologue algérienne dont les propos recueillis en réaction aux violences faites aux femmes à Cologue (et dans d’autres villes du nord) le 31 décembre dernier m’ont particulièrement marqué.

Il ne me reste plus qu’à me faire une petite bilio pour approfondir la question du féminisme. Un petit challenge perso en perspective ^^

j’ai continué sur ma lencée en m’intéressant cette fois au livres jeunesse et j’ai lu :

 

Ce que je lis en ce moment :

Que vais-je lire après ?

Aucune idée ! Sans doute un manga :


 

C’est lundi on fait le point :

La semaine dernière sur le blog :

Top 10 de la semaine :

  1. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  2. C’est lundi que lisez-vous ? #30
  3. La Reine des Neiges
  4. Sword Art Online ~ by Yomu-chan
  5. La Violence dans le Manga / Dissertation ~by Yomu-chan
  6. Sword Art Online vs Log Horizon
  7. Ch∃ de Kim Yong-hwe
  8. Romarine ~ des contes d’Italo Calvino
  9. La Princesse Vagabonde ~by Yomu-Chan
  10. trois albums jeunesse coréens sous le signe de l’humour

Les années passées nous parlions de :

2015

2014

2013

 

2012

Share

Oneuli – un conte coréen

C’est à la bibliothèque que j’ai repéré ce magnifique album. Je l’avais sélectionné pour la semaine coréenne de la semaine dernière mais je n’ai eu le temps d’écrire mon billet. C’est en cherchant des albums coréens que je suis tombée sur ce titre, la couverture étant très jolie je l’ai emprunté.

Oneuli de Cho Ho-sang (texte) et Kim Dong-seong (illustrations) est un conte très classique mais pas moins beau pour autant. On y retrouve la structure de nombreux conte ou le personnage principal, un enfant, part en quête de quelque chose et fait de nombreuses rencontres tout au long du chemin, sa gentillesse attire les bonne grâces de ses interlocuteurs qui l’aident ainsi dans sa quête.

Ici Oneuli, une petite fille trouvée par des voyageurs qui lui donnerons ce nom, part à la recherche de ses parents biologiques qui vivent dans le « Woncheongang, un royaume situé très loin dans le ciel ». En chemin elle rencontre divers personnages qui doivent lui indiquer le chemin, tous lui confient des questions à poser lors qu’elle aura atteint le Woncheongang. Il y a le jeune homme qui ne peut rien faire d’autre que lire, un arbre, un serpent géant, une jeune femme qui ne peut rien faire d’autre que lire et une fée. Grace à leur aide elle atteint le Woncheongang où elle peut retrouver ses parents avant de retourner sur terre apporter les réponses à tous ceux qu’elle a croisé en chemin. Une fois cette tache accomplie, Oneuli peut accomplir son destin et devenir à son tour une fée.

J’ai trouvé ce conte magnifique. Sa structure traditionnelle m’a ramené en enfance, j’adorais ces contes à répétition. Et la morale y est simple et belle : aide les autres et ils t’aiderons.

Graphiquement l’album est magnifique. Le dessin est très doux et rappelle les peintures traditionnelles.

J’ai beaucoup aimé cet album qui nous est proposé dans la collection Chan Ok des éditions Flammarion (une très belle collection !)


7/20
7/20
album jeunesse
album jeunesse
Share

C’est lundi que lisez-vous ? #30

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Ce que j’ai lu :

la semaine dernière j’ai oublié quelques titres ^^ je les rajoute ici (au fait j’avais juste zapé mes lectures albums jeunesse…)

 

La semaine dernière j’ai lu deux albums de Chen Jiang Hong. J’aime son style. Ici mon billet sur Le prince tigre

Cette semaine était sous le signe de la Corée que ce soit pour les album jeunesse ou les bande dessinée ^^

  

Tigres à la queue leu leu et Le fils du tailleur de pierre de Moon-hee Kwoon, dont j’aime bien le style, et Princesse Prout de Shin Se-Jung, découvert grâce à Choco, sont réuni dans cet article.

J’ai également lu ce très bel album de Cho Ho-sang et Kim Dong-seong. Je voulais le présenter dans le cadre de la semaine coréenne mais je n’ai pas eu le temps. Mon avis paraîtra cette semaine sur le blog.

J’ai également tenté de lire un recueil de contes coréens, mais j’ai pas vraiment accroché. Le style y était assez particulier et après quelques contes j’en ai eu marre.

Place au manhwa maintenant !

Catsby est une tranche de vie mettant en scène un jeune chômeur à l’allure de chat. C’est pas mal, j’en reparlerais surement.

Che est un manhwa historique. Intéressant même si un peu trop flatteur.

Je lis en ce moment :

 

Je lirais ensuite :

je n’ai toujours pas commencé Max, je pense m’y mettre très bientôt.


 

C’est lundi on fait le point :

la semaine dernière sur le blog

La semaine à commencé par l’habituelle billet du lundi avant l’ouverture de la semaine coréenne.

rp_semaine-coréenne-01.jpg

Dans le cadre de cette semaine dédié à la culture coréenne j’ai proposé :

top 10 de la semaine :

(oui, je suis passé du top 5 au top 10 parce que bon… les 5 premier titres sont presque toujours les mêmes, c’est pas drôle !)

  1. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  2. C’est lundi que lisez-vous ? #29
  3. La Reine des Neiges
  4. La Violence dans le Manga / Dissertation ~by Yomu-chan
  5. Sword Art Online vs Log Horizon
  6. Une semaine en Corée
  7. père et fils, tendresse et herbes médicinales
  8. Coy- Crush on you, une romance coréenne
  9. Le théâtre Nô – une introduction
  10. Lexique Manga et Anime

Les années passées sur Ma petite Médiathèque

cliquez sur les images pour voir les articles

2015

  

2014

 

2013

  

2012

 

Share

Ch∃ de Kim Yong-hwe

J’avais repéré ce manhwa au moment où je préparais la thématique manhwa pour K.BD en octobre dernier. Ce titre n’avait finalement pas été retenu comme lecture commune mais je le gardais dans un coin attendant l’occasion d’y plonger. Cette occasion est arrivée avec la semaine coréenne de Choco.

Kim Yong-hwe retrace dans ce one-shot les grandes lignes de la vie du Che pour permettre aux jeunes (et moins jeunes) qui arborent fièrement le portrait du Che sur leur t-shirt de vraiment savoir qui était cet homme dont effigie, d’abord symbole de révolution et devenu un produit marketing par excellence (drôle de destin posthume).

On passe très brièvement sur l’enfance et l’adolescence d’Ernesto Guevara, né dans une petite famille bourgeoise argentine, asthmatique mais très volontaire. Après une brève introduction de quelques pages on retrouve Ernesto jeune homme, près a se lancer dans des études de médecine. Son premier stage dans un hôpital pour lépreux et son voyage à la découverte de l’Amérique latin en moto avec son amis Alberto (également médecin) vont faire prendre conscience au jeune Ernesto les injustices qui touche les peuples d’Amérique latine et l’impérialisme américain.

Kim Yong-hwe nous montre ensuite comment Ernesto devient le « Che » et comment il s’engage politiquement petit à petit jusqu’à s’engager militairement au côté de Fidel Castro dans la révolution cubaine.

Kim Yong-hwe nous fait un portait très flatteur, où le Che est montré comme un homme très courageux, en quête de justice, un idéaliste qui chercher la meilleurs de façon de soutenir le peuple.

J’y connais rien du tout et c’est le premier livre sur sa vie que je lis alors je ne sais pas du tout dans quelle mesure sa figure est idéalisé mais j’ai parfois eu le sentiment que ce n’était pas toujours objectif. A en croire ce livre le Che était un saint. Or pour moi le régime de Castro est un dictature, un homme en quête de justice véritable ne peut pas soutenir une dictature. Néanmoins c’est une lecture intéressant qui permet de faire un premier pas vers ce personnage historique mythique. Ce manhwa m’a donné envie d’approfondir le sujet. Une très bonne entrée en matière, de quoi éveiller la curiosité.

Graphique ce manhwa n’a rien de remarquable, mais il reste agréable à l’œil. De petites pointes d’humour et quelques références hyper populaires (voir incongrues) viennent détendre l’atmosphère assez pesant du récit.

Aux éditions Soleil Manga dans la collection Gochawon.

⇒ à lire aussi l’avis de Gemini

Et pour accompagner votre lecture un petite bande sonore 😉


manhwa
manhwa

rp_semaine-coréenne-01.jpg

Share

trois albums jeunesse coréens sous le signe de l’humour

Aujourd’hui je vous propose 3 albums coréens tous plus drôles les uns que les autres

Le fils du tailleur de pierre

un album de Moon-hee Kwon (illustrations), Claire Lanaspre et Michèle Moreau (texte), aux éditions Didier Jeunesse

Petite histoire inspirée d’un chant traditionnel coréen, « joute verbale » entre le fils du tailleur de pierre et son amis.

-Quand tu seras grand, tu seras tailleur de pierre comme ton père ?

-Ah non, surtout pas tailleur de pierre ! Moi, quand je serai grand, je serai riche, très riche. Et j’irai à la chasse tous les jours !

-Si tu vas à la chasse, moi je serais le soleil pour te faire suer à grosses gouttes !

-Si tu es le soleil, moi je serai un nuage pour t’empêcher de briller !

C’est l’escalade et de fil en aiguille le fils de tailleur de pierre fini par vouloir devenir… tailleur de pierre.

Simple mais drôle. Le dessin est très stylisé et efficace. Comme nous dit Rachel dans son article : « un livre drôle et sage à la fois ».

-_-_-_-_-

Tigres à la queue leu leu

Avec les deux prochains albums on passe dans un humour un peu scato mais qui plait bien aux enfants.

Tigre à la queue leu leu, encore un livre de Moon-hee Kwoon, publié cette fois par Quiquandquoi, m’a interpellé par sa couverture avec un drôle de tigre vraiment pas majestueux.

Dans cette histoire un jeune garçon fainéant fait pousser un immense plan de sésame en ramassant toutes les crottes du village. Avec l’huile qu’il fabrique il enduit un petit chien qu’il utilisera comme appât pour chasser le titre. Le chien est si glissant qu’aussitôt avalé par un tigre il ressort par son derrière. Un tigre à près l’autre tente de manger le petit chien jusqu’à ce que tous les tigres de la montagne se retrouvent pris au piège enfilé à la queue leu leu dans la corde par laquelle est attaché le chien.

J’ai beaucoup aimé les illustrations, pleines d’humour.

Moi quand je m’énerve XD Tigres à la queue leu leu de Moon-hee Kwoon #albumjeunesse #littératurecoréenne

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai appris que l’histoire a été adapté en court-métrage d’animation, disponible dans le dvd Neige et les arbres magiques, voici un aperçu :

-_-_-_-

Princesse Prout

J’ai découvert ce livre cette semaine sur Grenier à Livre, Choco nous le présentait dans le cadre de sa semaine coréenne. Son article m’a interpellé et voilà que, le hasard faisant bien les choses, je le retrouve à la bibliothèque 🙂

Princesse Prout de Shin Se-Jung aux éditions Chan-ok, raconte la drôle d’histoire d’une très belle princesse qui avait un vilain défaut, celui de péter souvent.

Si dans sa famille la princesse peut s’en donner à cœur joie, une fois marié, elle doit se retenir. Elle se retient tant et bien qu’elle fini par devenir de « couleur pâte de soja fermenté ». Quand enfin elle se lâche toute la maison de sa belle famille vole en éclat tant son pet est violent. Le beau-père décide de la renvoyer dans sa famille mais en chemin la princesse sait transformer ce défaut en un précieux avantage et le beau-père change d’avis. Tout est bien qui fini bien pour la jeune princesse que reçu le surnom de princesse Prout.

Les illustrations sont très belles et classiques, tout comme la structure du récit qui reprend la structure d’un conte traditionnel, ce qui crée un décalage amusant avec cette histoire de pet. Moi je l’ai trouvé marrant, ma fille n’a pas été convaincue.


rp_semaine-coréenne-01.jpg

albums jeunesse
albums jeunesse
4, 5 et 6/20
Share

Coy- Crush on you, une romance coréenne

C’est tout à fait par hasard que je suis tombée sur ce manhwa d’occasion. Je ne connaissez pas du tout Kyung Ha Lee, l’auteur de ce shonen-aï coréen, je ne savais même pas qu’il s’agissait d’un shonen-aï (romance entre garçon). Je l’ai pris parce que je trouvais le dessin plaisant et que le challenge coréen est un excellent prétexte pour développer ma bibliothèque manhwa (comme si j’avais besoin de prétextes pour m’acheter des livres…)

C’est le hasard qui m’a conduit à cette lecture et ce fut un agréable surprise. Je m’attendais à un shôjo eau de rose sans grand intérêt et finalement j’ai trouvé ça pas mal du tout ! Il y a un ton que j’aime bien. L’auteur n’hésite pas au détour d’une scène anodine à asséner quelques bonne paroles bien placée. Enfin un manga qui s’adresse aux jeunes filles sans leur faire croire qu’une fille doit se contenter de cuisiner de petits plats pour son amoureux et accepter tous ces caprices !

-Ah ouais ?! Moi je préfère ceux qui sont un peu machos… virils.

-Non ! C’est nul ! C’est nul ce que tu sit ! Les gens comme toi qui aiment les machos font du tort aux femmes. Ce sont eux qui véhiculent l’idée que la femme doit rester bien sagement à la maison, attendre son mari, faire la cuisine, être belle et docile !!!… Ce sont des théories sans fondement qui empêchent les femmes modernes de se libérer du carcan dans lequel elle se trouve prisonnière

Bon n’exagérons rien, ici l’héroïne est amoureuse d’un garçon qui ne l’aime pas et elle se dit toute de même prête à tout sacrifier pour lui. Enfin, c’est ce qu’elle dit. Mais est-elle vraiment prête à ça ? Elle se pose la question et rien que ça c’est quand même pas mal. On n’a pas à faire à une nunuche prête à tout endurer pour un mec. Elle est tombée amoureuse et elle se pose beaucoup de questions sur sa relation à elle-même, ses relations avec les hommes et sur ce qui l’attire chez ce jeune homme qui l’ignore. Si nous sommes dans un lycée et que les personnages se comportent comme tous bon lycéens mangaesques, l’héroïne n’est pas complètement nunuche et ça fait plaisir.

Mais ce qui fait vraiment l’originalité de ce titre c’est qu’on a à la fois une romance shôjo typique (une lycéenne tombée amoureuse d’un très beau garçon) et une romance type shonen-aï, les deux se déroulent simultanément. Un de ses camarade de lycée est tombé amoureux du même garçon. De cette rivalité né une certaine forme d’amitié. Tous deux rejoignent un club d’oisifs du lycée pour les beaux yeux du garçon et tentent chacun leur tour de le séduire, ou du moins de passer un peu de temps avec lui. C’est original car le plus souvent on a soit une histoire entre garçon soit une romance entre une fille et un garçon, rarement les deux au même temps. Moi je trouve ça plutôt agréable et bien plus réaliste que ces romances ou tous les personnages sont homo (comme si le monde n’était subitement plus rempli que d’homme…)

Le héro est peut-être un peu plus fleur bleu que l’héroïne. C’est plutôt marrant de voir que finalement c’est lui qui est le plus romantique des deux. Quant à l’objet de leur amour… je suis assez perplexe. On est à fond dans le pathos, on essaye de nous apitoyer un max sur son sort. Mais l’auteur en fait trop. Au début il a carrément l’air attardé et ça fait bizarre. Même après qu’on ai compris les raison de son comportement, je trouve que c’est excessif.

Quoi qu’il en soit j’ai trouvé la lecture de ces trois premiers tomes très sympa et… c’est la que là mauvaise nouvelle arrive ! La série est terminée en Corée avec seulement 5 tomes mais voilà, l’éditeur français (Paquet) a décidé de n’en publier que trois avant de stopper la commercialisation. Du coup aucune chance d’avoir un jour la suite T_T

manhwa
Share

Qui a tué grand maman

C’est au hasard des liens youtube (que j’utilise pour ne pas m’endormir en faisant la compta mais chut ! c’est un secret !) que je suis tombée sur cette charmante chanteuse coréenne : Min Chae (민채). J’ai craqué pour son interprétation de Qui a tué grand maman, une chanson de Michel Polnareff

d’autres chansons interprétées par Min Chae :

vous pouvez la retrouver sur facebook


k-music - jazz

k-music – jazz

Share