Grands et petits écrans

Grands et petits écrans #12

La semaine dernière j’étais en vacances, vendredi c’était même mon premier jour de congé et pour fêter ça, je n’ai pas publié mon petit récap de visionnage. Non, rien à voir avec les vacances, j’avais juste plein de chroniques lectures à publier et pas eu le temps de faire mon billet grands et petits écrans. Du coup aujourd’hui je vous propose un nouveau long épisode avec tous ce que nous avons regardé ces 2 dernières semaines.

Séries TV :

Le Prince des dragons, saison 2

Affiche Le Prince des DragonsRésumé : dans la première saison, nous rencontrons deux jeunes princes, le fils héritier du trône et son grand demi-frère. Tous deux sont orphelins de mère et vivent une vie paisible au château. Mais leur vie va être bouleversée quand le roi disparaît. Une guerre ancestrale oppose les humains aux créatures magiques qui vivent au-delà de la frontière. Les deux princes font une découverte qui pourrait bouleverser l’ordre du monde et mettre fin à la guerre. Les elfes et les dragons viennent se venger de la destruction de l’oeuf du roi et de la reine des dragons, mais l’oeuf est toujours là. Les deux princes s’allient à une jeune assassin elfe envoyé pour les tuer pour rapporter l’oeuf auprès de sa mère. Ils espèrent ainsi mettre fin à la guerre. Mais ce qu’ils ne savent pas c’est que personne ne désire vraiment mettre fin à cette guerre. Il y a tant à gagner pour celui qui détient le pouvoir. Intrigue de cours, amis devenus ennemis, ennemis devenus amis. Le monde des deux enfants est bouleversé et ils devront faire preuve d’un grand courage. La première saison se déroule sur la terre des hommes, avec la saison 2 le voyage continue, cette fois chez les créatures magiques. Arriveront-ils à temps chez la reine dragon ?

Mon avis : j’avais complètement oublié de vous parler de cette série que j’ai regardée avec mes filles. On a toutes les trois adoré. Un dessin animé comme on les aime, une belle histoire d’aventure, de l’amitié, de l’amour, du fantastique et ici, un quelque chose en plus, un message de tolérance sous-jacent. Il y a des familles recomposées avec des frères qui ne partagent pas la même couleur de peu, il y a des familles homoparentales et tout cela ne donne lieu à aucun commentaire, c’est normal, c’est naturel, personne ne relève et c’est ça qui est beau. C’est là que pour moi il y a un vrai message de tolérance. On en parle pas, parce qu’il n’y a pas lieu d’en parler. Dans l’histoire tout le monde trouve ça normal. L’enfant qui regarde trouvera cela normal aussi et ne sera pas étonné, et encore moins choqué, de rencontrer dans la vraie vie des frères de couleurs différentes ou des enfants avec deux mères ou deux pères. Quand à l’aventure, elle est très bien menée, il y a des rebondissements, des complications, des hésitations. Les personnages sont très sympas, ils ont un très bon fond, sont ouvert d’esprit et ne se laissent pas emprisonner par ce qu’on leur a inculqué. Ils ne se contentent pas d’obéir, mais ils cherchent à faire ce qu’il y a de bien, de mieux. On les voit évoluer. Je mettrais cette série au niveau d’Avatar le dernier maître de l’air, notre dessin animé préféré (nous sommes des fans inconditionnelles d’Avatar, on a déjà vu la série complète au moins 5 ou 6 fois)

Tunnel, saison 1

Affiche TunnelRésumé : Corée du Sud, 1986. Plusieurs femmes sont retrouvées assassinées. Les enquêteurs ne parviennent pas à mettre la main sur le tueur. L’inspecteur Park Gwang-Ho retourne sur les lieux du crime dans l’espoir d’y croiser le tueur. Et il est là, mais les choses tournent mal. L’inspecteur est blessé et quand il se réveille l’impensable est arrivé. Alors qu’il est rentré dans le tunnel en 1986, il en ressort en 2016. Il vient de faire un bon dans le temps de 30 ans. Le hasard veut que justement le jour de son arrivée, la brigade criminelle attende l’arrivée d’une nouvelle recrue qui porte le même nom que lui. Ne sachant que faire ni comment retourner dans le passé, l’inspecteur Park Gwang-Ho décide de prendre la place de son homonyme qui semble avoir disparu. Très vite il se retrouve confronté à des meurtres similaires à ceux sur lesquels il a enquêté en 1986. Il pense que pour pouvoir retourner dans le passé il doit réussir à capturer le criminel qu’il n’a pas pu attraper en 1986.

Mon avis : J’aime beaucoup cette série. L’histoire ne manque pas de rebondissement et le touche de fantastique qu’apporte ce voyage dans le temps n’est pas pour me déplaire. Le décalage entre le flic des années 80 et celui des années 2010 est aussi amusant même si je pense qu’ils auraient pu aller plus loin. Peut-être est-ce cas en VO, mais dans les sous-titres on ne voit pas de façon de parler différente or la façon de parler à changé en 30 ans. Un seul aspect m’agace dans cette série, les personnages ne parlent pas, ils crient. Tout le temps. Ils s’adressent constamment la parole sur un ton agressif et agacé et ce n’est pas très agréable à entendre.

Please like me, saison 1

Affiche Please Like Merésumé : Josh, un jeune étudiant se fait larguer par sa copine et découvre dans la foulée son homosexualité. Sa mère fait une tentative de suicide et il est obligé de retourner vivre avec elle pour ne pas la laisser seule.

Mon avis : une série WTF australienne. Les personnages semblent sortis des années 70-80 avec leur style vestimentaire douteux et leurs coupes bizarres. Et leur façon de s’exprimer m’a paru étrange. Alors je n’ai pas réussi à déterminer si ce sont les personnages qui sont loufoques et voulus comme ça où s’il y a un décalage culturel. Mais j’ai trouvé ça carrément pas naturel. Mais je me suis très vite attaché aux personnages et j’ai regardé avec plaisir la première saison. Pas sûr que je regarde la suite. Les épisodes sont une succession de tranches de vie plus ou moins confuses où Josh doit à la fois gérer sa mère suicidaire, son petit copain envahissant et son père angoissé. C’est drôle et il y a quelques jolies scènes, notamment la scène dans l’église où la vieille tente catholique tient tête au prêtre qui vient de faire un sermon homophobe.

The Big Bang Theory, saison 11

Affiche The Big Bang TheoryRésumé : Léonard vit avec Penny, Sheldon vit avec Amy, Howard est sur le point d’avoir un nouvel enfant, et Rajesh… Rajesh vit toujours seul avec son chien.

Mon avis : les personnages ont bien évolué en 11 saisons. 7 ans de vie et pourtant beaucoup de choses sont comme avant, ils se retrouvent toujours à diner les mêmes plats à emporter, Sheldon est toujours aussi égocentrique et imbuvable et nous on se marre bien. Mais il me tarde d’en voir le bout.

Films

Le Stratège

Résumé : le manager d’une équipe de baseball décide de changer radicalement de méthode pour recruter ses joueurs. Il va s’appuyer sur des statistiques et des calculs mathématiques au lieu de la bonne vieille méthode, le feeling et le jugement personnel d’une équipe de recruteurs aux critères parfois étranges . Sa méthode est loin de faire l’unanimité dans le milieu.

Mon avis : c’est Chéri qui a choisi, à cause de Brad Pitt. Et faut dire qu’il est bon, dans ce film comme toujours. Du coup on est pris par le jeu et on veut qu’il arrive à imposer sa façon de voir, qu’il soit pris au sérieux. Le film est bon, mais… ça parle baseball. Tout le côté technique, recrutement, type de joueurs, etc., ça ne me parle pas. Et le sport professionnel, quel qu’il soit ce n’est pas vraiment un sujet qui me touche. Je ne comprendrais jamais comment on peut dépenser autant d’argent pour ça.

Quatre frères

Affiche Quatre frèresRésumé : une gentille dame meurt assassinée dans une épicerie lors d’un braquage. À son enterrement ses fils se retrouvent. Des jeunes délinquants qu’elle a adoptés et qui maintenant sont devenus adultes. L’un est devenu honnête homme, les autres sont toujours de dangereux voyous. Et ils ont bien l’intention de venger leur mère. Ce qui semblait n’être qu’un simple braquage qui a mal tourné pourrait bien cacher un complot.

Mon avis : de la baston, des flingues, des courses poursuites, beaucoup de sang. Encore un film choisit par Chéri. Il a d’ailleurs aimé. Moi je ne l’ai pas trouvé désagréable, mais assez classique, sans réelle surprise. Efficace, mais pas inoubliable.

Affiche S.O.S. FantômesS.O.S Fantômes I

Affiche S.O.S. Fantômes IIRésumé : Après s’être fait virer de leur laboratoire de recherche, les 3 chercheurs en paranormal décident de monter leur entreprise de chasseur de fantômes. Les clients ne se bousculent pas à la porte. Du moins pas avant qu’ils aient capturé leur premier fantôme. Très vite le succès arrive, mais un dieu du passé à décidé de venir s’installer à New York et ça va faire mal.

S.O.S Fantômes II

Résumé : le temps a passé et les chasseurs de fantômes n’ont plus ni succès ni travail. Mais quand Dana vient les voir parce qu’un étrange phénomène s’est produit avec son bébé, toute l’équipe reprend du service. Cette fois c’est l’esprit d’un dangereux psychopathe de la renaissance moldave qui veut s’installer à New York.

Mon avis : petite soirée geek en famille. Il fallait qu’on montre à notre fille ces classiques de notre enfance. À vrai dire j’ai regardé ça quand j’avais moi-même 11-12 ans et je ne me souvenais même plus de l’histoire. Du coup je me suis bien amusé avec cette redécouverte. J’adore la chanson qui reste d’ailleurs dans la tête. Quant aux films, c’est marrant, c’est léger. Des comédies cultes à regarder en famille tout en se moquant gentiment des super effets spéciaux des années 80.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.