Un monde en pièces [BD]

12 février 2020 19 Par Bidib

Aujourd’hui est un jour spécial, c’est ma première participation au rendez-vous interblog la BD de la semaine. Pour l’occasion, j’ai choisi d’enfin vous parler d’un monde de pièce de Ulysse et Gasard Gry. ça faisait un petit moment que j’avais envie de présenter cette BD, l’occasion me semblait parfaite.

Couverture Un monde en pièces, tome 1 : Coups d'État

Avez-vous déjà eu le sentiment de n’être qu’un pion sur un échiquier ? L’impression d’être manipulé, de jouer un jeu qui vous dépasse ? Une impression très désagréable qu’il m’arrive d’éprouver et que Gaspard et Ulysse Gry mettent ici en image.

Cet univers est un échiquier. Il y a les blancs et les noirs, il y a les pions et les tours, les fous et les cavaliers. Il y a les dames venues d’un autre plateau… Et il y a la main. On la vénère et on ne discute pas ses lois. Est-ce la main de Dieu ou la main invisible du libéralisme ? Sans doute un peu des deux. Une main à laquelle nous nous soumettons nous-mêmes tels les pions, masse soumise de cet immense échiquier. Tels que les pions soumis à la volonté du joueur, nous nous soumettons aux lois du marché, à une société qui nous promet un monde meilleur pourvu qu’on soit dociles.

Mais le temps de la révolte a sonné ! Des pions qui refusent la fatalité, des fous qui poussent à la désobéissance, qui vénèrent un autre dieu, celui du hasard. Mais la révolte n’est-elle pas aussi programmée, les fous ne sont-ils pas aussi manipulés que les autres ?

Sur cet échiquier où se jouent intrigues politiques et destins triviaux, la vie est telle que nous la connaissons. Les pions c’est nous. Et l’échiquier c’est notre monde. Un monde fait de case, de pions, de propagande, de promesses, de lois et de mains qui nous gouvernent. Un monde où gronde la révolte. Où s’insinue l’envie d’un autre ordre, de nouvelles libertés, une envie de ne plus être qu’un pion.

Mais au-delà de l’allégorie à peine déguisée de notre société, un monde en pièce mène son propre jeu, un jeu d’intrigues politiques et destin qui se jouent à chaque coup. Il y a Jaiseth, une tour qui manipule et manigance pour accéder au poste de chancelier, il y a Caïn, un cavalier trop obéissant qui se laisse manipuler, il y a Détroit, un pion qui s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment et qui maintenant n’a d’autre choix que de mener un autre jeu, enfin, il y a Idisse, une dame qui a joué le jeu des cavaliers, mais qui a plus d’un tour dans son sac.

Tout en s’amusant de voir ainsi critiquée notre société, on fini par s’attacher aux personnages, on veut savoir quel sera pleur prochain coup. J’avais aimé la lecture du premier tome il y a un an, sa relecture aujourd’hui m’a conforté dans mes premières impressions. Qu’en est-il du tome 2 ?

Couverture Un monde en pièce, tome 2 : Noir comme neige

Dans le deuxième tome, les intrigues amorcées dans le premier se développent. On découvre qui se cache derrière Jaiseth, la tour ayant accédé au pouvoir, ce qui le motive et pourquoi il manipule le plateau menant une politique extrémiste. Caïn finit par choisir un camp. Idisse doit encore se réinventer, Détroit se retrouve encore au mauvais endroit, à nouveau prix au piège dans une stratégie de jeu qui le dépasse. Le parallèle entre ce jeu de plateau et notre société est toujours flagrant notamment avec les mouvements d’extrême droite qui s’en prend aux dames, immigré ayant fui la guerre.

Avec ce second tome, me suis plus attaché à l’intrigue de l’histoire, à comprendre les motivations des différents personnages et à le voir évoluer, alors que le premier tome je l’ai vraiment lu comme une critique de notre société prêtant moins attention à l’histoire racontée.

Une nouvelle partie semble se dessiner à la fin de ce tome et j’ai bien envie de savoir quels seront les prochains coups.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ma prochaine chronique #BD Indice n°1 📚 @ivandepresque #bloglitteraire #bandedessinee #instabook #bookgram

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ma prochaine chronique #BD Indice n°2 📚 @ivandepresque #dansmabibliotheque #bloglitteraire #bookgram #instabook

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Un petit mot sur le dessin avant de se quitter : j’ai beaucoup aimé, bien que les personnages soient des pièces d’échecs sans véritable visage, Ulisse Gry a su les rendre vivantes et expressives. Tout en noir et blanc, l’ambiance du dessin me rappelle celle des films noirs, notamment avec Caïn qui a tout de la dégaine du héros d’un polar noir.

Un chouette titre aux lectures multiples que je conseille à tous les amateurs de BD, d’échecs et d’intrigues politiques (et même aux autres).


la BD de la semaine

cette semaine la BD de la semaine c’est chez Noukette


avec cette lecture je participe au challenge :

cliquez sur le logo pour en savoir plus

Share