Grands et petits écrans

Grands et petits écrans #19

3 semaines de visionnages à résumer depuis le dernier bilan ! Décidément, j’ai du mal avec le principe de rendez-vous hebdomadaire. 😅

Séries TV

Affiche The SinnerThe sinner, saison 1 et saison 2, épisodes 1 à 5

Synopsis saison 1 : sur une plage, une jeune femme assassine de plusieurs coups de couteau un jeune homme qui s’amuse avec des amis. La jeune mère de famille avoue, mais ne donne aucun mobile. Elle prétend ne jamais avoir vu la victime avant. Le détective Ambrose mène l’enquête. Malgré les aveux il veut comprendre, qu’est-ce qui a pu pousser une mère de famille sans histoire à commettre un meurtre d’une telle violence.

Synopsis saison 2 : Un couple est retrouvé mort dans un motel, leur fils de 13 ans est le principal suspect. La détective en charge de l’enquête fait appel à Ambrose pour l’aider. Ambrose est un ami d’enfance de son père et ce sera la première enquête de la jeune femme. L’affaire mènera les enquêteurs du côté d’une communauté aux étranges pratiques.

Mon avis : à chaque saison, une enquête. Faut aimes les enquêtes qui durent. On prend le temps d’explorer différentes pistes. On s’intéresse à l’histoire des victimes, mais surtout à celle des meurtriers. Des meurtriers peu communs pour qui l’inspecteur Ambrose ressent de l’empathie et sans remettre en cause leur culpabilité, il cherche à comprendre leur geste et à les aider.

Affiche Mme Maisel, femme fabuleuseThe Marvelous Mrs Maisel, saison 2 et saison 3 épisodes 1 et 2

Synopsis : les années 60 aux États-Unis. Une jeune femme qui se lance dans une carrière d’humoriste. Voici le point de départ de cette série qui met en scène une jeune new-yorkaise et sa famille juive. Madgi est une femme moderne, indépendante. Elle divorce, elle se lance dans un métier d’homme, mais c’est aussi une petite bourgeoise gâtée avec ses dix mille robes, qui retourne vivre chez ses parents avec ses deux enfants. Toute sa famille est une caricature ambulante, le père professeur de mathématique, la mère au bord de la crise de nerfs, les beaux parents… ah les beaux parents… ils sont tellement drôles avec leurs paquets d’argents cachés un peu partout.

Mon avis : c’est Yomu-chan qui nous a fait découvrir cette série que nous avons donc commencée avec la saison 2. C’est très sympa. Drôle et léger, tout en abordant des sujets de société. On suit les aventures de Mrs Maisel qui tente de s’imposer dans un milieu très masculin. Il y a beaucoup d’humour, une belle répartie, des dialogues succulents et un bon casting. Une série qui a beaucoup plu à Chéri aussi.

Affiche LimitlessLimitless, saison 1

Synopsis : Brian Finch est un looser. Un jour un de ses anciens camarades lui offre une nouvelle drogue. Une drogue qui booste le cerveau, rendant ceux qui la prennent étonnamment sensibles et intélligents. Mais il se retrouve mêlé à une histoire de meurtre. Son ami est assassiné et il est le principal suspect. Aidé par les nouvelles facultés que lui offre cette drogue, il tente de faire la lumière sur cette affaire. Mais cette drogue a de terribles effets secondaires. Brian se fait approcher par quelqu’un qui lui offre un antidote. Il se retrouve alors piégé, jouant un double jeu, au sein du FBI qui l’utilise comme consultant, pensant qu’il est naturellement immunisé contre les effets secondaires.

Mon avis : une série policière sympa avec une touche de fantastique grâce à cette drogue donnant des aptitudes particulières à Brian. On suit en parallèle une vaste instigue dans laquelle Brian se retrouve impliqué, jouant les taupes contre sa volonté, et les enquêtes du FBI sur lesquelles Brian travaille. Une nouvelle enquête à chaque épisode. Brian est excentrique. Un adulescent au grand coeur qui s’amuse à faire tourner les agents du FBI en bourrique, mais qui fait toujours tout son possible pour venir en aide à son prochain.

Films

Affiche Rasta RockettRasta Rockett

Synopsis : Jamaïque, 1987. Tandis que son copain Sanka Coffie remporte le titre tant convoité de meilleur pilote de pushkart, un sport local qui se dispute dans des caisses à savon lancées à toute allure, Derice Bannock s’entraîne intensivement afin d’être sélectionné pour les Jeux Olympiques de Séoul qui doivent se disputer durant l’été 1988. Mais au cours des éliminatoires, les deux favoris, Derice et un athlète chauve du nom de Yul Brenner chutent par la faute d’un autre concurrent, Junior Bevil. Déçu d’avoir ainsi raté sa sélection, Derice décide de relever un nouveau défi et se jure bien de représenter la Jamaïque aux J.O., quelle que puisse être la discipline… (source : SensCritique)

Mon avis : un bon film à regarder en famille. Je l’avais déjà vu il y a longtemps et là nous l’avons regardé tous ensemble, Mimiko le voyait pour la première fois et nous avons tous bien ri. Un film idéal pour se détendre avec les enfants en ce moment.

Documentaires

Les routes maritimes de la soie (1/2)Expéditions arabes en Extrême-Orient

Résumé : Sur les traces de la millénaire “route maritime de la soie”, reliant l’Arabie à la Chine. Dans cette première partie, nous suivons les traces des explorateurs arabes qui commencèrent, il y a deux mille ans, à monter des expéditions en direction de l’Orient à bord de leurs voiliers rapides et manoeuvrables.

La route maritime reliant l’Arabie à la Chine en passant par l’Inde constitue l’un des axes commerciaux les plus anciens de l’humanité, et le théâtre de certains des chapitres les plus passionnants de l’histoire des échanges culturels. Longeant les côtes de trois continents, cette “route maritime de la soie” a vu se développer un commerce florissant, mais aussi de féroces guerres de religion et de conquêtes. Dans cette première partie, nous suivons les traces des explorateurs arabes qui commencèrent, il y a deux mille ans, à monter des expéditions en direction de l’Orient à bord de leurs voiliers rapides et manœuvrables – les légendaires dhow ou boutres. Ayant d’abord pour objectif le commerce avec l’Extrême-Orient, ces voyageurs s’affaireront, à partir du VIIe siècle et de la naissance de l’islam, à exporter cette religion nouvelle. (source : Arte.fr)

à voir sur Arte.fr

Mon avis : j’avoue avoir regardé assez distraitement.

Les guerrières vikings

Résumé : Ce documentaire-fiction part sur les traces d’une jeune Viking qui, pour venger la mort de son père, s’est muée en une redoutable guerrière.

Si la question de la présence de femmes vikings au combat a longtemps suscité la controverse, une découverte a récemment levé le voile sur un secret ignoré pendant plus de mille ans. Des archéologues avaient exhumer en 1889, à Birka, une sépulture présentant une panoplie d’armes digne d’un guerrier professionnel. Une analyse ADN menée par des archéologues et des généticiens suédois a permis de révéler que le guerrier supposé était en réalité une femme. Cette découverte a inspiré à Sebastian Peiter et David Bartlett ce documentaire-fiction, retraçant les aventures imaginaires, mais documentées, d’une combattante viking.

Périlleuse quête
Ponctué d’entretiens avec de nombreux spécialistes, le film narre les tribulations de la courageuse Signe, témoin du meurtre de son père commis par un brigand slave. Conformément à la tradition, la jeune fille doit laver l’honneur de sa famille lors d’un duel. Afin de retrouver l’assassin, elle quitte Birka avec, à ses côtés, la jeune esclave Malusha, et se lance dans une longue et périlleuse quête le long des côtes de la Finlande. Ce périple la mènera jusqu’à l’actuelle Russie. Signe fera ensuite un retour triomphal en Suède, auréolée de son statut de guerrière et de commerçante prospère. (source : arte.fr)

à voir sur Arte.fr

mon avis : Ce n’est pas la première fois que j’entends parler des récentes recherches qui ont permis de déterminer qu’un certain nombre de tombes de guerrier viking étudiées étaient en réalité des tombes de guerrière. Mais bien que je connaissais déjà l’existence de ces recherches j’ai apprécié ce documentaire qui raconte l’histoire d’une guerrière fictive inspirée des dites recherches. On apprend donc que les guerrières existaient chez les Vikings, mais on apprend aussi beaucoup de choses sur leur réseau d’échanges commerciaux. J’ai été stupéfaire par l’étendue du territoire couvert par ces échanges.

Share

Commentaires

13 avril 2020 à 14:35

Dans des genres très différents Maisel et The Sinner sont deux valeurs sûres pour moi 🙂
Bons visios !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.