Goodnight, I love you…, tome 1 [manga]

3 juin 2020 32 Par Bidib

J’avais acheté ce manga peu après sa sortie, et puis je l’ai oublié dans un coin attendant le moment opportun pour le lire. Ce moment est enfin arrivé, et, plus d’un an après l’avoir acheté, j’ai fini par prendre le temps de découvrir cette histoire dont le résumé m’avait fait envie à l’époque.

Goodnight, I love you… T.1

Ozora vient de prendre sa mère. Il a quitté ses études pour s’occuper d’elle durant les derniers mois de sa vie. Garçon réservé et solitaire, il n’avait pas beaucoup l’habitude de sortir, encore moins de voyager, alors sa mère décide de lui laisser un cadeau d’adieu, elle lui offre l’opportunité de s’ouvrir au monde. Dans une lettre qu’elle lui a laissée, elle demande à son plus jeune fils de partir à Londres annoncer sa mort à l’une de ses amies. L’aîné, qui vit à Paris et qui n’est revenu que le temps de l’enterrement, doute des capacités de son frère à s’acquitter seul d’une telle tâche, il lui conseille de laisser tomber. Il n’en fallait pas plus au cadet pour se lancer dans l’aventure. Il va lui prouver à ce traitre de grand frère qu’il peut s’en sortir tout seul. Le voici donc parti, pas tout à fait seul, puisque c’est avec son frère, avec qui il est en froid depuis des années, qu’il part pour l’Europe. Le voyage qui ne devait que durer quelques jours à Londres va s’annoncer bien plus long. Sa mère a mis au point un plan machiavélique pour pousser son fils cadet à se lâcher et à profiter de la vie.

Dans ce premier tome, on voit Ozora visiter Londres, puis Paris, mais le voyage n’est pas encore fini. Cette première étape sera aussi l’occasion pour lui de renouer avec son frère, car derrière la colère se cache le manque. Ozora a eu beaucoup de mal à surmonter l’abandon, d’abord son père qui les quitte alors qu’il était encore qu’un enfant, puis son frère qui part faire sa vie le laissant seul à la maison avec leur mère et enfin celle-ci qui décède alors qu’il est encore jeune étudiant.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, je trouve l’histoire touchante. La mère qui durant les derniers mois de sa vie a mis au point un plan alambiqué pour pousser son fils à s’ouvrir est particulièrement touchante, même si on la voit très peu. Quant à Ozora, il est un jeune adulte (au début du manga il est en troisième année à l’université) pourtant il manque cruellement de maturité, il se comporte comme un gamin apeuré, il en veut toujours à son grand frère d’être parti vivre sa vie. Très renfermé, rancunier, et rongé de sentiments négatifs, on le voit peu à peu évoluer, comprendre, s’ouvrir. C’est une quête initiatique que sa mère lui a offerte en héritage. Par un jeu de piste, il va rencontrer ses amis de jeunesse et découvrir des pans de sa vie, une façon de découvrir la femme qu’elle avait été avant d’être sa mère.

Ozora, comme beaucoup de personnages de manga, est enfermé dans des émotions dues aux non-dits. Il garde tout pour lui et finit par en nourrir de la rancœur pour les autres au lieu de simplement exprimer ses émotions. Heureusement ici, tous les personnages n’obéissent pas à ce mécanisme. Et si le grand frère avait pu être plus ouvert avec son petit frère et partager avec lui son désir de vivre sa vie, il n’a de cesse de l’exhorter son frère à s’exprimer.

Côté dessin, j’ai beaucoup aimé le trait de l’auteur que je découvre avec ce titre. Ce n’est pas particulièrement original, mais c’est très agréable à regarder et ça correspond avec le type de dessin manga que j’affectionne. Un trait fin, plutôt anguleux.

Des villes qu’il visite, on voit peu de choses, on cite quelques monuments emblématiques, mais l’accent est vraiment mis sur l’expérience humaine faite par le héros et non le côté touristique du voyage, il y a d’ailleurs un passage qui m’a fait sourire où le héros se moque des touristes japonais qui visitent le Louvre parce qu’il faut l’avoir vu alors que ça ne les intéresse pas du tout.

Bref, un premier tome agréable à lire, avec des personnages touchants, une belle idée de voyage qui me laisse avec l’envie de découvrir la suite.

sur le site des éditions Akata

lire un extrait

⇒ TARACHINE John (twitter)

⇒ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

→à lire aussi l’avis de Tachan


c’était ma proposition pour la BD de la semaine, retrouvez tous les propositions de la semaine chez Stephie


avec cette lecture je participe au challenges

objectif pal

(cliquez sur les logo pour en savoir plus)

Petit clin d’œil au Mois anglais avec cette la première escale d’Ozora à Londres

le mois anglais 2020

Share