The last shinobi, tome 1 et 2 [comics]

24 juin 2020 11 Par Bidib

Voilà déjà quelques semaines que j’avais envie de vous parler de ce comics français que j’ai découvert grâce à sa campagne de financement Ulule.

Calaméo - Extrait The Last Shinobi 1The Last Shinobi c’est l’histoire de Kotaro, le dernier Shinobi (ninja) du monde d’Orm, un monde fantastique où les humains cohabitent avec d’autres créatures. Après avoir longuement voyagé à travers les royaumes restaurés, Kotaro revient sur ses terres natales. Peut-être le moment est-il venu de faire son deuil et d’oublier son passé douloureux. Non seulement Kotaro a vu ses parents se faire assassiner alors qu’il n’était qu’un enfant, mais il est désormais le dernier des siens. Tous les shinobi ont été tués.

Dans le premier tome, nous le voyons revenir sur les terres de son enfance, il se remémore son passé, son apprentissage, ses parents… mais le monde à bien changé et il n’y a plus rien de ce qui fut sa vie dans ce village. Pourtant, quand il découvre que le village est attaqué par une terrible créature, il ne peut se résigner à abandonner les habitants à leur triste sort. Il décide de se battre contre ce monstre : un énorme manticore.

Avec le tome 2 on découvre plus de détails sur le monde d’Orm et les peuples qui y vivent. Dans cette nouvelle aventure Kotaro travaille pour un mystérieux client qui désire une plume du serpent ailé qui vit dans un temple bien gardé chez les cyclopes.

Je n’ai pas l’habitude de lire du comics et c’est sans doute le premier « comics français » que je lis. J’avoue qu’à la lecture des premières pages j’ai été un peu perturbé par le dessin que je trouvais très figé. Étant une familière des manga, j’ai l’habitude d’un dessin très fluide donnant l’impression de mouvement. Ici les mouvements sont saccadés, pose après pose, même dans l’action.  Mais malgré ce côté fixe, le dessin est pas mal du tout et je me suis finalement laissé séduire par cette histoire, qui en peu de pages (à l’instar des comics américains, chaque fascicule ne fait qu’une vingtaine de pages) arrive à créer un univers riche que l’on a envie d’explorer. Kotaro, bien qu’assez cliché dans son concept (le dernier de son « espèce », c’est du déjà vu) est un personnage touchant et sympathique qu’on prend plaisir à suivre.

Tout en jouant avec des références et des clichés de genre, Mondragon a réussi à créer un univers riche qui offre de multiples possibilités, un personnage charismatique et attachant. Et si le côté figé du dessin m’a déstabilisé au début, j’aime le trait réaliste d’Aquila, même ses créatures fantastiques sont saisissantes de réalisme. Quant à la coloration de Santos elle est très réussie.

Aucune description de photo disponible.

Je suis tombé sur ce projet par hasard, en flânant sur Ulule, et j’ai eu envie d’encourager les auteurs. En recevant les fascicules, je ne m’attendais pas à tomber sous le charme de ce comics à la française. En réalité, j’ai vraiment beaucoup aimé. Je n’ai d’ailleurs pas hésité une seconde à participer au financement du tome 3 qui vient de s’ouvrir.

Aucune description de photo disponible.Outre l’aventure et son personnage principal, ce qui me séduit dans ce comics c’est la revisite de créatures mythologiques. Dans le premier tome, on découvre un manticore, j’ai déjà entendu ce nom, mais je ne connaissais pas vraiment cette créature et ça m’a donné envie d’en savoir plus.

Dans le deuxième fascicule, on découvre un serpent ailé, cette créature m’a de suite fait penser au serpent ailé de la mythologie précolombienne (le Quetzalcoatl), bien qu’ici la créature soit associée à des cyclopes, issus, eux, de la mythologie gréco-romaine. J’ai particulièrement aimé le serpent ailé qui est à la fois terrifiant et bienveillant. Ni bon ni mauvais.

Au-delà de chaque aventure, un fil conducteur se dessine avec des créatures inquiétantes : les psyocs, intimement liés au passé douloureux du héros. Hâte d’en savoir plus.

Bref, un comics fantasy aux multiples inspirations qui a su me séduire. Le petit plus pour les geek : chaque fascicule se termine par quelques pages sur l’histoire des arts martiaux dans les comics.

la page Facebook dédiée

lire un extrait du tome 1

compagne de financement du tome 3

Aucune description de photo disponible.


ma proposition pour

rendez-vous chez Stephie


Le coin des curieux

Le manticore

Description de cette image, également commentée ci-après

Manticore dans The History of Four-footed Beasts (1607)

La manticore est une créature légendaire d’origine persane ayant le corps d’un lion, la queue d’un scorpion et la tête d’un homme. On lui associe parfois des ailes de chauve-souris et des cornes. Cette créature est reprise dans les bestiaires fantastiques du Moyen Âge comme représentation du Mal. La manticore est un dévoreur d’homme.

Aucune description de photo disponible.

Manticore dans The last Shinobi

Quetzalcóatl

Représentation de Quetzalcoatl (Codex Borbonicus, p.22)

Quetzalcoatl dans le Codex Borbonicus (XVI°)

Divinité mésoaméricaine, vénérée par les Aztèques, les Maya et les Toltèques, Quetzalcóatl est un métamorphe prenant souvent la forme d’un serpent à plumes géant. Cette divinité est liée au mythe de la création de la terre.

Xochicalco, temple du serpent à plumes

 

Aucune description de photo disponible.

serpent à plumes dans The Last Shinobi


avec cette lecture je participe aux challenges

(cliques sur les logos pour en savoir plus)

Share