nos petites potions magiques #1 – baume réparateur

nos petites potions magiques #1 – baume réparateur

10 octobre 2021 13 Par Bidib

C’est Yomu-chan qui m’a suggéré l’idée de partager pour Halloween quelques-unes de nos potions magiques. Comme moi, elle s’intéresse aux plantes médicinales et à leur bienfait. Et depuis quelque temps elle s’est lancée dans la réalisation de cosmétiques faits maison avec des produits naturels. J’adore la démarche et je l’accompagne à ma façon, en concoctant par exemple quelques-uns des ingrédients de ses recettes.

L’idée du “défi potion magique” m’a tant plu que j’ai eu envie de le partager avec toutes les sorcières et sorciers du Challenge Halloween. J’ai donc consulté le grand conseil des sorcières (Hilde et Lou, nos maîtresses de cérémonie) et elles ont aimé l’idée. Voici donc le défi lancé !

Sortez vos chaudrons, vos grimoires et vos herbes magiques, nous allons concocter des potions pour prendre soin de soi, nous faire du bien dans le respect de la nature en réduisant au maximum les déchets et en utilisant des produits naturels. Ce défi se marie à merveille au thème que nos sorcières en chef ont donné au challenge Halloween de cette année : Cocooning, bien-être, nature, DIY, pour un Halloween bon pour soi et respectueux de la nature ! 

Baume réparateur main

Pour concocter cette recette, nous nous sommes inspirés de plusieurs sources, dont une crème à base d’huile d’olive et de cire d’abeille que j’avais déjà testée. Cette nouvelle version est encore plus efficace. Au fait elle est tellement efficace que j’en étais la première surprise.

ingrédient :

  • 2 cuillères à soupe d’huile de germes de blé
  • 3 cuillères à soupe d’huile infusée de millepertuis maison (je vous donne la recette dans mon prochain billet potion magique 😉)
  • 2càc d’eau de rose
  • 4 gouttes d’huile essentielle de petit grain

Au bain-marie on mélange et on fait fondre les huiles et la cire. Quand la cire est complètement fondue, on retire du bain-marie et on ajoute en mélangeant l’eau de rose et l’huile essentielle. L’eau et l’huile ne sont pas faciles à mélanger, mais avec le coup de main on finit par obtenir un mélange pas trop mal. On verse le baume encore liquide et chaud dans un pot en verre et on laisse refroidir.

J’ai testé le baume ce printemps, j’avais les mains très sèches et abimées avec des crevasses, des gerçures, des plaques rouges et la peau toute sèche. Les séances de jardinage en fin d’hiver m’avaient laissé quelques petits souvenirs, sans parler des effets néfastes des lavages et défections de main à outrance. Dès la première application, j’ai senti l’effet apaisant sur la peau : moins de tiraillement. En quelques jours la peau avec retrouvait de la souplesse, les plaques rouges dues au lavage et utilisation de gel hydroalcoolique ont disparu. En un mois je n’avais plus de crevasse ni de gerçures. Et le plus étonnant c’est qu’elles ne sont pas réapparues quand j’ai arrêté le baume. La peau était profondément réparée.  Je l’ai aussi trouvé efficace pour les coudes secs.

Maintenant je l’utilise non plus en soin régulier tous les soirs, mais en soin ponctuel après une séance de jardinage par exemple. Les petites griffures cicatrisent plus vite et les mains restent toutes douces.

En revanche, ce baume doit être utilisé le soir, car l’huile de millepertuis est photosensible, vaut mieux éviter de l’utiliser juste avant d’aller au soleil. En outre le baume est très gras, il faut bien se masser les mains pour le faire pénétrer. Une toute petite quantité suffit.

J’adore cette recette, je trouve le baume hyper efficace et l’eau de rose et l’huile essentielle de petit grain lui donnent un parfum très agréable.

Les ingrédients

Description de cette image, également commentée ci-après

Millepertuis (Hypericum perforatum)

Nous avons choisi l’huile de millepertuis pour ses vertus antiseptiques, anti-inflammatoires et cicatrisantes. L’huile infusée de millepertuis est connue pour son action cicatrisante en cas de brulures légères et coups de soleil. C’est une recette que je tiens de ma mère, une sacrée sorcière aussi. En bonne apprentie sorcière, c’est moi qui allais cueillir le millepertuis dans les champs quand j’étais enfant. J’ai la chance d’avoir du millepertuis sauvage qui colonise mon jardin. Cette année il n’en a pas eu beaucoup alors je l’ai laissé sur place pour qu’il se ressème, mais j’ai eu les années précédentes de très belle floraison qui m’ont permis de préparer mon huile infusée. Nous reparlerons des huiles infusées dans mon prochain billet “potions magiques”.

L’huile de germe de blé est naturellement très riche en vitamine E. Dans les recettes de cosmétiques maison, on conseille souvent d’ajouter de la vitamine E pour améliorer la conservation, c’est d’abord pour cette raison que nous avons choisi cette huile. La vitamine E en fait aussi une très bonne huile pour les soins de la peau, surtout pour la peau sèche.

L’huile essentielle de petit grain (citrus aurantium) est antiseptique. On l’utilise fréquemment dans les soins pour peau. Son parfum aux notes citronnées est apaisant et réconfortant.

Deux de mes grimoires préférés :

  • L’herbier de la santé de B. Ticli (éditions de Vecchi). Je possède ce livre depuis si longtemps que je ne me souviens pas quand je l’ai acheté. Je le consulte régulièrement. On y trouve des information botanique pour reconnaitre les plantes et savoir quand et comment les cueillir, des recettes précises et les vertus des plantes.
  • La bible de l’aromathérapie de Nerys Purchon (éditions Marabout). Celui-ci je l’ai acheté il a une vingtaine d’années, à sa sortie. Je le consulte aussi beaucoup pour y piocher des recettes, mais surtout pour m’aider à choisir les huiles essentielles que je vais utiliser dans mes propres recettes.

Share