Archives de catégorie : le coin cuisine

Des biscuits d’hiver

La semaine dernière avec Mimiko nous avons testé une recette de spéculoos maison glané sur le net et nous attendions d’avoir savouré pour partager notre trouvaille avec vous. Et voilà que je me rends compte que j’ai complément zappé de m’inscrire au challenge Christmas Time de Mya. Dès que je m’en suis rendue compte j’ai filé fissa chez elle pour m’inscrire. Et surprise ! Aujourd’hui c’est cuisine. L’occasion pour Mimiko et moi même de vous présenter nos petits spéculoos et quelques autres gourmandises.

Les spéculoos :

Mimiko adore les spéculoos et cela faisait un moment qu’elle me demandait de lui en faire des maison, j’ai donc feuilleté le web à la recherche d’une recette facile et je suis tombé sur celle-ci.

Nous en avons préparé une fournée à notre façon et voici le résultat :

Nos #speculoos sorti du four #biscuit #cuisine #famillezerodechet

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients :

  • 350g de farine de blé blanche
  • 250g de rapadura
  • 250 g de beurre doux
  • 1 œuf
  • 3g de cannelle en poudre
  • 3g de mélange 4 épices
  • 5g de sel
  • 5g de levure chimique

Nous avons mélangé le sucre, les épices et le beurre ramolli. Puis incorporé l’œuf. Puis nous avons ajouté petit à petit le mélange de farine+sel+levure. Nous avons obtenu une boule de pâte bien collante que nous avons laissé reposer 24h au frigo.

Le lendemain nous avons étalé la pâte en saupoudrant de farine pour éviter que ça colle et on a découpé à l’emporte pièce : étoiles, sapins, cœurs et lune parce que « c’est bientôt noël » à précisé Mimiko. 10 minutes à un four à 190°C.

Un régal ! Un peu trop sucré à mon goût mes croquant et épicé comme il faut. A retenter avec un peu moins de sucre et une farine T80.

Je n’ai cuit que la moitié de la pâte, l’autre moitié à été découpé et congelé pour être cuite un mercredi de grande flemme 😉

Pour plus de gourmandise

j’ai demandé à Mimiko de fouiller ses livres de cuisine et faire une petite sélection de recettes pour Noël.

20161127_122906

J’aime beaucoup feuilleter des livres de recette même si au final je ne m’en sert que rarement. Du coup j’ai acheté plein de livre de recette pour enfants. Mes fille ne sont pas vraiment passionnées de cuisine mais elle aiment bien manger et regarder ces livres pour… passer commande 🙂

De ces trois livres, Mes petits biscuits est sans doute mon préféré. Il était livré avec un petit tampon et des emporte pièces. Nous avons déjà testé plusieurs recettes et les ustensiles nous servent à chaque fois qu’on fait des biscuits. Les recettes sont assez simples et parfois redondantes (beaucoup de sablé) mais elles ont le mérite de montrer qu’à partir une recette de base et un peu d’imagination on peut se faire plaisir.

Pour sa sélection Noël Mimiko a choisi les vanillen kipferln (petits croissants à la vanille), pour ma part je testerais bien les sablé à l’orange confite.

Autour de Noël de la série Gaspard et Léonie les petits gourmands en cuisine est très bien. J’ai trois albums de cette série et les trois fonctionnent très bien. On trouve dans ce livre des recette pour tout le repas de fête, nous avons concentré notre attention sur les dessert et les gourmandises. Mimiko a choisit les fruits déguisé : dates et autres fruits sec farci à la pâte d’amande, très simple à faire et bon à déguster. Le livre propose aussi l’incontournable bûche de Noël.

La bûche est justement la recette que nous avons choisi dans Le Larousse junior de la pâtisserie. Nous n’avons pas encore testé beaucoup de recette de ce livre. Je l’ai choisit pour son aspect ludique mais finalement il ne nous inspire pas des masses.

20161127_124522

Les biscuits du jour :

Mais aujourd’hui ce n’est pas noël qui sera à la fête en cuisine puisque nous avons choisi de teste une recette rien que pour Chéri : les petits beurre maison ! Car Monsieur mangeait ça petit et qu’il ne veut rien savoir de nos biscuits zéro déchet. Nous avons décidé de relever le défi et de tenter de lui faire plaisir en mode zéro déchet (ou presque). Nous allons tester la recette de Piroulie. On vous en dira plus après avoir goûté 🙂


Des livres en cuisine 

Share

Confiture a la banane

Mon panda a quitté son nid du coup je me sentais toute déprimée parce que bon, jouer les mauvaises mère c’est que pour la frime. Pour pas me morfondre j’avais envie de lui préparer un bon petit pot de confiture. Problème, elle n’aime pas la confiture ! C’est là que je suis tombée sur cette recette sur le blog cuisine à 4 mains. Mon gros panda adore les bananes, si je lui en prépare un pot, je suis sûre qu’elle aimera.

Comme d’habitude je n’ai pas pu m’empêcher d’adapter la recette à ma sauce 😅

Pour un gros pot ( et une lichette pour la cuisinière )

  • 8 bananes bien mûres
  • 200 gr de rapadura + 150 gr de sucre roux
  • Une cuillerée de sucre vanillé  (je n’avais plus de gousses de vanille en stock )
  • Une lichette de rhum à la vanille (de ma cuvée personnelle,  enfin de celle de Chéri )
  • Jus 1/2 citron

J’ai coupé les bananes en rondelles,  vite arrosé avec du citron, tout en mélangeant. Puis j’ai ajouté les sucres et le rhum, bien melangé et mis au frigo pour la journée.

Le soir j’ai sorti le tout, fait mijoter pendant une petite demi heure à feu trop fort. Et hop dans le pot que je retourne pour « steriliser » le couvercle.

C’est hyper sucré mais très bon. En reposant quelques jours ça devrait être encore meilleur 😄

Share

cookies à tomber

Bonjour à tous, aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous une petite recette gourmande. Le week-end dernier j’ai préparé des cookies et j’ai trouvé ça tellement bon que j’ai envie de partager 🙂 à défaut que pouvoir vous passer quelques cookies, je partage la recette.

Je me suis inspirée d’une recette trouvée sur le net que j’ai revisité avec mon ingrédient fétiche : rapadura for ever !

ingrédients :

  • 115g de beurre mou
  • 200gr de rapadura (sucre non raffiné que j’achète en vrac en épicerie bio)
  • 1 sachet de sucre vanille (il m’en restais de l’industriel à finir, sinon je prépare le sucre vanillé moi-même : 1 sachet = une cuillère à soupe)
  • 1 œuf
  • 220g de farine
  • 1 càc de lévure chimique
  • 1/2 càc de café moulu pour expresso
  • 2 grosses càs de pépites de chocolat (acheté en vrac en épicerie bio, c’était la première fois et elles sont très bonnes !)

Dans un saladier on a mélangé le sucre (rapadura + sucre vanillé) et le beurre, avant d’ajouter l’œuf puis la farine (+ levure), le café en poudre et pour finir les pépites de chocolat. La pâte est assez dure, avec 2 cuillères j’ai prélevé des petits tas qu’on a disposé sur la plaque du four et cuit 20/25 minutes à 160°C.

Et voilà ! C’est vraiment pas compliqué.

Cookies sortis du four #cuisine #biscuit #famillezerodechet #zerodechet #zerowaste

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Share

Petit cadeau pour la fête des pères

Cette année nous avons fait un petit cadeau zéro déchet pour la fête des pères (les années passées aussi mais c’est parce qu’on ne faisait pas de cadeau XD ). Une envie subite de faire plaisir et de partager un moment avec ma fille et ma nièce, puis aussi de leur montrer qu’avec un peu d’imagination et de bonne volonté on peut faire plaisir sans se ruiner, sans gaspiller et sans produire de déchets (ou presque).

IMG_20160619_120526

Puisque Chéri est gourmand nous avons choisit une recette de biscuit vanille-cacao que nous avons préparé avec nos petites main (avec des ingrédients acheté dans la mesure du possible en vrac ou avec des emballages faciles à recycler). Une fois les biscuits prêts il n’y avait plus qu’à décorer le bocal avec de jolies étiquettes. Les filles ont opté pour des étiquettes double face en profitant du couvercle en verre transparent pour glisser un petit mots à lire en ouvrant le bocal, j’ai trouvé que c’était une très jolie idée 🙂

Quand aux biscuits, on a pris la recette dans mon tout premier livre de cuisine (ça doit bien faire 25 ans que je l’ai celui-là !)

IMG_20160618_155219

Au goût les biscuits sont très bon mais j’ai tout de même galéré a étaler la pâte qui était très friable. Dans la recette il disent de n’utiliser que le jaune d’œuf, mais peut-être que la pâte serait plus élastique si j’utilisait l’œuf en entier. Il faut que j’étudie la question 🙂

Et vous, avez-vous préparé quelque chose pour la fête des pères ?

Share

confiture aux pommes et aux épices

C’est sur pinterest que j’ai découvert cette recette. La photo était si jolie que j’ai pas pu résister.

J’ai voulu tester et tout de suite (le stock de confiture était fini à la maison, c’était l’occasion rêvée pour tester une nouvelle recette. Direction le marché et l’épicerie pour trouver des pommes (aucune idée du nom de la variété, des bio pas cher, spécial compote), des épices, le sucre j’en ai déjà.

⇒ Pour découvrir la recette qui m’a inspiré rendez-vous sur Cuisine Adict

Ma version à moi :

#confiture de pommes aux épi

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients :

  • 1 kg de fruits épluché et coupé en morceaux (2 poires, un demi citron et le reste en pommes)
  • 800g de sucre de canne bio
  • 3 étoiles de badiane
  • un long bâton de cannelle cassé en plusieurs morceau
  • une gousse de vanille coupée en deux et fondue
  • 2 clous de girofle
  • les trognons et les peux de pommes dans une gaze
  • 70cl d’eau

Dans une casserole j’ai mis les fruits la case avec les épluchures et l’eau. A frémissement j’ai laissé cuire 10 minutes puis j’ai retiré les fruits et ai ajouté dans l’eau le sucre et les épices. J’ai laissé cuire 10 minutes.

#confiture en préparation

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Puis j’ai ajouté les fruits et ai laissé cuire encore 30/40 minutes en écrasants les fuits. Je pense qu’elle n’était pas assez cuite mais bon, j’était attendue pour l’apéro alors… j’ai mis en pot. Retourné les pot et laissé refroidir.

Il ne reste plus qu’à déguster 🙂

Share

Le défi gastronome bédéphile

Pour pimenter le mois Des livres en cuisine j’avais proposé 2 défis cuisine : le gastronome bédéphile et un roman en cuisine. Dans un cas comme dans l’autre il s’agit de cuisiner un livre à la main mais attention, pas un livre de récette ! L’inspiration doit venir d’une bd ou d’un roman.

Pour le défi du gastronome bédéphile nous avons choisi un manga (très étonnant de la part de Yomu-chan et moi-même, n’est-ce pas?). Nous vous avons préparé du tonkatsu à partir du manga Goggle de Tetsuya Toyoda.

Goggle - Toyoda

L’inspiration nous est venue de la dernière nouvelle du recueil intitulé justement Tonkatsu. Dans cette nouvelle, une jeune femme doit aider un vieil homme à retrouver le tonkatsu qu’il avait l’habitude de manger dans un petit restaurant de quartier désormais fermé. Les voici parti arpenter les restaurants familiaux de la ville à la recherche du tonkatsu perdu. Une histoire simple et touchante.

Le tonkatsu :

Qu’est-ce au juste le tonkatsu ? Et bien je dirais qu’il s’agit de l’adaptation japonaise de l’escalope milanaise ^^ soit une escalope de porc panné. C’est délicieux, j’adore.

2015-01-08 08.15.56

Dans la nouvelle, le tonkatsu tant recherché est encore plus proche de l’escalope milanaise que ces frères. Le restaurateur utilise une escalope fine et ajoute du persil aux œufs battu. Nous avons à notre tour réinterprété cette recette.

Voici notre version du tonkatsu :

2015-11-14 12.02.01

J’ai choisi des côtes de port dans l’échine qui sont moins sèches et remplacé le persil par du cerfeuil.

2015-11-14 12.12.38

étape numéro 1 : fariner les côtes de porc. Facile ! on met un peu de farine dans un sachet de congélation, on y glisse une côte de porc et on secoue bien. La côte est parfaitement fariné. Répéter l’opération pour chaque morceau de viande.

2015-11-14 12.14.49

étape numéro 2 : passer la côte de porc fariné dans l’œuf battu (auquel on a ajouté sel, poivre et cerfeuil cisaillé).

2015-11-14 12.18.54

étape numéro 3 : on roule dans la panure et hop ! dans la poêle. On fait frire dans une bonne quantité d’huile à feu moyen.

2015-11-14 12.46.47

C’est prêt ! Servi avec une petite salade de chou (celui-ci était un peu trop parfumé à mon goût, un simple chou vert cela aurait été un meilleur choix). On arrose la viande avec un filet de citron.

A vous d’essayer ! 🙂

Des livres en cuisine

Share

l’Italie en cuisine

Le mois italien se terminait il y a une semaine, celui des livres en cuisine a débuté ! Et pour commencer en beauté j’ai décidé de faire un petit tours en Italie grâce aux quelques livres de cuisine italienne que ma mère m’a légué.

Il manuale della pasta :

il manuale della pasta

Celui-ci, je l’adore. C’est l’un des premiers que j’ai eu quand j’ai eu ma propre maison. Faire des pâtes c’est pourtant pas bien compliqué… mais faire des bonnes pâtes,  là c’est différent !

Avec ce livre j’ai révisé les bases avant de plonger dans tout un tas de recettes succulentes. Bien sûr j’ai presque jamais suivi une des recettes à la lettre, mais j’ai trouvé dans ce livre beaucoup d’inspiration. D’ailleurs il est temps que j’y replonge car ces dernier temps mes pâtes commencent à avoir un goût. .. français ;p

Un incontournable de ma cuisine.

Une recette : j’en ai choisie une très simple. Un grand classique, les pâtes à la carbonara.  Et que ce soit bien clair : il NE faut PAS de crème fraîche !

Bucatini alla carbonara (pour 4) :

  • 300 gr de bucatini
  • 100 gr de pancetta  (poitrine de porc séché)
  • 4 œufs entiers
  • Une cuillerée d’huile d’olive
  • Une gousse d’ail
  • 2 cuillères de pecorino  (fromage de brebis) et 2 de parmesan râpé
  • Sel, poivre

Cuire les pâtes dans une grande quantité d’eau bouillante.

Dans un saladier mettre les œufs entiers, les fromages râpés, sel et poivre. Bien mélanger.

Dans une poile faire revenir le lard avec de l’ail et un peu d’huile. Quand les pâtes son cuites (al dente !), retirer l’ail et faire revenir les pâtes dans la poile avant de les verser dans le saladier. Bien mélanger. La chaleur des pâtes va cuire l’œuf qui se transforme en une crème onctueuse.

C’est prêt !

Pour les végétariens ça marche aussi sans le lard et avec beaucoup de fromage pour le goût 🙂

Si vous vous demandez ce que c’est les bucatini, ce sont des sortes de spaghetti troué. On peut très bien les remplacer par les spaghetti classique (n°5) ou par des n°7 un peu plus épais.

La cuisine régionale :

Parmi les ouvrages offert par ma mère il y a deux livres de cuisine régionale :

2015-11-08 09.49.22

Il libro della vera cucina fiorentina :

La cuisine traditionnelle de Florence, un livre qu’à une époque ma mère à du bien potasser puisque j’y ai retrouvé pas mal de ses recette (oui, c’est surement pas ma grand-mère qui lui a appris, elle cuisinait vraiment très mal XD ).

Tout comme le livre précédent je l’ai régulièrement potassé pour y trouver de l’inspiration. Surtout dans mes jeunes années de maîtresse de maison. Maintenant… je ressemble un peu à ma grand-mère XD Je cuisine de moins en moins bien et pour préparer cet article j’ai sorti des livres qui prenaient la poussière depuis un moment . Faut vraiment que je révise mes fondamentaux et je je me remette aux fourneaux sans quoi il n’y aura qu’une de mes filles qui saura que maman sait bien cuisiner 😀

J’aimais bien celui-ci car j’y retrouvais les saveurs de ma région natale. Cela fait bien longtemps que je ne l’ai pas ouvert… Je retiens surtout les recettes de crostini di fegatini (une recette pour préparer des petits toast au pâté de foi, un incontournable du repas de fête de maman), les polpettine della nonna (que je pourrais rebaptiser les polpettine della mamma, de boulettes de viande frittes qu’on prépare généralement avec les restes de lesso, sorte de pot au feu) ou encore la pasta e fagioli, des pâtes aux haricots, si si aux haricots ! Après ça on a plus faim, spécial j’ai un ado à table. Mais l’incontournable reste le coniglio alla cacciatora que je dois d’ailleurs préparer pour ma sœur, je lui ai promis :

Coniglio alla cacciatora :

  • 1 lapin
  • 400 gr de tomates pelée
  • 200 gr d’olives noires
  • 2 branches de céleri
  • 1 oignon
  • 1 carotte
  • 1 bouquet de persil
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 verre de vin blanc
  • farine
  • huile d’olive
  • sel et poivre

Couper le lapin en 12 morceaux, saler poivrer et passer dans la farine. Puis les faire revenir dans de l’huile d’olive. Préparer le hachis de carotte, céleri, oignon et persil. Faite le revenir dans 6 cuillères d’huiles avec les gousses d’ail. Quand l’oignon commence à prendre une belle couleur ajouter le lapin (avec son foi haché), faire revenir quelques minutes puis arroser de vin blanc. Quand le vin blanc est complètement évaporé ajouter les tomates en morceaux, les olives, une cuillère de farine en pluie, sel et poivre puis mettre au four (180°C) pour une heure. Arroser au besoin avec un peu de bouillon.

Servir avec de la polenta.

Bon, la variante végétarienne là c’est difficile le tofu alla cacciatora je suis pas sure… mais on peut tout de même faire une bonne sauce tomate aux olives avec de la polenta c’est délicieux !

Il libro della vera cucina Emiliana

Alors là c’est the région pour la charcuterie ! Et moi j’adore la charcuterie italienne, mais il parait que c’est pas bon pour la santé… T_T On se console avec le parmesan 🙂

Dans ce livre on trouve également tout un tas de recette pour préparer des pâtes maison, des pâtes jaunes, rouges, vertes, même des gnocchi…. La dernière fois que j’ai préparé des pâtes maison j’étais encore qu’une gamine. Je préfère les acheter toutes faites c’est vachement plus pratique !

Ce livre je ne l’ai pas encore exploré. Je retiens pour l’article la recette de risotto al parmigiano, très simple et à la portée de tous :

Risotto al parmigiano (pour 4) :

  • riz italien (350gr)
  • beurre
  • 1 oignon
  • environ un litre de bouillon
  • parmesan râpé

Couper l’oignon et faire suer dans 40 gr de beurre. Avant qu’il ne prenne de la couleur. Retirer l’oignon ajouter le riz et le faire revenir à sec quelques minutes. Puis ajouter du bouillon et laisser cuire le risotto en ajoutant du bouillon à chaque fois que le riz à tout adsorbé. Quand le riz et bien cuit, moelleux, ajouter le reste du beurre et une bonne dose de parmesan. Mélanger et servir.

Le cadeau du grand-père :

2015-11-08 09.47.30

Alors là, avec ça je devrait tout savoir de la cuisine de Toscane depuis les étrusques jusqu’au XX° siècle. Mais… j’ai pas encore commencé à potasser.

Pour les cuistots en culotte courte :

Des livres de cuisine j’en ai toute une collection, ceux pour enfant ne manquent pas ! J’en ai même un spécial cuisine italienne (normal).

Gaspard et Léonie les petits gourmands en cuisine – cuisine italienne

2015-11-08 10.59.01

On y trouve des recettes faciles avec un parfum d’Italie. Malheureusement ce livre n’a pas beaucoup servi, de mes fille l’une n’aime pas cuisiner, l’autre ne prépare que des pâtisseries (ou presque).

Bonus manga :

Je ne pouvais pas faire un spécial cuisine italienne sans vous parler de l’un des personnages de Food Wars : Tukumi Aldini qui apparaît au tome 3. Originaire d’Italie il est tout comme Soma apprenti dans son restaurant familial et souhaite reprendre le flambeau une fois son diplôme en poche. Un personnage super stéréotypé et caricatural comme tous les personnages de la série, mais c’est pas grave, je l’aime quand même ^^ surtout que sa spécialité c’est la cuisine italienne qu’il revisite à la sauce nippone.

Mezzaluna #deslivresencuisine #foodwars #shunsaeki #yutotsukuda #tonkam

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Dans le tome 3 justement il relève le défi lancé par l’un des professeurs en proposant une variante de la fameuse salsa verde préparé exclusivement avec des ingrédients typiquement japonais.

Canard aigamo rôti servi avec sa salsa verde aux épices #deslivresencuisine #foodwars #shunsaeki #yutotsukuda Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

L’apparition de ce personnage m’a fait bien plaisir, et j’ai trouvé ça amusant de voir les recette de mon enfance (j’ai appris à préparer la salsa verde un peu près au même âge que Takumi) revisité par des japonais. Sans parler de la mezzaluna qui ne me quitte pas depuis mon enfance (quand j’ai quitté le nid familial j’ai amené la mezzaluna avec moi) et que je présente régulièrement autour de moi surprise de voir que beaucoup de gens ne connaissent pas cet outil pourtant super pratique !

Je vais vous donne ma recette de salsa verde, celle que je tiens de ma mère :

salsa verde:

  • 1 bouquet de persil
  • 2 gousses d’ail (plus ou moins en fonction des goûts)
  • 2-3 filets d’anchois mariné à l’huile ou au sel
  • 1 cuillère de câpres
  • 1 œufs durs
  • huile l’olive

Avec la mezzaluna haché finement tous les ingrédients (vous pouvez aussi faire ça avec un petit robot). Mettre dans un grand bol et ajouter de l’huile en mélangeant vigoureusement jusqu’à obtenir une texture onctueuse et crémeuse.

On utilise cette sauce pour accompagner de la viande comme par exemple un pot au feu, mais aussi simplement tartinée sur des toast à l’apéro. La dernière fois j’ai proposé des petits toast sympa fait avec des feuilles d’endive sur lesquelles j’ai déposé une cuillère à café de salsa verde et une pincée de graines germées. Croquant et frais.

Vous pouvez conserver la sauce au frigo quelques jours.

Des livres en cuisine bis rp_challenge-italie.jpg

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. J’espère que ce petit voyage en cuisine vous aura plu. A bientôt pour d’autres aventures culinaires.

Share

Les petits plats faciles de Bidib #2 boisson détox

C’est la rentrée ! On a bien profité de l’été : les barbecue, les apéros au soleil, les tapas à ne plus en finir… Il est temps de se faire une petite cure et se booster pour la rentrée ! Je vous propose une petite boisson détox qui donne la pêche.

ingrédients :

  • 1 concombre coupé en rondelles
  • 1 c-à-c de gingembre frais râpé
  • 1 citron coupé en morceau avec la peau
  • 12 feuilles de menthe
  • 8 verres d’eau

Préparation

Dans un grand saladier déposer tous les ingrédients, recouvrir avec 8 verres d’eau et réserver au réfrigérateur 12h avant de le filtrer et déguster. Le premier verre à jeun dès le réveille pour booster l’organisme et éliminer un max de toxine. Le reste pour le plaisir (car c’est super bon!). On peut le garder au frigo 2 jours sans problèmes.

2015-08-07 18.26.47

Merci à Pika pour cette recette 😉

Share

Les petits plats faciles de Bidib #1 Tabulé courgette fruits secs

Vous avez sans doute compris le subtil clin d’œil fait à l’un des manga culinaires dont je vous ai récemment parlé. Non ? Vous ne voyez pas ? Je parle bien entendu de Mes petits plats faciles by Hana, un manga de Masayuki Kusumi et Etsuko Mizusawa publié chez Komikku. Bon ok, le manga m’a un peu déçu mais le concept est sympa et comme je peux pas m’empêcher de m’identifier dans cette héroïne pas très glamour (surtout à cause de son perpétuel désir de nourriture) je lui pique son titre, nah ! (ça lui apprendra à me décevoir !). J’espère que l’éditeur ne m’en tiendra pas rigueurs 🙂

Si je prends le clavier ce soir ce n’est pas pour vous parler manga, et non! C’est pour partager avec vous un petit plat facile préparé en 10 minutes et sorti tout droit de ma tête : un tabulé à la courgette crue et aux fruits secs. J’adore mettre des fruits secs dans la semoule, c’est trop bon !! (oui, je vous avais bien dit que Hana et moi on a quelques point communs comme s’extasier devant… de la semoule et des fruits secs 😀 )

Elle vient cette recette ?! Oui, oui, j’arrive. Un peu de patience.

Les ingrédients (pour 1 personne) :

  • 1 verre de semoule de blé petite
  • 1 verre d’eau bouillante
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • sel et cumin en poudre
  • 1 petite poignées de graines de tournesol
  • 1 petite poignées de raisin sec
  • 1 abricot sec
  • 1 petite courgette
  • persil et menthe fraîche

Et c’est parti !

Dans un saladier on met la semoule qu’on arrose d’huile d’olive, on sale et on épisse avec un peu de cumin (ou autre chose, moi j’adore le cumin). On mélange bien avec une cuillère pour que l’huile soit bien repartie sur toute la semoule. On ajoute le raisin sec, les graines de tournesol et l’abricot coupé en petits bouts. On couvre le tout d’eau bouillante (1 dose d’eau pour une dose de semoule) et on couvre pour laisser gonfler quelques minutes.

Quand la semoule a bien gonflé, on l’égraine et on la laisse refroidir.

La touche finale : on râpe finement une petite courgette crue (si vous n’avez que de grosse courgettes, pensez à enlever la partie intérieure plus molle), on cisaille finement les herbes fraîches. Et on incorpore toute cette verdure à la semoule.

C’est prêt ! Très rafraîchissant et facile à faire 🙂

J’espère que ce petit plat vous a plu. Laissez moi vos impressions.

Comme j’ai pas pensé à prendre en photo le plat… je vous met une photo de mes courgettes ^^  (ben oui, je m’extasie aussi devant un plan de courgettes 😀 )

#jardin mes fleurs de courgette <3

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Share

A table ! aujourd’hui c’est menu manga

J’avais envie de participer aux Sama awards 2015. J’y ai participé il y a deux ans et j’ai trouvé ça très amusant. Alors pourquoi ne pas retenter l’expérience. Pour l’occasion j’avais envie de proposer quelque chose de particulier, de sortir de mes habitudes. Et c’est là que l’idée m’est venue de vous préparer un petit menu. Depuis le temps que je songe à faire un billet sur les manga culinaires… ce n’est pas vraiment ce à quoi j’avais initialement songé mais… là, j’ai faim ! 😀

Le menu du jour :

Amuse-bouche : Kimbaps sur le pouce

Je vous propose de commencer le repas avec des petits kimbaps coréens minute. Cette recette est tirée du magnifique manhwa culinaire Kitchen de Jo Joo Hee (édition Clair de Lune).

2015-03-29 10.46.40

Il vous faut :

  • des feuilles de kim, algue séchée connu en France sous son nom japonais nori
  • des œufs de poissons volant. J’en ai trouvé sur internet à environ 11€ les 80g… moi je vous propose une version cheep : on remplace ça par des œufs de lompe (moins de 2€) ou des œufs de saumon qu’on trouve dans tous les supermarchés
  • jeunes pousses… la recette donné par JoJoo Hee ne précisant pas de quelle jeunes pousses on parle, je propose de tenter le coup avec de l’alfalfa ou du radis ou pourquoi pas un mélange des différentes espèces. Il faut quelques jours (la durée varie selon l’espèce) pour faire germer vos graines, alors pensez-y à l’avance ! Les épiceries bio proposent un large choix de graines à germer, faite vos expériences
  • sauce soja

comment procède-t-on :

Disposé les différents ingrédients sur la table et la sauce soja dans de petites coupelles. Chaque convive prends un morceau de nori y dispose un peu d’œufs de poisson, une touffe de jeune pousse. roule le tout et assaisonne en plongeant le kimbap dans la sauce soja.

silence ça pousse ! graines de radis rose pour vous servir
silence ça pousse ! graines de radis rose pour vous servir

Entrée : Salade de concombres 

On poursuit notre repas avec une petite entrée pensée par Sanpei dans le manga de Fumiyo Kouno, Pour Sanpei (éditions Kana, collection Made in).

2015-03-29 11.44.41

Il vous faut :

  • shirasu-boshi (aussi appelé chirimen-jako dans le Kansai). Où trouver ces petits poissons séché en France ? Je n’en ai aucune idée ! Essayez les épiceries japonaises ou coréennes. Près de chez moi il n’y en a aucune, je vous propose de remplacer ça des petites crevettes. Ou alors on se fait une variante 100% végétarienne et on oublie le poisson…
  • du concombre
  • vinaigre de riz, sauce soja, sucre
  • algues séchées

Comment procède-t-on ?

Verser de l’eau chaude sur les shirasu-boshi, les faire mariner dans 2 cuillères de vinaigre de riz, une cuillère de sauce soja et une cuillère de sucre.

Faire tremper les algues séchées dans l’eau et les couper ensuite en petits morceaux.

Couper le concombre en lamelles et le faire tremper dans de l’eau légèrement salée.

On ajoute le concombre et les algues égouttées à la sauce et aux shirasu. On mélange le tout et c’est prêt !

le wakame n’était pas une bonne option, le côté gluant de l’algue passe très bien en soupe mais pas terrible en salade

Plat : faut rôti de porc et sa purée de chou

Ingénieux et pas cher. C’est une recette proposé par Sôma, dans le premier tome de Food Wars !, un shônen culinaire de Yuto Tsukuda et Shun Saeki (éditions Tonkam). Cette recette m’a tout de suite donné envie.

2015-04-12 12.19.32

Il vous faut : 

  • de l’ail et du thym (c’est ce que j’arrive à déduire du dessin)
  • des pomme de terre
  • des champignons (aucune précision à ce sujet, je choisirais les champignon de paris, pas chers et faciles à trouver)
  • du bacon en tranche

comment procède-t-on ?

Ici le manga ne donne pas la méthode précise alors on interprète un peu.

Faire bouillir les pomme de terre, les égoutter et les réserver.

Hacher ail et thym, le faire revenir dans un peu d’huile (là on voit Sôma utiliser une bouteille de vin rouge, mais franchement je comprends pas ce qu’il fait avec. Il arrose le sauté d’ail ? je trouve ça bizarre).

On écrase les pomme de terre, on mélange avec l’ail et le thym, sel, poivre. On hache des champignons et on mélange à la pomme de terre. Avec le mélange obtenu on fait un gros boudin qu’on recouvre de tranche de bacon (choisissez des tranches assez épaisses ! ), puis on ficelle le tout comme un rôti et hop au four. Combien de temps ? Pas de précision à ce sujet, je pense qu’une vingtaine de minutes avec un four assez fort devraient suffire pour faire griller le bacon.

Ma première tentative était un peu ratée, pas assez de bacon et des tranches trop fines mais le goût était sympa. Je ferais mieux la prochaine fois ^^

Pour l’accompagnement j’ai piquée l’idée à un camarade de dortoir de Sôma dans le deuxième tome de Food wars ! Au départ cette purée de chou simple et rapide accompagnait un morceau de maquereau, mais je trouvais que ce rôti manquait cruellement d’accompagnement ! J’en était à me dire que je me contenterais d’ajouter une petite salade verte quand je suis tombé sur la purée de chou. Ni une ni deux mon cerveau était en ébullition : pomme de terre et bacon ? Quoi de mieux que le chou pour accompagner ça. Une potée au chou complètement revisitée 😀

Ce qu’il vous faut (pour 4 personne) :

  • 400 g de chou (la recette n’indiquant pas quel type de chou utiliser, j’opterais pour du chou blanc ou un chou vert)
  • 4 cuillères à soupe d’eau
  • 2 cuillère de beurre
  • 4 cuillères de crème fraîche
  • 1/1 de consommé en poudre (connais pas le consommé en poudre, je connais les fond de veau en poudre ou alors le bouillon cube, on a qu’à choisir cette dernière option, à base de volaille pour que ce ne soit pas trop fort, 1/2 de cube devrait suffire, sinon, on peut aussi remplacer l’au par du vrai bouillon maison 😉 )

Comment procède-t-on ?

On coupe le chou en petites lamelles et on met dans un plat avec l’eau. On couvre avec un film plastique et hop au micro-onde, 4 minutes à 600 watts. Quand ça fait ding on baque le chou, le beurre, la crème et le consommé dans le mixeur. Bzzzzz. On sale, on poivre et c’est prêt.

Bon, moi j’ai pas de mixeur… mais j’ai un vieux moulin à légume de grand-mère. C’est moins fun mais ça fera l’affaire 😉

Satoshi le beau gosse toujours à poil, cherchez pas il fait de la bonne purée
Satoshi le beau gosse toujours à poil, cherchez pas. Il fait de la bonne purée de chou…

Dessert : tarte au chocolat

Les japonais aiment aussi la cuisine occidentale, pour le dessert je vous propose de faire une escapade du côté de la BD franco-belge avec une tarte au chocolat puisée dans Les Secret du Chocolat – voyage gourmand dans l’atelier de Jacques Genin, une bd-reportage de Franckie Alarcon qui nous fait découvrir l’atelier du maître chocolatier tout on nous donnant quelques recette pour jouer les apprenti chez nous.

Il vous faut : 

pour la pâte:

  • 155 g de farine
  • 30 g de poudre d’amande
  • 63 g de sucre glace
  • 93 g de beurre doux
  • 1 gousse de vanille
  • 1 œuf
  • 1 pincé de sel

Pour la ganache :

  • 200 g de chocolat noir
  • 240 g de crème fleurette

comment procède-t-on ?

Dans un saladier on travaille le beurre coupé en petit morceaux, le sucre glace et la poudre d’amande. Puis on ajoute l’œuf et le graine de vanilles (extraite de la gousse à l’aide d’un couteau pointu). Puis on ajoute la farine et le sel, on forme une boule et on la travaille sur le plan de travail fariné avec la paume de la main (j’adore pétrir la pâte, mais au début sa colle).

Quand la boule est bien homogène on l’épale sur un papier sulfurisé à l’aide d’un rouleau à pâtisserie (pour les étudiants aux cuisines spartiates : vous pouvez utiliser une bouteille en verre, moi c’est comme ça que je faisais 😉 ). On la filme et on la laisse reposer au frigo 1h30.

Pre-chauffer le four à 170°.

A la sortie du frigo on farine le plan de travail, on fait fondre un peu de beurre et on beurre le cercle à tarte avec le beurre fondu (ça en revanche j’y avais jamais pensé !). On le pose sur le plan de travail et on pose la pâte par dessus. On ajoute contre les parois et on coupe l’excédent à l’aide du rouleau à pâtisserie (là je vous met une image parce que bon… mes explication sont pas super claire).

2015-04-12 18.23.49

On fait cuire pendant 20 minutes.

On hache finement le chocolat et on le met dans un saladier. On fait bouillir la crème et on la verse sur le chocolat et on laisse fondre 5 minutes. On pose le saladier dans une casserole au bain-marie et on mélange doucement avec le fouet. Il ne faut pas mettre d’air dans la ganache ! (conseil du chef, attention!)

On pose le fond de tarte sur une grille, on rempli de ganache. On laisse refroidir à température ambiante

2015-04-12 18.24.07


Qu’est-ce qu’on bois ?

Apéritif : Bloody Mary

Pour l’apéritif je vous propose de nous tourner encore une fois vers la bd franco-belge avec le Bloody Mary à la Fausto, idée puisée dans le premier tome du Viandier de Polpette (Neel Julien et Olivier Milhaud, éditions Gallimard).

numérisation0041

un peu de vin :

J’ai voulu demander conseil à Joe Satake avec le premier tome de Sommelier (Araki Joh, Shinobu Kaitani et Ken-ichi Hori, éditions Glénat), mais il ne propose rien dans mes cordes ! Le vin le moins cher qu’il présente, on peut s’en procurer pour environ 28€ la bouteille, un brauneberger Juffer Sonnenuhr Fritz Haay, rien que le nom c’est tout un poème ! un vin allemand que, ma fois, j’aimerais bien goûter. Mais pour notre petit menu du jour je cherchait à vrais dire quelque chose de plus abordable.

Sommelier
Sommelier

Je me suis donc tourné vers Shizuku (Les Gouttes de Dieu, Tadashi Agi et Shu Okimoto, Glénat). Mais là encore, ce n’est pas du vin pour monsieur tout le monde ! Si le premier tome de la série m’a bien donné envie de goûter le Château Mont-Pérat 2001, ce vin, que l’on peut se procurer pour environ 16€, reste très au dessus de mon budget habituel :'(

Les gouttes de Dieu - Château Mont-Pérat
Les gouttes de Dieu – Château Mont-Pérat

Au même temps je suis pas étonnée, les auteurs japonais ne vont pas faire un manga sur le vin pas cher, le petit vin pour les jours ordinaires… Va falloir que je me débrouille autrement pour arroser à moindre frais mon repas ! Le problème c’est que moi en boisson j’y connais pas grand chose ! Et pour marier ça avec les plat proposés… ça va être dur 🙁

En désespoir de cause je suis allé voir un professionnel du vin et voici ce qu’il me propose :

2015-04-21 18.21.10

Un Tarani blanc pour l’hors d’oeuvre et l’entrée. Un Malbec Démon noir pour le plat de résistance et enfin un Goupil moelleux pour la tarte au chocolat. Et on s’en sort pour un budget de environ 5€ par bouteille. J’aurais aimé avoir le temps de déguster tout ça pour vous dire si oui ou non cet accord est heureux, mais il faut que je rende ma copie ! Alors la dégustation ce sera pour plus tard 🙂

Passons aux en-cas pour les jours où on est trop pressé.


Et si on est pressé ?

ramen instantané

2015-03-29 17.08.48

Si vous n’avez pas le temps de mettre les petits plats dans les grands, ou que vous rentrez épuisé, il reste toujours le ramen instantané. Un grand classique, simple et rapide. Le manhwa A vos papilles ! de Kim Young-bin et Hong Dong-kee nous propose de l’arranger avec  du kimchi (sorte de mélange de piment et légumes lacto-fermentés, je suppose qu’on en trouve dans les épiceries coréennes, autrement dit introuvable chez moi), de l’œuf, de l’ail ou du poireau. De temps en temps, je dis pas non !

ramen arrangé œuf et poireaux

Nurungji

2015-03-29 17.38.38

Ou comment recycler un vieux reste de riz.

C’est encore une recette qui nous vient de Corée, piochée dans le deuxième tome de Kitchen, manhwa précédemment cité.

ce qu’il vous faut :

  • un reste de riz cuit

Comment procède-t-on ?

Rien de plus simple : on étale le riz au fond d’une poêle et on fait griller en appuyant fort.

Voilà, c’est fait ! Facile non ?

Facile, facile… pas tant que ça ! Ma première tentative était un peu raté.

Le riz collait à la spatule et non à la poêle :'(

Peut-être que mon riz n’était pas assez gluant. Mais finalement Mimiko a adoré, elle a assaisonné ça d’un peu de sauce soja et saupoudré de  paillettes de nori.

La deuxième tentative était plus croustillante et mieux réussi.

Riz blanc à l’œuf :

Voici une autre idée minutes que j’ai vu pour la première fois dans un titre dont je n’arrive pas à me souvenir. Je revois parfaitement l’image d’un vieil homme se préparant son bol de riz à l’œuf, mais où était-ce ?

Qu’à cela ne tienne ! J’ai retrouve cette recette simplissime dans le premier tome de Mes petits Plats faciles by Hana ( Masayuki Kusumi et Etsuko Mizusawa, éditions Komikku).

il vous faut :

  • un bol de riz cuit et bien chaud
  • un œuf
  • de la sauce soja

Comment procède-t-on ?

Attention, attention ! ça va être compliqué : remplir le bol de riz bien chaud, creuser un trou et y casser un œuf cru dedans. Percer le jaune et y verser de la sauce soja. Mélanger le riz bien chaud avec l’œuf.

C’est prêt !

avec quelques paillettes de nori c'est encore meilleur !
avec quelques paillettes de nori c’est encore meilleur !

Hana accompagne son bol de riz à l’œuf de shibazuke, légumes confit dans le sel et le shiso (pérille de Nankin, une plante aromatique). Comme je ne sais pas où me procurer de shibazuke je vous propose de les remplacer par des concombre confit au vinaigre et au sésame (ma recette arrangé à moi)

ce qu’il vous faut :

  • 1 kg de concombre
  • 80 g de sucre
  • 30 g de sel
  • 1 cuillère à soupe d’huile de sésame
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre (la recette originale c’est avec du vinaigre de riz)
  • 2 cuillères à soupe de sésame broyé

Comment procède-t-on ?

On coupe le concombre en gros morceau en éliminant les pépins, mais on garde la peau. Dans un pot hermétique on met tous les autres ingrédients de la marinade, on ajoute le concombre. On ferme, on secoue. On met au frigo et on laisse macérer une demi journée. Après il se garde plusieurs jours au frigo. En été c’est un régal ! Avec le bol de riz ça ajoutera une touche de fraîcheur et de croquant.


Pour les écolos :

Assaisonner son riz

Pour les adeptes du recyclages, les ennemis du gaspillage je recommande une sacrée mamie, un seinen de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa, mettant en scène une mamie fauchée mais pleine de ressources. Une bonne leçon de vie qui nous apprend à faire beaucoup avec peu.

Au premier tome de la série je pique cette idée d’assaisonnement pour le riz blanc qui ravira les adeptes du recyclage.

Faire sécher les feuilles de thé infusées et les arrêtes de poisson puis les broyer en fine poudre. Riche en éléments nutritifs cette composition pourra agrémenter un bol de riz ou parfumer des onigiri.

L’idée ne me déplaît pas, mais je vais pas avoir la patience de faire sécher mes restes ! Vous avez envie d’essayer ?

extrait une sacrée mamie


Bentô box :

Comment parler de manga et de cuisine sans faire un détour par le bentô, c’est petites boites repas qu’on amène à l’école ou au travail. Si je ne devait citer qu’un titre ce serait Un amour de bentô de Nao Kodako, avec les recettes de Shiori. Si le côté romance pré-pubère du titre m’a laissé de marbre, j’adore le fait que chaque chapitre permette de préparer un nouveau bentô. Parfois les recettes sont très détaillées avec même petites fiches explicatives, parfois on nous donne que les grandes lignes. Si vous avez déjà cuisiné vous n’aurez aucun mal à interpréter les recettes les plus vagues et pour les novices… ben on nous explique même comment faire un sandwich ! XD

Pour vous j’ai sélectionné 2 bentô piochés respectivement dans le premier et le deuxième tome de la série. 

2015-04-17 10.05.25

Bentô n° 1 : crevettes panées, onigiri, omelette japonaise et petits légumes

ce qu’il vous faut :

  • des crevettes
  • farine
  • œuf
  • chapelure grosse (et pour les chanceux qui habitent près d’une épicerie japonaise vous pouvez même vous procurer de la chapelure japonaise pour plus d’authenticité)
  • sel, poivre
  • riz japonais
  • furikake rose et jaune, c’est un assaisonnement à base de différents produits qu’on saupoudre sur le riz blanc, vous en trouverez dans les épiceries japonaises
  • 1 œuf
  • ½ cuillère à soupe de sucre (moi j’en met un peu moins, j’aime pas quand c’est trop sucré),
  • chirimenjako, l’autre nom du shirasu-boshi déjà utilisé pour la salade au concombre. Bon, à mon avis ça va pas être facile d’en trouver,  je vais faire sans
  • brocolis, tomates cerises
  • poudre d’agar agar, fuit au sirop, sucre

Comment procède-t-on ?

Préparer les crevettes pannées :

On décortique la crevette en lui laissant la queue, qu’on découpe pour éviter qu’elle ne retienne de l’eau (cool le petit conseil de pro au passage ! J’y aurais pas songé), on enlève le boyau à l’aide d’un cure dent. On sale et poivre. Puis on plonge la crevette successivement dans la farine, œuf battu et la chapelure. On les plonge dans de l’huile à friture chaude (on teste la température en faisant tomber dans l’eau un peu de pâte de panure, si elle remonte l’huile est à bonne température). Un fois frites les crevettes, on les réserve sur une grille ou un papier absorbant pour éviter les excès d’huile. 

Pour préparer les onigiri :

On fait cuire du riz japonais à l’étouffé (1 volume de riz pour 1 volume d’eau un peu près, moi j’ai investi dans un cuiseur de riz, c’est le bonheur !!), on le laisse refroidir dans un saladier (sinon ça brûle… j’ai déjà essayé T_T) puis on y ajoute du furikake rose pour préparer un onigiri rose et jaune pour l’onigiri jaune. A défaut de furikake si vous voulez un bel onigiri rose fuchsia, je vous donne mon astuce à moi : de la betterave ! Haché finement et mélangé au riz, c’est super joli 🙂 Pour façonner les onigiri je vous conseille d’avoir à porté de main un bol d’eau salé, vous humidifié vous main avant chaque boule de riz pour éviter qu’il ne colle au main, moi je me saupoudre aussi les mains de sel, pour relever un peu le goût du riz. On presse la boule de riz entre ses paumes de main, on peu après choisir pour une forme en boule (plus facile) ou en pyramide (traditionnel).

Pour l’omelette japonaise :

L’idéal serait d’avoir une poêle rectangulaire ou carrée, moi j’en ai pas alors je galère avec mes poêles rondes… Battre l’œuf avec le sucre et le sel pour remplacer le shirasu-boshi on peut être rajouter un peu de dashi en poudre. Moi pour faire mes omelettes japonaise je met un peu de sucre et un peu de sauce soja légère seulement.

Une fois l’œuf battu, on verse sur la poêle chaude et on enroule. On réserve et on laisse refroidir avant de la couper en rondelles.

Pour accompagner ce bentô on ajoute quelques tomates cerises et de brocoli cuit. Comme assaisonnement pour les brocoli je vous conseille (le manga ne dit rien à ce sujet) un filet d’huile d’olive extra vierge, un peu de sauce soja et du gomasio. On met les legumes dans des petits moules à cupecake et on les glisse à coté de l’omelette 

Pour les gourmands Shiori (la grande sœur de Yûki) nous propose un petit dessert ultra sucré et simple : on fait fondre la poudre d’agar agar dans un peu d’eau, on ajoute des fruits au sirop et du sucre. On enveloppe les fruits dans du film transparent en aumônière et on laisse solidifier au frigo. Avec ça vous êtes sur de vomir des arc-en-ciel en sucre. Perso je me passerais du dessert ou j’ajouterais quelques fruits de saison bien frais 😉 

2015-04-17 10.05.03

 

Bento n°2 : nori-ben

Ce premier bentô n’était pas des plus simples ! Il demande pas mal de travail c’est pourquoi j’en ai choisi un deuxième plus simple et plus rapide à préparer : le nori-ben soit un bentô de riz décoré avec une feuille de nori. Pour ce bentô le manga donne la recette détaillé (le deuxième tome est beaucoup plus détaillé que le premier, et les recettes sont plus simples).

Ce qu’il vous faut :

pour le nori-ben :

  • ½ feuille de nori. Maintenant on peut en trouver dans un peu près tous les supermarché, au rayon cuisine du monde. Il faut en avoir toujours un paquet dans son placard !
  • ½ sachet de bonite séchée. ça en revanche c’est un peu plus compliqué à trouver, va falloir vous rendre dans une épicerie japonaise.
  • ½ cuillère à soupe de sauce soja
  • 1 à 2 cuillères de miettes de saumon
  • 1 bol de riz cuit

pour  les haricot verts au sésame :

  • 3 haricots verts
  • 1 cuillère à soupe de sésame pilé
  • ½ cuillère à café de sucre
  • 1 cuillère à café de mentsuyu (sauce japonaise trouvable dans les épiceries japonaises)

pour l’omelette :

  • voir bento 1 sans les chirimenjako

pour la soupe miso :

  • 1 sachet de miso instantané et puis voilà ! enfin ça c’est la version cheep, mais pratique 😀 , moi j’en trouve au supermarché rayon cuisine du monde. Ou alors 1 cuillère à soupe de miso en poudre (j’en ai trouvé dans un magasin bio), du bouillon japonais (merci, mais c’est quoi au juste le bouillon japonais ? non parce qu’il doit y en avoir des centaines ! Bon ben comme je n’ai aucune idée de ce qu’entend pas la l’auteur, je dirais de mettre un peu de bouillon de dashi en poudre (on en trouve en épicerie japonaise), des morceaux d’algues séchées (aussi en magasin bio), de la ciboulettes cisaillée (ça vous pouvez en faire pousser à votre fenêtre 😉 )
  • un thermos d’eau chaude

et pour le dessert ?

  • une pomme (et si vous avez envie de changer de fruit, on ne vous dira rien !)

Comment procède-t-on :

pour le nori-ben :

On commence par remplir la moitié de la boite avec du riz, on recouvre les bords du riz avec des copeau de bonite séchée trompé dans la sauce soja. On découpe une feuille de nori à la taille de la portion de riz et on fait une forme à l’intérieur en pliant délicatement la feuille de nori en 2 (attention c’est cassant !). On dépose la feuille de nori sur le riz et on remplie la forme (ici un cœur) avec les miettes de saumon.

Pour l’omelette on fait comme pour le premier bento.

Pour les haricots :

On coupe les haricots en 3, on les place dans une assiette et on chauffe au micro-onde 20 seconde à 600 watts. Dans un bol on mélange les haricots avec le sucre, le mentsuyu et le sésame pilé.

Il nous reste à préparer la soupe miso et à mettre un peu de fruit dans ce bentô.

Pour la pomme, déposé le morceau coupé 5 minutes dans un bol d’eau salé, cela évitera qu’il ne s’oxyde.

Pour la soupe miso, soit on opte pour le sachet tout prêt, soit on se prépare un sachet maison : dans un bol on dispose du film transparent puis on y met une ½ cuillère à soupe de miso en poudre, ¼ de cuillère à café de dashi en poudre, ½ cuillère à café d’algues et ½ cuillère à café de ciboulette. On ferme notre petit paquet et au moment de manger on verse son contenu dans une tasse et on ajoute environ 180 ml d’eau chaude.

2015-04-17 10.06.30

Voilà pour ce qui est des bentô. Et j’en profite pour mettre le lien vers une vielle chronique de Yomu-chan qui présente un chouette petit livre de cuisine, spécial bentô 😉


Et voilà ! C’est fini ! J’espère que cet article vous a plu et que vous y aurais trouvé des idée gourmandes pour votre cuisine et votre bibliothèque 🙂

N’hésitez pas laisser vos suggestions culinaires et littéraires pour compléter ce menu.

Et si vous testez les recettes, dite moi comment ça c’est passé 😉

itadakimasu !

Share