Archives du mot-clé Chili

La rédaction

C’est grâce au mooc Il était une fois la littérature jeunesse que j’ai découvert ce livre. Quand je l’ai trouvé à la bibliothèque j’ai tout de suite voulu me faire ma propre opinion. Blandine et Laurette l’ayant emprunté au même temps, nous nous somme lancé dans une lecture commune.

Résultat de recherche d'images pour "la rédaction album"

Une dictature militaire vue à travers les yeux d’un enfant qui cherche à comprendre les événements dont il est témoin : un album extrêmement subtil et fort.

⇒ fiche pédagogique et extrait à découvrir sur le site des édition Syros

Alors que les enfants du quartier jouent au football dans la rue, le père de Daniel, un ami de Pedro, est arrêté sous leurs yeux parce qu’il est contre la dictature. Un peu plus tard, un militaire vient dans l’école de Pedro, et demande aux élèves de décrire ce qui se passe le soir chez eux, les discussions, les visites… Que va raconter Pedro, dont les parents luttent eux aussi contre le pouvoir des militaires ?Toute l’intelligence de cet album, c’est d’adopter d’un bout à l’autre le point de vue d’un jeune garçon qui, en posant des questions, mais surtout en observant et en interprétant les non-dits, esaie de décrypter la réalité qui l’entoure. Pour autant, le lecteur ignore ce que Pedro sait exactement au moment où il se met à écrire sa rédaction. D’où l’incroyable suspense qui sous-tend la seconde partie de l’album, jusqu’à la dernière page… où l’on apprend qu’il faut décidément faire confiance aux enfants. (source : Syros)

La Rédaction est publié une première fois en 1998 sous forme de nouvelle. Antonio Skarmeta en 1998, auteur Chilien née dans les années 40, y dénonce la dictature militaire qui prends le pourvoir au Chili dans les années 1970 (voir l’article de Yomu-chan La littérature de l’exil du Chili). Le texte est ensuite illustré par Alfonso Ruano, dessinateur espagnol. La version française proposé par Syros date de 2007. L’album est recommandé par le ministère de l’éducation nationale pour les élèves du cycle 3.

J’avoue que ma première impression était assez mitigée. D’un côté je n’aime pas trop les illustrations d’Alfonso Ruano. Je n’aime pas le style mais surtout je les trouves trop figées. Mais je dois reconnaître qu’en revanche la mise en scène de l’image est toujours intéressante. Avec le texte j’ai eu un sentiment un peu équivalent : ce qu’il raconte est intéressant mais je n’aime pas du tout le style. C’est trop simplifié, à vouloir utiliser un vocabulaire simple, compréhensible pour les enfants on tombe dans une sorte de caricature, je trouvais que ça ne sonnait pas vrai. Les enfants ne parlent pas si simplement et les adultes ne leur parlent pas comme ça non plus. Je ne sais pas, il y a quelque chose qui me gênait. Je n’aime pas quand on parle aux enfant comme si c’était des imbéciles. Je préfère utiliser des mots compliqués quitte a expliquer. Ici j’ai trouvé que le langage était trop simplifié, stylisé, ça me met mal à l’aise. Les phrases sont trop courtes. Cela enduit une drôle d’ambiance. Mais c’est peut-être, surement même, l’effet recherché. Peut-être, par cette parcimonie de mots, l’auteur cherche a montrer le non dit et les silences qui en disent long. Mais il m’a fallu un moment pour accrocher. En revanche j’ai trouvé la chute excellente. C’est là que tout prend son sens.

⇒ à lire aussi les avis de Blandine et Laurette

 

Share

La littérature de l’exil du Chili ~by Yomu-chan

Bonjour, bonjour,

Aujourd’hui je vous propose un article dans le cadre du challenge Amérique Latine. Vous l’aurez compris avec le titre je vais vous parler du Chili et de l’exode massif qui l’a frappé suite au coup d’état de Pinochet en 1973.

Le contexte:

Le Chili est un pays qui possède beaucoup de ressources naturelles, ce qui a fait de lui la cible de nombreuses entreprises internationales. Jusqu’en 1970 une grande majorité des infrastructures étaient privatisées et le capitalisme avait creusé de profondes inégalités parmi les citoyens.  C’est pourquoi l’arrivée au pouvoir de l’Unité Populaire, avec Salvador Allende, en 1973 est synonyme d’espoir pour le peuple. Allende entreprend de re-nationaliser une partie des infrastructures du pays, et prend des mesures sociales qui visent à rétablir l’égalité et a répartir les richesses.

Salvador Allende

Seulement cela ne plaît pas beaucoup au patronat ni au Etats-Unis d’Amérique qui possédaient presque le monopole de ces richesses. Ainsi débute une période troubles où les mouvements de droites et les libéraux tentent de renverser le pouvoir en place et les attentats se multiplient.  Pour répondre à cette menace deux « camps » se divisent parmi les gauchistes : les révolutionnaires qui veulent asseoire leur nouveau régime en répondant par des actions violentes aussi, et les réformistes, comme Allende, qui  cherchent à changer le pays en passant par les voies légales et a éviter les violences.  Seulement il n’aura pas le temps d’aller jusqu’au bout de son programme puisqu’en 1973 Pinochet bombarde le palais présidentiel, où Allende se suicidera, et c’est la junte militaire qui  prend le pouvoir. C’est le début de la dictature. Pinochet prend soin d’emprisonner, de torturer et de tuer ses opposants. Il prend le contrôle de la justice et s’auto-proclame dirigeant du Chili.

Sous la dictature le Chili est victime de ce qu’on appelle un « apagòn cultural », une panne de courant culturel. Pinochet ferme les universités, arrêtes les étudiants et les professeurs, poursuit les poètes et tout les artistes qui défendaient une positions différentes de la sienne. Et évidemment il stoppe tout les projets culturels initiés par Allende. Une importante censure se met en place. Ces nouvelles mesures font l’effet d’un électrochoc juste après la « révolution culturelle » sous le gouvernement de l’Unité populaire.

Pinochet

Se sont toute ces choses qui font qu’une grande partie de la population décide de s’exiler : pour sauver sa peau, pour fuir un régime dictatorial. Cet exode massif, qui concerne beaucoup les intellectuels et les artistes, donne naissance à une vraie culture chilienne de l’exil.

L’Araucaria de Chile :

L’Araucaria de Chile est une revue qui a vu le jour en 1978, on parle de « la revue culturelle de l’exil chilien ».  Elle fut publiée tout les trimestres pendant 12 ans (jusqu’en 1989). On compte un total de 48 numéros qui font chacun à peu près 200 pages. Elle adopte un petit format (21 cm de hauteur pour 13 cm de largeur).  Elle fut publié dans 37 pays et circulera dans une cinquantaine de pays (dont au Chili clandestinement). La rédaction fut d’abord établie à Paris jusqu’en 1984, puis elle s’est déplacée à Madrid. Les rédacteurs, comme les collaborateurs, eux ne se trouvaient pas tous à Paris, on ressentait dans l’équipe éditoriale une fragmentation géographique à l’image de l’exil et de ces citoyens chiliens éparpillés dans le monde.

Beaucoup de revues ont vu le jour durant cette période d’exil, mais l’Araucaria est celle qui demeure la plus prestigieuse. Notamment par le nom de certains de ses plumes : Gabriel Garcia Marquez, Julio Cortazar, Carlos Fuentes ou encore Isabel Allende.  La revue était comme un objet culturel de référence entre les chiliens exilés et pour tout les intellectuels de culture hispanique. On y trouvait des articles de critiques littéraires, des textes de poésie ou de prose, des réflexions sociologique sur le devenir du Chili, etc. Un contenu pluridisciplinaire qui cherchait à « penser le Chili ». La revue représentait une large partie de la production intellectuelle et culturelle chilienne; avec un équilibre entre création et analyse. Ils en viennent même à prendre l’exil comme objet d’étude, on lui accordant une multitude de point de vue: historique, psychologique, social, etc.

n°45 Araucaria de Chile
Sommaire du n°44 Araucaria de Chile

Les objectifs de la revue étaient de combler « l’apagòn cultural ». Elle place la culture comme une forme de résistance politique. L’Araucaria est née du constat que la dictature va durer et que le statut d’exilé est une chose qui va s’inscrire dans le temps : cette revue donne la possibilité d’un rassemblement patriotique. Si elle est  une revue littéraire, elle a tout de même une vraie dimension politique. Elle est fondée à l’initiative  du Parti Communiste Chilien (en 1976 le Chili connait une grande politique de répression que Pinochet concentre sur l’extermination  des communistes et des militants d’extrême gauche.) On ressent cela rien qu’en lisant les éditos de chaque numéro. J’ai tenté de vous traduire (soyez indulgent svp) un passage de l’édito du n°45 :

C’est un travail difficile que de trouver une nouvelle fois le chemin démocratique que l’on a perdu. Rendre au pays son identité historique originale est une mission politique, mais aussi morale, qui devra proposer la correction des  habitudes de cohabitation sociale, la propreté d’une atmosphère irrespirable pour quelque chose de plus que le smog : le règne de la corruption, du conformisme, la course sans freins pour le triomphe économique individuel, le mépris pour les valeurs minimales de communication et pour la solidarité collective […] C’est la refondation du pays qui est en jeu. Et nous sommes tous appelés à apporter nos efforts, éradiquons pour toujours les pratiques du dictateur et de son régime.

Les années de publication d’Araucaria correspondent à l’apogée  de l’activité politique de l’exil chilien et à la solidarité française (c’est d’ailleurs le journal L’Humanité qui cède des locaux pour la rédaction de l’Araucaria). En 1979 Pinochet montre un numéro de l’Araucaria à la TV et le présente comme un objet de propagande perverse des marxistes; il la présente aussi comme une revue luxueuse. En réalité elle fonctionnait avec seulement 2 salariés et une vielle machine à écrire. L’aspect luxueux est du à la maquette, c’est Guillermo Tejada qui a conçu la premier numéro et le logo. De plus la revue pouvait compter sur la collaboration bénévole de nombreux plasticiens, peintres, sculpteur, dessinateurs, graveurs, et photographes chiliens. Aucun collaborateurs, ni ami de la cause (qui distribuaient et vendaient la revue) n’étaient payé. L’Araucaria de Chile reposait sur un principe de solidarité.

n°45 Araucaria de Chile

Sur la fin de la dictature la revue tenta d’intégrer des collaborateurs chiliens encore sur place afin de s’assurer une entrée sur le territoire pour accélérer la chute de Pinochet et pouvoir continuer à vivre après la dictature. Mais la revue cessa d’exister à la fin de l’ère de Pinochet. C’était une production littéraire intrinsèquement liée à l’exil et elle disparu avec lui.  Pour les exilés l’écrit fut le lien avec le Chili, pays d’origine perdu. Cet écrit de l’exil était comme un territoire chiliens fictionnel que les victimes de l’exode pouvaient s’approprier. Un territoire reconstitué avec des mots. Et l’Araucaria était comme la capitale de ce territoire. Cette revue représente la mémoire de l’exil et l’héritage que les exilés laissent à leurs enfants restés en France.

L’araucaria est un arbre que l’on trouve au Chili. Pourquoi avoir choisit ce nom ? Peut-être pour se rappeler l’enracinement à la terre de leur pays même s’ils en étaient éloignés.

Pour mon article je me suis appuyé sur le n°1305 de la revue Homme & migrations, consacré à l’exil chilien en France.  En particulier de l’article Cariz Melina « ‪Araucaria de Chile‪. La revue culturelle de l’exil chilien », celui de Gaudichaud Franck « ‪Le poids de la défaite. Retour sur les origines de l’exil politique chilien (1970-1990)‪ », et  celui de Raùl Morales La Mura «L’accueil des exilés latino-américains en Europe».

Share