Archives du mot-clé édition au XX° siècle

L’édition généraliste au XX° siècle : Les éditions du Seuil ~ by Yomu-chan

Bien le bonjour,

Voici la suite de notre révision sur la bibliologie du XX° siècle 😉 Cette fois nous allons parler des éditions du Seuil.


A- Naissance

1. Une maison catholique

C’est une maison d’édition créée au cœur de l’entre-deux guerres, en 1935. Les gens à son origines sont assez inattendu dans le monde du livres, il s’agit de gent malades qui prône une re-christianisation de le France, il y a là une volonté religieuse et politique. Se sont des gens qui ont une vision gauchiste de la religion, ils défendent une forme d’humanisme chrétien. Il voient leur maison d’édition comme un lieu d’hébergement et de réflexion culturelle.

Les deux fondateur sont Jean Bardet et Paul Flamand, sous la coupe de l’abbé Plaquevent.  La maison connaît d’abord une période de tâtonnement. Ces catholique fervents  tout juste tombés dans le monde du livre sont en train d’apprendre leur métier sans avoir beaucoup de moyens. Se sont la plupart du temps des publication à compte d’auteur qui ne rencontre pas un très gros écho.  Jusqu’en 1939 se sont des publications encore très confidentielles qui ne touchent pas un large public.

Pendant la guerre la maison est une coquille vide et ne publie rien. Mais à la libération elle décide de se relancer avec une nouvelle ligne éditoriale. Un peu catholique, elle garde l’idée d’un développement spirituel par la réflexion et le débat. Ils prônent toujours des valeurs d’un catholicisme humain mais ouvrent de nouvelles collections qui s’écartent un peu des terres strictes de la religion. Par exemple la collection Terre Vive, dans la quelle sont publier des essais. C’est une maison d’édition de la pensée qui propose des textes de réflexion sur la réflexion de reconstruction du monde d’après-guerre.

Mais le Seuil doit se confronter à la rude concurrence, pour l’instant elle reste une maison de récupération, une maison secondaire.

Paul Flamand et Jean Bardet

2. Premiers succès

Son succès fonctionne surtout grâce à sa manière particulière de travail, qui s’apparente plus à un journal, avec des équipes de rédaction très collectives où le débat et la discussion ont toujours leur place.

Le premier vrai succès de la maison c’est Don Camillo, qui se décline en plusieurs livres et qui connaîtra de nombreuse adaptation. Il s’agit d’un livre qui allie christianisme et progrès, un terrain de possible entente entre des pensées différentes, qui en 1951 fait écho à la guerre froide. Les recettes reçues suite au succès de ce livre permettent aux éditions du Seuil de prendre de l’ampleur.

B- Maison reine des sciences humaines

1. Centre production des livres de sciences humaines

Les éditions du Seuil font de plus en plus parler d’elles. C’est surtout dans le domaine des sciences humaines qu’elles réussissent. La philosophie, l’histoire, les sciences humaines en générale, etc.  La maison a été le refuge des grands de l’avant-garde de l’après-guerre, notamment avec le structuralisme de Philippe Sollers qui créera la revue Tel Quel et la collection du même nom.

2. Collection « Cadre Vert »

En revanche la maison peine à se développer dans le domaine de la littérature, et c’est pourtant là qu’une maison d’édition gagne en noblesse. Il y a bien la collection le Cadre Rouge, mais cela reste des publication d’auteurs de second ordre.

Il y a par contre la collection Cadre Vert, une collection de littérature étrangère. C’est une belle collection, avec de beaux livres, mais c’est un domaine on la concurrence est déjà très forte.

3. La route du « Tiers-mondisme »

La maison parvient à compenser en faisant le choix bénéfique de miser sur des publication appartenant à tout les mouvements tiers-mondiste. Notamment la décolonisation, le Seuil s’engagera contre la présence de la France en Algérie.  Dans ce même mouvement la maison se fait le lieu d’accueil d’une vague d’auteurs francophone venus des anciennes colonies, ils deviendront les auteurs phares de la maison. Il y a une vraie cohérence dans la ligne éditoriale des éditions du Seuil, et elles décrocheront même un prix Goncourt.

C- Les années 1980

1. Claude Cherki et rachat de marques

A partir des années 70 la maison se fait figurante à côté des grandes entreprises. Elle va alors chercher Claude Cherki, très conscient des faiblesses du Seuil et qui va tout faire pour développer son indépendance. Il développe son système de distribution. Et la maison devient de plus en plus forte dans les livres grand public.

2. Vente de la maison et mécontentement du monde du livre

En 2004 la maison est vendu à Hervé De La Martinière qui est un éditeur remarqué qui fait de beaux livres et qui cherche à développer son côté généraliste. Il n’aura plus vocation de défendre la pensée humaniste et il va orienter les publications du Seuil vers des livres de plus en plus commercial. Mais de nombreux salariés sont mécontent et quitte la maison. Aujourd’hui les éditions du Seuil suivent une évolution commerciale mais reste encore un peu la maison des sciences humaines.

 

Share

L’édition généraliste au XX° siècle : Robert Denoël, le challenger ~ by Yomu-chan

Bonjour !

Nouvel article pour continuer ma série sur l’édition française au XX° siècle. Aujourd’hui on va parler de Robert Denoël.


A- Les débuts

1.  Brève Biographie

Robert Denoël est né en 1902, il est belge. Il arrive à Paris dans les années 20 avec l’idée de réussir dans le domaine littéraire. Il se lie vite avec beaucoup d’artiste surréaliste durant cette période d’explosion artistique. Il travaillera même dans une galerie d’art. Là il rencontrera  Eugène Dabit, un de ses ami peintre qui souhaiterait passer du pinceau à la plume.

2. Sa double boutique et la vie de salon

En 1927 il ouvre une double boutique : à la fois librairie et galerie. Celle-ci se trouve dans un quartier chic où se passe la vie artistique et festive du Paris d’entre deux guerres. La vie du livre est rythmée par celles des salons. Il se lance dans l’édition de livres d’art assez cher destinés à un public de bibliophiles, il travaille notamment avec des artiste tel que Antonin Artaud.

Robert Denoël

3. Eugène Dabit & Louis-Ferdinand Céline

Robert Denoël publie l’ouvrage de Eugène Dabit son ami peintre : Hôtel du Nord, une littérature prolétarienne qui est le vrai premier succès de la maison d’édition, il décroche d’ailleurs le prix de  littérature populiste.  Le succès oblige même une réimpression du livre.

Entre temps il s’associe avec Bernard  Steel, un riche américain qui fournit les fonds pour l’entreprise. Il s’agit donc d’une double marque durant les années 30 : Denoël et Steel.

Un jour il reçoit un manuscrit sans nom qui lui semble être une promesse de succès. Effectivement il décide de publier au nez et à la barbe de Gallimard,  Voyage au bout de la nuit de Céline. C’est un début de rivalité entre les deux maisons. Le livre est un succès si bien qu’il est pressenti pour le prix Goncourt mais dans la nuit avant la remise du prix Gallimard aurait intrigué pour que se soit son livre qui gagne.

B- Dans les années 30

La maison connait le succès dans cette décennie. Même si Bernard Steel la quitte à la fin des années 30  pour fuir la France (en effet ce dernier était juif). Finalement en 1936 la maison s’appellera seulement Editions Denoël. La maison d’édition décroche de nombreux prix, c’est une maison « challengeuse« , elle attaque Gallimard sur tout les plans. D’ailleurs elle publiera Aragon avant que celui-ci aille chez Gallimard.

C- 2° Guerre Mondiale & ses publication

1.  Ses publications

Après la défaite de 1940, il poursuit sur sa lancée et s’associe avec un éditeur allemand pour de l’argent. Il est plutôt en accord avec les idées prônées par le régime de Vichy.  Même s’il a des relations compliqué avec Céline il lui reste fidèle et va même publier ses pamphlets antisémites. Il lance une nouvelle collection : les Nouvelles Editions Française (NEF) dans laquelle on trouve des ouvrages dirigés par Montandon, du genre Comment reconnaître un juif ? 

Robert Denoël est un homme qui aime l’argent, un opportuniste décomplexé. Il vend tout ce qui se vend et ce qui plaît à l’occupant. Il publie un best-seller de l’occupation : Les décombres, de Louis Rebatet en 1942 (se sont les mémoires d’un fasciste). En clair Denoël publie une littérature de la défaite et de la collaboration.

2. Répercutions

Durant l’été 1944 Denoël prépare sa défense car il sait qu’il va devoir rendre des comptes sur ses activités et ses publications durant l’occupation. Finalement il est innocenté de façon personnelle mais sa maison d’édition reste poursuivie. 

D- Fin de la maison d’édition

Il rencontre Jeanne Loviton, qui sera sa maîtresse, il la croit son alliée pour le sortir de ses affaires de justice puisqu’elle est avocate. Elle l’aide à préparer sa défense. Mais un soir alors qu’il se rendait au théâtre avec cette dernière, Robert Denoël est assassiné d’une balle dans le dos. Un pneu de leur voiture aurait crevé et alors qu’elle se rendait seule au spectacle tandis que lui essayait de réparer la roue il se serait fait tirer dessus. Mais il y a des choses un peu obscure dans ce meurtre qui n’a jamais été élucidé. 

Jeanne Loviton en profite pour sortir un document de cession des parts de l’entreprise pour elle-même, la maison passe donc entre ses mains. Malgré une tentative de défense de la part de la femme et de l’enfant de Denoël elle reste détentrice de l’entreprise qu’elle s’empresse d’aller revendre à Gallimard.

Share