Archives du mot-clé Isuna Hasekura

Spice & Wolf ~ le light novel

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter un nouveau light-novel. Nous avons déjà parlé plusieurs fois de ce genre de littérature nippone sur ces pages. Pour ceux qui ne sauraient pas ce qu’est un light novel je vous invite à lire cet article que j’ai écris il y a déjà un petit moment. Depuis j’ai lu quelques uns des rares light novel paru en France et aujourd’hui j’ajoute un titre à cette petite collection : celui de Spice & Wolf de Isuna Hasekura (illustré par Jyuu Ayakura) paru au printemps dernier chez Ofelbe, éditeur qui se spécialise dans le light-novel, avec pour le moment 2 séries à son actif et bientôt une troisième.

Mais revenons au roman qui nous intéresse aujourd’hui : Spice & Wolf. Cette saga met en scène 2 personnages Holo, louve déesse des moissons, et Lawrence, un jeune marchant ambulant, dans un univers fantastique à l’ambiance médiévale. La série compte au Japon 17 tomes écris entre 2006 et 2011. Pour mieux s’adapter au marché français, les éditions Ofelbe ont opté pour un double volume ce qui devrait donc faire 8/9 tomes chez nous. Le deuxième tome sortira d’ici quelques jours. Aujourd’hui je ne vous parlerais que de mes impressions sur le premier volume.

L’histoire se met en place :

Lawrence, marchand itinérant, se rend dans un petit village pour échanger ses marchandises. Il arrive au moment où les villageois s’apprêtent à célébrer des festivité en l’honneur d’Holo, la déesse-louve protectrice des moissons. A cause de ses fêtes païennes tenues plus ou moins secrètes, Lawrence doit quitter rapidement le village. Quel étonnement quand il découvre une jeune femme nue étendue sur sa cargaison de fourrures !

Elle est belle, elle est douce… mais que diable fait-elle là ?! Non mais, il suffit pas d’avoir un joli minois pour émouvoir un marchand itinérant chevronné comme Lawrence. Il n’a peut-être que 25 ans mais cela fait déjà 7 ans qu’il travaille à son compte et traverse régions et pays en quête de bonnes affaires.

Il remarque alors la queue et les oreilles canines de la belle. Fille démon ? Non, déesse des moisson. La fameuse Holo, la déesse du village qu’il vient à peine de quitter, s’est fait la malle déçue par les villageois qui ne croient plus assez en elle. Elle veut regagner les terres du nord d’où elle est partie il y a bien longtemps déjà.

Attendri par la solitude de la louve (qui fait écho à la sienne) Lawrence accepte de la prendre comme compagne de voyage. En échange elle mettra sa sagesse au service des affaires. Car le marchandage, c’est à celui qui sera le plus malin !

C’est ainsi que nos deux compagnons commencent leur voyage à travers diverses contrées pour faire du commerce.

couverture du tome 2 japonais

J’ai aimé dans ce roman l’ambiance inspirée du Bas Moyen-Age/Renaissance européenne. J’ai grandi en Italie, berceau de la Renaissance, et  cette période me fascine depuis que je suis petite. Ce que j’ai aimé ici c’est que les éléments fantastiques restent marginaux dans un décor hautement réaliste. Il n’y a pas de dragon, d’elfes et de trolls à tout bout de champs. On a des vrais gens, avec des vrais métiers, on suit un commerçant itinérant, on apprends avec lui le fonctionnement du commerce de l’époque, l’importance des comptoirs commerciaux et des guildes, on entre dans des tavernes, on croise des artisans, des bergers, on se promène au marché… bref la vraie vie, plausible, dans laquelle on peut se projeter sans peine. Et là un élément fantastique, la présence d’Holo fille-louve, ajoute un soupçon de magie pour rendre le décor plus attrayant et mystérieux. On y crois, du moins on peut y croire tout dépend du degré de rêverie du lecteur 😀 Moi qui ai passé mon enfance à chercher des fées, je n’ai pas de mal à me projeter dans un monde où Holo existe. Ici on fait un voyage dans le temps, un temps où la magie était possible. Quand des êtres magiques apparaissent partout on fait un voyage dans une autre dimension, une autre réalité qui n’est pas la notre. J’ai aimé le décor proposé par Isuna Hasekura parce qu’il est très proche de la réalité.

Le réalisme est poussé au point d’avoir des leçons sur la spéculation sur taux de change ou autres manipulation commerciales auxquelles Lawrence s’adonne. Certains trouverons peut-être ces passages ennuyeux, personnellement je n’ai pas été dérangée dans ma lecture par les explications techniques qui sont plutôt intéressante et que l’on peut aussi reporter à notre monde mercantile actuel, même si j’avoue n’avoir pas tout retenu des longues explications et avoir parfois décroché au profit de l’intrigue moins complexe que les transactions commerciales qui occupe nos héros.

En revanche j’aurais aimé que les auteurs donnent un peu plus de consistance à cet univers en nous fournissant une carte qui permette au lecteur de se repérer dans l’espace, les personnages étant perpétuellement en voyage, cela aurait été sympa de visualiser leur déplacement sur une carte. Peut-être y aurons nous droit dans une prochain volume.

L’ambiance et le décors sont agréables, qu’en est-il des personnages ? 

Lawrence est toujours pragmatique, il ne perds jamais de vue son objectif : faire du bénéfice. Mais cela ne l’empêche pas d’être un homme droit et honnête : manipuler ses partenaires commerciaux pour augmenter son bénéfice oui, les escroquer non ! Homme d’affaire chevronné, il n’en reste pas moins un jeune homme rêveur et naïf en ce qui concerne la gente féminine. Sa vie de marchand ambulant et sa timidité face aux jolies filles ne lui ont pas donnée l’occasion de gagner autant d’expérience en séduction qu’en négociation mercantile. Et ce pour le plus grand plaisir de sa compagne de voyage qui ne cesse de le taquiner.

Lawrence est un personnage sympathique et attachant. La façon dont il prends conscience de son attachement pour Holo ou encore tous les effort qu’il fait pour ne rien laisser paraître de ses sentiments le rendent attendrissant.

Lawrence – image tirée de l’adaptation animé

J’ai moins aimé le personnage d’Holo qui souffre d’une image trop stéréotypé. Jolie, pleine d’entrain et de malice, sa façon de taquiner Lawrence la rend sympathique. Le problème c’est que l’auteur a voulu trop en faire ! A force de souligner certains trait de son caractère il l’a rendue caricaturale et moins vraie. Si l’on croit facilement à la maladresse de Lawrence, il devient difficile de croire à l’intelligence d’Holo quand on ne cesse de la clamer sans pour autant nous la montrer. Certes elle fait preuve de lucidité et perce à jour divers pièges tendus, elle est capable de manipuler ses interlocuteurs à son avantage, mais à vraie dire aucune de ses réplique ne m’a surpris par sa grande intelligence. Elle arrive au même conclusions que le lecteur. Il ne suffit pas de répéter qu’un personnage est intelligent pour qu’il en ai l’air. L’auteur aurait peut-être dû moins se répéter et mieux travailler l’attitude de son personnage et ainsi que les dialogues.

Par ailleurs Isuna Hasekura a voulu rendre son personnage plus attrayant en lui donnant un attitude extrêmement puérile, ce qui est censé la rendre plus séduisante. Et je dis bien censé puisque à mes yeux cette caractéristique la rend surtout caricaturale et toute calibré pour un certain public amateur de lolita au quel je n’appartiens pas. Je trouve déjà que lui donner une apparence de jeune fille de 16 ans n’est pas très pertinent pour une « louve sage » âgé de plusieurs siècles, si en plus elle se comporte comme un gamine… Elle joue de cette apparence et se montre souvent moins puérile qu’elle ne le laisse paraître, mais je me répète l’auteur en fait un peu trop en ce qui la concerne. Du coup le personnage manque de profondeur. C’est dommage car il y a du potentiel. Il reste à espérer que l’auteur saura lui donner plus de caractère et de maturité dans les tomes suivant.

Ceci dit elle a tout de même des aspect touchant. Elle est drôle et agréable.

Holo lors de sa première rencontre avec Lawrence (Jyuu Ayakura)

Parlons du livre !

Tout d’abord quelques mots sur le style. Si l’histoire est agréable et charmante, le style n’est pas excellent. J’ai lu une bonne centaines de pages avant de vraiment entrer dans l’histoire, ça démarre assez lentement. L’écriture n’est pas assez vive et intrigante pour tout de suite accrocher le lecteur et, bien que passant un bon moment, quand l’heure arrivait de fermer le livre (je lis dans le train, faut bien fermer le bouquin quand j’arrive au terminus) je n’ai éprouvé aucune frustration à l’idée de ne pas poursuivre de suite ma lecture. Au contraire, j’étais heureuse de ces pauses imposées qui m’empêchaient de tomber dans l’ennui. Passées les 100 premières pages, le rythme s’accélère, on s’est attaché aux personnages et ils commencent à se retrouver dans des situations critiques. On veux savoir comment ils vont s’en sortir et on commence à ressentir un peu d’addiction pour le roman. Cette addiction ne dure guère longtemps car ce que je croyait être une caractéristique du premier volume , se répète à l’identique dans la deuxième partie (qui est l’équivalent du tome 2 japonais). J’ai comme l’impression que chaque nouvelle aventure va suivre le même schéma narratif : lente mise en place avent une précipitation des événement et mise en danger des personnages avec rapide solution du problème. Ce qui n’est pas pas très équilibré comme structure narrative.

Autre reproche que je ferais à Isuna Hasekura c’est de remplir par des dialogues inutiles. Car il y a des passages où les échanges entre Holo et Lawrence sont d’une grande banalité et n’apportent rien ni à l’intrigue ni à la construction des personnages. Heureusement pour nous ces passages ne sont pas rares mais très brefs. La grande présence de dialogues étant, rappelons-le, une des principales caractéristique du light-novel qui doit se livre vite et facilement. Vite n’est pas un mot que j’utiliserais puisque finalement j’ai pris pas mal de temps pour finir le volumineux tome des éditions Ofelbe. Mais en la matière je ne suis guère une référence, je lis toujours très lentement. Ce qui est sur c’est que le niveau de langage est très simple et à la portée de tous (sauf peut-être pour les parties techniques qui si elle n’utilisent pas de termes particulièrement compliqué peuvent faire décrocher le lecteur non intéressé par l’économie). C’est donc une lecture facile qui séduira plus par l’histoire et les personnages que par son style, assez neutre.

Un point très intéressant des light-novel proposé par Ofelbe (Spice  & Wolf et SAO) c’est qu’ils sont accompagnés par les illustrations d’origine. Car l’autre caractéristique essentielle du light-novel c’est le fait être illustré ! Toutes les éditions de light-novel que j’ai lu jusqu’à présent avaient fait l’impasse sur les illustrations, changeant même les couverture sans doute de peur de faire fuir le lectorat habituel de roman jeunesse. En effet les illustrations sont de type manga. Or fort est de constater que l’on oppose souvent le public manga au public roman. Que je sache on peut aimer les deux ! Je ne pense pas qu’une illustration manga nuise à la qualité d’un roman. Je pense notamment au roman Le gardien de l’esprit qui est excellent et dont les couverture japonaises est très belle. Ofelbe affiche clairement sa volonté de réconciliation des deux publics en offrant aux fans de manga connaissant déjà les adaptations sur d’autres support (manga et anime) des light-novel dans leur jus (illustration d’origine) tout en adaptant le format du livre aux habitudes de lectures des amateurs de fantasy et sf (tome double, grand format). Je ne peux que saluer cette initiative (surtout que je n’avais pas hésité à reprocher à d’autre éditeurs d’avoir supprimé les illustrations originales). Et puis, j’aime bien faire des petites poses en image…

Spice & Wolf par Jyuu Ayakura :

Le roman comporte plusieurs planches couleur en début et fin tome, auxquels s’ajoutent plusieurs planches en noir et blanc disposé tout au long du roman.

En toute franchise, si j’étais heureuse de découvrir le chara-design initial de Spice & Wolf (qui a inspiré par la suite le manga et l’anime) je ne suis guère sensible à ce type de dessin. Non pas qu’il soit mal dessiné. Au contraire, il est plutôt joli. Disons que c’est le style qui ne me touche pas. Le dessin de Jyuu Ayakura est assez classique et fait un peu trop shonen à mon goût. J’aurais préféré quelques chose de plus adulte. Cependant je trouve qu’il se marie très bien au texte de Isuna Hasekura auquel je pourrais faire le même reproche. (Sig ! :'( Je vieilli) Le côté enfantin des personnages on le retrouve dans les illustrations de Ayakura qui a su capter leur côté ingénu donné par le romancier. Surtout dans les planches en noir et blanc.

Holo et Lawrence par Ayakura
Holo et Lawrence par Ayakura

Alors ? Faut-il lire Spice & Wolf ?

ça c’est à vous de voir ! Pour ma part, j’ai trouvé que ce roman avait un certain nombre de défauts mais aucun n’a gâché mon plaisir de lecture. Je me suis laisser prendre au jeu et j’ai aimé l’ambiance moyenâgeuse. Malgré un côté un peu puéril des personnages je me suis attachée à eux et j’ai envie de les suivre, de les voir évoluer, grandir dans leur relation et leur rapport au monde. Et aussi j’ai envie de voir si l’auteur améliore son style au fur et a mesure qu’il avance dans cette aventure. Je lirais surement le tome 2 qui sont dans quelques jours. Et si vous aimez les histoires fantastiques et réaliste à la fois et les ambiances moyenâgeuses je ne serais que vous conseiller de donner sa chance à ce roman qui saura peut-être vous séduire. Je ne promet pas le coup de cœur 😉

Si vous voulez un avant goût vous trouvez un extrait sur le site de l’éditeur

Media-mix :

Les japonais sur champion en matière de media-mix ! Dès qu’un titre remporte du succès il se voit mixé à toutes les sauces !

Spice & Wolf n’échappe pas à cette mode. Le roman publié entre 2006 et 2011 connait une adaptation en manga dès 2007, suivie en 2008 par une adaptation en série animée.

Le manga, dessiné par Keito Koume, est disponible depuis 2012 en France aux édition Ototo Manga. La série est toujours en cours au Japon et compte déjà 11 tomes.

Je n’ai lu que le premier tome qui, à l’époque, ne m’avait vraiment pas convaincue. Je n’aimais pas le traintement des personnages et le fan service trop pesant et en décalage avec l’histoire. Finalement, après avoir lu l’originale, je me dit que l’adaptation est assez proche du roman, mais que ses défauts en sont accentués par un dessin mettant en avant les mauvais argument (si vous voyez ce que je veux dire…). Je ne l’ai pas relu depuis, peut-être le relirais-je maintenant avec un œil nouveau (mais pas forcement plus convaincu).

Vous pouvez découvrir un extrait du manga ICI

La série anime est aussi disponible en France en coffret dvd chez Black Box. Le coffret comporte la saison 1 et 2 plus 2 OAV.

La série est réalisé par Takeo Takahashi et  le studio Imagin.

J’ai le vague souvenir avoir vu quelques épisodes il y a fort longtemps. Dans ce vague souvenir, j’ai aimé. Mais je ne me souviens pas si j’ai vu seulement le début ou toute la série, c’est dire si ça m’a marqué XD

En voyant le visuel, je dirais que le réalisateur accentue encore un peu le côté juvénile des personnages ! Décidément rien ne va dans le bon sens !

Et le media-mix ne s’arrête pas là puisque il y a aussi un art book également disponible chez Ototo Manga

Continuer la lecture de Spice & Wolf ~ le light novel 

Share